Le Lion-d'Angers (ancienne commune)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Lion (homonymie).

Le Lion-d'Angers

L'hôtel de ville.

Blason
Administration
Pays  France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Segré
Canton Tiercé
Intercommunalité C.C. des Vallées du Haut-Anjou
Statut Ancienne commune
Code postal 49220
Code commune 49176
Démographie
Gentilé Lionnais
Population 4 077 hab. (2013)
Densité 99 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 43″ nord, 0° 42′ 42″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 78 m
Superficie 41,11 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Le Lion-d'Angers
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire

Le Lion-d'Angers

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Le Lion-d'Angers

Géolocalisation sur la carte : France

Le Lion-d'Angers

Géolocalisation sur la carte : France

Le Lion-d'Angers

Le Lion-d'Angers est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire. Le , elle fusionne avec sa voisine Andigné au sein de la commune nouvelle du Lion-d'Angers[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Coucher de soleil sur l'Oudon.

La commune du Lion-d'Angers est située à 25 km d'Angers et à 15 km de Segré.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par l'Oudon qui sépare le bourg du parc de l'Isle-Briand avant de se jeter dans la Mayenne au lieu-dit du Bec d'Oudon.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le Lion-d'Angers est au croisement de la RN 162, de la RD 775 (ex-RN 163BIS) et de la RD 770 (ex-RN 770).

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot Lion dans le nom de la commune viendrait vraisemblablement de Légion. On rapporte qu'une légion romaine de César s'y serait établie à l'époque gallo-romaine. Plus tard, au Xe siècle, Le Lion-d'Angers a eu comme nom Legio, ce qui vient soutenir cette thèse[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 4e Groupe Franc Motorisé de Cavalerie, commandé par le capitaine François Huet, y livra un courageux combat de retardement en juin 1940, sous de forts bombardements aériens.[réf. nécessaire]

Le , elle fusionne avec la commune voisine d'Andigné. Le chef-lieu de la commune nouvelle est fixé au Lion-d'Angers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1789 1793 Leroy   syndic
1793 1800 Jacques Bernier    
1800 1813 Michel René Fourmon   démissionnaire en 1813
1813 1816 Joseph Poulain du Mas    
1816 1830 Félix Élie Mercier la Vendée   notaire
1830 1835 Charles Quiris   médecin
1835 1837 Arsène Jean-Marie Faultrier   notaire
1837 1841 Charles Quiris   médecin
1841 1848 Pierre Audiot   vétérinaire
1848 1871 Louis Charles d'Andigné de Maineuf    
1871 1878 Jules Bernard   médecin
1878 1889 Jacques Guérétin    
1889 mai 1892 Joachim de Cholet    
mai 1892 1899 Jules Bernard   médecin
1899 mai 1912 Adam Paul Roussier   notaire
mai 1912 mai 1929 Henri de Cholet    
mai 1929 1941 Léon Cochard   industriel
1941 octobre 1947 Théodore Forestier   vétérinaire
octobre 1947 1962 Joseph Halligon   agent d'assurance
1962 mars 1965 Robert de Cholet    
mars 1965 mars 1983 Fernand Hubert   notaire, créateur du SIVM du Lion d'Angers
mars 1983 mars 2001 André Thibault   agriculteur retraité
mars 2001 mars 2008 Louis Saulou   agriculteur
mars 2008 Étienne Glémot[3] dvd cadre de production
vice-président de la C.C. du Lion d'Angers

