L'Homme qui ne voulait pas mourir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
L'Homme qui ne voulait pas mourir
108e histoire de la série Spirou et Fantasio
Scénario Jean-David Morvan
Dessin José-Luis Munuera
Couleurs Christian Lerolle
Assistant Nicolas Nemiri et Glogo
Personnages principaux Spirou
Fantasio
Spip

Éditeur Dupuis
Première publication 2005
ISBN 2-8001-3694-4
Nb. de pages 58

Prépublication Spirou
Albums de la série Spirou et Fantasio
Précédent Paris-sous-Seine Spirou et Fantasio à Tokyo Suivant

L'Homme qui ne voulait pas mourir est la cent-huitième histoire de la série Spirou et Fantasio de Jean-David Morvan et José-Luis Munuera. Elle est publiée pour la première fois dans Spirou du no 3506 au no 3518.

Sommaire

Univers

Synopsis

Depuis la mort de son oncle Tanzafio (cf. Spirou et les héritiers) Fantasio, essaye de redonner vie à sa maison à l'abandon. À l'occasion d'une de ses visites, il découvre que la villa familiale sert de refuge à son cousin Zantafio et à ses sbires qui craignent les représailles de la mafia russe (cf. Spirou à Moscou). Ceux-ci ont séquestré un vagabond qui s'avère être Tanzafio, que tout le monde croyait mort et qui, grâce à une réserve d’eau de jouvence[1], est devenu centenaire. Venu secourir Fantasio, Spirou, est capturé à son tour.

Zantafio réussit à mettre la main sur le plan de Tanzafio[2] qui indique où trouver la source de cette potion magique et part à sa recherche dans la jungle du Guaracha, en prenant soin d'incendier le château ou Spirou, Fantasio et Tanzafio sont ligotés. Heureusement, Spip détache leurs liens et ils suivent Zantafio de près. S'engage la poursuite la plus lente de la bande dessinée[3], sur l'océan atlantique, d'abord en fantacoptère, puis en barque et enfin en voilier donné par des plaisanciers reconnaissants à Spirou d'avoir sauvé leur enfant; face à Zantafio qui a réquisitionné un bateau de force, au hasard d'une embardée avec la voiture qu'il a volé à son cousin.

Au Guaracha, Zantafio, après avoir assuré la fidélité de ses sbires en acceptant leurs revendications salariales, rallie à sa cause des paysans sans terre, commandés par Selvo, un métis hispano-indien au cours d'une fusillade avec un groupe de natifs rebelles, commandés par Katxina[4]. Spirou sauve la vie à Katxina. La révolte se prépare parmi les indigènes qui se sentent opprimés par les paysans, la guerre remontant à l'arrivée des conquistadors sur leur sol. En filigranes de cette lutte se dessine le dilemme de Katxina et Selvo qui préfèrent oublier les sentiments qu'ils éprouvent l'un envers l'autre au profit de leurs opinions politiques. Pris au milieu des combats, Zantafio, espérant retrouver la source de jouvence, s'enfonce dans la jungle avec Selvo. Tanzafio guide Spirou, Fantasio et Katxina afin d'arrêter la progression de son néfaste neveu.

Dans la poursuite, Zantafio touche un crâne d'or géant qui déclenche un mécanisme aspergeant d'eau de jouvence les morts d'un champ de bataille. Katxina et Selvo sont ainsi tués par des soldats morts, mais Spirou réussit à fuire en faisant voler le crâne, ayant touché son œil. Aidé par Tanzafio qui se fait tuer à son tour, Spirou parvient à ressusciter le couple guarachien en le plongeant dans la fontaine d'eau de jouvence.

Tandis qu'ils découvrent la cité d'or où subsistent encore des indiens, Zantafio parvient à s'enfuir avec ses acolytes en emportant avec lui quelques litres d'un liquide qui a perdu sa magie. Les indiens rassurent Spirou et ses amis sur le fait que Zantafio ne pourra plus rien faire du liquide car souillé du sang de Selvo et Katxina.

Zantafio et ses hommes sont finalement capturés par la mafia russe tandis que Fantasio réhabilite avec Spirou la maison que vient de lui léguer son oncle Tanzafio.

Personnages

Historique

Publication

Revues

Album

Notes

Le parti pris des auteurs

Comme sur l'album précédent, le découpage de planches très serré met en valeur le dynamisme des poursuites.

Les auteurs offrent au lecteur un point de vue intéressant sur le problème des paysans sans terre et de la domination de natifs d'Amérique latine. Les véritables oppresseurs sont les gouvernements successifs qui n'ont pas essayé d'améliorer la qualité de vie des deux communautés.

Annexes

Références

Lien externe

© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html