James Henry Lane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Lane.
James Henry Lane

Naissance
Lawrenceburg, État de l'Indiana
Décès (à 52 ans)
Leavenworth, État du Kansas
Allégeance Union
Grade Brigadier général
Années de service 1846-1862
Conflits Guerre américano-mexicaine
Guerre de Sécession
Famille Mary E. Lane (épouse)

James Henry Lane également connu comme Jim Lane ( - ) est un partisan lors des évènements du « Bleeding Kansas », période qui a immédiatement précédé la guerre de Sécession. Pendant la guerre, Lane sert en tant que sénateur des États-Unis et en tant que général combattant pour l'Union. Bien que réélu sénateur en 1865, Lane se suicide l'année suivante.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Fils d'Amos Lane (en), Lane naît à Lawrenceburg, Indiana[1], où il pratique le droit, lorsqu'il est admis au barreau en 1840.

Au cours de la guerre américano-mexicaine, il est nommée colonel du 3rd Indian Infantry le [2]. Il quitte le service actif des volontaires le avant d'être de nouveau nommé colonel du 5th Indiana Infantry le [2]. Il quitte le service actif des volontaires le [2].

Il est membre du congrès des États-Unis de l'Indiana (1853-1855) où il vote en faveur de l'acte Kansas-Nebraska.

Il déménage dans le territoire du Kansas en 1855. Il est immédiatement impliqué dans le mouvement abolitionniste du Kansas, et est souvent cité comme le chef des Jayhawkers, l'un des principaux groupes militant pour le sol libre (Free Soil). Après l'obtention de l'admission du Kansas dans l'Union pour les Free Soilers en 1861 en tant qu'État libre, Lane est élu parmi les premiers sénateurs des États-Unis du nouvel État, et est réélu en 1865. Pendant ce temps, il préside la convention de Topeka convention.

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Au cours de la guerre de Sécession, en plus de servir au Sénat, Lane lève une brigade de « Jayhawkers » connue sous l'appellation de « brigade du Kansas », ou de « brigade de Lane », composée du troisième, de quatrième et du cinquième Kansas Volontaires. Il dirige cette force mixte lors d'actions contre les pro-sudistes du général Sterling Price du Missouri lors de la bataille de Dry Wood Creek alors que Price lance une offensive au début de la guerre pour reprendre le Missouri au profit du gouvernement pro-confédéré de l'État qui a été déposé par les forces pro-unionistes autour de Saint-Louis. Lane perd la bataille, mais reste et attaque les poches pro-sudistes dans le Missouri derrière Price. Ses raids aboutissent à la mise à sac d'Osceola (en), au cours de laquelle les forces de Lane tuent au moins neuf hommes, puis pillent, saccagent et brûlent la ville ; ces événements ont inspiré le roman Gone to Texas (en) de Forrest Carter, qui est à la base du film de 1976 réalisé par Clint Eastwood, Josey Wales hors-la-loi. Lane est sévèrement critiqué pour ses actions à Osceola, plus sévèrement par le général Henry Halleck, alors commandant du département du Missouri. Des actions de Lane, il déclare : « Le parcours poursuivi par ceux commandés par Lane et Jennison a retourné contre nous plusieurs milliers de personnes qui étaient précédemment des hommes de l'Union. Un peu plus de ces raids rendrait unanimement l'État contre nous ». Ainsi, la brigade de Lane est dissoute[3].

Le , Lane est nommé brigadier général des volontaires[2]. Le , sa commission est annulée à l'issue d'un argument sur le fait qu'un sénateur des États-Unis siégeant ne peut détenir simultanément le grade de général[4],[2]. Cependant, le , il est réintégré en tant que brigadier général des volontaires, avec la confirmation du Sénat des États-Unis. Au cours de 1862-1863, il sert en tant que commissaire pour le recrutement de l'État du Kansas.

Du au , le sénateur des États-Unis Jim Lane recrute le 1st Regiment Kansas Volunteer Infantry (Colored) (en) qui fait ses débuts lors de l'escarmouche à Island Mound (en). Ce sont les premières troupes afro-américaines à combattre lors de la guerre, un an avant le 54th Massachusetts. Au cours de leur première action, 30 hommes du régiment vainquent 130 partisans confédérés montés[5].

Lane est la cible de l'événement qui est devenu le massacre de Lawrence (ou raid de Quantrill) le . Les partisans confédérés poussent des cris de « Souvenez-vous de Osceola ! ». Bien que Lane réside à Lawrence à ce moment, il réussit à échapper à l'attaque par la course à travers un ravin à proximité.

En 1864, lors de l'invasion du Missouri par Sterling Prix, Lane sert en tant qu'aide-de-camp volontaire de Samuel R. Curtis, commandant de l'armée des confins. Lane est aux côtés des forces de l'Union victorieuses lors de la bataille de Westport.

Mort et mémoire[modifier | modifier le code]

Lane a survécu à de nombreuses difficultés dans sa vie, y compris les combats lors de la guerre américano-mexicaine et la guerre de Sécession. Mais le , il se suicide[6] en se tirant un balle dans la tête alors qu'il saute de sa voiture à Leavenworth, au Kansas. Il est supposé être dérangé et déprimé, il est accusé d'avoir abandonné ses collègues républicains radicaux et est accusé d'irrégularités financières. Il meurt dix jours plus tard, près de Leavenworth, au Kansas, des suites de sa blessure par balle. Edmund G. Ross est nommé pour lui succéder au Sénat.

Les lieux suivants ont été nommés en l'honneur du regretté sénateur :

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « James Henry Lane », NNB (consulté le 26 septembre 2012).
  2. a, b, c, d et e (en) Francis B. Heitman, Historical Register and Dictionary of the United States Army, from it's Organization, September 29, 1789, to March 2, 1903, Washington, Government Printed Office, (lire en ligne).
  3. James H. Lane - Grim Leader in the Free-State Fight
  4. Eicher p.338
  5. Border War Timeline, 1861 - 1865: The Civil War
  6. « OBITUARY.; James H. Lane, United States Senator from Kansas. », The New York Times, (consulté le 13 juin 2009).
  7. Gannett, Henry, The Origin of Certain Place Names in the United States, Government Printing Office, , 180 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la guerre de Sécession
  • Portail des forces armées des États-Unis