Jacques Barge

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Jacques Barge
Biographie
Naissance
Décès
(à 74 ans)
Paris
Nationalité
Activité

Jacques Henri Barge, né à Châteauroux le , mort à Paris le , est un architecte français qui a exercé à Paris de l'entre-deux-guerres aux années 1970. Membre de l'Académie d'architecture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Gustave Umbdenstock et de Paul Tournon[1], architecte diplômé par le gouvernement (DPLG), il fut diplômé des Beaux-Arts en 1923[2]. Il suivit les cours de Marcel Aubert, historien et spécialiste de l'art roman[2].

Il envisagea de passer le concours d'architecte en chef des monuments historiques mais la première guerre mondiale l'en empêcha[2]. Il était architecte conseiller technique auprès du ministère de l'Éducation nationale, compte tenu de ses réalisations importantes d'architecture scolaire et universitaire.

Il expose pour la première fois en 1927 au Salon des artistes français et obtient une mention honorable[3].

Jacques Barge est le père de l'architecte Monique Barge.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Bâtiment Ninféi du collège Stanislas à Paris, construit en 1967.
  • Construction de l'église Sainte-Odile de Paris de 1935 à 1946[2] et réalisation du retable de l'église[2].
  • Construction du Centre social de Châteauroux en 1936-1941.
  • Construction de l'internat du lycée de jeunes filles, rue de Vauvert, à Bourges, construit de 1950 à 1952. Bâtiment inscrit MH le 28 juin 2001[4].
  • Construction de l'internat du lycée Pierre-et-Marie-Curie de Châteauroux en 1954-1958.
  • Reconstruction du collège d'enseignement technique Blaise-Pascal de Châteauroux en 1958-1965.
  • Reconstruction du lycée Louis Bascan de Rambouillet en 1959-1960.
  • Construction du Centre universitaire Albert-Chatelet, à Paris, rue Jean-Calvin, en 1962-1963.
  • Reconstruction du Collège Stanislas de 1964 à 1969, à l'initiative du père Roger Ninféi, notamment le bâtiment en croix sur pilotis qui porte le nom de ce dernier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 79
  2. a b c d et e Mgr Rechain (ancien curé de saint Odile), Valérie Gaudard (chargée d'études à la conservation des Monuments historiques d'Ile-de-France), Claude Birenbaum et Madeleine Foisil, Église Sainte Odile : Histoire Art Spiritualité, Paris 17ème, , 127 p. (ISBN 295269340-4)
  3. Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, op. cit.
  4. Notice no PA18000018, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail du Berry