Michel-Ange Slodtz

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Michel-Ange (homonymie) et Slodtz.
Michel-Ange Slodtz
Naissance
Décès
(à 59 ans)
Paris
Nom de naissance
René-Michel Slodtz
Activité
Maître
Lieux de travail
Mouvement
Père
Fratrie
Distinctions
Deuxième prix de Rome en sculpture (d) ( et )

René-Michel Slodtz, dit Michel-Ange Slodtz, est un sculpteur français né à Paris le et mort dans cette même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du statuaire et décorateur Sébastien Slodtz (1655-1726), né dans le Brabant à Anvers, alors dans les Pays-Bas espagnols, il est le frère de Sébastien-Antoine Slodtz (1695-1754), de Paul-Ambroise Slodtz (1702-1758), également sculpteurs, et de Dominique-Francois Slodtz (vers 1710-1764), peintre des Menus-Plaisirs du roi.

Considéré comme étant le plus doué des quatre frères, il passa 17 ans à Rome où il reçut le surnom de « Michel-Ange ». Il a réalisé de nombreux monuments funéraires et des œuvres religieuses influencées par le mouvement baroque, dont il devient l'un des principaux représentants à son retour en France.

Avec son frère Sébastien-Antoine, il travaille vers 1750-1760 au chœur de style baroque de l'église Saint-Merri à Paris.

En compagnie de son confrère Guillaume Coustou « Le Jeune » (dit aussi Guillaume II Coustou), il est également l'auteur d'une partie des décorations sculptées des hôtels construits par Ange-Jacques Gabriel sur commande de la Ville de Paris et au choix du roi Louis XV aux 2, 4, 6, 8 et 10, place Louis XV (actuelle place de la Concorde) à Paris.

Jean-Antoine Houdon figure parmi ses élèves.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France
En Italie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Souchal, Les Slodtz, sculpteurs et décorateurs du Roi, 1685-1784, Paris, Éditions E. de Boccard, 1967.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la sculpture
  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail du baroque