Johnny Hallyday au Zénith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher

Johnny Hallyday au Zénith

Live par Johnny Hallyday
Sortie 24 octobre "Faux live" et 12 novembre "Vrai live" 1984
Label Philips
Universal Music Group

Albums par Johnny Hallyday

Johnny Hallyday au Zénith est le 11ème album live de Johnny Hallyday. Il sort dans une première version le 24 octobre. Une seconde version sort le 12 novembre 1984.

L'album est réalisé par Pierre Billon. Il s'agit de sa dernière réalisation pour Johnny Hallyday. Leur collaboration a débuté en 1982.

Sommaire

Historique

Johnny Hallyday est annoncé au Zénith du 25 octobre 1984 au 3 février 1985[1], soit un peu plus de trois mois de scène.

Pour ce spectacle, 4000 projecteurs sont requis. Une main géante articulée par vérin ouvre le spectacle, laissant apparaître le chanteur au-dessus du public. Pour cela, l'architecture du Zénith fut modifiée et un mur abattu afin que s'articule l'ensemble[2]. Des danseurs et des cascadeurs s'activent sur certains titres et pour la première fois des violons accompagnent Johnny Hallyday sur scène. Une créature à la plastique superbe, danse autour de Johnny pour la chanson La garce. Une autre, d'abord femme de ménage, après avoir jeté seau et balai, se révèle et se libère sur Gabrielle et il ne s'en faut d'un rien qu'elle ne se livre à un "effeuillage" total. La mise en scène ne néglige ni l'humour, ni l'émotion. Johnny donne une poignante interprétation du classique de Jacques Brel Ne me quitte pas. La chanson Ne tuez pas la liberté, clos la première partie du show, dans une mise en scène où la tête d'Hallyday tombe sous le couperet d'une guillotine - l'action se passe en ombre chinoise. Après le spectacle de L'ange aux yeux de lasers (1979) et celui de FantamsHallyday (1982), c'est la troisième fois que Johnny meurt (de mort violente et spectaculaire) en fin de première partie.

Le récital résolument rock est entrecoupés de (rares) morceaux lents. Pour la première fois, (dans un tour de chant parisien), Johnny Hallyday interprète J'ai oublié de vivre. Les chansons La Musique que j'aime, Hey Joe (absentes d'un récital parisien depuis le Palais des Sports 76) sont au programme, tout comme Excuse-moi partenaire, (qu'il n'a plus chanté depuis l'Olympia de 1964). Il chante l'inédit Je me sens si seul, qu'il adapte lui même du standard Heartbreak Hotel[3]). Le récital fait la part belle aux derniers albums Entre violence et violon et Drôle de métier.

Le spectacle s'achève sous un déluge de lumières et de décibels sur Le bon temps du Rock'N'roll qui précède Mon p'tit Loup (ça va faire mal), (durant lequel accroché à un " fil " s'envolent au dessus du public les guitaristes). Le temps d'un rappel et Hallyday conclut avec Whole Lotta Shakin' Goin' On.

À ce jour, ce spectacle reste la plus grande "machinerie", jamais montée par Johnny Hallyday. La mise en scène, signée Hilton Mc Connico, (chef opérateur sur le film de Jean-Jacques Beineix Diva), est totalement démesurée.

De surcroit, le coût de la mise en scène a plongé les finances dans le rouge et pour assurer le show sur la longueur, le besoin d'argent se fait sentir. Nécessité oblige, il est décidé d'anticipé sur les évènements afin de pouvoir assurer la production du show dans la durée.

C'est ainsi que :

Rien ne signale l'existence et les différences de ces deux versions d'un même album : « Faux » et le « vrai » live ont en commun leurs titres, leurs pochettes et leurs références[5]. Ils sont semblables en tous points, à un détail visuel près :

  1. Côté verso, sur le « faux live », on distingue en bas le dessin d'un poing traversant un cœur, l'ensemble est de couleur rouge en dessous le nom de Johnny Hallyday est écrit en blanc.
  2. Inversement, c'est un cœur blanc traversé par un poing rouge qui illustre le « vrai live », Johnny est également écrit en rouge.

Ce sont là les seuls signes visuels qui permettent de distingués « faux » et « vrai » live !

