Lycée Jacques-Brel (La Courneuve)

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Lycée Jacques-Brel.

lycée Jacques-Brel

Entrée du lycée Jacques-Brel, pavoisée aux couleurs de l’Île-de-France, de la France et de l’Europe
Généralités
Création 1984
Pays France
Académie académie de Créteil
Coordonnées 48° 55′ 47″ nord, 2° 24′ 01″ est
Adresse 4, rue Dulcie-September
93120 La Courneuve
Site internet http://www.jacquesbrel-lacourneuve.fr/
Cadre éducatif
Type EPLE
Proviseur Régis Gallerand
Population scolaire 1036 (en 2018-2019)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis

Le lycée Jacques-Brel est un établissement public local d'enseignement (EPLE) secondaire et supérieur situé au 4, rue Dulcie-September à La Courneuve en Seine-Saint-Denis. Seul lycée général et technologique de la ville, il accueille également deux sections de BTS en communication et comptabilité-gestion.

Histoire du lycée[modifier | modifier le code]

Jacques Brel en 1971.

Le lycée Jacques-Brel de La Courneuve a été inauguré en 1983 et a ouvert ses portes l’année suivante[1]. La construction du bâtiment a été confiée à Jérôme Béraud du cabinet d’architecte Dottelonde & associés, maître d’œuvre également de la bibliothèque centrale de l’université du Havre. Initiative encore rare alors, ce sont les élèves qui ont voté pour choisir le nom de leur lycée parmi une liste de personnalités et Jacques Brel (1929-1978 : il décéda à l’hôpital Avicenne de Bobigny, dans la Seine-Saint-Denis) a devancé Georges Brassens (1921-1981).

En 2010, le troisième microlycée de France naît à La Courneuve et est rattaché administrativement au lycée Jacques-Brel. Il permet aux décrocheurs scolaires de passer un baccalauréat général[2].

En 2018-2019, le lycée accueille 1036 élèves.

Structure pédagogique et dispositifs[modifier | modifier le code]

À la rentrée 2018-2019, le lycée Jacques-Brel compte trois filières générales (économique et sociale, littéraire, scientifique), deux filières technologiques (sciences et technologies du management et de la gestion et sciences et technologies de la santé et du social) et deux sections de BTS (communication et comptabilité-gestion). À la rentrée 2019-2020, le lycée propose de mettre en place en classe de première puis de terminale (rentrée 2020-2021) de la section générale 8 spécialités dans le cadre de la réforme du bac :

  1. histoire géographie, géopolitique et sciences politiques ;
  2. humanités, littérature et philosophie ;
  3. langues et littératures étrangères ;
  4. mathématiques ;
  5. numérique et sciences informatiques ;
  6. SVT (sciences de la vie et de la terre) ;
  7. sciences économiques et sociales ;
  8. physique-chimie.

Les langues étudiées au lycée sont l’anglais, l’allemand, l’espagnol, l’arabe et l’italien. Deux sections européennes (SELO) sont également proposées en anglais et en espagnol. Le lycée propose plusieurs options facultatives au baccalauréat : latin, italien, danse et théâtre. L’accompagnement des élèves repose sur plusieurs dispositifs comme les études du soir, la mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS), les partenariats avec Sciences Po (à partir de l'année 2002-2003)[3], l’université Paris-Dauphine, les associations Tremplin et Réussir aujourd’hui.

Classement[modifier | modifier le code]

En 2018, concernant les taux de réussite au bac, le lycée se classe 92e sur les 124 lycées de l’académie de Créteil[4]. Néanmoins, le lycée obtient depuis quelques années un très bon classement dans le palmarès des lycées faisant le plus progresser ses élèves. En 2018, le lycée est à la 15e place dans le classement national (France métropolitaine)[5]. Cette valeur ajoutée s’explique par un accompagnement efficace au regard des profils scolaires et socio-économiques des élèves, La Courneuve faisant partie des 20 villes les plus pauvres de France[6]. D’ailleurs, les élèves du lycée viennent, pour la majorité d'entre eux, des trois collèges environnants classés REP+ (éducation prioritaire). Le BTS communication, quant à lui, atteint une réussite de 72,9 % à l’examen, contre un taux national de 91,4 %, alors que le BTS comptabilité-gestion atteint lui un taux de réussite de 84,2 % quand la moyenne nationale se situe à 78,2 %[7].

Direction[modifier | modifier le code]

  • depuis 2017 : Régis Gallerand[8].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnalités ont étudié au lycée Jacques-Brel à La Courneuve :

Éco-lycée[modifier | modifier le code]

Le lycée Jacques-Brel est un lycée éco-responsable qui a obtenu la certification E3D, “Établissement en démarche de développement durable” au niveau 2. À travers des enseignements à la biodiversité et grâce à l’action des éco-délégués[13], le lycée voit naître divers projets de développement durable : système de recyclage de piles et bouchons, tri du papier et des déchets, fabrication de cahiers de brouillon écologiques, installation d'un rucher sur le toit du lycée, potager en permaculture, grainothèque au CDI[14].

