Grand Theft Auto IV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Grand Theft Auto IV

Éditeur Take-Two Interactive
Steam
Développeur Rockstar North
Rockstar Toronto (PC)[1]

Date de sortie PlayStation 3 et Xbox 360[2],[3]
29 avril 2008
30 octobre 2008

Windows[4]
2 décembre 2008
3 décembre 2008
20 mars 2009
Version 1.06 (PlayStation 3)
1.07 (Xbox 360)
1.0.7.0 (Windows)
Genre Action-aventure
Conduite
Tir objectif
Mode de jeu Solo
Multijoueur en-ligne
(16 joueurs maximum sur consoles[2], 32 joueurs maximum sur PC[5])
Plate-forme PlayStation 3
Microsoft Windows
Xbox 360
Média Disque Blu-ray (PlayStation 3)
DVD (Xbox 360)
2x DVD et téléchargement (PC)
Langue Anglais (doublage)
Français (sous-titres et menu)
Contrôle Manette
Clavier / souris

Évaluation ACB: MA15[6],[7]
BBFC: 18[8],[9]
ESRB: M
OFLC: R18[10],[11]
PEGI: 18+[12]
Moteur RAGE
Euphoria

Grand Theft Auto IV (souvent et communément abrégé GTA IV ou GTA 4) est un jeu vidéo d'action-aventure développé par Rockstar North et édité par Take Two Interactive. Il est initialement commercialisé en 2008 sur consoles PlayStation 3[2] et Xbox 360[3], et par la suite adapté sur PC fin 2008[4].

L’histoire se déroule à Liberty City, une ville de fiction inspirée de New York. Le joueur incarne le protagoniste Nikolai Bellic dit "Niko", un ancien combattant immigré de Serbie. En quête du « rêve américain », Niko s’enfonce au fil du jeu dans un monde de crime, de violence et de corruption. Le jeu incorpore des éléments de conduite et de tir objectif, et propose une jouabilité ouverte (solo et multijoueur), offrant ainsi une plus grande liberté que dans les précédents opus de la série.

Deux extensions du jeu ont été commercialisées en tant que contenu téléchargeable sur Xbox 360 durant 2009. Celles-ci, intitulées The Lost and Damned et The Ballad of Gay Tony, exposent de nouveaux protagonistes. Ces deux extensions ont été regroupées et commercialisées sur toutes les consoles (incluant PC) dans un unique jeu intitulé Grand Theft Auto: Episodes from Liberty City. Grand Theft Auto IV: The Complete Edition est un jeu incluant le GTA IV original et les autres épisodes.

Grand Theft Auto IV est un succès commercial et reçoit des critiques élogieuses de la presse spécialisée. Le jeu vidéo s’est écoulé à 3,7 millions d’exemplaires le jour de sa sortie, avec 500 millions de dollars de gain en une semaine sur six millions d’unités vendues[13],[14]. En mars 2011, il est annoncé que le jeu s'est vendu à plus de 20 millions d'exemplaires depuis sa sortie[15].

GTA IV est classé meilleur jeu de tous les temps et évalué par les plus grands spécialistes incluant TopTenReviews[16], GameRatio[17], et GameTab. Il est actuellement le jeu le mieux noté pour consoles septième génération sur Metacritic[18] et sur MobyGames[19].

Sommaire

Univers du jeu

Scénario

Grand Theft Auto IV suit l'histoire de Niko Bellic, un vétéran d'une guerre serbe, chassé par un ancien collègue de son unité. Dix ans plus tard, Niko quitte l'Europe de l'est[20] pour échapper à la colère de son employeur, Ray Bulgarin. Après avoir été persuadé par son cousin Roman, Niko vient à Liberty City pour réaliser le « rêve américain » ; mais son ancien collègue d'unité l'ayant trahi, Florian Cravic, tente lui aussi, de son côté, de réaliser ce rêve. Lors de son arrivée, cependant, Niko apprend rapidement que les histoires de son cousin Roman n'étaient que mensonges et que celui-ci croule en réalité sous les dettes.

Niko défend à de multiples reprises Roman de ses oppresseurs, tuant par la suite Vlad Glebov pour avoir eu une relation sexuelle avec Mallorie Bardas, la copine de Roman. Après l'assassinat de Vlad, Niko et Roman sont kidnappés par les membres de la Bratva de Liberty City, commandée par Mikhail Faustin et de son associé, Dimitri Rascalov. Cependant, Faustin n'est pas mécontent que Niko ai tué Vlad, et l'engage comme employé. Niko apprend rapidement que Faustin est un psychopathe lorsque Faustin l'ordonne de tuer le fils de Kenny Petrović, l'homme le plus puissant de la Bratva de Liberty City. Dimitri essaye de négocier, mais Petrović exige vengeance et Dimitri est obligé de demander à Niko d'assassiner Faustin. Cependant, lorsque Niko rencontre Dimitri pour voir ce qui en est de l'assassinat, Dimitri trahit Niko pour son ancien patron, Ray Bulgarin.

Peu après, Niko vient retrouver Roman pour lui dire que Dimitri n'était pas un homme de parole. Les deux hommes prévoient donc de s’exiler de Broker et s'installer à Bohan, dans l'appartement d'un cousin de Mallorie Bardas-Bellić. Une occasion pour eux de reprendre tout à zéro. Mais les Bellic sont ruinés, et Roman voit ses affaires tomber en morceaux (celui-ci ayant été brûlé par les hommes de Dimitri). Ils réussissent à retrouver de l'argent grâce à Brucie, qui propose pour cela à Niko de se débarrasser de ses concurrents. Mallorie présente à Niko, Manuel "Manny" Escuela, un ancien gangster qui a fait une croix sur son ancienne vie, qui a décidé de « nettoyer » les rues de Liberty City à sa manière, et qui est, par la suite, tué d'une balle dans la tête par Elizabeta Torres. Elizabeta Torres, toxicomane et autre connaissance de Mallorie, propose à Niko de chercher entre autres sa coke dans un vieil hôpital avant que celui-ci ne soit piégé par le N.O.O.S.E dont il s'en échappe avec difficulté.

