Gaël Monfils

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Monfils.

Gaël Monfils

Gaël Monfils à l'US Open en 2016.
Carrière professionnelle
2004
Nationalité France
Naissance (33 ans)
Paris, France
Taille 1,93 m (6 4)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneurs Jan de Witt (2015)
Mikael Tillström (2015-2018)
Liam Smith (depuis 2019)
Gains en tournois 17 321 420 $
Palmarès
En simple
Titres 8
Finales perdues 21
Meilleur classement 6e (07/11/2016)[1]
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 155e (08/08/2011)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/4 1/2 1/8 1/2
Double 1/32 1/16 - 1/32
Mixte 1/8 1/8 - -
Titres par équipe nationale
Coupe Davis Finaliste (2010, 2014)

Gaël Monfils, né le à Paris, est un joueur de tennis français, professionnel depuis 2005.

En simple, il a atteint son meilleur classement avec la 6e place du classement ATP en novembre 2016, remportant huit tournois du circuit ATP, dont les plus importants à Washington en 2016 et à Rotterdam en 2019. Il a atteint vingt-et-une autres finales, dont trois Masters 1000. Il est, à ce jour, le seul joueur français à avoir atteint les quarts de finale de chaque tournoi Masters 1000. Ses meilleurs résultats en Grand Chelem sont deux demi-finales disputées à Roland-Garros en 2008 et à l'US Open en 2016.

Il est membre de l'équipe de France de Coupe Davis avec qui il a été finaliste en 2010 et 2014.

Il est considéré comme l'un des joueurs les plus fantasques du circuit mais également l'un des meilleurs défenseurs. De nombreux observateurs le considèrent comme le meilleur athlète du circuit[2],[3].

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaël Sébastien Monfils est le fils de Rufin Monfils, Guadeloupéen, entraîneur de football, et de Sylvette Cartesse, Martiniquaise. Du fait de ses origines, Gaël parle notamment couramment créole[4],[5],[6]. Gaël Monfils découvre le tennis à l’âge de quatre ans à La Courneuve[7] en région parisienne, et s'engage très jeune dans une carrière sportive en jouant pour le tennis club de la porte de Charenton dans le 12e arrondissement de Paris sous la conduite de son premier entraîneur Richard Warmoes[8]. Son frère cadet de sept ans, Daryl Monfils[9] pratique également le tennis[10].

Licencié au Levallois Sporting Club[9], il réside actuellement à Trélex[11], en Suisse.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

2002-2004 : Champion du monde junior 2004 et Petit Chelem[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils est champion de France 2002 des 15/16 ans : c'est son premier titre officiel. En 2004 à 18 ans, il cumule les victoires en catégorie junior. Il remporte le titre de champion du monde junior 2004 ainsi que le Petit Chelem en s’imposant à l’Open d’Australie contre Josselin Ouanna, à Roland-Garros puis à Wimbledon cette même année. Seul manque à son palmarès l’US Open où il perd contre Viktor Troicki en 1/8 de finale.

En novembre 2004, il se révèle aux yeux du grand public au Masters Series de Paris Bercy. Avec de grands coups droits, un revers à deux mains et un service dévastateur pouvant dépasser les 220 km/h, le joueur français séduit le public par la spontanéité de son jeu. Il est également un compétiteur dans l’âme et un joueur extraverti. Cette année-là, il bat Novak Djokovic au Tournoi future de Bergame 6-4, 6-75, 6-2.

2005 : Révélation de l'année et 1er titre ATP[modifier | modifier le code]

En 2005, Gaël Monfils grimpe de 200 places au classement pour entrer dans le top 50[1], finissant alors l’année en tant que troisième Français derrière Gasquet et Grosjean. Il remporte cette année-là son premier titre ATP à Sopot sur terre battue. À l'issue de la saison, il reçoit le prix ATP 2005 de la « Révélation de l'année ».

2006 : 1/2 finale au Masters 1000 de Rome et 1/8 de finale à Roland-Garros[modifier | modifier le code]

Il commence l’année 2006 en atteignant la finale du tournoi de Doha, battu par le no 1 mondial Roger Federer. Gaël Monfils atteint une demi-finale au Masters Series de Rome, un huitième de finale à Roland-Garros, où il reçoit le prix Bourgeon (prix de la révélation de l'année), et un quart de finale au Queen’s (gazon) pour atteindre alors le 12 juin la 23e place mondiale. Du 12 juin 2006 au 14 août 2006, il devient le numéro un Français[1], devant Sébastien Grosjean, puis cède sa place à Richard Gasquet au terme de cette période.

Son comportement combatif lui donne de bons résultats mais sa fin de saison reste mitigée.

2007 : Année de transition et confirmation difficile[modifier | modifier le code]

Il décide de se placer sous la direction de Tarik Benhabiles.

À l'Open d’Australie, il sort le finaliste 2006 Márcos Baghdatís sur le score de 7-65, 6-2, 2-6, 6-0, avant d'être battu au 3e tour par son compatriote Richard Gasquet.

Dans la semaine précédant Roland-Garros, il atteint la finale de l'Open de Poertschach en Autriche, éliminant au passage deux têtes de série, l'Américain Andy Roddick et l'Australien Lleyton Hewitt. Il atteint le troisième tour à Roland-Garros en gagnant contre un spécialiste de la terre battue, Juan Ignacio Chela (21e au classement ATP). Il s'incline cependant face au joueur argentin David Nalbandian (18e au classement ATP), en quatre sets.

Alors que la saison sur gazon commence, il est éliminé au deuxième tour par Max Mirnyi au tournoi du Queen’s, puis au premier tour au tournoi néerlandais de Bois-le-Duc par le Croate Ivan Ljubičić.

Il participe ensuite au Tournoi de Wimbledon, sans bénéficier d'un classement de tête de série : il passe le premier tour en écartant le vétéran suédois Thomas Johansson, au cours d'un match où il sert 34 aces. Il élimine au deuxième tour le Belge Kristof Vliegen, sur le score serré de 7-5, 7-6, 7-6. Il est finalement battu au troisième tour par le Russe Nikolay Davydenko, tête de série numéro 6. Gaël Monfils devra attendre 2018 pour dépasser le troisième tour à Wimbledon.

Après le Grand Chelem britannique, il joue à l'Open de Gstaad en Suisse (terre battue), où il prend sa revanche sur Nikolay Davydenko, en l'éliminant dès le premier tour. Il bat ensuite le Tchèque Jiří Vaněk, mais perd en quarts de finale contre son compatriote Paul-Henri Mathieu. Il enchaîne avec le Tournoi de Stuttgart. Il réitère une performance, en écartant dès son entrée en lice la tête de série numéro 2 du tournoi, Tommy Robredo. Il est néanmoins battu au deuxième tour par Jiří Vaněk, celui-là même qu'il avait battu quelques jours auparavant.

Cette année-là, il remporte le championnat du monde de paddle-tennis[12].

2008 : 1/2 finale à Roland-Garros et entrée dans le top 15[modifier | modifier le code]

Malgré un début de saison difficile, où Gaël Monfils ne dépasse pas les 1/8 de finale notamment sur les tournois de l'Open de Valence, des Masters de Monte-Carlo (où toutefois il réussit à ne pas encaisser un seul ace contre Ivo Karlović[13]) ou du Grand-Prix Hassan II, le joueur gagne le tournoi challenger de Marrakech et réalise un très bon Roland-Garros 2008 en s'imposant successivement face à Arnaud Clément, 7-5, 6-3, 6-1 au 1er tour, Luis Horna, 7-6, 6-4, 7-5 au 2e tour, Jürgen Melzer, 4-6, 7-5, 4-6, 6-0, 6-2 au 3e tour, puis face à Ivan Ljubičić, 7-6, 4-6, 6-3, 6-2 en 1/8 de finale, et enfin David Ferrer, 6-3, 3-6, 6-3, 6-1 en quart de finale. Il se qualifie pour les demi-finales et met ainsi un terme à sept années sans qu'un joueur français n'atteigne ce stade du tournoi de Roland-Garros[a]. Il s'incline cependant face à Roger Federer sur le score de 6-2, 5-7, 6-3, 7-5. C'est la troisième fois cette année que Gaël Monfils est stoppé par le no 1 mondial du moment.

Engagé à Wimbledon, Gaël Monfils déclare forfait à cause d'une douleur à l'épaule, avant même d'affronter Chris Guccione au 1er tour. Il réalise cependant une bonne performance durant l'Open de Nottingham en atteignant une demi-finale qu'il perd face à Ivo Karlović.

Après une sortie rapide lors du Masters du Canada et une défaite sur abandon au 2e tour du Masters de Cincinnati, Gaël Monfils porte les couleurs françaises sur le tournoi international des Jeux olympiques d'été de 2008. Il s'impose face à Nicolás Almagro 6-4, 3-6, 6-3 au 1er tour, Victor Hănescu 6-4, 7-6 au 2e tour, puis face à David Nalbandian 6-4, 6-4 en 1/8 de finale mais s'incline face à Novak Djokovic sur le score de 6-4, 1-6, 4-6 en 1/4 de finale.