Dans les arts[modifier | modifier le code]

C’est dans le lycée Jacques-Brel que Jeanne effectue son stage dans le film Conte de printemps d’Éric Rohmer, sorti en 1990[15],[16],[17],[18]. On peut apercevoir le lycée dans la scène d’ouverture.

En 1990, l'écrivain François Bon anime pendant trois mois un atelier d'écriture au lycée Jacques-Brel[19] ; les textes produits sont rassemblés dans le recueil Sang gris[20]. Une expérience similaire a lieu en 2011 avec l'écrivaine Cloé Korman[21],[22] et aboutit au recueil La Courneuve, mémoires vives[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Lycée Jacques-Brel fête ses 30 ans », Le Parisien, (consulté le 23 février 2019).
  2. Soren Seelow, « Le micro-lycée, une deuxième chance pour les décrocheurs », Le Monde, (consulté le 23 février 2019).
  3. Daniel Sabbagh, « Affirmative Action at Sciences Po », French Politics, Culture & Society, vol. 20, no 3,‎ , p. 52–64 (DOI 10.3167/153763702782369696) ; Daniel Sabbagh, « Une convergence problématique : Les stratégies de légitimation de la « discrimination positive » dans l'enseignement supérieur aux États-Unis et en France », Politix, no 73,‎ , p. 211–229 (DOI 10.3917/pox.073.0211).
  4. « Classement des lycées », Le Figaro (consulté le 23 février 2019).
  5. « Classement des lycées 2018 : les établissements qui font le plus progresser leurs élèves », Le Monde, (consulté le 23 février 2019).
  6. « Les communes les plus touchées par la pauvreté », sur Observatoire des inégalités, (consulté le 22 février 2019).
  7. « Classement des BTS », L'Étudiant, (consulté le 23 février 2019).
  8. Philippe Lesaffre, « Au lycée, « c’est grave de gaspiller autant de feuilles » », sur Up le mag, .
  9. « Biographie de Stéphane Troussel », sur stephanetroussel.fr (consulté le 23 février 2019).
  10. « Anthropologue de Seine-Saint-Denis », sur thomaspitiot.net (consulté le 23 février 2019).
  11. Simon Blin, « Thomas Porcher, ceinture rouge », Libération, (consulté le 23 février 2019).
  12. « La Seine-Saint-Denis d'Amel Bent », sur Seine-Saint-Denis.fr (consulté le 23 février 2019).
  13. « Ryem Boudjemaï : Des lycéens éco-délégués », sur www.cafepedagogique.net (consulté le 23 février 2019).
  14. « Ryem Boudjemaï : Un rucher sur le toit du lycée », sur www.cafepedagogique.net (consulté le 23 février 2019).
  15. (es) Rosaura Serra Escorihuela, « La narrativización de la descripción en el relato fílmico: Eric Rohmer », dans Teresa García-Sabell, Dolores Olivares Vaquero, Annick Boiléve-Guerlet, Manuel García (eds.), Les Chemins du texte, vol. 2 : Lingüística, Traducción y Didáctica, Historia (6e colloque de l'Asociación de profesores de filología francesa de la Universidad española, Saint-Jacques-de-Compostelle, 19-21 février 1997), Saint-Jacques-de-Compostelle, Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, coll. « Cursos e congresos da Universidade de Santiago de Compostela » (no 110), , 560 p. (ISBN 84-8121-687-9), p. 180–190 [lire en ligne].
  16. (en) Jacob Leigh, The Cinema of Eric Rohmer: Irony, Imagination, and the Social World, New York, Continuum, , 374 p. (ISBN 978-1-441-17139-9 et 978-1-441-19831-0), p. 160.
  17. Lieux de Tournage Cinématographique (L2TC) (consulté le 8 juin 2019)
  18. (en) [1] : fiche IMDb du film (consulté le 9 juin 2019).
  19. Chikako Mori, « L’archipel invisible : L’écriture dans les “cultures de banlieue” », Hommes et Migrations, no 1297 titre numéro=Migrations en création,‎ , p. 68–76 (DOI 10.4000/hommesmigrations.1614).
  20. François Bon (dir.), Sang gris : Un atelier d'écriture à La Courneuve, Verdier, , 135 p. (ISBN 2-86432-141-6).
  21. Christine Marcandier, « La Courneuve, portraits à vif et ville multiple », sur Mediapart, .
  22. Cécile Rabot, « La littérature en dispositif de politique publique : Les résidences d’écrivains franciliennes entre création et territoires », Culture et Musées, no 31,‎ , p. 49–70 (DOI 10.4000/culturemusees.1622).
  23. La Courneuve, mémoires vives : Portraits des habitants de La Courneuve par les élèves du lycée Jacques-Brel, Médiapopéditions, coll. « Ailleurs » (no 1), , 141 p. (ISBN 978-2-918932-03-1).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’éducation
  • Portail de la Seine-Saint-Denis