Lorsqu'il vient rapporter la marchandise à "Little" Jacob Hughes, un dealer Jamaïcain, chargé ensuite de le transmettre à Liz, il se fait piéger par son ex-petite amie, Michelle. Elle dit s’appeler Karen et être employée au United Liberty Paper (une agence de couverture pour le gouvernement), le futur employeur de Niko. Il fait la rencontre de Tray "Playboy X" Stewart (homme d'affaires et ami d'Elizabeta) et du sympathique, mais dépressif, Dwayne Forge, ami de Playboy, qui se rend compte du changement de Dwayne et demande à Niko de le tuer. Une fois que le pont ouvre ses portes, Niko se rend à Algonquin pour travailler avec les McReary, une organisation criminelle de Liberty City. Il rencontre Francis "Frankie" McReary, l'adjoint corrompu du commissaire ; Packie, ami d'Elizabeta et sa sœur, Kate, dont il tombe amoureux. Il organise un braquage avec cette petite famille. .U.L. Paper propose des missions à Niko comme trouver notamment un individu sur un ordinateur de police et pour ensuite aller l'exécuter.

En entrant à Alderney, dernière partie de la ville, Niko s'associe avec Gerald "Gerry" McReary et Derrick McReary (le joueur choisit de tuer soit Francis, soit Derrick). Il s'avère que ces derniers travaillent pour la mafia italienne, avec les mafioso Phil Bell et Raymond "Ray" Boccino, pour qui il accomplit des missions. Mais il retrouve Florian "Bernie Crane" Cravić et se rend vite compte qu'il n'y est pour rien dans la trahison de son unité. Il l'aide à se débarrasser des homophobes qui lui causent l'enfer. Niko est finalement l'employé du chef de la Mafia, James "Jimmy The Peg" Pegorino, qui lui demande de nombreux services, comme tuer Ray Boccino ainsi que son associé Anthony qui l'a trahi. L' U.L. Paper reprend contact avec Niko et lui annonce qu'ils détiennent un autre de ses anciens membres d'unité qui l'avaient auparavant trahi, Darko Brević. Sur place, au Francis International Airport de Dukes, Niko a le choix de le tuer ou non, mais il regrette ce qu'il a fait dans les deux cas.

Personnages

Articles principaux : Personnages de Grand Theft Auto IV et Niko Bellic.

Les personnages apparaissant dans Grand Theft Auto IV sont variés et leur comportement dépendent du milieu social et groupe ethnique duquel ils sont issus. Le joueur contrôle Niko Bellic, un serbe vétéran des guerres yougoslaves. Aucun personnage principal ou secondaire ne revient dans cet épisode. Seules quelques références à ces derniers sont inclus à travers la ville, comme un graffiti sur un mur des anciens personnages de GTA.

Contrairement aux précédents jeux de la série, Grand Theft Auto IV n'inclut pas de célébrités connues pour doubler ses personnages, comme Michael Hollick, Jason Zumwalt, Timothy Adams ou Coolie Ranx. Néanmoins, dans les stations de radios du jeu, plusieurs célébrités très connues en Amérique font leur retour, comme Iggy Pop, Juliette Lewis, Brand Nubian, Karl Lagerfeld, DJ Premier, Fez Whatley et Lazlow Jones. Les stars du Saturday Night Live comme Bill Hader et Jason Sudeikis apparaissent sur des radios libérales ou conservatrices. Fred Armisen joue plusieurs invités de la radio fictive de Lazlow Jones, "Integrity 2.0". Les spectacles de Katt Williams et Ricky Gervais sont dans le jeu, si le joueur va au théâtre comique.

Environnement

L'univers de New York est retranscrit.
Article principal : Liberty City (Grand Theft Auto).

Grand Theft Auto IV se déroule à Liberty City, ville inspirée dans sa totalité de celle de New York (New York, États-Unis) et des environs de Newark (New Jersey). La ville de Grand Theft Auto III portait déjà ce nom mais copiait plutôt la Métropolis du Nord-Est des États-Unis, et vaguement New York, notamment pour des raisons techniques. Liberty City est constitué de quatre grands quartiers, basés sur quatre des cinq boroughs que constituent la ville de New York : Broker (Brooklyn), Algonquin (Manhattan), Dukes (Queens) et Bohan (Bronx). Staten Island n'est pas représentée[21], car les développeurs ne voulaient pas reproduire exactement New York. Par ailleurs, l'île ne serait pas assez "fun" selon eux. Pour compenser, une réplique des environs de Newark est modélisée et nommée Alderney.

Plusieurs lieux connus de New York sont présents dans le jeu sous des noms déformés. Ainsi, la statue de la Liberté prend le nom de statue de l'Hilarité[22]. Elle possède un large sourire et les joueurs peuvent apercevoir un cœur qui bat à l'intérieur de la statue. Elle tient également un cappuccino à la place de la flamme et ressemble étrangement à Hillary Clinton, qui est fermement opposée à la vente du jeu en raison de sa violence. Cette statue représente à elle seule la façon des développeurs de voir le monde et leur philosophie. L'île la plus connue de New York, Manhattan, a été reproduite avec un souci de détail important dans GTA IV, et a ainsi été renommée Algonquin. Des répliques de Times Square (Star Junction), Central Park (Middle Park), l'Empire State Building (Rotterdam Tower), le Chrysler Building (Zirconium Building), le Flatiron Building (Triangle Building) et même le Siège des Nations unies (Commission des Civilisations) ont été inclus. Le MetLife Building a même été visiblement parodié et a été transformé en GetaLife ("Trouve-toi une vie" en anglais). Le NASDAQ devient le BAWSAQ[23]. Algonquin n'est pas le seul bâtiment de New York parodié. Brooklyn et le Queens sont aussi parodiés et, notamment, le John F. Kennedy International Airport est présent sous le nom de Francis International Airport. Coney Island (Firefly Island), le pont de Brooklyn (Broker Bridge), One Court Square (LC24 Tower) sont inclus. Le Bronx (Bohan) n'a pas été oublié, mais joue d'une importance mineure dans le jeu. Les fleuves aussi sont présents, l'East River devient la West River. Le fleuve Hudson est l' Humboldt[24].

Le soin et la vie apporté à l'environnement est une des avances majeures de GTA IV. Les gens vaquent à leurs occupations, le trafic est plus dense qu'avant, les piétons plus nombreux, les infrastructures plus réalistes. Il existe par exemple un métro, plus complexe qu'avant, et qui dessert toute la ville, ou encore un aéroport avec des avions qui viennent et qui partent. Cela ajoute de la crédibilité à la ville.

Musiques

Article principal : Musiques de Grand Theft Auto IV.

