Liège-Bastogne-Liège 2015

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Liège-Bastogne-Liège 2015
Julian Alaphilippe ({{2e}}), Alejandro Valverde ({{1er}}) et Joaquim Rodríguez ({{3e}}).
Généralités
Course101e Liège-Bastogne-Liège
CompétitionUCI World Tour 2015
Date26 avril 2015
Distance253 km
Pays Belgique
Lieu de départLiège
Lieu d'arrivéeAns
Équipes25
Partants200
Arrivants100
Vitesse moyenne40,552 km/h
Résultats
Vainqueur Alejandro Valverde (Movistar)
Deuxième Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step)
Troisième Joaquim Rodríguez (Katusha)
◀ 20142016 ▶
Documentation

La 101e édition de Liège-Bastogne-Liège a eu lieu le . C'est la treizième épreuve de l'UCI World Tour 2015. La course fait partie des classiques ardennaises et est considérée comme un monument du cyclisme. Elle est organisée par Amaury Sport Organisation (ASO), également organisateur du Tour de France.

Deux-cents coureurs prennent le départ qui se situe à Liège. Le parcours se dirige ensuite vers Bastogne, au sud, puis retourne au nord vers Ans, faubourg de Liège où se dispute l'arrivée, en faisant un détour par Stavelot. Longue de 253 km, l'épreuve comporte de nombreuses côtes principalement concentrées dans les soixante-dix derniers kilomètres.

Plusieurs groupes d'échappée se forment successivement, mais se font rattraper par le peloton. Un groupe de dix coureurs se dispute la victoire au sprint dans l'ascension finale à Ans. La victoire revient à l'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar) qui s'impose respectivement devant le Français Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step) et son compatriote Joaquim Rodríguez (Katusha)[1]. Il s'agit de la troisième victoire d'Alejandro Valverde sur la Doyenne. Il prend la tête du classement général du World Tour.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Liège-Bastogne-Liège.
Eddy Merckx, ici durant le Tour d'Italie 1967, est le recordman de victoires sur Liège–Bastogne–Liège.

Liège-Bastogne-Liège est créée en 1892, ce qui en fait la plus ancienne course du calendrier cycliste. Milan-Turin a certes disputée sa première édition plus tôt, mais n'est pas régulière avant les années 1920. La course fait partie des monuments du cyclisme avec Milan-San Remo, le Tour des Flandres, Paris-Roubaix et le Tour de Lombardie[2]. À cause de son ancienneté, elle est surnommée « la Doyenne ». Elle a la particularité d'être une course d'un jour, où les meilleurs coureurs de grand tours peuvent rivaliser avec les meilleurs coureurs de classique[3]. Eddy Merckx détient le record du nombre victoires : cinq acquises entre 1969 et 1975[4].

Présentation[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Profil de la course

Le parcours de la course est dévoilé le 15 avril. Il est dix kilomètres plus court que l'année précédente avec 253 kilomètres. Il s'agit de l'édition au plus faible kilométrage depuis 1986. Les changements se situent principalement dans la partie finale avec le retrait de la Vecquée, remplacée par le Col du Rosier et celui du Maquisard[5]. La deuxième modification concerne la distance entre la côte de la Redoute et celle de Côte de la Roche aux faucons qui passe de vingt-cinq à seize kilomètres. Une petite montée non répertoriée se trouve dans cette section. Le site Cyclingnews.com considère que cela va rendre la course plus dure et surement plus intéressante que l'édition 2014 qui a été particulièrement ennuyante[6].

Liège-Bastogne-Liège est la dernière des trois classiques ardennaises et est la course de clôture de la saison de printemps des classiques. Les classiques ardennaises sont trois courses avec de nombreuses côtes escarpées et courtes[7]. Le tracé emmène les coureurs dès le départ à Liège au sud de Bastogne. Après 107 kilomètres, le parcours se tourne vers le nord, pour revenir à Liège. La deuxième partie de course est plus longue (146 kilomètres) et entraîne les coureurs au nord-est de Spa avant de tourner à l'ouest jusqu'à l'arrivée. La course se termine à Ans, juste à l'ouest de Liège.

L'épreuve démarre de la Place Saint-Lambert devant le Palais des Princes-Évêques. Le départ est neutralisée jusque dans les faubourgs sud de la ville. Le soixante-quinze premiers kilomètres mènent le peloton vers le sud, en passant par Aywaille et La Roche-en-Ardenne. Même si la route ne peut être considérée comme plate, il n'y a pas de côte répertoriée dans cette section. La première montée, et la seule avant que le peloton n'atteigne Bastogne, est la côte de la Roche-en-Ardenne longue de deux kilomètres huit cents. À son sommet, les coureurs parcourt encore vingt-huit kilomètres avec d'atteindre Bastogne au kilomètre cent-sept. Après le passage au « Rond-point La Doyenne », la course s'oriente vers le nord pour retourner à Liège[8], [9].

