Guillaume-Louis du Tillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
 Pour les autres membres de la famille, voir Famille du Tillet.

Guillaume-Louis du Tillet

Portrait de Mgr du Tillet.
Biographie
Naissance
Château de Montramé
Décès
Château de Blunay
Évêque de l’Église catholique
Évêque d'Orange

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Guillaume-Louis du Tillet (, château de Montramé - , château de Blunay-lès-Melz) est un prélat français, dernier évêque d'Orange, et député du clergé aux États généraux de 1789.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une vieille famille de magistrats, il est le fils de Charles-Claude, marquis du Tillet, vicomte de la Malmaison, brigadier des armées du roi, et de Marguerite de Cœuret de Nesle (dont une sœur épousa Charles César Flahaut de La Billarderie et une autre François Testu de Balincourt). Il est l'oncle de Charles-Louis-Alphonse du Tillet.

Guillaume-Louis fait ses humanités chez les Génovéfains de Provins, et sa théologie chez les Oratoriens du séminaire Saint-Magloire à Paris, puis, licencié en Sorbonne en 1754, est pourvu du riche prieuré de Tornac. Prieur commendataire, il passe de longs séjours à Tornac et, lors de ceux-ci, distribue une grande partie des revenus de son prieuré aux pauvres, catholiques et protestants de la région.

Grand-vicaire du diocèse de Châlons, doyen de l'église collégiale Saint-Quiriace de Provins en 1771, il est nommé évêque d'Orange le  : ce fut le premier évêque nominé par Louis XVI. Tout dévoué à son diocèse et très charitable, il refuse les évêchés du Mans et de Grenoble.

Élu, le , député du clergé aux États généraux par la principauté d'Orange, il s'y montre très réservé, et donne sa démission le , en faveur de l'abbé de Poulle, prévôt de son chapitre. Il lui en coûte de quitter son diocèse, il dut se retirer dans sa terre de Blunay en septembre 1790 ; de là, il fait don à la ville d'Orange des arrérages de son traitement.

Lorsqu'il apprit l'exécution de Louis XVI, il s'effondra et récita un De Profundis pour l'âme du roi. Il ne peut se décider à gagner la Suisse, est arrêté le et enfermé dans la prison de Provins. Plusieurs dizaines de personnes vinrent déposer au bout de quelques jours une pétition réclamant la libération de l'ancien évêque, mais le représentant en mission en rejetta la demande. Transféré à Melun, puis à Fontainebleau, ramené à Provins, il est atteint d'une ophtalmie assez grave, et demanda à être conduit dans un hôpital ou dans son château de Blunay : il est remis en liberté la , et mourut deux mois après.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Siméon Bonnel, Notice biographique sur Guillaume-Louis du Tillet, dernier évêque d'Orange, 1880.
  • Jules Meritan, Louis Guillaume Du Tillet, dernier évêque d'Orange (1730-1794), 1936.
  • « Guillaume-Louis du Tillet », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail du royaume de France
  • Portail du catholicisme
  • Portail de la politique française
  • Portail du XVIIIe siècle
  • Portail de Vaucluse