Monika Grütters

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Monika Grütters
Fonctions
Déléguée du gouvernement fédéral pour la Culture et les Médias
Ministre d’État auprès du Chancelier fédéral
En fonction depuis le
(5 ans, 10 mois et 10 jours)
Chancelier Angela Merkel
Gouvernement Merkel III
Prédécesseur Bernd Neumann
Députée au Bundestag
En fonction depuis le
(14 ans et 9 jours)
Élection 18 septembre 2005
Réélection 27 septembre 2009
22 septembre 2013
24 septembre 2017
Législature 16e, 17e, 18e et 19e
Groupe politique CDU/CSU
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Münster (Allemagne)
Nationalité Allemande
Parti politique CDU (depuis 1980)
Diplômée de Université rhénane Frédéric-Guillaume de Bonn
Profession Professeur d'université
Religion Catholicisme

Monika Grütters (née le 9 janvier 1962 à Münster) est une femme politique allemande, membre de la CDU. Depuis le 17 décembre 2013, elle remplit les fonctions de Déléguée du gouvernement fédéral pour la Culture et les Médias (« ministre de la Culture et des Médias ») à la suite de Bernd Neumann. Elle est membre du Bundestag depuis 2005 et a été vice-présidente de la commission Culture et Médias de 2009 à 2013. Depuis décembre 2016 elle préside la circonscription de Berlin de la CDU et est élue membre du présidium fédéral du comité directeur fédéral de la CDU.

Vie privée et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires au Lycée pour filles Marienschule de Münster en 1981, Monika Grütters a étudié l'allemand, l'histoire de l'art et les sciences politiques à l'Université Wilhelms-Westphalie de Münster et à la Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, où elle a diplômé d'un magistère  en 1989. Après avoir travaillé au département de presse et de relations publiques de l'Opéra de Bonn pendant ses études, elle a travaillé dans le même domaine de 1990 à 1991 au Musée berlinois Deutsches Technikmuseum et de 1991 à 1992 pour la maison d'édition Bouvier à Berlin. De 1992 à 1995, elle a été porte-parole du département pour la science et la recherche du Sénat du Land de Berlin.

Depuis 1991, Mme Grütters enseigne la gestion culturelle à l'Académie de musique Hanns Eisler à Berlin, où elle est professeur honoraire depuis 1999. Depuis 2005, elle est professeur honoraire à la Freie Universität Berlin dans le programme de master Arts and Media Administration.

Par ailleurs, Mme. Grütters était active depuis 1996au sein du département des relations publiques à l'ancienne Bankgesellschaft Berlin. De 1998 à 2013, elle a été porte-parole du conseil d'administration de la Fondation Brandenburger Tor. Elle est membre du Comité central des catholiques allemands (ZdK) et, depuis décembre 2013, porte-parole de la section "Culture, éducation et médias" du ZdK. Grütters est catholique et célibataire[1].

En tant que représentante du gouvernement fédéral, elle est membre du conseil d'administration de Deutschlandradio.

Activité Politique[modifier | modifier le code]

En 1978, Monika Grütters entra à la Junge Union et devin membre de la CDU en 1983. Depuis 1988 elle rattachée au comité directeur de la CDU Berlin.

Grütters a été membre de la Chambre des députés de Berlin de 1995 à 2005. Elle y a été porte-parole de la commission scientifique et culturelle et, de 2001 à 2005, vice-présidente du groupe parlementaire CDU.

Elle est membre du Bundestag allemand depuis 2005. Elle a toujours été membre du Bundestag à travers la liste du Land de Berlin et a été présidente de la commission de la culture et des médias de 2009 à 2013[2]. Aux élections fédérales de 2013, elle était à nouveau la tête de liste de la CDU Berlin[3].

Depuis le 17 décembre 2013, Grütters succède à Bernd Neumann (CDU) en tant que Commissaire gouvernemental pour la culture et les médias.