Tête de série no 32 à l'US Open, Gaël Monfils entame correctement son tournoi en s'imposant successivement face à Pablo Cuevas 6-4, 6-4, 6-1 au 1er tour, Evgeny Korolev 6-2, 6-3, 3-6, 6-4 au 2e tour, puis pour la deuxième fois cette année face à David Nalbandian (tête de série no 7) 6-3, 6-4, 6-2 au 3e tour. Il ne dépasse cependant pas les 1/8 de finale, où il perd face à Mardy Fish 5-7, 2-6, 2-6. Il participe ensuite au Tournoi de Bangkok fin septembre et atteint les demi-finales, qu'il perd face à Jo-Wilfried Tsonga 6-0, 6-3.

Gaël Monfils s'engage début octobre à l'Open de Vienne, où il réalise un très bon parcours en éliminant successivement des joueurs tels Radek Štěpánek 6-3, 6-4, Fernando González 6-3, 7-62 et Philipp Kohlschreiber lors d'un match difficile 6-4, 5-7, 7-62. Il va cependant perdre en finale, et ce pour la cinquième fois lors d'un tournoi, contre Philipp Petzschner 6-4, 6-4. Ceci lui permet d'atteindre alors le meilleur classement ATP de sa carrière : 18e[1]. C'est la première fois que Gaël Monfils figure dans le top 20 des joueurs mondiaux.

Il dispute ensuite les Masters de Madrid, où il ne bénéficie d'aucun tirage de tête de série, mais réalise cependant une très bonne entame de tournoi : victoire sur Fabio Fognini 6-2, 6-4 au 1er tour, puis sur Fernando González 6-3, 6-4 au 2e tour (c'est la deuxième fois en deux semaines que Gaël Monfils bat le joueur chilien), puis sur Andy Roddick lors d'un match plus disputé 6-4, 3-6, 6-3 en 1/8 de finale. Il est cependant stoppé en 1/4 de finale par la tête de série no 4 du tournoi Andy Murray, 6-2, 6-2.

Parti tête de série no 16 lors des Masters de Paris-Bercy, Gaël Monfils entame son tournoi par une victoire au 2e tour sur le joueur argentin Juan Mónaco 6-4, 6-4. Mais il ne parviendra pas à réaliser l'exploit face à l'actuel no 1 mondial Rafael Nadal, qu'il affrontait pour la première fois cette saison : Gaël Monfils s'incline en 1/8 de finale 6-3, 6-2. Cette performance lui permet d'améliorer encore son meilleur classement ATP : 14e[1].

2009 : 1/4 de finale à Roland-Garros, 2e titre ATP et 1re finale en Masters 1000[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils débute sa saison à l'Open de Doha. Tête de série no 5, il se qualifie pour les demi-finales en battant Jan Hernych (6-2, 6-2), Nicolas Devilder (7-5, 7-64) et le numéro 1 mondial Rafael Nadal en quart de finale (6-4, 6-4) mais il s'incline face à Andy Roddick (7-61, 3-6, 6-3). Cette performance lui permet d'accéder à la 13e place mondiale. À l'Open d'Australie, il commence très bien en s'imposant successivement contre Martín Vassallo Argüello (6-1, 6-3, 7-5), puis contre Stefan Koubek (6-2, 6-3, 3-6, 6-4) et enfin contre Nicolás Almagro (6-4, 6-3, 7-5). Il est contraint d'abandonner au 4e tour, laissant son compatriote Gilles Simon accéder à son premier quart de finale lors d'un tournoi du Grand Chelem.

La saison européenne commence avec le Tournoi de Rotterdam, où il atteint sa seconde demi-finale de l'année mais s'incline face à Rafael Nadal (6-4, 6-4). À l'Open 13, il chute au premier tour face à Paul-Henri Mathieu en trois sets, mais fait toutefois sa première entrée dans le top 10 la semaine suivante.

Gaël Monfils participe à l'Open du Mexique en tant que tête de série no 2 et il fait un excellent parcours en éliminant successivement Olivier Patience (7-64, 6-4), Thomaz Bellucci (7-64, 65-7, 6-1), et Leonardo Mayer qui abandonne (6-3, 64-7, 4-1). Il élimine ensuite en demi-finale José Acasuso (6-3, 6-4) pour se qualifier pour sa première finale de la saison contre Nicolás Almagro, le tenant du titre. Il s'incline face à l'Espagnol (6-4, 6-4) en h 16[14]. À la suite de cette performance, il atteint le meilleur classement de sa carrière avec la 9e place mondiale[1]. Il fait ensuite partie de l'Équipe de France de Coupe Davis mais n'est que remplaçant (du fait qu'il venait de jouer sur terre battue la semaine précédente alors que la rencontre avec la République tchèque se jouait sur synthétique). Au Masters d'Indian Wells, il est sorti au deuxième tour par John Isner. Il participe ensuite au Masters de Miami. Il s'incline en huitième de finale face à Andy Roddick. Pour le premier Masters 1000 sur terre battue de la saison, Monfils s'incline au premier tour face à Janko Tipsarević à Monte-Carlo 3-6, 1-6[15]. Il déclare ensuite forfait pour le Masters de Rome en raison de douleurs aux genoux qui dureraient depuis le Masters de Miami. La raison est assez grave: "Selon le Docteur Bernard Montalvan, interrogé par L'Équipe ce mardi, il s'agit des conséquences de "la maladie d'Osgood-Schlatter", une maladie contractée pendant l'adolescence qui fragilise "une zone inflammatoire du tendon rotulien."[16]. Monfils s'aligne finalement après des hésitations pour le tournoi de Roland-Garros 2009[17] et élimine successivement Bobby Reynolds (6-2, 6-3, 6-1), Victor Crivoi (6-4, 6-3, 6-3), Jürgen Melzer (6-2, 4-6, 6-3, 6-1) et Andy Roddick (6-4, 6-2, 6-3) . Il est défait en 1/4 de finale (7-6, 6-2, 6-4) par Roger Federer, qui l’avait déjà battu en demi-finale en 2008.

La saison sur gazon de Monfils est très brève. En effet, dispensé du premier tour, il se blesse au poignet gauche lors du deuxième tour du Tournoi du Queen's, face au Kazakh Andrey Golubev, l'obligeant à déclarer forfait pour le tour suivant[18]. Cette blessure l'empêche par la suite de participer au Tournoi d'Eastbourne[19], et contraint également Gaël Monfils à déclarer forfait[20] le 18 juin pour Wimbledon, qui doit se dérouler du 22 juin au 5 juillet. Pour la deuxième année consécutive, il ne participe donc pas à la troisième levée du Grand Chelem. Pour son retour, il est éliminé au deuxième tour des Masters du Canada 2009 à Montréal par Juan Carlos Ferrero (6-3, 7-6). Il est, par la suite, de nouveau éliminé au premier tour des Masters de Cincinnati par le joueur croate Ivo Karlović (6-4, 5-7, 7-6). Lors de l'US Open, il élimine successivement Jérémy Chardy (6-1, 6-4, 6-3), Andreas Beck (6-3, 7-5, 6-3), José Acasuso (6-3, 6-4, 1-0 ab.) pour atteindre les huitièmes de finale, où il s'incline face à Rafael Nadal (36-7, 6-3, 6-1, 6-3).

En septembre, lors des matchs de barrage face aux Pays-Bas, Gaël Monfils s'incline lors du premier match face au 122e joueur mondial Thiemo de Bakker en quatre sets (6-3, 5-7, 6-3, 6-4). La semaine suivante, après notamment avoir battu Richard Gasquet en demi-finale (6-4, 6-3), il atteint la finale de l'Open de Moselle face à Philipp Kohlschreiber, qu'il bat 7-6, 3-6, 6-2, remportant le deuxième titre en simple de sa carrière quatre ans après le premier et surtout mettant ainsi fin à une série de six défaites successives en finales de tournois[21]. Lors du premier tournoi de la saison asiatique, il s'incline en quart de finale du tournoi de Kuala Lumpur contre Nikolay Davydenko (6-3, 6-3). Au Masters de Shanghai, il est éliminé en huitième de finale par le Croate Ivan Ljubičić (6-2, 3-0 ab). Au tournoi de Vienne, il parvient à atteindre les quarts de finale, où il perd face à Janko Tipsarević (6-4, 6-7, 6-3). Il est ensuite éliminé dès le deuxième tour de l'Open de Valence par l'Espagnol Guillermo García-López (7-5, 6-4). Il atteint en novembre la finale des Masters de Paris-Bercy, après avoir éliminé successivement David Guez, Julien Benneteau, Marin Čilić (3-6, 6-4, 6-4) et Radek Štěpánek (6-4, 5-7, 6-4), mais s'y incline en trois sets (2-6, 7-5, 6-7) face à Novak Djokovic.

