Mina Rees

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
(Redirigé depuis Mina S. Rees)
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Rees.
Mina Rees
Biographie
Naissance
Décès
(à 95 ans)
New York
Nom de naissance
Mina Spiegel Rees
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
National Science Board (en) (-)
Directeur de thèse
Distinctions
Liste détaillée
Fellow of the AAAS
Elizabeth Blackwell Award (d) ()
Médaille du bien-être public ()
Computer Pioneer Award ()

Mina Spiegel Rees ( - ) était une mathématicienne américaine[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle a été la première femme présidente de l'Association américaine pour l'avancement des sciences en 1971, ainsi que la première femme à diriger le département de mathématiques de l'Office of Naval Research américain.

Rees fait figure de pionnière dans l'histoire de l'informatique et a contribué à fonder des structures institutionnelles dédiées à la recherche[2].Rees était la présidente fondatrice, et présidente émérite du Graduate Center and University Center à CUNY. Elle a reçu la Public Welfare Medal, l'honneur le plus haut de l'Académie nationales des sciences ; la King's Medal for Service in the Cause of Freedom, et au moins 18 doctorats à titre honorifique.

Vie Privée[modifier | modifier le code]

Rees était la fille de Moses et Alice Louise (née Stackhouse) Rees. La famille s'est déplacée de Cleveland, Ohio à New York, où Rees est allée aux écoles publiques de la ville. En 1955, Rees a épousé le médecin Leopold Brahdy. Elle est morte en 1997 à la maison de Mary Manning Walsh au Manhattan[3].

Éducation[modifier | modifier le code]

Elle a été major de promotion au lycée du Hunter College à New York[4]. Elle a obtenu un diplôme avec Summa cum Laude en mathématique au Hunter College en 1923. Elle a reçu un master en mathématiques de l'Université Columbia en 1925, où elle a aussi étudié le droit. À ce moment-là, on lui a dit officieusement que "le département de mathématiques de la Columbia ne veut pas de candidats femmes pour son programme de doctorat". Elle a commencé à enseigner au Hunter College, et a ensuite pris un congé sabbatique pour étudier pour le doctorat à l'Université de Chicago en 1929. Elle a gagné son doctorat en 1931 avec une dissertation sur l'algèbre abstraite intitulée "Des algèbres de Division associées à une équation dont le groupe a quatre générateurs" ("Division algebras associated with an equation whose group has four generators") publiée dans le American Journal of Mathematics, Vol 54 (janvier 1932), 51-65. Son conseiller était Leonard Dickson[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

  • 1925-32 : instructrice au Hunter College (en doctorat)
  • 1932-40 : professeure au Hunter College
  • 1940 : maître de conférences au Hunter College
  • Deuxième Guerre mondiale : Aide technique/Assistant de direction avec le Panneau de Mathématiques Appliqué au Bureau de Recherche et de Développement Scientifique.
  • 1947 : membre du Conseil ACM[6]
  • 1945-51 : directrice de la branche de Mathématiques au Bureau de Recherche Navale
  • 1952-53 : directrice de Science Adjointe au Bureau de Recherche Navale.
  • 1953-61 : doyenne du Hunter College
  • 1961-67 : professeure titulaire et la Première Doyenne d'Études de Graduate Studies at City University of New York (CUNY)
  • 1964-70 : membre de Conseil national de Science américain
  • 1967-69 : doyenne de Graduate School à City University of New York
  • 1969-72 : présidente fondatrice (et, en 1972, première présidente émérite) du Graduate School à City University of New York
  • 1971 : première présidente féminine de The American Association for the Advancement of Science (AAAS)
  •  première présidence féminine, U.S. Council of Graduate Schools

Rees a été le chef de recherche dans de multiples programmes du Bureau de Recherche Navale (Office of Naval Research). Elle était très importante dans le développement du Bureau de Recherche Navale, dans des projets qui étudaient les algorithmes mathématiques pour l'informatique, et pour des programmes universitaires qui construisaient des ordinateurs tel que Projet Whirlwind au MIT.[3] Elle était l'une des premières à être en faveur une mémoire à cœur magnétique et électrostatique, entre autres choses[2].

Le New York Times a dit : "Dr Rees a aussi eu un rôle important dans le développement et la diversification des études mathématiques."

Honneurs[modifier | modifier le code]

En 1953, le conseil de la Société Américaine de Mathématiques a dit que "La recherche mathématiques en Amérique après la Seconde Guerre Mondiale doit beaucoup au travail du Bureau de Recherche Navale, et à Mina Rees."[7]

En 1962, Rees a reçu le Premier Prix pour service éminent aux mathématiques de l'Association Américaine de Mathématiques.

En 1965, Rees a reçu le prix de Association américaine des femmes diplômées des universités, une récompense annuelle.

Elle a reçu la Public Welfare Medal, le meilleur honneur de Académie Nationale des Sciences en 1983[8]. La King's Medal (Royaume-Uni), et le President's Certificate of Merit (États-Unis) pour son importante contribution pendant la Seconde Guerre Mondiale.

La bibliothèque du Graduate Center de CUNY a été renommé Mina Rees en 1985.

IEEE Computer Society's 1989 Computer Pioneer Award

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Judy Green et Jeanne LaDuke, Pioneering Women in American Mathematics: The Pre-1940 PhD's, American Mathematical Soc., (ISBN 9780821843765, lire en ligne)
  2. a et b Shell-Gellasch, Amy, « . "Mina Rees and the Funding of the Mathematical Sciences". », The American Mathematical Monthly.,‎ 109 (10), p. 886.
  3. a et b Oakes, Elizabeth. International Encyclopedia of Women Scientists. 2002. Facts on File.
  4. Johnston, Laurie. "Competition Intense Among Intellectually Gifted 6th Graders for Openings at Hunter College High School; Prominent Alumni Program for Seniors", The New York Times, March 21, 1977. Accessed May 11, 2010.
  5. Wolfgang Saxon (1997) Mina S. Rees, Mathematician and CUNY Leader dies at 95, New York Times
  6. Fifteen years ACM, Franz L. Alt, Communications of the ACM - Celebrating ACM's 40th anniversary, Volume 30 Issue 10, Oct. 1987
  7. Mina S. Rees, 1989 Computer Pioneer Award de IEEE Computer Society
  8. "Public Welfare Award". National Academy of Sciences. Archivé de l'original en 4 June 2011. Consulte le 18 February 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail des mathématiques