Fin juin 2015 et mi-juillet 2015, elle a présenté un avenant à la loi sur la protection des biens culturels, dont deux projets ont été révélé au public et qui ont suscité beaucoup de controverse

Suite à la démission de Frank Henkel du poste de président de la CDU Berlin le 13 octobre 2016, Mme Grütters fut, dès le lendemain, nommée comme successeur par le comité exécutif de la CDU Berlin[4].

Lors d'une petite convention de parti de la CDU Berlin le 2 décembre 2016, Grütters fut élu comme nouveau président de l'état Fédéral avec 78,4 pour cent des voix[5]. Pour la première fois dans l'histoire, une femme préside la CDU Berlin.

Quatre jours après son élection, au congrès fédéral de la CDU à Essen, Grütters fut élue avec 70,37 pour cent des voix comme successeur d'Emine Demirbüken-Wegner au comité exécutif de la CDU et entra ainsi dans la sphère proche de la chancelière Angela Merkel[6].

Actions prises[modifier | modifier le code]

Le 8 avril 2014, Grütters a financé 16 projets de courts métrages pour un montant total de 230 670 euros[7].

Le 11 avril 2014, Grütters a soutenu dix projets de distributeurs de films pour un montant total de 103 418 euros[8].

Le 15 juin 2014, M. Grütters et le vice-ministre israélien de la culture, M. Orly Froman, ont signé des déclarations d'intention sur la recherche de provenance et le Prix du traducteur hébreu allemand[9].

Le 20 août 2014, le ministre de la Culture a lancé un programme de financement supplémentaire d'environ 900 000 euros pour la numérisation des cinémas allemands.

En 2015, Grütters créa le prix de la librairie allemande[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Prix Julius-Campe (2017)[11]: Conformément à la "Directive du gouvernement fédéral sur la prévention de la corruption dans l'administration fédérale" du 30 juillet 2004, elle a dû rejeter l'acceptation des 99 bouteilles de vin auxquelles elle a droit.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Vita », Prof. Monika Grütters,‎ (lire en ligne, consulté le 8 mars 2018)
  2. (de) « Ein Scheiter-Haufen? Kulturausschuss des Deutschen Bundestages komplett | nmz - neue musikzeitung », sur www.nmz.de (consulté le 8 mars 2018)
  3. (de) « Berliner CDU setzt auf bewährte Kräfte » (consulté le 8 mars 2018)
  4. (de) Andreas Abel, « Monika Grütters übernimmt von Frank Henkel bei Berlins CDU », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 8 mars 2018)
  5. (de) « Monika Grütters ist neue Landesvorsitzende » (consulté le 8 mars 2018)
  6. (de) « Vorstand », Christlich Demokratische Union Deutschlands, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 8 mars 2018)
  7. (de) « Bundesregierung | Aktuelles | Kulturstaatsministerin Grütters vergibt Produktionsförderungen für Kurzfilme », sur www.bundesregierung.de (consulté le 8 mars 2018)
  8. (de) « Bundesregierung | Aktuelles | Kulturstaatsministerin Prof. Monika Grütters vergibt Förderungshilfen für den Filmverleih », sur www.bundesregierung.de (consulté le 8 mars 2018)
  9. (de) « Bundesregierung | Aktuelles | Kulturstaatsministerin Grütters und ihre stellvertretende israelische Amtskollegin unterzeichnen Absichtserklärungen zur Provenienzrecherche und zum Deutsch-Hebräischen Übersetzerpreis », sur www.bundesregierung.de (consulté le 8 mars 2018)
  10. (de) « Julius-Campe-Preis geht an Monika Grütters - », Deutschlandfunk Kultur, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 8 mars 2018)
  11. (de) « Preisverleihung am 7. Dezember in Berlin / Julius-Campe-Preis für Monika Grütters », sur www.boersenblatt.net (consulté le 8 mars 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la politique
  • Portail de l’Allemagne