Les dix-sept kilomètres suivants sont relativement plats jusqu'à Houffalize. Après une descente rapide, la côte de Saint-Roch se présente. Il s'ensuit une nouvelle section plate longue de trente kilomètres passant par Gouvy et Vielsalm sur une large route asphaltée. C'est à quatre-vingt-six kilomètres que commence véritablement le final de la course avec huit ascensions restantes[8].

Les trois premières côtes se succèdent rapidement dans les environs de Stavelot. La première est la côte de Wanne (2,7 km à 7,4 %), la seconde celle de Stockeu (1 km à 12,5 %) et celle de la Haute-Levée(3,6 km à 5,6 %)[10]. La côte de Wanne est étroite et a un mauvais revêtement. Sa descente est dangereuse. La côte de Stocke est décrite par le site Cycling Weekly comme extrêmement difficile parce qu'elle est raide, étroite et ne rend pas[9]. Enfin la côte de la Haute-Levée est unique dans le parcours parce qu'elle est pavée sur cinq cent mètres[9].

Vu du sommet de l'ascension finale à Ans. La flamme rouge se trouve dans l'arrière-plan.

Après un virage en épingle à cheveux, le parcours arrive sur les deux montées inédites de cette édition. Il s'agit tout d'abord du col du Rosier, la plus longue ascension de la journée. Les coureurs descendent ensuite vers Spa et emprunte après le col du Maquisard. À son sommet, il reste quarante-six kilomètres à parcourir. Le parcours croise alors la route utilisée en début de parcours[10].

La difficile côte de La Redoute est ensuite escaladée à trente-quatre kilomètres de l'arrivée. Cyclingnews.com écrit que c'est la côte la plus emblématique de la course[11]. Peu régulière, elle affiche huit pourcents dans le premier kilomètre, puis un passage de cinq cent mètres à treize pourcents avant un replat à six pourcent les cinq cents derniers mètres. Les coureurs descendent par la suite sur des routes sinueuses et grimpe la côte non répertoriée de Sprimont avant d'arriver dans la Côte de la Roche-aux-Faucons à dix-neuf kilomètres de la ligne[10]. Cette ascension est également très difficile avec un mauvais revêtement et une forte pente. S'ensuit une autre côte non inventoriée puis une descente vers Liège[10].

La dernière ascension de l'épreuve se trouve à six kilomètres de l'arrivée. La Côte de Saint-Nicolas est longue de un kilomètre et deux cents mètres et huit pourcents[10]. Après la descente, les coureurs arrivent à Ans. À deux kilomètres de l'arrivée commence une longue ligne droite. Ses cinq cents premiers mètres sont plats puis la route s'élève progressivement pour atteindre cinq pourcent environ. Un dernier virage à gauche se trouve à trois cents mètres de la ligne[12].

Num Nom km Longueur (m) Pente moyenne km de l'arrivée
1 Côte de la Roche-en-Ardenne 79 2 800 6,2 % 174
2 Côte de Saint-Roch 125,5 1 000 11,2 % 127,5
3 Côte de Wanne 169 2 700 7,4 % 84
4 Côte de Stockeu (Stèle Eddy Merckx) 175,5 1 000 12,5 % 77,5
5 Côte de la Haute-Levée 181,5 3 600 5,6 % 71,5
6 Col du Rosier 194 4 400 5,9 % 59
7 Côte du Maquisard 207 2 500 5 % 46
8 Côte de La Redoute 218,5 2 000 8,9 % 34,5
9 Côte de la Roche aux faucons 234 1 500 9,4 % 19
10 Côte de Saint-Nicolas 248 1 200 8,6 % 5

Équipes[modifier | modifier le code]

Vingt-cinq équipes participent à ce Liège-Bastogne-Liège : les dix-sept WorldTeams sont automatiquement conviées tandis que l'organisateur ASO invite huit équipes continentales professionnelles supplémentaires. Parmi elles, six ont déjà participé à la Flèche wallonne le mercredi. Cela concerne les deux équipes belges Wanty-Groupe Gobert et Topsport Vlaanderen-Baloise, les deux équipes françaises Cofidis et Europcar , ainsi que Roompot Oranje Peloton et MTN-Qhubeka. Les deux dernières élues sont Bora-Argon 18, qui prend part à l'ensemble des monuments en 2015, et Cult Energy[13]. Chaque équipe comportant entre cinq et huit coureurs, le peloton au départ est fort de deux cents athlètes[14].