Comme les précédents Grand Theft Auto, Grand Theft Auto IV inclut une bande-son qui peut être écoutée à travers la radio d'un véhicule. Liberty City diffuse 19 radios. Des talk-shows peuvent être écoutés, mais surtout des centaines de musiques avec des chanteurs connus comme Genesis, Peter Gabriel, David Bowie, Smashing Pumpkins, Thin Lizzy, Seryoga, Bob Marley, Don Omar, The Who, Queen, Black Sabbath, Philip Glass, Justice, Simian Mobile Disco, Nas, Ginuwine, Kanye West, R. Kelly, Lloyd, Miles Davis, Loose Ends, Elton John, ZZ Top, R.E.M., MC Lyte, Barry White, ELO, Jean Michel Jarre et Tangerine Dream[25]. Le système de musique est similaire à celui du précédent opus Grand Theft Auto: San Andreas. Les musiques, publicités, et talk-shows sont aléatoires et ne sont jamais passés dans le même ordre. Les évènements du scénario peuvent parfois être entendus à la radio. Certaines musiques sont modifiées pour y incorporer des références à la ville. Tous les styles musicaux sont représentés, allant du rap/hip-hop jusqu'au jazz en passant par le rock et par tous types de dance[26]. Lorsqu'un joueur veut savoir le titre de la musique et l'auteur, il peut appeler depuis le portable du jeu un numéro spécial lui annonçant le titre et l'auteur[27],[28]. En dehors du jeu, si le joueur est inscrit au Rockstar Games Social Club, il peut recevoir des courriels avec un lien pour acheter la musique sur Amazon[29]. Karl Lagerfeld a accepté d'être l'animateur de la station de radio « K109 The Studio » sous le nom de DJ Karl. Le thème principal du jeu, Soviet Connection, joué dans la cinématique du début, a été composé par Michael Hunter tout comme pour celui de San Andreas.

Description

Liberty City dans le jeu. Dans cette forme générale de la carte, une nette ressemblance avec New York.

Grand Theft Auto IV est un jeu d'action-aventure, incorporant des éléments de conduite et de tir objectif. Pour avancer et débloquer de nouveaux véhicules, vêtements, armes, ou encore quartiers, le joueur doit avancer dans la trame principale, où des bonus se débloqueront au fur et à mesure. Libre à lui de se balader librement dans la ville, sans contrainte de temps, mais en ne faisant pas le scénario principal, il n'y aura aucune progression notable. Sur ce point, GTA IV applique le même système de jeu présent depuis Grand Theft Auto III. Mais il existe plusieurs nouveautés importantes qui changent la série.

La jouabilité a été complètement revue dans cet épisode. Tout en gardant les fondamentaux, il existe beaucoup de nouveautés, mais surtout d'améliorations. Ainsi, le système de fusillades, qui était un défaut pour beaucoup de joueurs auparavant dans les précédents opus a été lui aussi changé. Le personnage peut désormais se cacher derrière les murs ; le système de visée et d'armes est amélioré. Les combats au corps-à-corps sont désormais plus techniques, le joueur pouvant alterner entre coups de pied et de poing ou coups armés, esquives et défenses.

GTA IV voit également l'apparition de deux autres grandes nouveautés. La première est le téléphone portable, bien plus évolué que dans les précédents opus. Les joueurs peuvent désormais et notamment appeler leurs contacts et demander de l'aide, de faire des sorties et autres. Également, les appels envers le 911 (police, pompiers et ambulance) sont disponibles. Lorsque le joueur perd une mission, un SMS s'affiche sur le portable, et propose de recommencer ou de quitter la mission en cours. La seconde grande nouveauté est l'apparition d'un faux réseau internet, avec plus d'une centaine de faux sites, qui sera utile dans certaines missions, dans lesquelles le joueur peut tout simplement y aller lorsqu'il le souhaite, hors mission. Plusieurs sites de ce faux internet sont des parodies de Meetic, Apple, MySpace, Facebook, Skyblog, ou Linux[30]. Il existe également des sites visant à promouvoir les fausses marques, comme Burger Shot[31],[32] (parodie de Burger King), Cluckin'Bell (parodie de KFC) ou Sprunk (parodie de Sprite).

Le système de courses-poursuites avec la police a été revu. Désormais, le joueur doit s'échapper d'une zone de recherche bien définie, dont la superficie varie en fonction de l'importance du crime qui a été commis. Il peut toujours aller maquiller sa voiture aux garages "Pay'n'Spray", mais il ne faut pas que la police voit la voiture rentrer dans le garage[33]. Les conducteurs ferment désormais leur voiture à clé, et le joueur devra casser la vitre (en donnant un coup de coude, un coup de pied ou encore un coup de crosse) puis rentrer dans la voiture. Une fois à l'intérieur, il doit brancher les fils de contact pour faire démarrer la voiture, et ce sont parfois de précieuses secondes qui s'écoulent. Le taxi permet désormais de parcourir de grandes distances partout sur la carte, le chauffeur nous emmenant à l'endroit désiré, en retour d'un prix plus ou moins élevé et variant du nombre de kilomètres parcourus. La ville de Liberty City permet également plusieurs autres possibilités. L'évolution est bien plus importante que de Grand Theft Auto III à Vice City, et n'est pas du même type que Grand Theft Auto : San Andreas, qui ajoutait plutôt des possibilités, des véhicules et armes, plutôt que de changer le cœur du jeu en lui-même.

Armes

Les armes dans GTA IV sont aux nombres de 15, elles sont toutes des reproductions de vraies armes. Ce sont des armes modernes, utilisé dans le monde (réel) pendant l'année durant laquelle se déroule le jeu. Les armes sont moins importante, et le joueur peut en porter moins à la fois par rapport à Grand Theft Auto : San Andreas, le précédent opus, ceci a été fait visiblement dans un souci de réalisme. Les armes incluent : armes blanches (couteau et batte de baseball), pistolets (Glock 17 et Desert Eagle), mitraillettes (Uzi et MP5), fusils à pompe (Mossberg 500 et Winchester 1300 (avec canon raccourci et poignée)), fusils d'assaut (Colt M4 et AK-47), fusils à lunette (sniper) (M40 et SVD) et un lance-roquettes (RPG-7). Les autres armes incluent la grenade à main et le cocktail molotov.