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes des Vallées du Haut-Anjou, elle-même membre du syndicat mixte Pays de l'Anjou bleu, Pays segréen.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, Le Lion-d'Angers est chef-lieu du canton du Lion-d'Angers, et fait partie de l'arrondissement de Segré[4]. Ce canton compte alors quinze communes. C'est l'un des quarante-et-un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. La commune est alors rattachée au canton de Tiercé, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[5].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 4 077 habitants, en augmentation de 11,48 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1621 7282 2522 2012 6292 6702 7322 8322 760
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7182 7492 7522 7082 6722 6612 6232 5122 535
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5242 5372 5182 4752 5042 2612 1672 1832 132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
2 2262 2152 3272 7093 0953 3473 5833 6384 077
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,1 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 19,3 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 18,2 %, 45 à 59 ans = 18,6 %, plus de 60 ans = 26,4 %).
Pyramide des âges à Le Lion-d'Angers en 2008 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
2,0 
7,7 
75 à 89 ans
11,4 
11,0 
60 à 74 ans
13,0 
19,4 
45 à 59 ans
18,6 
19,9 
30 à 44 ans
18,2 
19,3 
15 à 29 ans
18,0 
22,1 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le Lion-d'Angers possède trois fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements éducatifs de la commune relèvent de l'académie de Nantes qui évolue sous la supervision de l'Inspection académique de Maine-et-Loire.

La commune du Lion-d'Angers compte deux établissements du premier degré[12] :

  • école maternelle et primaire publique Edmond-Girard ;
  • école maternelle et primaire privée Sainte-Claire.

Deux collèges (établissements du second degré) sont également présents au Lion-d'Angers[12] :

  • collège public du Val-d'Oudon ;
  • collège privé François-d'Assise.

Secours[modifier | modifier le code]

Le Lion-d'Angers dispose d'un centre de secours permettant l'intervention des équipes de secours sur une dizaine de communes avoisinantes. Il fait partie du groupement territorial Nord-Segréen. Il est composé de quarante-six Sapeurs-pompiers volontaires assurant des astreintes opérationnelles sur l'ensemble de l'année.

Le centre de secours du Lion-d'Angers dispose de 8 véhicules (VLCG, VLHR, FPTSR, VSAV, VTU, CCF, CCGC, EPSA) permettant d'intervenir dans les situations de secours les plus variées.

Liste des chefs du centre de secours du Lion-d'Angers
Périodes Chefs de centre successifs[13]
2014 2015 Adjudant-chef Patrick Galon
2009 2014 Lieutenant Christophe Scholl
2006 2009 Lieutenant Jean-Christophe Robin
2006 Major Jean-Louis Beschus

Activités hippiques[modifier | modifier le code]

C'est au Lion-d'Angers que trouve l'hippodrome de l'Isle-Briand qui accueille des courses hippiques tout au long de l'année dont, notamment, des courses pour le PMU.

Le Haras national de l'Isle Briand abrite aussi l'un des haras nationaux.

Chaque année, dans cette ville, est organisée une compétition comptant pour les Championnats du monde de Concours complet des chevaux de 6 et 7 ans.

Article détaillé : Mondial du Lion.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 316 établissements présents sur la commune à fin 2010, 21 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 47 % de celui du commerce et des services et 19 % du secteur de l'administration et de la santé[14].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Haras national du Lion-d'Angers.

La commune abrite quatre monuments historiques :

À noter également :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Mathurin Mercier la Vendée (1774-1801), militaire, né au Lion-d'Angers ;
  • Paul Louis Joseph Delhumeau (1888-1945)[19], né au Lion-d'Angers, Curé de Tiercé 1833-35, de Segré 1935-45, dans la Grande Guerre : cité à l'Ordre du régiment n°118, croix de guerre, étoile de bronze ;

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Arrêté no DRCL/BCL/2015-619 du 12 août 2015 portant création de la commune nouvelle du Lion-d’Angers », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de Maine-et-Loire, no 56,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. Histoire du Lion-d’Angers sur le site de la mairie du Lion-d'Angers.
  3. Ouest-France, Étienne Glémot repart pour un deuxième mandat, article du 31 mars 2014
  4. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune du Lion-d'Angers, consultée le 7 mars 2015
  5. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  10. « Évolution et structure de la population à Le Lion-d'Angers en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012).
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  12. a et b Vie scolaire sur le site de la mairie du Lion-d'Angers.
  13. Centre de secours du Lion d'Angers.
  14. Insee, Statistiques locales du territoire du Lion-d'Angers (49), consultées le 20 avril 2013.
  15. Notice no PA00109148, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no PA00109149, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no PA00109150, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no PA00109151, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Paul Delhumeau, origine », sur GeneaNet,
  • Portail de l’Anjou et de Maine-et-Loire
  • Portail des communes de France