2010 : 1/4 de finale à l'US Open, 3e titre ATP, 2e finale en Masters 1000 et meilleur classement[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils commence sa saison 2010[22] en atteignant les demi-finales de l'Open de Brisbane, où il s'incline contre Radek Štěpánek (6-2, 6-1). Lors de l'Open d'Australie, il chute au troisième tour face à John Isner (6-1, 4-6, 7-64, 7-65). Tête de série no 1 au tournoi de tennis de Johannesburg, il échoue aux portes de la finale face à l'Espagnol Feliciano López (3-6, 6-1, 7-61). Il échoue en quart de finale face à Julien Benneteau au tournoi Open 13 de Marseille. Lors de Roland-Garros, il s'incline au deuxième tour face à l'Italien Fabio Fognini (6-2, 6-4, 5-7, 4-6, 7-9) dans un match à nombreux rebondissements et disputé sur deux jours[23]. Cette défaite le fait rétrograder à la 21e place du classement ATP[1].

La saison sur gazon débute par une défaite au 2e tour du tournoi du Queen's contre Rainer Schüttler (6-3, 64-7, 6-2). Lors de Wimbledon, qu'il n'a plus disputé depuis 2008, il élimine successivement Leonardo Mayer (6-1, 7-69, 6-2), puis Karol Beck (6-4, 6-4, 64-7, 6-4) pour atteindre le 3e tour, où il perd contre Lleyton Hewitt (6-3, 7-69, 6-4).

Il participe à la victoire de l'équipe de France de Coupe Davis contre l'Espagne lors du quart de finale de l'édition 2010 en remportant le premier match contre David Ferrer (7-62, 6-2, 4-6, 5-7, 6-4). La semaine suivante, il atteint la finale du tournoi de Stuttgart, en battant successivement Pablo Andújar (4-6, 6-4, 6-3), Florian Mayer (6-3, 6-1) et Daniel Gimeno-Traver (6-4, 4-6, 6-0), avant d'abandonner face à Albert Montañés (2-6, 2-1 ab.), s'étant blessé à la cheville[24].

Après une tournée américaine moyenne, il est désigné comme tête de série no 17, et seule tête de série française, pour l'US Open. Il bat au premier tour le qualifié Robert Kendrick (3-6, 6-3, 6-4, 65-7, 6-4), puis Igor Andreev (6-3, 6-4, 6-4), Janko Tipsarević (7-6, 6-7, 6-2, 6-4) et Richard Gasquet (6-4, 7-5, 7-5) en huitièmes de finale. Il est le premier Français à atteindre les quarts de finale depuis dix ans, mais perd contre Novak Djokovic (7-62, 6-1, 6-2).

Lors de l'Open de Tokyo, après avoir éliminé successivement Go Soeda, Andreas Seppi, Andy Roddick (7-65, 4-6, 7-66)[25], et Radek Štěpánek (6-3, 6-3), il atteint la finale qu'il perd contre Rafael Nadal (6-1, 7-5). La semaine suivante, au Masters de Shanghai, il est éliminé au deuxième tour par Richard Gasquet (6-4, 3-6, 6-4). Lors du tournoi de Montpellier, il élimine successivement Steve Darcis (6-4, 6-4), John Isner (3-6, 6-4, 6-4), Jo-Wilfried Tsonga (7-62, 2-6, 6-4) avant de s'imposer en finale contre Ivan Ljubičić (6-2, 5-7, 6-1), remportant ainsi le 3e titre ATP de sa carrière[26].

Au Masters de Paris-Bercy, il élimine successivement Benjamin Becker (7-64, 6-4), Fernando Verdasco (64-7, 7-62, 7-5), et Andy Murray (6-2, 2-6, 6-3) pour atteindre les demi-finales[27] où il bat Roger Federer (7-67, 61-7, 7-64) dans un match à rebondissements où il remonte un break de retard dans le troisième set et sauve 5 balles de match. Il bat le Suisse pour la première fois en six confrontations et atteint pour la deuxième année consécutive la finale du tournoi. Cette victoire lui assure de devenir no 1 Français jusqu'à la fin de l'année aux dépens de Jo-Wilfried Tsonga. Il s'incline une nouvelle fois en finale, cette fois face à Robin Söderling (6-1, 7-61).

Lors de la finale perdue de Coupe Davis face à l'équipe de Serbie (2-3), il bat en match d'ouverture Janko Tipsarević mais s'incline face à Novak Djokovic (6-2, 6-2, 6-4) lors de la troisième journée.

Après avoir été no 1 français pour la première fois en 2006, il finit cette fois l'année à cette place. Il est alors considéré comme l'un des meilleurs athlètes du circuit[28],[29],[30].

2011 : 1/4 de finale à Roland-Garros, 4e titre ATP et retour dans le top 15[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils à Roland-Garros en 2011.

La saison 2011 de Gaël Monfils débute au tournoi d'exhibition de Kooyong, où il bat le no 9 mondial et tenant du titre Fernando Verdasco 4-6, 7-65, 6-4. La semaine suivante, après un premier tour difficile où il bat difficilement Thiemo de Bakker en cinq sets (65-7, 2-6, 7-5, 6-2, 6-1), il chute au troisième tour de l'Open d'Australie contre Stanislas Wawrinka (64-7, 2-6, 3-6)[31]. À l'entame de la saison nord-américaine sur dur, il atteint le dernier carré de l'Open de San José mais déclare forfait contre Milos Raonic à cause d'une blessure au poignet qui le force à s'arrêter deux mois.

Pour le début de la saison sur terre, il revient lors des Masters de Monte-Carlo où il chute au troisième tour contre Frederico Gil (66-7, 2-6) mais atteint à nouveau la 9e place mondiale le 18 avril. La semaine suivante, il prend part au tournoi de Barcelone où il élimine successivement Robin Haase (3-6, 7-63, 6-2) et Richard Gasquet (6-4, 7-67), il cède néanmoins face à Rafael Nadal en quart de finale dans un match à sens unique 2-6, 2-6. La semaine suivante lors des Masters de Madrid, après avoir battu Ivo Karlović, il abandonne au second tour contre Juan Mónaco (6-2, 3-0 ab.) à cause d'un problème allergique. Lors de Roland-Garros, Gaël Monfils élimine successivement Björn Phau (4-6, 6-3, 7-5, 6-0), Guillaume Rufin (6-1, 1-6, 6-3, 6-0), Steve Darcis (6-3, 6-4, 7-5) et David Ferrer (6-4, 2-6, 7-5, 1-6, 8-6) pour s'incliner en quart de finale contre Roger Federer (6-4, 6-3, 7-6). Grâce à cette performance, il atteint la 8e place au classement ATP.

À l'entame de la saison sur gazon, il atteint les demi-finales du tournoi de Halle où il perd contre Philipp Kohlschreiber (6-3, 6-3). Lors du tournoi de Wimbledon il est battu au troisième tour par Łukasz Kubot (6-3, 3-6, 6-3, 6-3), issu des qualifications. Cependant à l'issue du tournoi il atteint son meilleur classement à l'ATP avec la septième place. Lors du quart de finale de la Coupe Davis jouée sur terre battue face à l'équipe d'Allemagne, il remporta le deuxième simple en battant Philipp Kohlschreiber (7-63, 7-65, 6-4). À l'issue de la rencontre il annonce qu'il se sépare de son entraîneur Roger Rasheed avec lequel il travaillait depuis trois ans et qu'il sera désormais accompagné de son seul préparateur physique Patrick Chamagne[32].

Pour le début de la saison nord-américaine sur dur, Gaël Monfils réalise un très bon parcours en atteignant, pour la première fois de la saison, la finale du tournoi de Washington, un Masters 500, en battant successivement dans la même journée en raison des conditions météo Ryan Sweeting (6-3, 7-63) et Dmitri Toursounov (6-2, 7-69, puis Janko Tipsarević (6-4, 6-4), John Isner dans un match interrompu à trois reprises où il sauve une balle de match dans le tie-break du 3e set[33] (6-4, 3-6, 7-66) pour affronter Radek Štěpánek, contre qui il s'incline en deux sets (6-4, 6-4). La semaine suivante lors des Masters du Canada, Gaël Monfils élimine successivement Alex Bogomolov (6-2, 7-65), puis Viktor Troicki en sauvant trois balles de match (3-6, 7-60, 7-65) pour affronter le nouveau numéro 1 mondial Novak Djokovic en quart de finale. Lors de ce match il est nettement dominé par le Serbe et s'incline 6-2, 6-1. Lors des Masters de Cincinnati, il élimine sur abandon Ivan Dodig (4-6, 6-3, 4-0 ab.) puis Philipp Kohlschreiber (6-2, 6-2) pour atteindre les quarts de finale à nouveau face à Novak Djokovic lors d'un match plus serré que la semaine précédente qu'il perd finalement 3-6, 6-4, 6-3, avec le tournant du match à 4-4 dans la seconde manche marquée par une double-faute du Français[34]. Lors de l'US Open il réalise une grosse contre-performance en perdant au deuxième tour face à Juan Carlos Ferrero (7-65, 5-7, 65-7, 6-4, 6-4) alors qu'il avait atteint les quarts de finale l'année précédente hypothéquant ainsi ses chances de participer au Masters en fin d'année.