Multijoueur

Grand Theft Auto IV inclut un mode mutlijoueurs en-ligne dont 15 modes de jeux disponibles[34]. Le mode supporte jusqu'à 16 joueurs maximum (32 joueurs sur la version PC[5]) et permet aux joueurs d'explorer la ville toute entière[35]. Les joueurs peuvent contrôler certaines options du mode comme la présence de la police, du trafic et des armes. Les éditions pour console n'exposent aucun réseau local[36], contrairement à la version PC. Toutes les versions du jeu incluent une discussion vocale.

Les modes en-ligne vont des matchs avec et sans classement. L'argent est la récompense pour les matchs avec classements, ce qui détermine le rang des joueurs dans le classement[37]. Les joueurs utilisent des personnages modifiables et l'argent obtenue à l'aide des matchs permet de débloquer, au fur et à mesure, de nouveaux items en fonction du rang obtenu.

De différents modes de jeux sont disponibles. Les modes basés sur les équipes incluent le "Deathmatch en équipe", dans lequel 2-8 équipes peuvent s'affronter pour accumuler le plus de tués possibles dans les autres équipes, en addition avec le traditionnel "deathmatch" ; la "Mission mafia" dans laquelle 2–8 équipes peuvent s'affronter pour suivre les directives d'un contrat passé avec la mafia ; "Car Jack City en équipe" dans lequel 2–8 équipes s'affrontent pour voler des voitures et gagner de l'argent en les gardant intactes ; "Gendarmes et voleurs", impliquant une équipe de gendarmes contre une équipe de voleurs ; et la "Guerre de territoire" , impliquant deux équipes qui doivent prendre contrôle de zones définies[38].

Le jeu inclut également une variété de modes coopératifs, incluant les courses, dans lesquelles les joueurs sont crédités dans une course automobile traditionnelle ; une variation de course GTA, dans laquelle les joueurs sont crédités dans une course automobile traditionnelle avec la possibilité de combattre ; l' "Assaut du N.O.O.S.E.", un mode coopératif qui demande aux joueurs d'escorter un individu sain-et-sauf depuis l'aéroport ; le "Casseur de trafic", une mission coopérative qui demande aux joueurs de tuer des ennemis qui ont pris possession d'un immeuble en construction et chasser les groupes restants qui s'enfuient ; ainsi que le mode "Boom la base II".

Certains endroits du mode solo sont désactivés dans le mode multijoueur, comme le bowling et autres mini-jeux. Les tricheries, clubs et bars, et transports (trains et ballades en taxi) sont également désactivés.

Réalisation

Les graphismes ont été largement améliorés sur les consoles de nouvelle génération. Le moteur graphique est le Rockstar Advanced Game Engine. Le moteur physique, Euphoria, a été entièrement revu lui aussi, et cela se ressent dès que le joueur prend un véhicule, donc la conduite n'est plus du tout la même qu'avant. Celle-ci est plus réaliste, et la modélisation des dégâts est plus précise qu'avant. Ces nouveautés ont une réelle influence sur la façon de jouer, surtout en ce qui concerne le moteur physique, qui ajoute un réalisme accru et un univers moins surréaliste qu'avant.

Développement

Une grande campagne marketing est menée autour du jeu, ici un mur de la ville de New York en juin 2007.

Grand Theft Auto IV, au moment de son développement, détenait le plus gros budget de développement de tous les temps : 100 millions d'euros[39]. Le développement de Grand Theft Auto IV commence en novembre 2004, immédiatement après la sortie de Grand Theft Auto: San Andreas[40]. Environ 150 développeurs travaillent sur le jeu[41], avec la même équipe depuis Grand Theft Auto III[42]. Avant de dévoiler quelques informations, Rockstar annonce que GTA IV utiliserait le moteur de jeu RAGE, précédemment utilisé dans le jeu vidéo Table Tennis. Euphoria vient également compléter[43]. Euphoria est un moteur de jeu plus réaliste que celui utilisé dans les précédents GTA, principalement Renderware[44]. Il permet aux différents objets et personnages d'avoir des animations adaptées à l'environnement, contrairement à Renderware qui utilisait des mouvements pré-écrits. Ce moteur fut très apprécié par la critique dès la première démonstration[45]. Les expressions faciales ont également un rendu plus réaliste[46].

L'équipe de développement de Rockstar a longtemps caché le contenu du jeu, dont la ville dans laquelle les histoires se déroulent ainsi que l'univers. Les spéculations de la part des fans étaient ainsi diverses. Début du mois de mars 2007, Rockstar lance un compte à rebours montrant la première bande-annonce[47]. Le 29 mars, un teaser montre dans quelle ville se déroule le jeu : Liberty City, mais dans une version plus rapprochée de New York, plus vaste, et réaliste que la version de Grand Theft Auto III. Les premières controverses naissent à ce moment, comme les autorités de la ville de New York qui réagiront sur le choix du lieu, dans lequel l'avocat Jack Thompson qui aura peur des conséquences que le jeu aurait pour lui[48],[49]. Peu de temps après, Rockstar continue de distiller les informations au compte-gouttes, mais elles sont de plus en plus fréquentes, et des informations, images, et démonstrations apparaissent peu de temps après la sortie du premier extrait[50],[51].

D'autres extraits sont dévoilés en juin, puis, plus tard, en décembre et février, peu de temps avant la commercialisation du jeu[52],[53], et les premières campagnes marketing apparaissent dans plusieurs villes des États-Unis. Initialement prévu pour octobre 2007, le jeu se voit reporté en avril 2008[54]. Dans le but de faire patienter les joueurs, Rockstar continue à donner des images, extraits et démonstrations, donnant à chaque fois de nouvelles informations[51]. La jaquette est même dévoilée bien avant la sortie intitiale[53]. Le nombre d'images dévoilées devient grandissant, en même temps que la campagne marketing aux mois de mars et avril, soit quelques semaines avant la sortie officielle[55],[56]. L'enthousiasme autour du jeu est énorme et monte encore que celui-ci obtient sa première note : 10 sur 10[57], et les controverses se font de plus en plus nombreuses et virulentes[58]. Une semaine avant la sortie officielle, le jeu se retrouve contrefait et disponible sur internet, ce qui permet aux pirates de pouvoir y jouer avant sa sortie officielle[59]. Au début de la commercialisation de GTA IV, le tapage médiatique est énorme, à tel point que les grandes chaines de télévision et journaux nationaux ne passent pas à côté, et font leur propre critique[60] ce qui confirme le marketing réussi de Take Two autour du développement.

