Guy d'Arces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy d'Arces
Biographie
Naissance
Décès

Guy d'Arces, baron de Livarot, ou Livarot, fils de Jean d'Arces et de Jeanne de Maugiron (1555-1581) fut un des mignons du roi Henri III.

Il appartient à un ancien lignage du Dauphiné[1].

Son père est lieutenant dans la compagnie de son beau-frère Laurent de Maugiron de 1564 à 1568, puis Gentihomme ordinaire de la chambre et chevalier de l'Ordre en 1568. Son grand-père Antoine, dit le Chevalier blanc, épouse Françoise de Ferrières qui lui apporte la baronnie de Livarot en Normandie. C'est dans cette province que les d'Arces s'installent alors.

Livarot commence sa carrière militaire dès 1573 à l'âge de dix-huit ans comme guidon de la compagnie de gendarmes de son oncle Laurent de Maugiron. Dès 1574 il entre dans le second groupe de faveur du roi Henri III, au même titre qu'Entraguet, Caylus, Saint-Mégrin, Maugiron, Saint-Sulpice ou d'O. En 1578 il est guidon de la compagnie de cent hommes d'armes et capitaine de chevau-légers.

Il est l'un des six duellistes au duel des mignons de 1578, aux côtés de Caylus et de Maugiron. Blessé à la tête il en réchappe.

En 1580, il sert dans la région de Valence et de Vienne d'adjoint à son oncle Laurent de Maugiron que le roi a nommé lieutenant-général pour fédérer les autorités catholiques locales[2]. Il est agent de liaison également entre le roi, l'archevêque de Lyon et Epinac. Il obtient le commandement de dix compagnies de 200 hommes de pied avec le titre de maître de camp, titre qu'il conserve jusqu'à sa mort[3]. Il rejoint l'armée du duc de Mayenne en 1580 pour mettre le siège devant La Mure.

Il est tué, trois ans plus tard, en duel à Blois par le fils du marquis de Pienne, Antoine de Hallwin-Maignelay, le 1er mai 1581.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, chez Champ Vallon, 2000, p 232
  2. Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, chez Champ Vallon, 2000, p 326
  3. Nicolas Le Roux, La faveur du roi, Seyssel, chez Champ Vallon, 2000, p 319

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Portail de la Renaissance
  • Portail de la Normandie
  • Portail de l’histoire militaire