Guerre révolutionnaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peinture de la Guerre d'indépendance des États-Unis

La guerre révolutionnaire est un concept maoïste[1],[2],[3],[4] qui considère que la révolution ne peut être faite que dans le cadre d'une action politico-militaire.

Dans un sens plus large, on parle parfois de guerre révolutionnaire lorsque celle-ci est entraînée par une révolution - ainsi, la guerre d'indépendance des États-Unis (1775-1783) ou les guerres de la Révolution française de 1792-1802).

Le concept de guerre révolutionnaire dans la pensée militaire française[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, la France connaît un renouveau de sa pensée militaire. Pleinement integrée dans la structure militaire de l'OTAN dès sa création en 1949, elle reste, par ailleurs, engagée dans les conflits de décolonisation, développant ainsi une expérience de guerre irregulière. Il ya donc a une sorte d'écartelement de la pensée militaire française entre la réflexion sur la « grande guerre » (la guerre classique limitée ou la guerre nucléaire) et l'expérience de la « petite guerre » (la guerre révolutionnaire et la contre-insurrection). À partir de 1945, l'Armée française mène des guerres contre des adversaires non étatiques, en Indochine (1946-1954) et en Algérie (1954-1962). Plusieurs officiers français (entre autres, les chefs de bataillon, plus tard généraux, Lucien Poirier, Maurice Prestat et le capitaine et plus tard général Pierre Saint-Macary[5], écrivant sous le nom de plume Ximenes[6],[7],[8],[9], et les colonels Jacques Hogard, Charles Lacheroy[10],[11] et Roger Trinquier) ont réalisé des études approfondies sur la menace de guerre révolutionnaire[12] et ont aussi développé des doctrines de contre-guérilla[2],[13]. Ils sont parmi les premiers occidentaux à lire Mao et à essayer de comprendre le concept de guerre revolutionnaire[14].

Selon Mathieu Rigouste, la doctrine française de la guerre contre-révolutionnaire, conçue durant les guerres d'indépendance d'Indochine et d'Algérie, a été organisée autour de la représentation d'un « pourrissement rouge et vert », désignant l'alliance entre les communistes et les colonisés. D'après l'auteur, cette sorte de métaphore médicale a joué un rôle primordial dans la légitimation des théories de la guerre révolutionnaire et des pratiques de « guerre totale » - contre des civils et des nationaux - menées par l'Armée française en Algérie comme une méthode proprement éthique et scientifique, nécessaire, urgente et indispensable pour assurer la survie du « monde libre ». La même technique discursive "a accompagné le passage de techniques de guerre dans le domaine policier et permis de gérer une manifestation de colonisés comme une opération de défense."[15]

Références[modifier | modifier le code]

  1. La matrice intellectuelle de la « guerre révolutionnaire » Rue89/L'Obs, 27 août 2008. « L’origine du vocable [guerre révolutionnaire] est pourtant relativement assurée : il semble avoir été directement emprunté à un ouvrage de Mao Tsê-Tung, publié en 1936 et traduit en français à partir de 1950, sous des titres voisins, Problèmes stratégiques de la guerre révolutionnaire en Chine ou encore Stratégie de la guerre révolutionnaire en Chine. Son emploi par les militaires français, pour qualifier la lutte menée par le Viêt-minh date, vraisemblablement, de la même époque, alors qu’une réflexion s’amorce sur les liens manifestes qui unissent communistes chinois et vietnamiens dans les domaines stratégique et tactique. » (apud Marie-Catherine VILLATOUX, « Hogard et Némo. Deux théoriciens de la guerre révolutionnaire ».
  2. a et b Hogard et Némo. Deux théoriciens de la « guerre révolutionnaire ». Par Marie-Catherine VILLATOUX. Article paru dans la Revue historique des armées, no 232, 2003
  3. Mao Zedong, Stratégie de la guerre révolutionnaire en Chine, chapitres 1 et 3 - la stratégie de guérilla (1936)
  4. Mao Zedong Problèmes de la guerre et de la stratégie. 6 novembre 1938.
  5. Kauffer, Rémi OAS: histoire de la guerre franco-française. Seuil - L'Epreuve des faits 2002, p. 77
  6. (en) « Strategic Studies in France: Plus ça Change… » Par Matthieu Chillaud. Res Militaris, vol. 3, no 1, 2012
  7. PRESTAT, M. ; SAINT-MACARY,P. « Essai sur la guerre révolutionnaire », in CHALIAND, G. CHALIAND, Stratégies de la guérilla. Paris, éd. Mazarine, 1979.
  8. « De la notion de guérilla à la notion de techno-guérilla  - Évolution technologique et transformation des machines de guerres ». Par Jean-Max Noyer. Études internationales, vol. 21, no 2, 1990, p. 291-312.
  9. « Ximenès : Essai sur la guerre révolutionnaire ». Theatrum Belli.
  10. Marie-Catherine et Paul Villatoux, « Aux origines de la « guerre révolutionnaire » : le colonel Lacheroy parle », Revue historique des armées, 268 , 2012. Mis en ligne le 16 septembre 2012; consulté le 28 janvier 2015.
  11. Colonel-divisionnaire Montfort. « Essai sur la guerre révolutionnaire. Est-ce la guerre future? » Revue Militaire Suisse, no 7, juillet 1958
  12. Ximénès. "La Guerre Révolutionnaire", Revue militaire d'information,‎ n° 281, février-mars 1957, 112 p.
  13. Voir aussi Groupement de commandos mixtes aéroportés (ou GCMA), créé pendant la guerre d'Indochine pour développer la contre-guérilla à grande échelle, et Centres d'instruction à la pacification et à la contre-guérilla (CIPCG), deux écoles de guerre psychologique créées en Algérie durant la guerre, sur l'initiative de Jacques Chaban-Delmas, ministre de la Défense à l'époque..
  14. La France dans L'OTAN - La culture militaire française et l'identité stratégique en question. Par Anne-Henry de Russé. Focus stratégique no 22, juin 2010
  15. Le pourrissement rouge et vert. Les militaires français face au communisme et à l'islam : une pensée de l'infection par l'ennemi intérieur autour du 17 octobre 1961. Par Mathieu Rigouste. L'Homme et la société 2009/4 (n° 174). L'Harmattan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail du communisme