Rockstar annonce par la suite la sortie de la version pour PC le 6 août 2008[61], pour une sortie le 3 décembre. Elle a suscitée de vives réactions, certaines personnes ayant des problèmes dans l'installation des messages d'erreurs, des ralentissements, ou encore des blocages à cause du système de protection, trop contraignant selon les joueurs. Un premier patch a été diffusé par Rockstar le 13 décembre 2008[62]. Également, comme pour les autres versions, de multiples bugs ont été rapportés[63]. Le 20 février 2009, Rockstar sort un second patch, qui corrige définitivement la plupart des défauts et bugs de cette version PC.

Éditions

Configuration recommandée - PC
Système d'exploitation Windows Vista Service Pack 1
Processeur Intel Core 2 Duo à 2.4 GHz ou AMD Phenom x3 à 2.1 GHz
Mémoire vive 2.5 Go de RAM
Carte graphique Carte vidéo 512 Mo Nvidia 8600 ou ATi 3870
Espace disque 18 Go
Réseau Connexion Internet

Le jeu est commercialisé en deux éditions sur Xbox 360 et PlayStation 3 et incluent :

Contenu épisodique

Article principal : Grand Theft Auto: Episodes From Liberty City.
Logo du jeu vidéo Grand Theft Auto: Episodes From Liberty City.

Deux extensions épisodiques ont été commercialisées pour GTA IV. Ces deux épisodes ont été séparément commercialisés sur console Xbox Live en tant que contenu téléchargeable, et qui ne requiert le jeu original pour y jouer. Suivant octobre 2009, les deux contenus ont été commercialisés sous le titre Grand Theft Auto: Episodes From Liberty City sur console Xbox 360 et qui ne requiert pas la version originale de Grand Theft Auto IV pour être joué. La première extension est intitulée The Lost and Damned[65], originellement commercialisée le 17 février 2009. La seconde est intitulée The Ballad of Gay Tony et a été commercialisée le 29 octobre 2009[66],[67]. Ces deux épisodes ont été commercialisés sur PlayStation 3 et Microsoft Windows le 13 avril 2010[68] en Amérique du Nord et le 16 avril 2010[68] en Europe[69].

Jeronimo Barrera, vice-président de Rockstar Games, explique que les épisodes n'étaient, en réalité, que des essais car l'entreprise estimait que le nombre de joueurs ne serait pas aussi grand qu'ils auraient espéré[70]. Le directeur financier de Take-Two Interactive, Lainie Goldstein, révèle que Microsoft avait payé un total 50 millions de dollars pour les deux premiers épisodes[71].,[72]. Le contenu était, au tout début, annoncé lors de l'E3 du 6 mai 2006[73]. En janvier 2010, Rockstar annonce que ces contenus téléchargeables seront disponible sur PlayStation 3 et Microsoft Windows le 13 avril 2010 en Amérique du Nord[68],[74],[75] et le 16 avril 2010 en Europe[68]. Grand Theft Auto IV: The Complete Edition, incluant la version originale de Grand Theft Auto IV, ainsi que ses deux expansions épisodiques, ont été mises en vente en-ligne[76] avant d'être confirmé par Rockstar. La compilation a été commercialisée sur PlayStation 3, Xbox 360 et Windows (par le biais de Steam[77]) le 26 octobre 2010 en Amérique du Nord et le 29 octobre en Europe[78].

Réception

Critiques de la presse spécialisée
Publication Note
AN GameSpot

10/10 (consoles)[79]
9/10 (PC)[80]

AN IGN.com

10/10 (Consoles)[81]
9,2/10 (PC)[82]

RU Edge 10/10[83]
FR Gamekult

9/10[84]
8/10 (PC)[85]

FR Jeuxvideo.com 18/20[86]
Compilations de plusieurs critiques
Game Rankings

97,29 % (PS3, 57 critiques)[87]
96,28 % (Xbox 360, 80 critiques)[88]
88,37 % (PC, 27 critiques)[89]

Metacritic

98 % (PS3, 64 critiques)[90]
98 % (Xbox 360, 86 critiques)[91]
90 % (PC, 40 critiques)[92]

Critiques

Grand Theft Auto IV reçoit un énorme succès critique, le site anglophone IGN lui attribue la note maximale de 10/10, chose qui n'était pas arrivée depuis 1999, avec un 10/10 qui fut attribué à Soul Calibur. Néanmoins, Metal Gear Solid 4 aura droit également à sa note de 10/10 sur IGN, quelques mois plus tard. Le site Gamerankings, qui fait la moyenne des notes de toute la presse spécialisée, classe GTA IV comme second meilleur jeu de tous les temps, derrière The Legend of Zelda: Ocarina of Time. La presse européenne également attribue de très hautes notes, un 9/10 sur Gamekult, et un 18/20 sur Jeuxvidéo.com. Le jeu aura également beaucoup de récompenses de la part de plusieurs organismes indépendants.

Du côté des joueurs, même si là aussi ça a plutôt été un succès, certains n'ont pas aimé la direction que Rockstar a pris à savoir un GTA dit plus « réaliste » que « fun ». En effet, par rapport à San Andreas le jeu permet moins de folies comme piloter des avions de chasse ou encore se balader sur une carte gigantesque modélisant entièrement un État.

Succès commercial

Grand Theft Auto IV est un des plus grands succès commerciaux de tous les temps. La sortie du film Iron Man aurait même été décalée pour éviter un choc frontal avec le jeu[93]. Au bout d'une semaine, l'analyste Evan Wilson pense que ce sont environ 550 $ millions de bénéfices que GTA IV a rapporté[94]. Deux semaines après son lancement, le jeu s'écoule déjà à 5 millions d'exemplaires[95]. Fin mai 2008, le jeu s'est déjà vendu à plus de six millions d'exemplaires dans le monde. Au 31 janvier 2009, ce sont 13 millions d'exemplaires qui ont été livrés sur Xbox 360, PlayStation 3 et Microsoft Windows ; au 31 janvier 2010, 17,5 millions et au 1er octobre 2010.

Dès sa sortie, Grand Theft Auto IV explose deux records dans l'industrie du jeu vidéo, celui d'être le jeu le plus vendu en un jour (3,6 millions) et les meilleures ventes réalisés en une semaine (6 millions)[96], ayant rapporté 500 millions de dollars depuis ses ventes[97],[98]. Au Royaume Uni, 631 000 exemplaires trouvent preneur le jour de sa sortie[99], qui en font le jeu le plus rapidement vendu de la région[100]. Le 13 mai 2008, Grand Theft Auto IV atteint le sommet du Livre Guinness des records en étant le jeu le plus vendu en 24 heures, et celui qui génère le plus de revenus. Il bat donc le record de Halo 3 qui avait rapporté 170 millions de dollars en une journée[101]. Cependant, son record est battu en novembre 2009 par Call of Duty: Modern Warfare 2.