Équipes continentales professionnelles
Nom de l'équipe Pays Code
Bora-Argon 18 Allemagne BOA
Cofidis France COF
Cult Energy Danemark CLT
Europcar France EUC
MTN-Qhubeka Afrique du Sud MTN
Roompot Oranje Peloton Pays-Bas ROP
Topsport Vlaanderen-Baloise Belgique TSV
Wanty-Groupe Gobert Belgique WGG

Primes[modifier | modifier le code]

Les vingt prix sont attribués suivant le barème de l'UCI[15],[16]. Le total général des prix distribués est de 50 000 €.


Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e à 20e
Prix 20 000 € 10 000 € 5 000 € 2 500 € 2 000 € 1 500 € 1 500 € 1 000 € 1 000 € 500 €

Favoris[modifier | modifier le code]

Fichier:Ans - Liège-Bastogne-Liège, 26 avril 2015, arrivée (A76A).ogvLire le média
L'arrivée.
Alejandro Valverde est l'un des principaux favoris de la course (ici au Tour d'Espagne 2015)

Les éditions précédentes de Liège-Bastogne-Liège se sont décidées de diverses manières. En 2009, Andy Schleck gagne après une attaque dans la Roche-aux-faucons. En 2013, Daniel Martin accélère dans le final et arrive également seul. En 2010, deux coureurs se disputent la victoire au sprint, en 2011 trois. Lors de l'édition précédente, un groupe conséquent participe au sprint. Simon Gerrans en sort vainqueur. Le déroulement de la course 2015 est donc difficilement prédictible. Une constante est toutefois la victoire d'un favori aux dépens des outsiders[17].

Alejandro Valverde vient de s'adjuger la Flèche wallonne du mercredi et se présente donc comme le principal favori au départ. Il a également gagné les éditions 2006 et 2008, ainsi que finit quatre autres fois sur le podium. Cependant ce statut peut le desservir, de nombreux coureurs le marquant de près. Philippe Gilbert a notamment subi ce genre de soucis durant l'Amstel Gold Race[11],[18].

Le champion du monde en titre Michał Kwiatkowski est également cité pour la victoire. Il s'est classé troisième à Liège en 2014 et vient de gagner l'Amstel Gold Race. Même s'il ne s'est pas montré à son avantage sur la Flèche wallonne, les longues côtes de Liège-Bastogne-Liège sont censées mieux lui convenir[11],[18].

Les autres favoris sont Joaquim Rodríguez, Rui Costa, Dan Martin, Vincenzo Nibali et Tim Wellens. Le vainqueur sortant Simon Gerrans a été blessé en début de saison et n'a pas encore retrouvé tous ses moyens. Il ne devrait donc pas se mêler à la lutte finale. De la même manière Philippe Gilbert a chuté lors de la Flèche wallonne et Liège-Bastogne-Liège n'est pas la course lui convenant le mieux[18].

Récit de la course[modifier | modifier le code]

Le début de la course est nerveux et ce jusqu'à la formation du groupe d'échappée. Quarante kilomètres sont parcourus durant la première heure. Huit coureurs composent le groupe de tête : Diego Ulissi, Matteo Montaguti, Otto Vergaerde, Clément Chevrier, Marco Minnaard, Anthony Turgis, Cesare Benedetti et Rasmus Quaade[19]. Leur avance monte à près de huit minutes alors que le peloton est mené par l'équipe Europcar. Son travail permet de réduire leur avantage à environ trois minutes au niveau de La Roche-en-Ardenne, au kilomètre soixante-dix-neuf[20].

Après le passage à Bastogne, le groupe de tête perd des éléments : Quaade, Chevrier et Vergaerde réintègrent le peloton avant l'arrivée de la Côte de Wanne, au bout de quatre heures de course[21]. Katusha prend les commandes du peloton à l'approche de l'ascension. Dans celle-ci, l'équipe Astana place ses hommes en tête : l'avance de l'échappée tombe sous la minute[22]. Dans la côte de Stockeu, Andriy Hrivko, Gorka Izagirre et Simon Yates attaquent et rejoignent l'avant de la course. D'autres coureurs font également la jonction pour former un groupe de vingt-et-un hommes dont cinq de la formation Astana, même si Nibali est absent[20],[21]. Dans la Côte de la Haute-Levée, plusieurs coureurs accélèrent de nouveau afin de réduire la taille du groupe. Il s'agit de Tanel Kangert, Michele Scarponi, Manuele Boaro, Esteban Chaves et Julián Arredondo. Ils atteignent le sommet avec vingt-cinq secondes d'avance. Boaro et Arredondo sont certes distancés dans le Col du Rosier, toutefois l'avantage du groupe s'accroit et dépasse la minute. Il descend à quarante-cinq secondes au Col du Maquisard quand l'équipe Movistar se met à mener le peloton[19],[20].