Après l'US Open, Gaël Monfils déclare forfait pour la demi-finale de Coupe Davis opposant la France à l'Espagne, pour cause d'inflammation au genou droit[35]. Il reprend la compétition lors du tournoi de Bangkok, lors duquel il élimine Santiago Giraldo (6-4, 4-6, 6-1) puis Jarkko Nieminen (7-5, 5-64) pour atteindre les demi-finales contre Donald Young qui le bat 4-6, 7-65, 7-65 après avoir mené 6-4, 4-2 puis 4-1 dans la manche décisive, et même 5-3 dans le jeu décisif du dernier set[36]. À la suite de cette contre-performance, Gaël Monfils déclare forfait pour les tournois de Pékin et de Shanghai pour cause d'une nouvelle blessure au genou droit[37] compromettant du même coup ses chances de qualification pour le Masters de fin de saison.

Pour son tournoi de reprise à l'open de Stockholm, Gaël Monfils élimine successivement Bernard Tomic (6-4, 64-7, 6-4), Kevin Anderson (7-5, 7-5) et Milos Raonic (66-7, 6-4, 6-3), trois joueurs aux services puissants qu'il n'avait encore jamais affronté sur le circuit. En finale, il bat Jarkko Nieminen (7-5, 3-6, 6-2) et s'adjuge le quatrième titre de sa carrière. À l'open de Valence, il élimine Albert Montañés (6-3, 6-1) puis Pablo Andújar (6-2, 7-65) mais chute en quart contre Marcel Granollers (612-7, 6-3, 4-6). Sa défaite contre Feliciano López (3-6, 4-6) au deuxième tour des Masters de Paris-Bercy alors qu'il avait atteint la finale du tournoi l'année précédente le fait chuter à la 15e place mondiale et l'exclut des Masters de Londres.

2012 - 2013 : Saisons décevantes gâchées par les blessures et crise de confiance[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils lors de l'Open d'Australie 2012.

Gaël Monfils reprend la compétition pour le début de la saison 2012[38] lors du tournoi de Doha, où il élimine Rui Machado (7-5, 6-3), Benjamin Becker (7-5, 4-6, 7-5), Viktor Troicki (6-2, 6-3), puis surtout Rafael Nadal en demi-finale qu'il bat (6-3, 6-4) pour la seconde fois au cours d'un match où il met le Majorquin sous pression, pour atteindre la finale du tournoi contre Jo-Wilfried Tsonga[39], qu'il perd (5-7, 3-6) après avoir mené 5-3 dans la première manche. Tête de série no 14 à l'Open d'Australie, il perd au troisième tour contre Mikhail Kukushkin, 92e à l'ATP (2-6, 5-7, 7-5, 6-1, 4-6).

À l'Open de Montpellier, il atteint la finale en éliminant Michael Russell (6-3, 6-3), Jarkko Nieminen (6-3, 6-3) et Gilles Simon (4-6, 7-64, 6-4) mais ne réussit pas à conserver son titre contre Tomáš Berdych, qui le bat 2-6, 6-4, 3-6. Forfait aux Masters d'Indian Wells, il chute en huitième de finale des Masters de Miami contre Juan Mónaco (6-4, 3-6, 4-6).

Après plus d'un mois et demi d'arrêt pour blessure, il reprend la compétition sur la terre battue bleue des Masters de Madrid, où il perd en huitième de finale contre Tomáš Berdych (1-6, 1-6), puis la semaine suivante aux Masters de Rome chute au deuxième tour contre Juan Carlos Ferrero (5-7, 3-6). Il s'incline ensuite lors de son premier match de l'Open de Nice contre Brian Baker et, annonçant une blessure au genou droit, déclare forfait pour Roland-Garros[40], Wimbledon, les Jeux olympiques de Londres[41] puis l'US Open[42].

Il revient à la compétition à la mi-septembre, après quatre mois d'arrêt et une chute à la 44e place mondiale, lors de l'open de Moselle, où il bat notamment Philipp Kohlschreiber (63-7, 6-4, 6-4) mais perd en demi-finale contre Andreas Seppi (6-3, 1-6, 4-6). Il poursuit sur court couvert en Asie lors de l'Open de Bangkok où il élimine Kevin Anderson (6-4, 2-6, 7-5), puis Viktor Troicki (7-5, 7-5) mais perd en quart contre Gilles Simon (6-4, 6-1). Blessé au genou, il est contraint à nouveau de déclarer forfait pour le reste de la saison en Asie[43]. Malgré une tentative de retour lors de l'Open de Stockholm, où il perd au premier tour contre le 436e mondial Patrik Rosenholm, il doit déclarer forfait pour le reste de la saison[44]. Il termine la saison à la 77e place mondiale, soit son plus mauvais classement depuis mai 2005 et sa percée sur le circuit ATP.

Après plusieurs mois d'absence et des questionnements liés à ses blessures aux genoux, Gaël Monfils entame la saison 2013[45] avec l'Open de Doha, où il élimine Mousa Shanan Zayed (6-0, 6-3), puis Philipp Kohlschreiber (6-4, 2-6, 6-4). Il est battu par Daniel Brands (1-6, 5-7) et chute à la 99e place mondiale. La semaine suivante, il joue le tournoi d'Auckland où il bat Benjamin Becker (62-7, 6-3, 6-4), Greg Jones (6-4, 6-2) puis Tommy Haas (3-6, 7-5, 6-3) mais s'incline contre David Ferrer en demi-finale (1-6, 2-6). Il débute l'Open d'Australie en battant Alexandr Dolgopolov (69-7, 7-64, 6-3, 6-3), puis difficilement Lu Yen-hsun (7-65, 4-6, 0-6, 6-1, 8-6), mais s'incline au troisième tour contre Gilles Simon (4-6, 4-6, 6-4, 6-1, 6-8) dans un match de h 40, « interminable et parfois surréaliste », où les deux joueurs ont connu des problèmes physiques[46].

Sorti du top 100 mondial, il joue l'Open de Montpellier où il élimine Ruben Bemelmans (7-5, 6-4) mais chute contre Richard Gasquet (3-6, 6-2, 3-6). Il s'incline ensuite aux premiers tours du tournoi de Rotterdam contre Juan Martín del Potro (3-6, 4-6) puis de l'Open de Marseille contre Marcel Granollers (4-6, 4-6). Il déclare alors forfait pour la tournée nord-américaine et annonce qu'Éric Winogradsky, détaché pour l'occasion de la fédération, sera désormais son nouvel entraîneur. Cependant après seulement deux mois Gaël Monfils rompt leur association et décide de se préparer seul pour les tournois à venir[47]. Pour préparer Roland-Garros pour lequel il a obtenu une invitation, il participe au tournoi Challenger de Bordeaux qu'il remporte en battant en finale Michaël Llodra (7-5, 7-65). La semaine suivante, invité à l'Open de Nice il élimine Santiago Giraldo (4-6, 6-3, 6-3), Fabio Fognini (6-2, 7-65), Robin Haase (6-2, 6-3) puis Pablo Andújar (7-5, 6-4) et se qualifie pour sa 18e finale ATP de sa carrière qu'il perd contre Albert Montañés (0-6, 63-7). Après plusieurs semaines en intermittence et de résultats décevants, c'est dans un contexte d'une grande série de matches d'affilée sur terre battue — mais aussi d'un certain degré de fatigue[48] — qu'il aborde Roland-Garros où il affronte au premier tour Tomáš Berdych. Il bat ce dernier pour la première fois de sa carrière au terme d'un match au score très serré de 7-68, 6-4, 63-7, 64-7, 7-5, puis élimine Ernests Gulbis (65-7, 6-4, 7-64, 6-2) mais s'incline face à Tommy Robredo (6-2, 7-55, 2-6, 63-7, 2-6) après avoir eu quatre balles de match. Malgré cette défaite, sa série de matches sur terre battue lui permet de revenir à la 67e place mondiale avant l'entame de la saison sur gazon.

Alors qu'il annonce son futur forfait pour Wimbledon (pour des raisons personnelles non précisées), Gaël Monfils réalise pourtant un bon parcours sur gazon lors du tournoi de Halle en battant Milos Raonic (6-4, 6-2) puis Jan Hernych (6-2, 6-3)[49] pour s'incliner en quart de finale contre Tommy Haas (7-64, 3-6, 3-6).