Concernant la version PC, les ventes ont été moindres, se classant seulement septième dans le top dix lors de sa première semaine[102]. Une semaine plus tard, le jeu avait disparu du top[103],[104]. Cela est peut être dû aux nombreux problèmes de configuration que les joueurs ont rencontré sur PC. Pour l'instant, GTA IV est le jeu le plus vendu sur PlayStation 3 et le second plus vendu sur Xbox 360, avec Call of Duty 4 derrière et Halo 3 devant. En février 2011, Take-Two Interactive annonce que le jeu s'est vendu à plus de vingt millions d'exemplaires[105] depuis sa sortie.

Controverses

Avant sa sortie, GTA IV est sujet à beaucoup de grandes controverses. George Galloway, Jack Thompson et Glenn Beck notamment l'ont beaucoup critiqué, plusieurs organisations de New York, et les Mothers Against Drunk Driving (MADD), qui luttent contre l'alcool au volant[106]. La version de GTA IV australienne et néo-zélandaise fut censurée ou interdite en partie[107]. Cela créa un petit scandale chez les fans en Nouvelle-Zélande[108]. La version PC subit le même sort, pour être évalué par l'organisme de classification des jeux locaux[109].

Aux États-Unis, et en Europe (plus particulièrement au Royaume-Uni), Grand Theft Auto IV est très largement attaqué sur son contenu énormément violent[110],[111],[112],[113],[114]. En juin 2008, à New Hyde Park (New York, aux États-Unis), six adolescents ont été arrêtés pour avoir racketté plusieurs individus et pour avoir tenté plusieurs vols de voiture[115]. Selon la police, les adolescents étaient « inspirés » par Grand Theft Auto IV, ce qui eut pour effet de relancer la polémique, déjà très présente[116].

En France, les médias grand public ont également beaucoup parlé du jeu, souvent pour critiquer une incitation à la violence. Toute la presse ne critique pas le jeu néanmoins, Libération en fait la une lors de sa sortie, le 29 avril 2008, en le qualifiant de « plus grand jeu du monde », prenant à contre-pied tous les médias qui critiquaient négativement le jeu[60]. Beaucoup de controverses naîtront aussi dans ce pays autour du jeu, comme un adolescent à Lyon qui brûla des voitures, et qui dira ensuite s'être inspiré du jeu[117].

Editeur de vidéos

GTA IV sur PC dispose d'un éditeur de vidéos qui vous permet de faire des vidéos, puis de les partager avec la communauté, via le site de Rockstar.