Giampaolo Caruso (à gauche) et Roman Kreuziger échappés dans la Côte de la Roche-aux-Faucons.

Une grande chute survient à l'approche de la Côte de la Redoute. Parmi les coureurs à terre, on compte les anciens vainqueurs Daniel Martin et Simon Gerrans, tout comme Frank Schleck, Nicolas Roche, Mathias Frank et Yukiya Arashiro. Vincenzo Nibali doit descendre de monture mais ne tombe pas. Seul une quarantaine de coureurs se présentent au pied de l'ascension[19],[21]. Si aucune blessure grave n'est à signaler, Nicolas Roche et Yukiya Arashiro ont besoin d'un certain temps avant de reprendre leurs esprits. Les autres coureurs retardés tentent de revenir dans le peloton. Gerrans est cependant forcé à l'abandon après être pris dans une seconde chute[23].

Alejandro Valverde (au centre) (1er), avec Julian Alaphilippe (à gauche) (2e) et Joaquim Rodríguez (3e).

Dans la Côte de la Redoute, Kangert est lâché de l'échappée. Scarponi et Chaves passe le sommet avec trente-cinq secondes d'avance mais sont repris dix kilomètres plus loin[21]. L'épreuve emprunte ensuite la Côte de la Roche-aux-Faucons, où Roman Kreuziger et Giampaolo Caruso attaquent. Ils sont rapidement rejoints par Jakob Fuglsang et passe le sommet avec dix-huit secondes d'avance sur le peloton. Plusieurs coureurs tentent alors de former un groupe de chasse. Il est finalement composés de six hommes : Giovanni Visconti, Julian Alaphilippe, Rui Costa, Samuel Sánchez et Daniel Moreno. Ils sont rattrapés par vingt autres coureurs à quinze kilomètres de l'arrivée quand une pluie se met à tomber[20].

Zdeněk Štybar se place en tête du peloton avant la Côte de Saint-Nicolas et réduit l'écart avec Kreuziger, Caruso et Fuglsang. Dans la montée, Valverde reste en tête et contrôle le train du groupe[19]. Nibali accélère mais ne parvient pas à créer un trou. Son attaque fait lâcher de nombreux coureurs dont Michał Kwiatkowski et Philippe Gilbert. Elle permet également le regroupement général[20],[21]. Romain Bardet place une accélération dans la descente de la Côte de Saint-Nicolas. Il est repris, mais Nibali fait les frais de cette manœuvre[19].

Giampaolo Caruso mène le groupe dans Ans jusqu'à l'ascension finale. À son pied, Daniel Moreno, coéquipier de Caruso, attaque et prend quelques mètres d'avance[20]. La poursuite n'est pas commencée par le groupe derrière, tous les coureurs attendant de Valverde qu'il fasse l'effort. Après cette temporisation, l'Espagnol accélère, reprend Moreno dans le dernier virage avec Joaquim Rodríguez, également coéquipier de Daniel Moreno, directement dans la roue. Valverde lance le sprint de loin mais ne se fait pas remonter par Rodríguez qui ralentit sur la fin permettant à Julian Alaphilippe de le devancer sur la ligne pour prendre la deuxième place[19].

Classements[modifier | modifier le code]

Classement final[modifier | modifier le code]

UCI World Tour[modifier | modifier le code]

Ce Liège-Bastogne-Liège attribue des points pour l'UCI World Tour 2015, par équipes uniquement aux équipes ayant un label WorldTeam, individuellement uniquement aux coureurs des équipes ayant un label WorldTeam.

Position[24],[25] 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e
Classement général 100 80 70 60 50 40 30 20 10 4

Classement individuel[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement individuel de l'UCI World Tour à l'issue de la course[26].

Classement individuel
Rang Coureur Équipe Points
1 Alejandro Valverde Movistar 338
2 Richie Porte Sky 303
3 Alexander Kristoff Katusha 237
4 John Degenkolb Giant-Alpecin 232
5 Joaquim Rodríguez Katusha 230
6 Michał Kwiatkowski Etixx-Quick Step 195
7 Rui Costa Lampre-Merida 194
8 Geraint Thomas Sky 184
9 Greg Van Avermaet BMC Racing 178
10 Nairo Quintana Movistar 168

Classement par pays[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement par pays de l'UCI World Tour à l'issue de la course[27].

Classement par pays
Rang Pays Points
1 Espagne 807
2 Australie 638
3 Colombie 472
4 Pays-Bas 435
5 Italie 379
6 Belgique 376
8 France 368
7 Royaume-Uni 266
9 Allemagne 241
10 Norvège 237

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement par équipes de l'UCI World Tour à l'issue de la course[28].

