Gabriel Pérouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gabriel Pérouse, né à Saint-Cyr-au-Mont-d'Or le 10 août 1874[1] et mort à Chambéry le 5 décembre 1928, est un archiviste et historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève brillant, il est reçu au baccalauréat avec la mention très bien. Il entre à l'Ecole des chartes en octobre 1894. En même temps, il suit des cours à l'École pratique des hautes études, au Collège de France et à la Faculté de droit[2].

Il sort quatrième de sa promotion de l'École des chartes en janvier 1898. Il a soutenu une thèse (qui n'est pas publiée) sur "Les origines de la gabelle et son organisation jusqu'à 1396".

Docteur es lettres, il a soutenu sa thèse à la Sorbonne en 1905[3] "Le Cardinal Louis Aleman et la fin du Grand Schisme"[4] ce qui lui valut le prix Thérouanne de l'Académie française en 1906. Sa thèse latine étudie "Les lettres d'Aeneas Sylvius Piccolomini, (futur pape Pie II)."[5]

Gabriel Pérouse est nommé archiviste départemental de la Savoie le 2 août 1898. Il est âgé de 24 ans lorsqu'il devient chef du dépôt d'archives. Pendant trente ans, accomplit toute sa carrière dans ce département. Historien de la Savoie, il est président de la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie (1922-1928) et membre de l'Académie de Savoie. Il enseigne également à l'école normale de Chambéry et à la faculté des lettres de Grenoble. Il reçoit les palmes d'officier d'académie le 28 janvier 1906.

Il épouse, le 2 mars 1916, à Chambéry, Anne Denarié laquelle meurt de la grippe espagnole le 30 octobre 1918[6].

Le 4 décembre 1928, la veille de sa mort, il reçoit sa nomination au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur[7]. Il meurt le 5 décembre 1928 à Chambéry[8].

La cité médiévale de Conflans (située sur la commune d'Albertville), qu'il a contribué à préserver, a donné son nom à une de ses rues. La ville de Chambéry où il a vécu possède aussi une rue Gabriel Pérouse.

Publications[modifier | modifier le code]

Ses publications sont très nombreuses, voir la liste[9] sur le site Sabaudia.org[9].

Quelques unes de ses monographies sont à lire en ligne sur Gallica (en suivant les liens [1])

Références[modifier | modifier le code]

  1. AD 69, Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, registre 4E6114, naissances année 1874, acte n°26, p.8/14,
  2. Mémorial de Gabriel Pérouse, archiviste de la Savoie, , 123 p.
  3. Françoise Huguet, «Les thèses de doctorat ès lettres soutenues en France de la fin du XVIIIe siècle à 1940» (lire en ligne)
  4. Gabriel Pérouse, Le cardinal Louis Aleman et la fin du grand schisme, Paris, A. Picard et fils, , 513 p. (lire en ligne)
  5. Gabriel Pérouse, De epistolis Aeneae Sylvii Piccolomini, Lugduni,( Lyon), P. Legendre, , 107 p.
  6. AD 73, Registre E 4510, Tables Décennales, p.205/740
  7. base Leonore, dossier LH/2104/27
  8. Léon Levillain, « Gabriel Pérouse (1874-1928) », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 89, no 1,‎ , p. 442–444 (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2018)
  9. a et b « auteur Gabriel Pérouse », sur https://sabaudia.bibli.fr/

Liens externes[modifier | modifier le code]


  • Portail des sciences de l’information et des bibliothèques
  • Portail de l'histoire de la Savoie