Jean Félix-Paganon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Félix-Paganon, né le à Casablanca (Maroc), est un diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Félix Paganon est le fils d'un couple de cadres de sociétés. Il étudie au lycée Janson-de-Sailly, puis est diplômé de l’institut d’études politiques, et de l’institut national des langues et civilisations orientales (arabe littéral). Il passe le concours pour le recrutement de secrétaires des Affaires Étrangères, et rejoint le Ministère des Affaires Étrangères le [1].

En 1991, il est porté au grade de capitaine de la gendarmerie française[2].

Ambassadeur de France en Égypte de 2008 à 2012 durant la période délicate de la révolution égyptienne de 2011, il est ensuite chargé de mission sur la question du Sahel et d'Al-Qaeda au Maghreb islamique auprès du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius[1], avant d'être brutalement remercié en février 2013 à la suite de l'éclatement des conflits au Mali[3].

Il est nommé ambassadeur de France au Sénégal en juin 2013 puis en Gambie en juillet 2014.

En avril 2015, Jean-Félix Paganon s'exprime sur l'affaire Karim Wade et affirme « qu’un non-lieu pour Karim serait une surprise », provoquant des troubles au sein de l'opposition qui l'accuse d'ingérence[4],[5].

En février 2016, Jean-Félix Paganon salue le choix du président Macky Sall de respecter la décision du conseil constitutionnel qui l'oblige à rester 2 ans de plus au pouvoir, affirmant qu'il ne peut s'octroyer à la justice de son pays[6],[5]. En parallèle, dans l'affaire qui oppose la SIPL à la Société générale de banques au Sénégal, il use de sa position diplomatique pour éviter que la banque française ne se plie à la décision de la cour de justice sénégalaise[7].

C'est un proche de Jean-Pierre Chevènement[réf. nécessaire].

Postes[modifier | modifier le code]

  • 1979 : Direction de l’Afrique du Nord et Levant
  • 1979-1981 : troisième puis deuxième secrétaire à Amman
  • 1982-1983 : premier secrétaire à Amman
  • 1983-1985 : membre de la délégation française au Conseil de l’Atlantique Nord, à Bruxelles
  • 1985-1986 : membre de la délégation française à la Conférence sur le désarmement en Europe, à Stockholm
  • 1986-1988 : membre de la délégation française à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, à Vienne
  • 1988-1989 : délégué dans les fonctions de sous-directeur du Moyen-Orient à l’administration centrale (Afrique du Nord et Moyen-Orient)
  • 1989-1991 : conseiller diplomatique au cabinet Jean-Pierre Chevènement, alors Ministre de la Défense[1]
  • 1991-1994 : deuxième conseiller à la mission permanente française auprès de l’Organisation des Nations Unies, à New York
  • 1994-1997 : directeur de la Commission politique de l’Union de l’Europe Occidentale
  • Mai 1997 - mai 1999 : ambassadeur de France à Koweit[8]
  • 1999-2003 : directeur du Département des Nations Unies et des organisations internationales à l'administration centrale
  • 2003-2006 : ambassadeur de France en Afrique du Sud, à Prétoria
  • 2006-2008 : directeur d’Afrique du Nord et Moyen-Orient à l'administration centrale
  • 2008-2012 : ambassadeur de France en Égypte, au Caire
  • 2012-2013 : chargé de mission sur la question du Sahel et d'Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi)[9].
  • Juillet 2013 - avril 2016 : Ambassadeur de France au Sénégal[10],[11]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean-Félix Paganon a une fille, Mathilde, d'un premier mariage. Il se marie en secondes noces le 8 octobre 1998 à Marie-Hélène Maysounave, également diplomate (conseillère technique au cabinet d’Hubert Védrine, alors ministre des Affaires étrangères)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean-Pierre Bejot, « Jean Félix-Paganon, « l’œil de Paris » sur les affaires sahélo-sahariennes (1/2) », sur Lefaso.net,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  2. « Décret du 3 juillet 1991 portant nomination et promotion dans l'armée active », sur Legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  3. Alain Barluet, « Le Mali fait tomber des têtes au Quai d'Orsay », sur Lefigaro.fr,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  4. Ibrahima Mansaly, « Jean Felix Paganon condamne Karim, la défense de Wade-fils rue dans les brancards », sur Pressafrik.com,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  5. a et b «Jubanti Senegal» écrit au président français : l'amabassadeur Jean-Félix Paganon dénoncé, son départ sollicité, sur Walfnet.com (consulté le 3 mai 2016)
  6. Aliou Fama, « Jean Félix Paganon, l’ambassadeur de France bénit le wax waxeet de Macky Sall », sur Senego.com,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  7. « Affaire SIPL/SGBS : les déboires de la Société Générale en Afrique », sur Continent-noir.com,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  8. « Liste chronologique des ambassadeurs de France au Koweït », sur Ambafrance-kw.org,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  9. Diplomates pour dossiers chauds, Le JDD, 24 juin 2012.
  10. « Jean-Félix Paganon, ambassadeur de France au Sénégal », sur Ambafrance-sn.org,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  11. Amadou L. Mbaye, « Ambassade de France au Sénégal: Christophe Bigot remplace Jean Félix Paganon », sur Senenews.com,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  12. « Décret du 29 mars 2002 portant promotion et nomination », sur Legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 3 mai 2016)
  13. « ORDRE NATIONAL DU MERITE Décret du 8 novembre 1995 portant promotion et nomination », sur Legifrance.gouv.fr,‎ (consulté le 3 mai 2016)


Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la politique française