Classement par équipes
Rang Équipe Points
1 Etixx-Quick Step 779
2 Sky 673
3 Movistar 663
4 Katusha 659
5 BMC Racing 410
6 Tinkoff-Saxo 328
7 Orica-GreenEDGE 326
8 Lampre-Merida 317
9 Giant-Alpecin 302
10 Astana 241

Bilan et réactions[modifier | modifier le code]

Alejandro Valverde remporte Liège–Bastogne–Liège pour la troisième fois de sa carrière. Ils ne sont que six dans l'histoire de la course à l'avoir gagnée trois fois et plus. L'épreuve met fin à une semaine ardennaise très prolifique pour lui : il remporte deux des trois courses et se classe deuxième sur la dernière. Il est le premier coureur depuis Philippe Gilbert en 2011 à enchaîner la victoire sur la Flèche wallonne et Liège–Bastogne–Liège. Il considère qu'il a réalisé une « grande semaine »[29].

Julian Alaphilippe réalise la meilleure place d'un coureur français sur la course depuis Laurent Jalabert en 1998. Il doit initialement assister Kwiatkowski. Cependant quand ce dernier se fait distancer dans la Côte de Saint-Nicolas, le directeur sportif de son équipe, la Etixx-Quick Step, lui communique par l'oreillette de jouer sa carte. Déjà deuxième de la Flèche wallonne derrière le même Alejandro Vavelde, il se montre frustré après la ligne d'arrivée et se dit déçu d'être passé si proche de la victoire. Il déclare « Aujourd'hui, j'avais vraiment la sensation de pouvoir faire quelque chose de plus »[30]. Le site Cyclingnews.com écrit après la course qu'il a le potentiel pour remporter un monument dans le futur[31].

Plusieurs coureurs sont tombés à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée. Le plus touché est Yukiya Arashiro qui souffre de plusieurs fractures. Gianluca Brambilla casse quant à lui sa clavicule. LottoNL–Jumbo compte deux coureurs impliqués : Paul Martens qui se brise la main et Bram Tankink qui a des brûlures et éraflures. Nicolas Roche et Simon Gerrans se ressentent également de la chute, mais ne sont pas blessés[32]. Daniel Martin est au départ du Tour de Romandie la semaine suivante. Ayant des difficultés respiratoires durant l'épreuve, il découvre qu'il s'est cassé deux côtes sur Liège–Bastogne–Liège[33].

Liste des participants[modifier | modifier le code]