En août, après un bon parcours où il élimine notamment Tommy Robredo (7-62, 4-6, 6-2), Fernando Verdasco (68-7, 6-4, 6-4) et Alexandr Dolgopolov (7-69, 6-3), il perd sur abandon (blessure à la hanche) contre Jürgen Melzer (3-6, 1ab-2) une quinzième finale lors de l'open de Winston-Salem[50]. Sur ce bon résultat, il débute l'US Open en éliminant Adrian Ungur (6-1, 6-2, 6-0) mais s'incline au second tour contre John Isner (5-7, 2-6, 6-4, 64-7) lors d'un match « spectaculaire » et particulièrement apprécié du public qui a même majoritairement soutenu le joueur français[51],[52] au détriment de son adversaire américain qui s'en est déclaré affecté[53].

Lors des Masters de Shanghai, après avoir battu Tatsuma Ito et Vasek Pospisil, il élimine Roger Federer (6-4, 65-7, 6-3) en huitième et réalise un bon match en quart de finale contre Novak Djokovic (7-64, 2-6, 4-6) où il finit par céder physiquement.

2014 : 1/4 de finale à Roland-Garros et à l'US Open, finale de Coupe Davis, 5e titre ATP et retour dans le top 20[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils lors du tournoi de Roland-Garros en 2014.

Gaël Monfils entame la saison 2014[54] par l'Open de Doha, où il élimine Santiago Giraldo (7-61, 6-2), Richard Gasquet (6-2, 7-5), Daniel Brands (6-2, 6-1), Florian Mayer (6-3, 6-2) mais s'incline pour sa troisième finale au Qatar face à Rafael Nadal (1-6, 7-65, 2-6). Il débute l'Open d'Australie en tant que tête de série no 25 par une victoire contre Ryan Harrison (6-4, 6-4, 6-4) avant de battre Jack Sock (7-62, 7-5, 6-2). En 1/16 de finale, il est stoppé par le numéro 1 mondial Rafael Nadal sur un score assez net de 6-1, 6-2, 6-3.

Il gagne l'Open de Montpellier face à Richard Gasquet (6-4, 6-4). Il joue ensuite le quart de finale de coupe Davis contre l'Allemagne et participe à la qualification de l'équipe de France pour les demi-finales de l'épreuve.

Il participe au tournoi de Roland-Garros et s'incline en quart de finale face à Andy Murray (4-6, 1-6, 6-4, 6-1, 0-6) après avoir battu Victor Hănescu au premier tour, Jan-Lennard Struff au second, Fabio Fognini au troisième et Guillermo García-López en huitième de finale.

En juin, il participe au tournoi de Wimbledon, et s'incline dès le deuxième tour face au jeune Tchèque Jiří Veselý en 5 sets (63-7, 3-6, 7-61, 7-63, 4-6) après avoir battu au premier tour le Tunisien Malek Jaziri en 3 sets (7-65, 7-5, 6-4). Ensuite, il démarre le Masters 1000 du Canada en battant au premier tour Radek Štěpánek (6-3, 7-5). Au deuxième tour, il affronte Novak Djokovic et s'incline mais a failli le battre (6-2, 64-7, 7-62). Ensuite, il participe au tournoi de Cincinnati où il bat en 3 sets l'Argentin Federico Delbonis (6-3, 3-6, 6-3) puis l'Espagnol Roberto Bautista-Agut. Enfin, il s'incline face à Roger Federer(6-4, 4-6, 6-3).

Il participe ensuite à l'US Open. Il bat Jared Donaldson au premier tour (6-4, 6-2, 6-4). Après un premier set serré, il écarte Alejandro González (7-5, 6-3, 6-2). Au troisième tour, il écrase son compatriote Richard Gasquet (6-4, 6-2, 6-2). En huitième de finale, il bat le Bulgare Grigor Dimitrov au terme d'un match très serré (7-5, 7-66, 7-5). En quart de finale, il s'incline face à Roger Federer (4-6, 3-6, 6-4, 7-5, 6-2) en ayant pourtant mené 2 sets à 0 avant de perdre le fil.

En demi-finale de Coupe Davis, il bat Lukáš Rosol (5-7, 6-4, 7-5).

Il démarre l'Open de Moselle. Il bat Michał Przysiężny (7-5, 6-1) puis Jerzy Janowicz (6-3, 6-4) et s'incline en demi-finale face à João Sousa (7-66, 6-2).

Après un mois d'arrêt à cause d'une blessure au genou, il revient pour disputer le Masters 1000 de Paris Bercy. Ironie du sort, il reprend la compétition face à João Sousa au premier tour. Il s'impose aisément (6-1, 6-4). Au tour suivant, à l'issue d'un match solide où il ne concède aucune balle de break, il élimine l'Américain John Isner (6-4, 7-64). Il est finalement battu par sa bête noire, Novak Djokovic, au 3e tour (6-3, 7-62) malgré des coups d'anthologie dans la seconde manche.

Le 21 novembre, lors de la finale de la Coupe Davis opposant la France à la Suisse, Monfils s'impose en simple (6-1, 6-4, 6-3) contre Roger Federer et permet ainsi à la France de revenir à 1-1. Mais la France s'incline lors du double avant que Roger Federer ne batte Richard Gasquet le lendemain, empêchant Gaël Monfils d'affronter Stanislas Wawrinka dans un potentiel 5e match décisif. La Suisse s'impose donc 3-1.

2015 : Saison mitigée et blessures à répétition[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils ne joue aucun tournoi de préparation avant l'Open d'Australie où il arrive en méforme. Au premier tour, il élimine dans la douleur le Français Lucas Pouille en 5 sets (63-7, 3-6, 6-4, 6-1, 6-4) avant de s'incliner au 2e tour face au Polonais Jerzy Janowicz également en 5 sets (6-4, 1-6, 63-7, 6-3, 6-3).

Engagé à Montpellier où il entame la campagne en indoor, il est battu en demi-finale par Richard Gasquet (6-4, 6-3). Puis, à Rotterdam, il cède en quarts de finale face à Tomáš Berdych (6-1, 6-4) après avoir sorti Édouard Roger-Vasselin et Roberto Bautista-Agut. À Marseille, il perd sa dix-septième finale face à Gilles Simon (6-4, 1-6, 7-64)[55].

Alors qu'il devait faire l'impasse sur la Coupe Davis, il décide finalement de la jouer et remporte le deuxième point du premier jour face à l'Allemand Philipp Kohlschreiber. Mais il se blesse au genou et doit déclarer forfait pour Indian Wells[56].

Malgré cela, Gaël participe au tournoi de Miami fin mars[57]. Au troisième tour, il bat Tsonga (6-4, 7-64)[58] puis en huitième de finale, il chute lourdement contre Berdych lors d'une de ses fameuses glissades et est contraint d'abandonner[59].

En avril pour le début de la saison sur terre battue, au Masters de Monte-Carlo, il bénéficie in extremis de la dernière wild card. Il élimine au premier tour Andrey Kuznetsov puis au deuxième tour, il bat dans un match abouti son ami Alexandr Dolgopolov (7-65, 7-66). En huitième, il affronte le Suisse Roger Federer, 2e mondial et finaliste sortant, qu'il bat 6-4, 7-65 dans un match complet et propre[60], avant d'éliminer le 11e mondial Grigor Dimitrov en quart (6-1, 6-3) en moins d'une heure de jeu. Il atteint pour la toute première fois les demi-finales du Masters de Monte-Carlo, une première depuis Bercy 2010[61]. Malgré cette performance inédite, il s'incline à nouveau face à Tomáš Berdych en demi-finale sur le score de 6-1, 6-4 [62].

À la suite de cette belle performance, il participe à l'Open de Roumanie où il parvient à se hisser là encore jusqu'en demi-finale. Cependant, il est privé de finale par l'Espagnol Guillermo García-López, qui le bat en 3 sets (7-62, 4-6, 2-6). Se disant fatigué après cette série de bons résultats et touché à nouveau au genou gauche, il déclare forfait pour l'Open de Munich.

Il reprend la compétition une semaine plus tard, au Masters de Madrid où il bénéficie du statut de tête de série no 13. Il expédie au premier tour le Serbe Viktor Troicki (6-2, 6-0) avant de s'incliner au deuxième tour face à Marcel Granollers, au bout d'un combat de 3 h 20 de jeu. Alors que l'Espagnol allait servir pour le match dans le troisième set, le Français parvient à débreaker et semble être en pleine confiance pour éteindre son adversaire, à bout de force et souffrant de crampes. Mais finalement le Barcelonais réalise un nouveau break et s'impose (7-66, 67-7, 6-4). Au lendemain de cette défaite, Monfils annonce son forfait pour le Masters de Rome[63].

