Jacques Biget

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Biget.
Pour le poète, voir Jacques Biget.

Jacques Biget (1922-1978) est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Landrecies, Jacques Biget est le fils d'Albert Biget, directeur de la Sécurité Publique au Ministère de l'Intérieur[1] et directeur de la Police Judiciaire. Il fait ses études à l'École libre des sciences politiques[1].

Il débute sa carrière en septembre 1944 à Paris au cabinet du Préfet en tant que chargé de mission et Inspecteur des comptes.Titulaire de la croix de guerre 1939-1945 et de la médaille de la Résistance, en mars 1945 il est nommé chef de cabinet du Préfet de l'Yonne (Auxerre) puis en avril de la même année chef de cabinet du Secrétaire Général de la Préfecture du Police.

En janvier 1947, il est nommé chef de cabinet du Secrétaire Général du Gouvernement Général d'Algérie.

En juillet 1950, Jacques Biget est nommé chef adjoint du ministre d'Etat en charge du Conseil de l'Europe puis en mars 1951 Chef adjoint du cabinet du vice Président. De septembre 1951 à février 1956, il occupe les postes de Secrétaire Général de la Préfecture du Tarn (Albi) puis sous-préfet de Mamers.

En février 1956[2], il devient chef de cabinet du Président du Conseil, Guy Mollet.

De décembre 1957 à avril 1962, il occupe les postes de Secrétaire Général de la Préfecture de la Sarthe (Le mans), Chef de cabinet du Préfet de la Seine, Conseiller au cabinet du Ministre de l'Intérieur et Secrétaire Général des Alpes Maritimes (Nice).

Jacques Biget est fait Chevalier de la Légion d'Honneur en Avril 1957.

En 1962, il est nommé Préfet de Police d'Oran (Algérie) et à l'indépendance il devient Directeur du Secrétariat Général de la Défense Nationale. Il restera profondément marqué par ces deux séjours en Algérie (1947 et 1962) et y gardera de grandes amitiés.

De 1965 à 1970, il est nommé à Monaco en tant que conseiller de gouvernement pour l'Intérieur[1] auprès du Prince Rainier de Monaco.

Il démissionne de ses fonctions pour se présenter aux élections législatives sous les couleurs de la SFIO dans la 6e circonscription des Alpes-Maritimes[3].

En 1970, il est nommé Secrétaire Général à l'expansion de la Ville de Marseille, Chef de cabinet du président du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur puis Secrétaire Général de la Mairie de Marseille auprès de Gaston Defferre[2].

Il est fait Officier de la Légion d'Honneur en 1978.

Maire de Saint-Vallier-de-Thiey de 1965 à 1973, il s'y donne la mort le [1], trois jours après avoir participé au conseil municipal de Marseille.

Hommage[modifier | modifier le code]

Un complexe sportif porte son nom à Saint-Vallier-de-Thiey[4].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Biget, Jacques Léon André », dans René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets (septembre 1870-mai 1982), Paris, Archives nationales, (ISBN 2-86000-232-4, lire en ligne).
  • Portail de la politique française
  • Portail de Monaco