Louise Adélaïde de Bourbon (1757-1824)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Portrait de Louise Adélaïde de Bourbon par Jean Pierre Franque et Richard Cosway, seconde moitié du XVIIIe siècle et début du XIXe. Musée des Beaux-Arts de Valenciennes.

Louise Adélaïde de Bourbon, née à Chantilly le 5 octobre 1757, morte à Paris en 1824, était une religieuse française. Dernière abbesse de Remiremont, elle fonda au début de la Restauration une communauté qui devint célèbre chez les catholiques français sous le nom de Bénédictines de la rue Monsieur.

Biographie

Louise Adélaïde de Bourbon, dite « Mademoiselle de Condé », était la troisième et dernière enfant de Louis V Joseph de Bourbon-Condé et de son épouse, née Charlotte de Rohan-Soubise (1737-1760), fille de Charles de Rohan. Descendante du Grand Condé à la cinquième génération, la princesse Louise-Adélaïde était la tante du dernier duc d'Enghien.

Ayant perdu sa mère à l'âge de trois ans, elle fut élevée par sa grand-tante, Henriette Louise de Bourbon-Condé (1703-1772) dite "Mademoiselle de Vermandois" (fille de Louis III de Bourbon-Condé), abbesse des Bénédictines de Beaumont-lès-Tours[1], puis acheva son éducation à l'abbaye royale des Bernardines de Panthémont[2].

On chercha en vain à lui faire épouser le comte d'Artois frère du roi Louis XVI puis elle succéda à Christine de Saxe, comme abbesse du chapitre noble de Remiremont.

Elle noua une amitié restée platonique avec Nicolas III Magon de la Gervaisais, rencontré dans la ville d'eau de Bourbon-l'Archambault, écrivain et polémiste, avec qui elle entretint un temps une correspondance suivie, publiée en 1834 par Pierre-Simon Ballanche[3], mais qu'elle dut interrompre sur ordre de son père en raison des bruits qui couraient sur leur liaison supposée.

Lors de sa mort en 1824, Nicolas III Magon de la Gervaisais publia son panégyrique dans un journal royaliste.

Voir aussi

Notes

  1. Notice no IA00071349, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Cette abbaye se trouvait dans l'actuel 7e arrondissement de Paris. Son emplacement est aujourd'hui occupé par des locaux ministériels, rue de Bellechasse, et par le temple protestant de Panthémont, rue de Grenelle. Cf. Louis Chaigne, Les Bénédictines de la rue Monsieur, éd. F.-X. Le Roux, Strasbourg-Paris, 1950, p. 13 sqq.
  3. Pierre-Simon Ballanche, "Lettres écrites en 1786 et 1787", Paris, 1834
© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html