Gaël Monfils à l'entraînement durant les Masters du Canada à Montréal en 2015.

Lors de Roland-Garros, il passe le 1er tour en s'imposant face à son compatriote Édouard Roger-Vasselin en 4 sets, puis enchaîne plus difficilement en venant à bout en 5 sets de l'Argentin Diego Schwartzman au 2e tour et de l'Uruguayen Pablo Cuevas au tour suivant. C'est durant ce match que le Français crée l'exploit en remontant 5 jeux d'affilée dans le 4e set, alors mené 4-1 service à suivre pour l'adversaire. Galvanisant ainsi le public du Court Philippe-Chatrier, il remporte ce set et conclut dans le dernier grâce à l'énergie apportée par ce "miracle". Ainsi, il égale le record de l'Américain Harold Solomon du plus grand nombre de matchs en cinq sets[64] lors de sa victoire contre Pablo Cuevas. Il retrouve en huitième de finale Roger Federer contre qui il s'incline en 4 sets (6-3, 4-6, 6-4, 6-1) après une interruption en raison de la tombée de la nuit.

Il commence sa saison sur gazon avec une demi-finale au tournoi de Stuttgart où il échoue contre Rafael Nadal. Il participe ensuite au tournoi de Halle, mais abandonne en quarts de finale contre Andreas Seppi, après s'être blessé en trébuchant et en venant s'écraser sur un panneau publicitaire. Il participe cependant au tournoi de Wimbledon où il élimine Pablo Carreño-Busta (6-4, 6-4, 7-5) au premier tour, puis Adrian Mannarino (7-6, 6-3, 7-5) au second. Il est éliminé au troisième tour par son compatriote Gilles Simon (6-3, 3-6, 6-7, 6-2, 2-6).

Quelques jours après cette défaite, il déclare ne pas faire partie de l'équipe de France pour le quart de finale de la Coupe Davis contre la Grande-Bretagne car celui-ci se déroule sur gazon, surface qu'il dit détester.

On le retrouve deux semaines plus tard à Umag, sur terre battue, où il s'incline en demi-finale face à l'Autrichien Dominic Thiem. Après cette défaite, il marque une nouvelle pause de deux semaines avant d'entamer la tournée américaine durant laquelle il enchaîne les mauvaises performances. Battu au deuxième tour par Gilles Müller à Montréal et dès le premier tour à Cincinnati face au Polonais Jerzy Janowicz, le Français apparaît physiquement diminué, sans repères et en manque de confiance, ne présageant rien de bon pour l'US Open. Entre-temps, il annonce la fin de sa collaboration avec Jan de Witt, son entraîneur, faisant, comme l'année précédente, cavalier seul pour le dernier Grand Chelem de la saison. Arrivé donc un peu diminué physiquement à Flushing Meadows, il dit retrouver progressivement ses sensations. Mais cela ne dure pas longtemps. Face à l'Ukrainien Illya Marchenko, issu des qualifications, il est contraint de déclarer forfait en raison d'une blessure au dos qu'il traine depuis Wimbledon, sur le score de 2-6, 6-4, 5-0 contre lui. Son parcours à l'US Open n'a donc pas duré longtemps et, après avoir fait des examens complémentaires, pour voir l'étendue des dégâts, le Français choisit de faire l'impasse sur la tournée asiatique qui commence en octobre[65].

Il fait son retour à la compétition après plus d'un mois et demi d'absence au tournoi de Vienne où il figure tête de série no 6. C'est durant ce tournoi qu'il inaugure sa collaboration avec son nouveau coach Mikael Tillström, membre de la "Good to great tennis Academy" qui compte notamment dans ses rangs le Suisse Stanislas Wawrinka, avec son entraineur Magnus Norman, et le Bulgare Grigor Dimitrov. Après avoir successivement battu Thomaz Bellucci, Paolo Lorenzi et Lukáš Rosol, Gaël Monfils s'incline en demi-finale du tournoi autrichien face à la tête de série no 1 David Ferrer (65-7, 5-7). Il conclut sa saison en participant au Master de Paris-Bercy durant lequel il ne fait qu'une brève apparition puisqu'il s'incline dès le 1er tour face à son compatriote Benoît Paire 6-2, 67-7, 4-6. Il menait pourtant 6-2, 4-0 dans la seconde manche avant que son adversaire ne renverse complètement le match. Cette défaite prématurée marque donc la fin d'une saison 2015 définitivement mitigée et peu glorieuse pour Gaël Monfils.

Bilan : il a brillé dans les tournois ATP 250 et 500 où il a atteint de nombreuses demi-finales. Mais son manque de résultats en Masters 1000 en dehors de Monte-Carlo et surtout en Grand Chelem explique son classement de fin de saison où il termine en dehors du top 20. Il affirme qu'il a régressé et qu'il s'agissait de l'une de ses pires saisons[66].

2016 : Meilleure saison en carrière (1 titre, 2 finales), meilleur classement (6e) et 1re participation au Masters de Londres[modifier | modifier le code]

Il devait entamer sa saison par une participation inédite à la Hopman Cup, au côté de Caroline Garcia. Il décide finalement de déclarer forfait citant une blessure qu'il s'est infligée en participant à un tournoi d'exhibition, l'IPTL, en décembre 2015. C'est la deuxième fois après 2008 qu'il manque la Hopman Cup sur blessure. Il est remplacé par Kenny de Schepper.

Il commence donc sa saison par l'Open d'Australie. Il s'impose tout d'abord face au Japonais, issu des qualifications, Yuichi Sugita en 3 manches (6-1, 6-3, 6-2), puis face à son compatriote Nicolas Mahut en 3 sets également (7-5, 6-4, 6-1). Au 3e tour, il bat un autre tricolore, Stéphane Robert, 225e mondial, une nouvelle fois en 3 sets (7-5, 6-3, 6-2). Il décroche donc pour la deuxième fois dans sa carrière un ticket pour la seconde semaine de l'Open d'Australie. Du fait de l'élimination prématurée de Rafael Nadal et de l'abandon de Kevin Anderson, les deux autres têtes de série dans sa partie de tableau, au 1er tour, le Français bénéficie d'un tableau plus ouvert. En effet, il s'impose en huitième de finale face au jeune Russe Andrey Kuznetsov, 74e mondial, tombeur de Jérémy Chardy au 2e tour, en 4 sets (7-5, 3-6, 6-3, 7-64). Il s'agit du 7e quart de finale en Grand Chelem pour Gaël, le 1er à Melbourne[67]. Il y affronte Milos Raonic, 14e mondial, contre qui il s'incline en 4 sets (3-6, 6-3, 3-6, 4-6).

Il poursuit sa saison à Montpellier où, visiblement diminué, il s'incline dès le 1er tour face à son compatriote Édouard Roger-Vasselin (4-6, 65-7). Il enchaîne la semaine suivante avec le tournoi de Rotterdam où il bat pour son entrée en lice le fantasque Letton Ernests Gulbis, issu des qualifications, (6-4, 6-4). Il s'impose au 2e tour face à Borna Ćorić (6-3, 5-7, 6-2), dans une rencontre haute en intensité, qu'il aurait pu écourter puisqu'il servait pour le match à 5-4 dans le 2e set. Il s'impose ensuite en quarts de finale face au jeune talent allemand Alexander Zverev (7-64, 6-3), épuisé par son combat la veille contre Gilles Simon, et en demi-finale face à Philipp Kohlschreiber (6-3, 6-2)[68]. En finale, il s'incline contre Martin Kližan (7-61, 3-6, 1-6) et concède sa 18e défaite en 23 finales disputées. Gaël était beaucoup moins expressif que d'habitude et s'est laissé dominer par la puissance de frappe du Slovaque dans les deux dernières manches sans entreprendre à son tour un jeu plus agressif[69]. Ce parcours lui permet de gagner deux places au classement (16e). Il renonce à participer la semaine suivante à l'Open 13 de Marseille en raison d'une douleur aux ischio-jambiers, préférant se préserver pour le 1er tour de Coupe Davis prévu entre le 4 et 6 mars[70]. Le Français avait déjà envisagé son forfait pour Marseille en conférence de presse lors du tournoi de Montpellier, deux semaines auparavant.

