Gaspard G

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Gaspard.
Gaspard G
Gaspard G en mai 2019.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Gaspard Guermonprez
Nationalité
Activités

Gaspard Guermonprez, dit Gaspard G, né le à Lille, est un entrepreneur, journaliste et vidéaste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Fils d’un industriel et d'une commerciale du Nord (département français), Gaspard grandi dans la campagne lilloise. Il réalise dès ses 9 ans ses premiers films avec le camescope familial et maitrise l’art du montage très jeune [1].

Gaspard a fréquenté un établissement catholique à l'éducation stricte à laquelle il se sentait étranger, victime de harcèlement pendant ses années collèges, il témoigne et dénonce, des années plus tard, dans une tribune dans La Voix du Nord en octobre 2016 [2], l’immobilisme de son ancien collège. En 2014, à 16 ans, il est déscolarisé, quitte le domicile familial et part vivre à San Francisco aux États-Unis.

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts sur YouTube[modifier | modifier le code]

Au même moment, Gaspard Guermonprez commence à poster ses premières réalisations sur sa chaine YouTube : Gaspard G [3]. En mars 2015, une de ses vidéos ASKGASP connait un premier large succès et cumule alors 2 millions de vues [4]. En août 2015, après un stage chez Google, au siège californien, il quitte les États-Unis pour reprendre ses études [5] et rejoint alors Montréal, au Canada pour passer son baccalauréat économique et social au Collège international Marie de France. Il l'obtient mention bien et intègre alors une année préparatoire. De 2016 à 2017, il réalise deux courts-métrages, Chifoumi [6] et Face B. Il continue en parallèle à poster une trentaine de vidéos sur YouTube. Sa chaine cumule en 2017, 20 millions de vues [7]. En septembre 2017, il intègre HEC Montréal [8].

Flick[modifier | modifier le code]

En octobre 2017, à 19 ans, il crée une première entreprise : Flick, à Montréal, au Canada. Le 8 novembre 2017, il poste le premier épisode d’une série d’actualité produite par Flick : « Break the Internet », l’épisode défend la réforme du baccalauréat général et technologique et réforme du lycée [9] envisagé par le gouvernement d’Emmanuel Macron, fraichement élu. La vidéo crée un buzz médiatique, et affiche 12 millions de vues au compteur en une semaine [10]. Elle est reprise par d’importants médias français. En février 2018, le ministre de l'Éducation nationale (France) Jean-Michel Blanquer [11] le rencontre afin d’échanger sur la réforme. L’entrevue est diffusée sur Flick et est suivie par 20 000 personnes.

De mars à novembre 2018, le média publie plusieurs séries traitant de sujets d'actualités et de société, dont une sur le féminisme co-produite par le Groupe TF1 et deux entrevues politiques de Christophe Castaner et Jack Lang.

Le 7 mai 2019, Gaspard annonce la fermeture de l'entreprise qui employait 13 personnes à Montréal.

Controverses[modifier | modifier le code]

Gaspard G et le ministre de l'Éducation nationale Blanquer en 2018

Une enquête par Le Figaro en mai 2018 accuse sept YouTubeurs, dont Gaspard G, HugoDecrypte et Cyrus North d’avoir été payé par le ministère de l’Éducation nationale [12] pour faire la promotion des réformes sur leurs réseaux. L’enquête reprise par Challenges [13], France Inter [14], BFM TV et d’autres médias français, dénonce une rémunération de 3000 à 8000 euros par vidéo postée. Guermonprez répond sur Twitter le lendemain du scandale [15] : « Je n'ai jamais été payé pour interviewer Jean-Michel Blanquer, contrairement à ce qui est dit dans la presse ce matin. J'ai réalisé cette entrevue avec la passion d'une équipe de jeunes entre 18 et 20 ans […] ravi de vivre dans un pays qui laisse la voix aux jeunes, aux passionnés et aux audacieux ».

Le média jeunesse Flick qu'il a dirigé deux ans a longtemps été reproché d'être pro-En Marche.

Filmographies[modifier | modifier le code]

Courts-métrages[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Gaspard sur la voie des grands YouTubeurs", La Voix du Nord, publié le 26 juillet 2014.
  2. Anne-Gaëlle Besse, "Gaspard G balance sur son ancien collège", La Voix du Nord, publié le 7 octobre 2016.
  3. « Gaspard G », sur YouTube, consultée le 3 mai 2018
  4. « Portrait : Gaspard G, 17 ans, 50 000 abonnés », melty, publié le 18 avril 2015.
  5. « Lancer sa startup à 19 ans », sur YouTube, publié le 1er mai 2018.
  6. "Chifoumi, le film, sur YouTube, publié le 18 juillet 2016
  7. « Gaspard G », sur YouTube, consulté le 3 mai 2018.
  8. « Je suis étudiant à HEC Montréal », sur YouTube, publié le 29 mai 2018.
  9. Louis Heidsieck, « Gaspard G fait un carton avec une vidéo sur la suppression des filières », Le Figaro, publié le 14 novembre 2017
  10. Romain Herreros, « EM fait buzzer un YouTubeur qui plaide pour la suppression des filières », Le Huffington Post, publié le 14 novembre 2017
  11. Anne-Gaëlle Besse , « Gaspard G, 19 ans, interviewe le ministre Jean-Michel Blanquer », La Voix du Nord, publié le 22 février 2018
  12. Louis Heidsieck, "L'Armée de vidéastes de Jean-Michel Blanquer", Le Figaro, publié le 20 mai 2018.
  13. "Ces YouTubeurs qui font la com de l'éducation nationale", Challenges, publié le 24 mai 2018.
  14. Claude Askolovitch, "Des youtubeurs viennent au secours du ministre de l'Education", France Inter, publié le 21 mai 2018.
  15. « Gaspard G payé pour interviewer le ministre de l'Éducation», PureBreak, publié le 23 mai 2018
  • Portail d’Internet
  • Portail de la France