Notes et références

  1. (en) Robinson Martin, « Grand Theft Auto IV UK Hands-on » sur IGN (Royaume-Uni), 30 octobre 2008. Consulté le 30 avril 2008
  2. a, b et c Grand Theft Auto IV- Playstation 3 sur Jeuxvideo.com. Consulté le 13 juin 2011
  3. a et b Grand Theft Auto IV- Xbox 360 sur Jeuxvideo.com. Consulté le 13 juin 2011
  4. a et b Grand Theft Auto IV- PC sur Jeuxvideo.com. Consulté le 13 juin 2011
  5. a et b (en) Matt Stanyon, « GTA IV PC: Rockstar Announces Social Club TV and Official Site Updated » sur BeefJack, 19 novembre 2008. Consulté le 19 novembre 2008
  6. (en) Rockstar North, « Classification Database - GRAND THEFT AUTO IV (MA 15+) » sur Classification.gov.au. Consulté le 22 octobre 2008
  7. (en) Rockstar North, « Classification Database - GRAND THEFT AUTO IV - PC (MA 15+) » sur Classification.gov.au. Consulté le 22 octobre 2008
  8. (en) Grand Theft Auto IV sur BBFC, 1er avril 2008. Consulté le 4 avril 2008
  9. (en) BBFC removes GTA IV info from site sur Eurogamer, 31 mars 2008. Consulté le 1er avril 2008
  10. (en) Two Versions of Grand Theft Auto IV Classified as R18 sur OFLC (NZ), 30 mai 2008. Consulté le 7 octobre 2008
  11. (en) Grand Theft Auto IV sur Film and Video Labelling Body of NZ. Consulté le 7 avril 2011
  12. (en) PEGI info. Consulté le 11 juin 2011
  13. (en) Ortutay, Barbara, Take-Two's 'Grand Theft Auto IV' tops $500M in week 1 sales, The Boston Globe, 8 mai 2008  (page consultée le 8 mai 2008)] 
  14. (en) Stephen Totilo, « 'Grand Theft Auto IV' Posts Record First-Week Sales » sur MTV News, 7 mai 2008. Consulté le 8 mai 2008
  15. Stéphane Sautonie, « 20 millions de GTA IV dans le monde » sur Jeuxactu, 10 mars 2011. Consulté le 11 juin 2011
  16. (en) Grand Theft Auto IV Ranked - TopTenREVIEWS sur Games.toptenreviews.com. Consulté le 22 octobre 2008
  17. (en) Top 100 Games - Game Ratio sur Gameratio.cheatcodesgalore.com, 4 avril 2007. Consulté le 22 octobre 2010
  18. (en) Highest and lowest scoring games at Metacritic sur Metacritic. Consulté le 13 octobre 2008
  19. (en) Grand Theft Auto IV sur MobyGames. Consulté le 22 octobre 2008
  20. (en) Crispin Boyer, Sweet Land of Liberty, mars 2008 
  21. (en) Staten Island not to Be Featured In GTA IV, Politicians Glad. Consulté le 11 juin 2011
  22. Guide de Liberty City p. 8
  23. (en) BAWSAQ sur GTA Wiki. Consulté le 12 juin 2011
  24. Plan de la ville. Consulté le 11 juin 2011
  25. Liste des musiques. Consulté le 11 juin 2011
  26. (en) Totilo, Stephen, « 'Grand Theft Auto IV' Music Man Explains How Those 214 Songs Made The Soundtrack » sur MTV News, 2 mai 2008. Consulté le 18 mai 2008
  27. Guide de Liberty City p. 7
  28. (en) GTA IV Unveils New Music Download Model sur Yahoo!, 10 avril 2008. Consulté le 10 avril 2008
  29. (en) GTA IV Unveils New Music Download Model sur Yahoo! Games, 27 mars 2008
  30. Liste des sites dans GTA IV sur GTA4WeazelNewz. Consulté le 12 juin 2011
  31. Burger Shot sur GrandTheftWiki. Consulté le 11 juin 2011
  32. Guide de Liberty City p. 13
  33. Spray sur GrandTheftWiki. Consulté le 11 juin 2011
  34. (en) Mikel Reparaz, « Grand Theft Auto IV – Multiplayer Hands-On » sur GamesRadar, 8 avril 2008, p. 6. Consulté le 25 juin 2008
  35. (en) Coverage of the PlayStation Holiday Preview Event, 12 octobre 2007
  36. (en) Stephen Totilo, « 'Grand Theft Auto IV' Does Not Have LAN Or Single-Screen Multiplayer Either (Public Service Announcement #2) » sur MTV Multiplayer, 22 avril 2008. Consulté le 13 octobre 2008
  37. (en) Grand Theft Auto IV Multiplayer Hands-On (PS3, Xbox 360) sur GameTap, 8 avril 2008. Consulté le 15 mai 2008
  38. GTA 4 - Mode multijoueurs sur grandtheftauto.fr. Consulté le 18 juillet 2011
  39. (en) Mark Androvich, « GTA IV, most expansive game ever developed », 1er mai 2008. Consulté le 11 juin 2011
  40. (en) GTA Gets Real, Future Publishing, juin 2007 
  41. (en) Rachel Rosmarin, « Take-Two Takes A Hit » sur Forbes.com, 12 novembre 2006. Consulté le 24 septembre 2007
  42. (en) Fritz, Ben, « Dan Houser's very extended interview about everything "Grand Theft Auto IV" and Rockstar », Variety, 19 avril 2008. Consulté le 28 avril 2008
  43. (en) Brandon Boyer, « Product: Grand Theft Auto IV Using NaturalMotion's Euphoria » sur Gamasutra, CMP Game Group, 29 septembre 2009. Consulté le 3 avril 2008
  44. (en) Grand Theft Auto Trailer 2 Launched! sur GTA4.net, 28 juin 2007
  45. (en) Eddy, Andy, « Grand Theft Auto IV Hands-On Preview (Xbox 360) », 28 février 2008
  46. (en) The Making of Grand Theft Auto IV sur Edge, 17 mars 2007. Consulté le 13 août 2008
  47. Un trailer pour GTA IV bientôt sur Jeuxvideo.com, 2 mars 2007. Consulté le 11 juin 2011
  48. Jack Thompson craint pour sa vie sur Jeuxvideo.com, 19 septembre 2007. Consulté le 11 juin 2011
  49. GTA IV: New York pas content sur Jeuxvideo.com, 2 avril 2007. Consulté le 11 juin 2011
  50. Des infos sur GTA IV sur Jeuxvideo.com, 11 avril 2007. Consulté le 11 juin 2011
  51. a et b Image GTA IV sur Jeuxvideo.com, 29 mai 2007. Consulté le 11 juin 2011
  52. GTA IV en vidéo le 28 juin sur Jeuxvideo.com, 12 juin 2007. Consulté le 11 juin 2011
  53. a et b GTA IV, un trailer la semaine prochaine, les jaquettes tout de suite sur Jeuxvideo.com, 28 novembre 2007. Consulté le 11 juin 2011
  54. GTA IV, entre février et avril 2008 sur Jeuxvideo.com, 12 novembre 2007. Consulté le 11 juin 2011
  55. La liste des stations de radio de GTA IV sur Jeuxvideo.com, 17 avril 2008. Consulté le 11 juin 2011
  56. Guide de Liberty City p. 20-24
  57. GTA IV, quelques infos et premier 10/10 sur Jeuxvideo.com, 15 avril 2008. Consulté le 11 juin 2011
  58. N'achetez pas GTA IV à vos enfants sur Jeuxvideo.com, 25 avril 2008. Consulté le 11 juin 2011
  59. GTA IV, déjà sur le net sur Jeuxvideo.com, 23 avril 2008. Consulté le 11 juin 2011
  60. a et b Chris, « GTA IV fait bouger les choses ? » sur Gamepro, 28 avril 2008. Consulté le 11 juin 2011
  61. GTA IV officialise sur PC sur Jeuxvideo.com, 6 août 2008. Consulté le 11 juin 2011
  62. GTA IV - PC, le patch approche sur Jeuxvideo.com, 10 décembre 2008. Consulté le 11 juin 2011
  63. (en) Grand Theft Auto 4 PC Suffering From Numerous Issues, 1UP.com, 4 décembre 2008. Consulté le 6 décembre 2008
  64. L'édition collector illustrée sur Jeuxvideo.com, 27 juin 2008. Consulté le 11 juin 2011