Yannick Noah fait appel à lui pour disputer le 1er tour de Coupe Davis en Guadeloupe, aux côtés de Gilles Simon, Richard Gasquet, Jo-Wilfried Tsonga et Édouard Roger-Vasselin. Il est aligné pour disputer les simples au côté de Simon, et remporte le premier point de la rencontre face à Frank Dancevic, 245e mondial, (6-3, 6-1, 6-3). L'équipe se qualifie par la suite pour les quarts de finale à l'issue du double[71]. Il participe 4 jours plus tard, pour la première fois de sa carrière, à un match d'exhibition au Madison Square Garden à New York contre Stanislas Wawrinka durant lequel il a fait le show enchaînant tweeners, amorties et même coup avec la tête. Dans la foulée, il entame la saison américaine avec le tournoi d'Indian Wells. Exempté du 1er tour, il s'impose au tour suivant face à Pablo Carreño-Busta (7-5, 7-61), puis au 3e tour contre un autre espagnol, Albert Ramos-Viñolas, (6-1, 6-3). Qualifié pour les huitièmes de finale, il bat l'Argentin Federico Delbonis (6-3, 6-4), tombeur d'Andy Murray, no 2 mondial, au tour précédent, et retrouve en quart de finale Milos Raonic[72]. Ce fut la première fois que Gaël Monfils atteignit ce stade de la partie en Californie[73]. Toutefois il s'incline contre le Canadien en deux sets (5-7, 3-6) et 1 h 30 de jeu. Une défaite qui lui permet néanmoins de remporter 180 points sans pour autant monter dans le classement ATP. Il confirme son excellent début de saison la semaine suivante à Miami où il s'impose pour son entrée en lice face au qualifié Tatsuma Ito (6-3, 6-2), au tour suivant contre Pablo Cuevas (6-3, 6-4), puis en huitièmes de finale face à Grigor Dimitrov (65-7, 6-3, 6-3) au terme d'un match à multiples breaks et rebondissements[74]. Il s'incline en quart de finale contre Kei Nishikori, 6e mondial, (6-4, 3-6, 63-7), après avoir notamment mené 0-40 sur le service du Japonais à 5-4 dans le 3e set et laissé filer au total 5 balles de match.

Le Français entame sa saison sur terre battue par le Masters 1000 de Monte-Carlo où il bat successivement Gilles Müller (7-5, 6-0), Paolo Lorenzi (6-2, 6-4), Jiří Veselý (6-1, 6-2), tombeur de Novak Djokovic au tour précédent, et Marcel Granollers (6-2, 6-4). Il se qualifie pour le dernier carré, comme l'an passé, et s'impose en demi-finale (6-1, 6-3) face à son compatriote Jo-Wilfried Tsonga[75]. Atteignant pour la 3e fois de sa carrière la finale d'un Masters 1000, il s'incline face à Rafael Nadal (5-7, 7-5, 0-6) dans un match intense, long de 2 h 45[76]. Cette performance inédite lui permet de se rapprocher un peu plus du top 10, en atteingnant la 14e place du classement, soit 2 rang de plus. Dans sa conférence d'après-match, il confirme avoir l'envie de « gagner un gros titre » avant Roland-Garros[77]. Il déclare forfait pour le tournoi de Munich 24 heures avant son entrée en lice en raison d'une douleur aux adducteurs, provoquée lors d'un entraînement contre David Goffin. Gaël Monfils a ressenti une « douleur aiguë » à l'adducteur gauche et préfère ne prendre aucun risque « pour arriver à 100% à Roland Garros ». Après des examens complémentaires, la blessure s'est avérée beaucoup moins grave. On le retrouve donc au Masters 1000 de Madrid où il bat au 1er tour Kevin Anderson, lui aussi de retour à la compétition, (6-4, 6-1) avant de s'incliner prématurément au tour suivant face à Pablo Cuevas (7-65, 3-6, 64-7) au cours d'un match interrompu par un problème d'éclairage qui a causé un changement de court au milieu de la 3e manche. Atteint de maux gastriques et d'envies de vomir, il s'incline dès son entrée en lice la semaine suivante à Rome contre Thomaz Bellucci (3-6, 62-7). Atteint d'une infection virale ayant nécessité une hospitalisation, Gaël Monfils déclare forfait pour Roland-Garros[78].

Gaël Monfils à l'issue du tournoi de Washington en 2016.

Encore affaibli physiquement, il renonce à participer au tournoi de Stuttgart. Après 5 semaines d'absence, il fait son retour à la compétition à Wimbledon. Il y affronte au 1er tour son compatriote Jérémy Chardy contre qui il s'incline sur le score de 7-64, 0-6, 6-4, 1-6, 2-6[79]. À l'issue du match, il avoue se sentir « épuisé » après sa convalescence mais reste confiant pour le reste de la saison avec un seul mot d'ordre : « s'entraîner ». Il n'est pas retenu par Yannick Noah pour disputer le quart de finale de Coupe Davis contre la République tchèque du 15 au 17 juillet.

Il reprend sa saison par la tournée américaine estivale en participant tout d'abord au tournoi de Washington. Il écarte coup sur coup Lu Yen-hsun (6-3, 6-2), Borna Ćorić (6-2, 6-3), Sam Querrey (6-4, 3-6, 6-1) et Alexander Zverev (6-4, 6-0)[80]. Il s'impose en finale contre Ivo Karlović (5-7, 7-66, 6-4) en un peu plus de deux heures alors que le Croate servait pour le match à 5-4 dans la 2e manche. Le Français remporte ainsi le 6e titre de sa carrière, son 1er ATP 500[81]. On le retrouve deux jours plus tard aligné au Masters 1000 du Canada où il enchaîne parfaitement en battant successivement le Portugais João Sousa (6-3, 6-3), le local Vasek Pospisil (7-66, 6-0) et David Goffin, 11e mondial, (7-65, 2-6, 6-4)[82]. En quart de finale, il élimine Milos Raonic, 7e joueur mondial, (6-4, 6-4)[83]. Après une série de 9 victoires consécutives, la meilleure de sa carrière, il s'incline en demi face à Novak Djokovic (3-6, 2-6) en 1 h 15. À l'issue de ces deux semaines très prolifiques, le Français monte à la 11e place du classement ATP, soit 6 rangs de plus. « Fatigué » de ces enchaînements (10 matches en 11 jours), il profite d'une semaine de repos pour se remettre d'aplomb avant de représenter la France aux Jeux olympiques de Rio[84]. En double, il perd d'entrée de jeu au côté de Jo-Wilfried Tsonga (1-6, 4-6) face aux Américains Brian Baker et Rajeev Ram. En revanche en simple, il élimine tout d'abord Vasek Pospisil (6-1, 6-3), puis Rogério Dutra Silva (6-2, 6-4). Seul rescapé tricolore des huitièmes de finale en battant Marin Čilić, 14e mondial, (66-7, 6-3, 6-4), il s'incline en quart contre le Japonais Kei Nishikori, 6e mondial, (64-7, 6-4, 66-7), après avoir manqué 3 balles de match dans le tie-break du dernier set (il menait 6 points à 3), dans un combat épique de près de trois heures[85],[86]. Aligné la semaine suivante au Masters 1000 de Cincinnati, il s'impose pour son entrée en lice face à Pablo Carreño-Busta (6-3, 6-4), puis contre Márcos Baghdatís (7-5, 6-0). Malgré son succès sur le Chypriote, il se retire du tournoi à l'issue de la rencontre. Il déclare être fatigué et gêné au dos, préférant se préserver pour l'US Open. Il arrive pourtant en bonne forme à Flushing Meadows où il bat consécutivement Gilles Müller (6-4, 6-2, 7-65), Jan Šátral, 226e mondial et issu des qualifications, (7-5, 6-4, 6-3), Nicolás Almagro (6-4, 6-2, 6-4) et Márcos Baghdatís en huitième (6-3, 6-2, 6-3)[87]. Il atteint pour la troisième fois de sa carrière les quarts de finale de l'US Open où il écarte Lucas Pouille (6-4, 6-3, 6-3), 25e mondial, en tout juste deux heures de jeu. Cette victoire lui permet de rallier pour la première fois de sa carrière les demi-finales du tournoi sans avoir perdu le moindre set[88]. Auteur d’un parcours sans faute tout au long du tournoi, Gaël Monfils affronte le no 1 mondial Novak Djokovic, au cours d’un match pour le moins insolite. En effet, le Serbe remporte les deux premières manches facilement (6-3, 6-2), grâce notamment à la désinvolture du Français, sifflé par le public, pourtant si attaché à lui[89], et se faisant durement critiquer en direct par John McEnroe en parlant de « manque de professionnalisme » sur son attitude et son comportement étrange sur le court[90]. Davantage concerné et beaucoup plus appliqué dans son jeu, le no 11 mondial remporte le 3e set (6-3). Toutefois, cela n’a pas suffit au Parisien pour créer l’exploit, qui s’incline finalement (3-6, 2-6, 6-3, 2-6), au terme d’une rencontre décousue, sous une chaleur étouffante[91]. Il est néanmoins assuré d'intégrer le top 10, dont il n'avait plus fait partie depuis novembre 2011[92], et devient 6e au classement à la race, laissant entrevoir une éventuelle première participation aux Masters de Londres[93].

