Gréco chante Jacques Brel, Henri Gougaud, Pierre Seghers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Gréco chante Jacques Brel, Henri Gougaud, Pierre Seghers
Album par Juliette Gréco
Sortie Novembre 1977
Enregistrement 1977
Paris  France
Durée 38:18
Genre Chanson française
Producteur Éditions Infini
Label RCA Victor
Albums de Juliette Gréco
Gréco (1975)
Juliette Gréco récital (1982)

Gréco chante Jacques Brel, Henri Gougaud, Pierre Seghers est un album studio de Juliette Gréco sorti en 1977.

Sommaire

Titres

No Titre Paroles Musique Durée
1. Voir un ami pleurer Jacques Brel Jacques Brel 3:31
2. Pays de déraison Juliette Gréco Gérard Jouannest 3:15
3. Non monsieur je n’ai pas vingt ans Henri Gougaud Gérard Jouannest 3:50
4. Adieu à toi Pierre Seghers Gérard Jouannest 3:18
5. Mon cœur c’est pareil Henri Gougaud Gérard Jouannest 2:30
6. Je vous suivrai toujours Henri Gougaud Gérard Jouannest 2:44
7. Paris aujourd’hui Henri Gougaud Gérard Jouannest 3:13
8. Les Amours de fumée Pierre Seghers Gérard Jouannest 2:31
9. Les Voyous[1] Pierre Seghers Gérard Jouannest 1:49
10. L’amour trompe la mort Juliette Gréco Gérard Jouannest 2:58
11. La Rose et l’Ancolie Pierre Seghers Gérard Jouannest 2:46
12. J’arrive Jacques Brel Gérard Jouannest 5:53
38:18

Crédits

Production

Autour de l’album

Bien sûr, il y a nos défaites
Et puis la mort qu’est tout au bout,
Le corps incline déjà la tête,
Étonné d’être encore debout.
Gréco sait-elle déjà à quel point son ami Jacques Brel est gravement atteint par la maladie ?
Moi, je dansais avec des morts
Plus vifs que des vivants
Et nous inventions l’âge d’or
Au seuil des matins blancs…
J’arrive, j’arrive,
Mais pourquoi moi, pourquoi déjà ?
Pourquoi maintenant et où aller ?
J’arrive, bien sûr, j’arrive,
N’ai-je jamais rien fait d’autre qu’arriver…
Beauté, mon beau souci que j’emporte en voyage,
Beauté, mon beau visage et mes larmes aussi,
Beauté, faux passeport à l’encre qui s’efface,
Beauté, sans poids ni trace, que faites-vous ici ?
Elle retrouvera Pierre Seghers en 1983 pour l’enregistrement d’un dernier titre, La vie s’évite (Gréco 83, Disques Meys).
Connais-tu le pays qu’ils appellent ton corps,
Pays chaud qui surgit, comme une île dorée,
De l’océan des draps, le connais-tu, dis-moi ?
Mon corps blanc comme lune se brûle à ton soleil,
Couchée contre tes dunes, j’écoute ton sommeil…

Articles connexes

Notes

  1. Poème déjà mis en musique par Ted Scotto et paru en 1964 sous le titre Chanson du voyou et de la voyelle.
  2. Hormis la chanson Les Voyous, déjà rééditée en 1990 dans la compilation 6 CD Je suis comme je suis Philips 848065-2.
© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html