  65. GTA IV, une date pour le contenu téléchargeable sur Jeuxvideo.com, 28 novembre 2008. Consulté le 11 juin 2011
  66. (en) Brendan Sinclair, « Chinatown Wars gets temporary cease-fire » sur GameSpot, 13 novembre 2008. Consulté le 15 novembre 2009
  67. Rockstar annonce GTA The Ballad of Gay Tony sur Jeuxvideo.com, 26 mai 2009. Consulté le 11 juin 2011
  68. a, b, c et d (en) First PC Screens of Grand Theft Auto: Episodes from Liberty City sur Rockstar Games, 2 avril 2010. Consulté le 8 avril 2010
  69. (en) Grand Theft Auto: Episodes from Liberty City Coming to PlayStation 3 and PC sur Rockstar Games, 29 janvier 2010. Consulté le 29 janvier 2010
  70. (en) Grand Theft Auto IV: Rockstar Experimenting with Episodic Content sur Kotaku, 11 février 2008. Consulté le 12 février 2008
  71. (en) Afterdark sur Afterdark. Consulté le 11 juin 2011
  72. (en) Take-Two F2Q07 (Qtr End 4/30/07) Earnings Call Transcript sur SeekingAlpha, 11 juin 2007. Consulté le 17 juin 2008
  73. (en) Gibson Ellie, « E3: Microsoft'sConference » sur Gamesindustry.biz, 11 juillet 2007. Consulté le 8 avril 2008
  74. Episode from Liberty City sur PS3 et PC ! sur Jeuxvideo.com, 29 janvier 2010. Consulté le 11 juin 2011
  75. (en) Episodes - Rockstar Games live article sur Rockstargames.com. Consulté le 22 octobre 2010
  76. (en) Eddie Makuch, « Grand Theft Auto IV: Complete edition coming Oct. 26 - Retail Radar - PlayStation 3 News at GameSpot » sur Uk.gamespot.com, 5 octobre 2010. Consulté le 22 octobre 2010
  77. (en) Grand Theft Auto IV: Complete Edition on Steam. Consulté le 24 novembre 2010
  78. (en) Grand Theft Auto IV: Complete Edition (PS3): Amazon.co.uk sur Amazon.co.uk. Consulté le 24 novembre 2010
  79. (en) Justin Calvert, « Grand Theft Auto IV review » sur GameSpot, 28 avril 2008
  80. (en) Justin Calvert, « Grand Theft Auto IV review for PC » sur GameSpot, 8 décembre 2008
  81. (en) Hilary Goldstein, « Grand Theft Auto IV review » sur IGN.com, 31 janvier 2011
  82. (en) Charles Onyett, « Grand Theft Auto IV for PC review » sur IGN.com, 2 décembre 2008
  83. (en) « Grand Theft Auto IV review », dans Edge, juin 2008, p. 82 (ISSN 1350-1593)  
  84. Nicolas Verlet, « Test de Grand Theft Auto IV » sur Gamekult, 29 avril 2008
  85. Nicolas Verlet, « Test de Grand Theft Auto IV sur PC » sur Gamekult, 4 décembre 2008
  86. Frédéric Goyon, « Test de Grand Theft Auto IV » sur JeuxVideo.com, 27 avril 2008
  87. (en) Grand Theft Auto IV for PS3 reviews sur Game Rankings. Consulté le 14 juin 2011
  88. (en) Grand Theft Auto IV fox Xbox360 reviews sur GameRankings. Consulté le 14 juin 2011
  89. (en) Grand Theft Auto IV for PC reviews sur GameRankings. Consulté le 14 juin 2011
  90. (en) Grand Theft Auto IV for PlayStation 3 sur Metacritic. Consulté le 14 juin 2011
  91. (en) Grand Theft Auto IV for Xbox 360 sur Metacritic. Consulté le 14 juin 2011
  92. (en) Grand Theft Auto IV for PC sur Metacritic. Consulté le 14 juin 2011
  93. (en) Nick Lewis, « Grand Theft Auto could be Hollywood's biggest summer competition » sur Canada.com, 28 avril 2008. Consulté le 28 avril 2008
  94. (en) Tom Magrino, « GTAIV: Big or huge? » sur GameSpot, 28 avril 2008. Consulté le 28 avril 2008
  95. (en) Matt Richtel, « For Gamers, the Craving Won't Quit » sur The New York Times, 29 avril 2008. Consulté le 29 avril 2008
  96. (en) Shaun Nichols, « GTA IV smashes sales records » sur vnunet.com, 9 mai 2008. Consulté le 26 mai 2008
  97. (en) Mike Richtel, A $500 Million Week for Grand Theft Auto, New York Times, 7 mai 2008  (page consultée le 7 mai 2008)] 
  98. (en) Franklin Paul, « Take-Two's Grand Theft Auto 4 sales top $500 million » sur Reuters, 7 mai 2008. Consulté le 8 mai 2008
  99. (en) Tim Ingham, « UK CHARTS: All-conquering GTA IV hits No.1 » sur Market for Home Computing and Video Games, 6 mai 2008. Consulté le 16 mai 2008
  100. (en) Tim Ingham, « GTA IV smashes day one sales record » sur Market for Home Computing and Video Games, 30 avril 2008. Consulté le 10 mai 2008
  101. (en) Confirmed: Grand Theft Auto IV Breaks Guinness World Records With Biggest Entertainment Release Of All-Time sur Guinness World Records, 13 mai 2008. Consulté le 13 mai 2008
  102. (en) Weekly PC Sales: A Slow Start for GTA 4 sur Shacknews, 15 décembre 2008. Consulté le 24 décembre 2008
  103. (en) Weekly PC Sales: Grand Theft Auto 4 PC Disappears; Left 4 Dead, Call of Duty Gain Ground sur Shacknews, 22 décembre 2008. Consulté le 24 décembre 2008
  104. (en) Grand Theft Auto 4 PC Drops Out of NPD’s Top 10 PC List in Second Week sur GameCyte, 23 décembre 2008. Consulté le 24 décembre 2008
  105. GTA IV, 20 millions d'exemplaires vendus sur Jeuxvideo.fr. Consulté le 11 juin 2011
  106. (en) Sinclair Brendan, « Mothers against GTAIV's drunk driving » sur GameSpot, 30 avril 2008. Consulté le 13 octobre 2008
  107. (en) Hill Jason, « GTA IV edited for Australia » sur The Sydney Morning Herald, 4 avril 2008. Consulté le 5 avril 2008
  108. (en) Cardy Tom, « GTA IV unedited in New Zealand », Stuff.co.nz, 23 mai 2008. Consulté le 9 août 2008
  109. (en) Chiappini Dan, « Uncut GTA IV PC coming to Australia » sur Gamespot, 30 novembre 2008. Consulté le 1er décembre 2008
  110. (en) James Sherwood, Grand Theft Auto 4 queue man stabbed in head, 30 avril 2008  
  111. (en) Holden Frith, Man stabbed while waiting to buy Grand Theft Auto IV, 29 avril 2008  
  112. (en) Mannion Paul, « Chester boys attacked by Grand Theft Auto snatchers » sur Chester Chronicle, 1er mai 2008. Consulté le 11 novembre 2008
  113. (en) Tim Ingham, « Croydon stabbing 'had nothing to do with GTA » sur Market for Home Computing and Video Games, 30 avril 2008. Consulté le 21 novembre 2008
  114. (en) Grand Theft Auto stabbing disputed (Archive, Wikiwix, que faire ?) sur Yahoo! News, 30 avril 2008. Consulté le 2 mai 2008
  115. (en) Crowley, Kieran, « 'Game Boy' Havoc on LI » sur New York Post, 27 juin 2008. Consulté le 7 février 2009
  116. (en) Crowley, Kieran, « 'Game Boy' Havoc on LI » sur New York Post, 27 juin 2008. Consulté le 7 février 2009
  117. Un gamin brûle des voitures pour imiter un jeu vidéo sur Libelyon.blogs.liberation.fr. Consulté le 11 juin 2011

Liens externes

© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html