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur ce Liège-Bastogne-Liège Pos Position à l'arrivée de la course
    Indique un maillot de champion national ou mondial, suivi de sa spécialité NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ de la course
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé la course HD Indique un coureur qui a terminé la course hors des délais
Orica-GreenEDGE
OGE
Num Coureur Pos
1 Simon Gerrans (AUS) AB
2 Michael Albasini (SUI) 56e
3 Esteban Chaves (COL) 68e
4 Simon Clarke (AUS) 60e
5 Luke Durbridge (AUS) AB
6 Daryl Impey (RSA) AB
7 Pieter Weening (NED) 14e
8 Simon Yates (GBR) 39e
Directeur sportif : Matthew White
Movistar
MOV
Num Coureur Pos
11 Alejandro Valverde (ESP) 1er
12 Imanol Erviti (ESP) AB
13 José Herrada (ESP) 70e
14 Gorka Izagirre (ESP) 71e
15 Nairo Quintana (COL) 83e
16 José Joaquín Rojas (ESP) 75e
17 Rory Sutherland (AUS) AB
18 Giovanni Visconti (ITA) 40e
Directeur sportif : José Luis Arrieta
Etixx-Quick Step
EQS
Num Coureur Pos
21 Michał Kwiatkowski (POL) (Route) 21e
22 Julian Alaphilippe (FRA) 2e
23 Maxime Bouet (FRA) AB
24 Gianluca Brambilla (ITA) AB
25 Michał Gołaś (POL) AB
26 Zdeněk Štybar (CZE) (Route) 42e
27 Petr Vakoč (CZE) 73e
28 Julien Vermote (BEL) AB
Directeur sportif : Davide Bramati
Astana
AST
Num Coureur Pos
31 Vincenzo Nibali (ITA) (Route) 13e
32 Jakob Fuglsang (DEN) 9e
33 Andriy Grivko (UKR) 90e
34 Luis León Sánchez (ESP) 30e
35 Michele Scarponi (ITA) 41e
36 Rein Taaramäe (EST) 67e
37 Alessandro Vanotti (ITA) AB
39 Tanel Kangert (EST) 58e
Directeur sportif : Stefano Zanini
Cannondale-Garmin
TCG
Num Coureur Pos
41 Daniel Martin (IRL) AB
42 Davide Formolo (ITA) 32e
43 Nathan Haas (AUS) AB
44 Alex Howes (USA) 100e
45 Benjamin King (USA) AB
46 Sebastian Langeveld (NED) (Route) AB
47 Matej Mohorič (SLO) AB
48 Tom-Jelte Slagter (NED) 44e
Directeur sportif : Robert Hunter
BMC Racing
BMC
Num Coureur Pos
51 Philippe Gilbert (BEL) 36e
52 Brent Bookwalter (USA) 46e
53 Ben Hermans (BEL) AB
54 Klaas Lodewyck (BEL) AB
55 Joey Rosskopf (USA) 79e
56 Samuel Sánchez (ESP) 29e
57 Dylan Teuns (BEL) 31e
58 Tejay van Garderen (USA) AB
Directeur sportif : Valerio Piva
Katusha
KAT
Num Coureur Pos
61 Joaquim Rodríguez (ESP) 3e
62 Giampaolo Caruso (ITA) 15e
64 Dmitry Kozontchuk (RUS) AB
65 Sergueï Lagoutine (RUS) 94e
66 Alberto Losada (ESP) 66e
67 Tiago Machado (POR) 50e
68 Daniel Moreno (ESP) 10e
69 Maxim Belkov (RUS) AB
Directeur sportif : José Azevedo
AG2R La Mondiale
ALM
Num Coureur Pos
71 Domenico Pozzovivo (ITA) 8e
72 Jan Bakelants (BEL) 57e
73 Romain Bardet (FRA) 6e
74 Carlos Betancur (COL) 69e
75 Mikaël Cherel (FRA) 52e
76 Sébastien Minard (FRA) AB
77 Matteo Montaguti (ITA) 76e
78 Rinaldo Nocentini (ITA) 77e
Directeur sportif : Julien Jurdie
Tinkoff-Saxo
TCS
Num Coureur Pos
81 Rafał Majka (POL) 33e
82 Manuele Boaro (ITA) AB
83 Robert Kišerlovski (CRO) 18e
84 Roman Kreuziger (CZE) 5e
85 Bruno Pires (POR) AB
86 Paweł Poljański (POL) AB
87 Chris Anker Sørensen (DEN) 80e
88 Michael Valgren (DEN) (Route) AB
Directeur sportif : Sean Yates
Lampre-Merida
LAM
Num Coureur Pos
91 Rui Costa (POR) 4e
92 Matteo Bono (ITA) 64e
93 Valerio Conti (ITA) AB
94 Manuele Mori (ITA) 95e
95 Jan Polanc (SLO) 74e
96 José Serpa (COL) AB
97 Diego Ulissi (ITA) AB
98 Rafael Valls (ESP) 65e
Directeur sportif : Philippe Mauduit
Lotto-Soudal
LTS
Num Coureur Pos
101 Tony Gallopin (FRA) 20e
102 Sander Armée (BEL) 97e
103 Bart De Clercq (BEL) AB
104 Tosh Van der Sande (BEL) AB
105 Dennis Vanendert (BEL) AB
106 Jelle Vanendert (BEL) 22e
107 Louis Vervaeke (BEL) AB
108 Tim Wellens (BEL) 93e
Directeur sportif : Herman Frison
Sky
SKY
Num Coureur Pos
111 Nicolas Roche (IRL) AB
112 Philip Deignan (IRL) AB
113 Nathan Earle (AUS) AB
114 Sergio Henao (COL) 7e
115 Vasil Kiryienka (BLR) 19e
116 Lars Petter Nordhaug (NOR) 12e
117 Danny Pate (USA) AB
118 Kanstantsin Siutsou (BLR) 38e
Directeur sportif : Gabriel Rasch
Trek Factory Racing
