Homo rhodesiensis

Homo rhodesiensis - Wikipédia

Homo rhodesiensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wikipédia:Lecture d'une taxoboxComment lire une taxobox
Homo rhodesiensis
Homo rhodesiensis
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Ordre Primates
Famille Hominidae
Sous-famille Homininae
Genre Homo
Nom binominal
Homo rhodesiensis
Woodward 1921
Parcourez la biologie sur Wikipédia :

Homo rhodesiensis est le nom d’un hominidé bipède. Il serait l’ancêtre de l’Homo sapiens, et descendant de l'Homo antecessor. On le décrit à partir d'un crâne qu’un mineur suisse, Tom Zwiglaar, a découvert en 1921 dans une mine de fer et de zinc de Rhodésie du Nord, à Broken Hill, (maintenant Kabwe en Zambie). Outre le crâne, on a trouvé aussi la mâchoire supérieure d'un autre individu, ainsi qu’un sacrum, un tibia et deux fragments de fémur. Au moment de la découverte on a parlé d’Homme de Rhodésie, mais maintenant on dit aussi Homme de Broken Hill ou Homme de Kabwe.

Morphologie

La relation des os entre eux n’est pas établie avec certitude, mais le tibia et les fossiles de fémur sont généralement associés au crâne. On assigne à l’homme de Rhodésie une date située entre 125 000 et 300 000 ans. Certaines études ont donné autrefois des dates fausses pour le crâne, de 1,75 millions à 2,5 millions d'années, mais la capacité crânienne de l’Homme de Broken Hill a été évaluée à 1,300 cm³, ce qui s’accorde bien avec la datation plus récente et rend difficile la mise en relation avec des crânes plus anciens et impossible de le faire remonter à 1.75 voire à 2.5 millions d'années.

Le crâne nous présente un visage large, semblable à celui d’Homo neanderthalensis (c'est-à-dire un grand nez et des arcades sourcilières imposantes), mais avec un crâne intermédiaire entre celui d’Homo sapiens et d’Homo neanderthalensis. Selon l’opinion la plus récente des experts, l'Homme de Rhodésie appartiendrait au groupe d'Homo heidelbergensis quoiqu'on ait aussi proposé d'autres appellations comme Homo sapiens archaïque et Homo sapiens rhodesiensis. Pour Tim White, il est probable que Homo rhodesiensis soit l'ancêtre de Homo sapiens idaltu (Herto), qui serait lui-même à l'origine de Homo sapiens sapiens. Jusqu'ici, aucune parenté directe de l'espèce n'a pu être déterminée.

Relations et questions en suspens

Homo rhodesiensis conserve morphologiquement certaines caractéristiques archaïques communes à Homo erectus, Homo ergaster et Homo antecessor ; il en a d'autres qui ont permis de le mettre en relation avec Homo heidelbergensis et Homo neanderthalensis, mais de plus il présente des caractéristiques qui nous conduisent à Homo sapiens. De telles caractéristiques intermédiaires l'ont fait comparer à l'Homme de Petralona.

Philipp Rightmire (1998) considère que les fossiles africains du Pléistocène moyen doivent être inclus dans l'espèce Homo heidelbergensis, dont descendraient donc aussi bien les Néandertaliens que H. sapiens. Pour sa part, le paléoanthropologue français Jean-Jacques Hublin (2001), a supposé que Homo rhodesiensis appartiendrait à une espèce précurseure de l'Homme de Neandertal, qui n'a rien à voir dans la phylogenèse de H. sapiens. Mais, selon Tim White (2003), il est très probable que H. rhodesiensis serait antérieur à Homo sapiens idaltu.

Manzi (2004) considère lui aussi qu'identifier comme une seule espèce Homo erectus et Homo sapiens entraînerait une simplification excessive et obscurcirait la présence décisive de lignages séparés à des échelles macro-régionales. Depuis des années des scientifiques comme Koenigswald (1971) avaient proposé de classer les découvertes d'Europe et d'Afrique respectivement dans une lignée prenéanderthalienne et une lignée présapiens. L'étude des haplogroupes humains de l'ADN mitochondrial et du chromosome Y a prouvé que tous les humains actuels proviennent de l'Afrique. Par conséquent, malgré les ressemblances, les fossiles africains du Pléistocène moyen appartiennent à une ligne évolutive propre et forment un groupe séparé de la lignée évolutive européenne. Pour désigner ces populations africaines par rapport à la lignée de H. sapiens on devrait alors employer la dénomination de Homo rhodesiensis pour signaler une espèce différenciée (Arsuaga et al., 1999; Bermúdez de Castro et al., 2003).

Voir aussi

v · d · m
Liste d'espèces d'hominines (voir également « évolution des hominines »)
Sahelanthropus tchadensis (Toumaï) • Orrorin tugenensis (Millenium Ancestor)
Ardipithèques : A. kadabbaA. ramidus
Australopithèques et Paranthropes : A. afarensis (Lucy, Selam) • A. africanus • A. anamensis • A. bahrelghazali (Abel) • A. garhi • P. aethiopicus • P. boisei • P. robustus
Kenyanthropus platyops
Homo : H. antecessor • H. habilis • H. rudolfensis • H. rhodesiensis • H. georgicus • H. cepranensis • H. erectus • H. ergaster • H. heidelbergensis (Homme de Tautavel) • H. neanderthalensis • H. floresiensis • H. sapiens (Homme de Cro-Magnon)


  • Portail de la Préhistoire
  • Portail de la paléontologie
  • Portail de l’origine et de l’évolution du vivant
© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html