À l'écoute les deux éditions présentent également plusieurs différences :

Autour de l'album

Références des disques précédemment cité :

Et aussi :

On a pu également écouter partiellement le tour de chant au Zénith, sur deux simples albums:

Note :

Le soir de la première Johnny Hallyday a interprété un medley Rock and roll très différent de celui dont le détail est donné plus bas. Abandonné dès la première représentation ce medley, (resté inédit), proposait les chansons suivantes :

Titres

No Titre Auteur(s) Durée
1. Intro Zénith (instrumental) Pierre Billon - Éric Bouad
2. Poing cœur Georges Aber - Johnny Hallyday, Érick Bamy
3. Je sais que tu ne peux pas trouver mieux ailleurs
4. Le pénitencier
5. J'ai oublié de vivre
6. La musique que j'aime
7. L'amour violent
8. Signes extérieurs de richesse
9. Ma gueule
10. Ne me quitte pas Jacques Brel
11. Entre violence et violon
12. Quand un homme devient fou
13. Rien a personne Georges Aber - Johnny Hallyday, Érick Bamy
14. Ne tuez pas la liberté Philippe Labro - Johnny Hallyday, Pierre Billon
15. Le cœur du rock'n roll (The heart of Rock'N'Roll) Huey Lewis, John Lolla - adaptation : Pierre Billon
16. Toi tais toi
17. Drôle de métier
18. La garce Gilles Thibaut - Pierre Billon, Édouard Bouad, Johnny Hallyday
19. Hey Joe
20. J'aimerai pouvoir souffrir encore comme ça
21. Nashville blues
22. Medley Rock'N'Roll : Je suis né dans la rue - Elle est terrible - La fille de l'été dernier - Souvenirs, souvenirs - 37e étage - Oh Carole - Johnny reviens - Blue Suede Shoes - Rien que 8 jours - Tutti Frutti
23. Je me sens si seul, (Heartbreak Hotel) Mae Axton, Joe Durden, Elvis Presley - adaptation : Johnny Hallyday
24. Excuse moi partenaire
25. Le bon temps du rock'n roll
26. Mon p'tit loup
27. Whole Lotta Shakin' Goin' On

Musiciens

Notes et Références

  1. Le 23 décembre, Johnny Hallyday donne sa dernière représentation pour 1984. Le spectacle reprend le vendredi 4 janvier 1985. Il a déjà chanté au Zénith soixante trois fois, dans un tour de chant qui dure deux heures et demi, soit quelque deux cents heures passées sous les projecteurs. Le mardi 8 janvier, alors qu'il vient de commencer Le bon temps du Rock'N' Roll, il est victime d'un malaise et s'écroule sur scène. Hospitalisé pour quelques jours, il devra interrompre le spectacle jusqu'au 29 janvier - - Source : Jean-François Brieu Intégrale live 1960-2003 - le livre. Le mercredi 30 janvier, il reprend la scène pour les trois derniers récitals. Le 2 février, soir de la dernière, il chante avec Eddy Mitchell Be-Bop-A-Lula et avec Sheila Mon p'tit loup. (La chanteuse qui doit prochainement se produire au Zénith, inscrit la chanson à son répertoire). Le 16 février, Johnny Hallyday donne le coup d'envoi d'une tournée en province qui durera deux mois.
  2. [Intégrale live 1960-2003 - le livre, Jean-François Brieu]
  3. En 1974, sur l'album Rock'N'Slow, Johnny a déjà enregistré ce titre d'Elvis Presley, sous le titre À l'hôtel des cœurs brisés, une adaptation signée Long Chris
  4. Daniel Lesueur L'argus Johnny Hallyday, éditions Alternatives, p.143
  5. [Id]
  6. [album "Johnny Hallyday au Zénith" ref. Philips 824045 - sortie le 24 octobre 84 / (Faux live) : Sur le titre Rien à personne on peut entendre le couplet suivant : "Il faut marcher sans défaillance, au combat sans indulgence, au finish à l'endurance, chaque jour j'avance, j'avance, un jour attaque, un jour défense, j'me fous de la médisance, plus ça fait mal plus j'crie vengeance // Alors que la version studio (45T. 880281-7), ainsi que sur le "vrai" live c'est : Un jour attaque un jour défense, j'me fous de la médisance, plus ça fait mal plus j'crie vengeance... / différence volontaire où pas ? es-ce une impro de Johnny ou quelque chose de calculé ? Le fait est qu'il y a bien deux versions différentes de ce titre
© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html