TFR
Num Coureur Pos
121 Bauke Mollema (NED) 35e
122 Julián Arredondo (COL) AB
123 Fumiyuki Beppu (JPN) AB
124 Laurent Didier (LUX) AB
125 Fabio Felline (ITA) 55e
126 Bob Jungels (LUX) 82e
127 Fränk Schleck (LUX) (Route) AB
128 Calvin Watson (AUS) AB
Directeur sportif : Kim Andersen
Europcar
EUC
Num Coureur Pos
131 Thomas Voeckler (FRA) 27e
132 Yukiya Arashiro (JPN) AB
133 Fabrice Jeandesboz (FRA) AB
134 Maxime Méderel (FRA) 99e
135 Bryan Nauleau (FRA) AB
136 Perrig Quéméneur (FRA) AB
137 Pierre Rolland (FRA) 84e
138 Angélo Tulik (FRA) AB
Directeur sportif : Andy Flickinger
Lotto NL-Jumbo
TLJ
Num Coureur Pos
141 Wilco Kelderman (NED) 37e
142 Bert-Jan Lindeman (NED) AB
143 Paul Martens (GER) 96e
144 Bram Tankink (NED) AB
145 Laurens ten Dam (NED) 62e
146 Mike Teunissen (NED) AB
148 Jos van Emden (NED) AB
149 Moreno Hofland (NED) AB
Directeur sportif : Frans Maassen
Giant-Alpecin
TGA
Num Coureur Pos
151 Warren Barguil (FRA) 34e
152 Lawson Craddock (USA) AB
153 Tom Dumoulin (NED) 25e
154 Caleb Fairly (USA) AB
155 Johannes Fröhlinger (GER) AB
156 Simon Geschke (GER) 63e
157 Thierry Hupond (FRA) AB
158 Georg Preidler (AUT) 47e
Directeur sportif : Aike Visbeek
Topsport Vlaanderen-Baloise
TSV
Num Coureur Pos
161 Floris De Tier (BEL) AB
162 Tim Declercq (BEL) AB
163 Sander Helven (BEL) AB
164 Thomas Sprengers (BEL) AB
165 Preben Van Hecke (BEL) 72e
166 Pieter Vanspeybrouck (BEL) AB
167 Arthur Vanoverberghe (BEL) AB
168 Otto Vergaerde (BEL) AB
Directeur sportif : Walter Planckaert
IAM
IAM
Num Coureur Pos
171 Mathias Frank (SUI) AB
172 Clément Chevrier (FRA) AB
173 Pirmin Lang (SUI) AB
174 Jarlinson Pantano (COL) 43e
175 Sébastien Reichenbach (SUI) 24e
176 Patrick Schelling (SUI) AB
177 David Tanner (AUS) AB
178 Lawrence Warbasse (USA) AB
Directeur sportif : Rik Verbrugghe
FDJ
FDJ
Num Coureur Pos
181 Arthur Vichot (FRA) AB
182 Arnold Jeannesson (FRA) 91e
183 Olivier Le Gac (FRA) AB
184 Laurent Pichon (FRA) 78e
185 Kévin Réza (FRA) AB
186 Anthony Roux (FRA) 59e
187 Benoît Vaugrenard (FRA) AB
188 Jussi Veikkanen (FIN) (Route) AB
Directeur sportif : Franck Pineau
Wanty-Groupe Gobert
WGG
Num Coureur Pos
191 Enrico Gasparotto (ITA) 16e
192 Simone Antonini (ITA) AB
193 Jérôme Baugnies (BEL) 92e
194 Francis De Greef (BEL) AB
195 Tim De Troyer (BEL) AB
196 Yannick Eijssen (BEL) AB
197 Björn Leukemans (BEL) 53e
198 Marco Minnaard (NED) AB
Directeur sportif : Hilaire Van der Schueren
MTN-Qhubeka
MTN
Num Coureur Pos
201 Steve Cummings (GBR) 26e
202 Matthew Brammeier (IRL) AB
203 Jacques Janse van Rensburg (RSA) (Route) 61e
204 Merhawi Kudus (ERI) 51e
205 Louis Meintjes (RSA) 11e
206 Andreas Stauff (GER) AB
207 Daniel Teklehaimanot (ERI) AB
208 Johann van Zyl (RSA) AB
Directeur sportif : Jens Zemke
Cofidis
COF
Num Coureur Pos
211 Julien Simon (FRA) 17e
212 Yoann Bagot (FRA) AB
213 Nicolas Edet (FRA) AB
214 Romain Hardy (FRA) AB
215 Luis Ángel Maté (ESP) 81e
216 Rudy Molard (FRA) 28e
217 Stéphane Rossetto (FRA) 85e
218 Anthony Turgis (FRA) AB
Directeur sportif : Didier Rous
Bora-Argon 18
BOA
Num Coureur Pos
221 Cesare Benedetti (ITA) AB
222 Emanuel Buchmann (GER) 87e
223 Bartosz Huzarski (POL) AB
224 Patrick Konrad (AUT) 54e
225 José Mendes (POR) 23e
226 Dominik Nerz (GER) 48e
228 Paul Voss (GER) AB
230 Björn Thurau (GER) 98e
Directeur sportif : Enrico Poitschke
Roompot Oranje Peloton
ROP
Num Coureur Pos
231 Marc de Maar (NED) AB
232 Huub Duyn (NED) 45e
233 Reinier Honig (NED) AB
234 Johnny Hoogerland (NED) 89e
236 Maurits Lammertink (NED) 49e
237 Mike Terpstra (NED) 86e
238 Sjoerd van Ginneken (NED) AB
239 Jesper Asselman (NED) AB
Directeur sportif : Michael Boogerd
Cult Energy
CLT
Num Coureur Pos
242 Rasmus Guldhammer (DEN) 88e
243 Alex Kirsch (LUX) AB
244 Romain Lemarchand (FRA) AB
245 Christian Mager (GER) AB
246 Martin Mortensen (DEN) AB
247 Michael Reihs (DEN) AB
248 Fabian Wegmann (GER) AB
249 Rasmus Christian Quaade (DEN) AB
Directeur sportif : Michael Skelde

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Classements 2015 », sur http://www.letour.fr/
  2. Cossins 2015, p. 2
  3. Cossins 2015, p. 7
  4. Cossins 2015, p. 374
  5. « Shorter Liège-Bastogne-Liège, more selective finale for 2015 », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  6. Alasdair Fotheringham, « Liege-Bastogne-Liege toughens up finale », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  7. (en-US) « Your essential guide to the Ardennes Classics (video) », Cycling Weekly, Time Inc. UK,‎ (lire en ligne)
  8. a et b ASO 2015, p. 2-6
  9. a b et c « The climbs of Liege-Bastogne-Liege », Cycling Weekly, Time Inc. UK,‎ (lire en ligne)
  10. a b c d et e ASO 2015, p. 2-7
  11. a b et c Alasdair Fotheringham, « Liège-Bastogne-Liège preview: Who Can Beat Valverde? », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  12. ASO 2015, p. 2-8
  13. (en) Stuart Clarke, « Flèche Wallone and Liège-Bastogne-Liège wildcards announced », Cycling Weekly, Time Inc. UK,‎ (lire en ligne)
  14. ASO 2015, p. 9
  15. [PDF] « Règlement UCI du sport cycliste - Titre Ier, organisation générale du sport cycliste - Chapitre II, épreuves - Article 1.2.069, prix », sur http://fr.uci.ch/, UCI, version au 1er novembre 2014 (consulté le 9 décembre 2014)
  16. [PDF] « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre VI, épreuves par étapes - Article 2.6.022, prix », sur http://fr.uci.ch/, UCI, version au 24 septembre 2014 (consulté le 9 décembre 2014)
  17. (en) Stephen Puddicombe, « Liege-Bastogne-Liege 2015 preview », Cycling Weekly, Time Inc. UK,‎ (lire en ligne)
  18. a b et c (en) Stephen Puddicombe, « Liege-Bastogne-Liege 2015: Who will win? », Cycling Weekly, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  19. a b c d e et f (en) Barry Ryan, « Valverde wins Liège-Bastogne-Liège », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  20. a b c d e et f (en) Shane Stokes, « Valverde triumphs in Liège-Bastogne-Liège, takes select sprint to the line », Cyclingtips.com.au, Wallace Media Pty Ltd,‎ (lire en ligne)
  21. a b c d et e (en) Nigel Wynn, « Alejandro Valverde wins Liege-Bastogne-Liege 2015 », Cyclingnews.com, Time Inc. UK,‎ (lire en ligne)
  22. (en) Barry Ryan, « Liège - Bastogne - Liège: Elite Men As It Happened », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  23. (en) Nigel Wynn, « Martin, Gerrans and Roche caught up in Liege-Bastogne-Liege crash », Cycling Weekly, Time Inc. UK,‎ (lire en ligne)
  24. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 24 janvier 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)
  25. « Règlement UCI du sport cycliste - Titre II, épreuves sur route - Chapitre X, classement UCI - Article 2.10.017, Barème des points Femmes élites - version au 1er novembre 2015 » [PDF], sur uci.ch (consulté le 25 mars 2018)
  26. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur uci.com, Union cycliste internationale (consulté le 19 juin 2015)
  27. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Nation », sur uci.com, Union cycliste internationale (consulté le 19 juin 2015)
  28. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Team », sur uci.com, Union cycliste internationale (consulté le 19 juin 2015)
  29. (en) Alasdair Fotheringham, « Valverde claims hat-trick of victories in Liège-Bastogne-Liège », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  30. (en) Alasdair Fotheringham, « Alaphilippe takes France’s best Liège-Bastogne-Liège result since 1998 », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  31. (en) « Five conclusions from Liège-Bastogne-Liège », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  32. (en) « Injury update from Liege-Bastogne-Liege », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  33. (en) « News shorts: Astana respond to reasoned decision », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Livre de Route, Paris, Amaury Sport Organisation, (lire en ligne)
  • (en) Peter Cossins, Monuments: the grit and the glory of cycling's greatest one-day races, Londres, Bloomsbury Publishing, (ISBN 978-1-4088-4683-4, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Portail du cyclisme
  • Portail des années 2010
  • Portail de la province de Liège
  • Portail de la province de Luxembourg