Il est convoqué par Yannick Noah pour disputer la demi-finale de Coupe Davis contre la Croatie, du 16 au 18 septembre. Toutefois, il déclare forfait durant le stage de préparation, blessé au genou et insuffisamment remis de sa tournée américaine. Il est remplacé par Richard Gasquet. Il entame la tournée asiatique par le tournoi du Japon où il élimine successivement Yuichi Sugita (6-3, 6-1), son ami Gilles Simon (6-1, 6-4) et Ivo Karlović (7-66, 7-66), dans un match où il a commis très peu de fautes directes. Il s'incline en demi-finale contre Nick Kyrgios (4-6, 4-6), futur vainqueur. Il enchaîne ensuite avec le Masters 1000 de Shanghai. Exempté du 1er tour, il bat pour son entrée en lice Kevin Anderson (7-64, 6-3). Il est alors assuré de retrouver la 7e place mondiale, son meilleur classement, qu'il avait atteint en 2011. En 1/8 de finale, il est battu par David Goffin (6-4, 4-6, 2-6). Le Français peut nourrir des regrets puisqu'il menait 4 jeux à 1 dans la 2e manche. Tête de série no 1 la semaine suivante à Stockholm, il crée la surprise en s'inclinant dès son entrée en lice contre Gastão Elias, 61e mondial, (64-7, 1-6)[94].

Il apprend le 27 octobre qu'il est le sixième joueur à se qualifier pour le Masters de Londres, une grande première dans sa carrière[95]. Atteint de douleurs intercostales, et afin de se préserver pour ce rendez-vous, il déclare forfait pour le Masters 1000 de Paris-Bercy, où il avait été éliminé au 1er tour l'an passé[96]. Malgré ce forfait, le Français atteint la 6e place mondiale le , le meilleur classement de sa carrière. Gaël Monfils arrive dans la capitale britannique avec peu de repères dans ses bagages, n'ayant commencé à s'entraîner que 4 jours avant son premier match. Il est battu à cette occasion par Milos Raonic (3-6, 4-6). Il s'incline ensuite lors du 2e match contre Dominic Thiem (3-6, 6-1, 4-6) et ne participera donc pas aux phases finales. Toujours handicapé par ses douleurs intercostales, il renonce à disputer son dernier match de poule contre Novak Djokovic, finissant dernier de son groupe[97], et terminant son année à la 7e place mondiale.

2017 : Saison difficile, blessures et forfaits à répétition, sortie du top 40[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils commence sa saison 2017 à l'Open d'Australie. Tête de série no 6, il bat successivement Jiří Veselý, Alexandr Dolgopolov et Philipp Kohlschreiber. Auteur jusqu'alors d'un niveau de jeu puissant et élevé, il affronte en huitième de finale Rafael Nadal. Il s'incline en 2 h 55 de jeu (3-6, 3-6, 6-4, 4-6), après un match similaire à celui de l'US Open 2016 contre Novak Djokovic[98], ne développant son jeu qu'à partir de la 3e manche[99]. Pourtant numéro un tricolore, il n'est pas retenu par Yannick Noah pour disputer le 1er tour de la Coupe Davis contre le Japon[100]. Le sélectionneur a fait ce choix en prétextant vouloir « préserver l'état d'esprit du groupe », qui, selon lui, a pu être affecté par le manque de motivation de Gaël Monfils lors de la campagne 2016.

Il reprend la compétition un mois plus tard, à Marseille où il est éliminé en quart de finale par Richard Gasquet (7-65, 4-6, 2-6), après 2 h 15 de jeu. La semaine suivante, à Dubaï, il s'impose face à Mohamed Safwat, 199e mondial, non sans convertir que 2 balles de break sur 17 obtenues. Il écarte ensuite Daniel Evans en trois sets mais chute en quart de finale contre Fernando Verdasco (3-6, 5-7).

Présent au premier Masters 1000 de la saison, à Indian Wells, il bat difficilement Darian King, 131e mondial, (3-6, 6-0, 6-1), en raison de maux de tête persistants. Après une journée de repos, il retrouve ses sensations et écarte l'Américain John Isner. Il s'incline lourdement en huitième de finale contre Dominic Thiem (3-6, 2-6). En conférence de presse, il admet que son « niveau est de moins en moins bon » et déclare être énervé de ces résultats malgré le travail fourni en amont[101]. Il renonce à participer au Masters 1000 de Miami en raison d'une fissure du tendon d’Achille gauche et sera indisponible pour une durée indéterminée. Pourtant sélectionné par Yannick Noah en qualité de remplaçant pour disputer le quart de finale de Coupe Davis contre la Grande-Bretagne, dans l'espoir que ses blessures se résorbent et qu'il puisse éventuellement devenir titulaire[102], Gaël Monfils ne prend finalement pas part à cette rencontre[103].

Ces blessures le contraignent également à manquer le Masters 1000 de Monte-Carlo, dont il est le finaliste sortant. La perte des points amassés l'an passé (600) le propulse par conséquent hors du top 15[104]. Il fait son retour à la compétition un mois et demi plus tard, à Munich, mais chute dès son entrée en lice contre Chung Hyeon, 78e mondial. Il poursuit la semaine suivante avec le Masters 1000 de Madrid où il affronte au 1er tour Gilles Simon. Gaël Monfils remporte la 1re manche 6-0 avant de perdre la suivante sur le même score. Dans le set décisif, Monfils se procure 2 balles de match à 5-2 et sert pour la rencontre au jeu suivant, mais c'est finalement Gilles Simon qui l'emporte, (6-0, 0-6, 60-7). Blessé à nouveau à une cheville, il déclare forfait pour le Masters 1000 de Rome afin de se préserver pour Roland-Garros.

Il arrive Porte d'Auteuil sans repères mais entame ce tournoi avec confiance grâce à sa victoire au 1er tour sur Dustin Brown (6-4, 7-5, 6-0). Il signe à cette occasion la 400e victoire de sa carrière en simple. Il enchaîne parfaitement en écartant Thiago Monteiro puis Richard Gasquet sur abandon.

Gaël Monfils lors des huitièmes de finale de Roland Garros contre Stanislas Wavrinka (Photo Fred Sitbon)

Il est alors le seul Français qualifié pour les huitièmes de finale mais ne parvient pas à rivaliser face à Stanislas Wawrinka (5-7, 67-7, 2-6). Gaël Monfils se sera notamment procuré 12 possibilités de break, n'en convertissant que 2.

Il débute la saison sur gazon à Halle où il s'incline d'entrée contre Richard Gasquet (6-3, 4-6, 3-6). Auteur de 22 aces, le Parisien a pourtant bien commencé la rencontre en remontant 5 jeux d'affilée, après avoir été mené 3-1 dans la 1re manche. Seulement, son taux de conversion de balle de break est resté insuffisant (2 sur 13, soit 15%). Il aura eu notamment 5 occasions à 4 jeux à 4 dans le 2e set pour servir pour le match[105]. Non prévu à son calendrier, il participe au tournoi d'Eastbourne grâce à une wild card. Il maîtrise parfaitement son entrée en lice en écartant Cameron Norrie (6-3, 6-2), puis, dans la même journée, Bernard Tomic (7-64, 6-0). Il retrouve Richard Gasquet en 1/2 finale pour la 4e fois de l'année, qu'il parvient à battre après plus de 2h30 de jeu (6-2, 67-7, 7-64). Le Parisien aurait pourtant pu écourter la rencontre après s'être procuré 2 balles de match à 5-4 dans le 2e set et une 3e occasion dans le tie-break de la même manche. Il se qualifie ainsi pour la première finale sur gazon de sa carrière, sa première de la saison. Il s'incline pour la 14e fois consécutive contre Novak Djokovic (3-6, 4-6) et concède sa 20e défaite en 26 finales disputées. Il arrive alors à Wimbledon en pleine confiance et entame parfaitement sa quinzaine en s'imposant tout d'abord face à Daniel Brands (6-3, 7-5, 6-4), puis contre Kyle Edmund (7-61, 6-4, 6-4). Cependant, il est éliminé en 5 sets au 3e tour par son compatriote Adrian Mannarino (63-7, 6-4, 7-5, 3-6, 2-6).

Il revient un temps sur terre battue et prend part au tournoi d'Umag. Tête de série no 2, il est évincé dès son entrée en lice par Rogério Dutra Silva, 64e mondial, (65-7, 6-4, 3-6). Une semaine plus tard, il arrive aux États-Unis pour défendre son titre à Washington. Il chute à nouveau dès son entrée en lice contre Yuki Bhambri, 200e mondial et issu des qualifications, (3-6, 6-4, 5-7), ce qui a pour conséquence sa sortie du top 20. Il enchaîne la semaine suivante avec le Masters 1000 de Montréal, dont il est le demi-finaliste sortant, sans réels repères et affronte au 1er tour Steve Johnson. Malgré un début de match compliqué, Gaël Monfils parvient à s'extirper du piège américain en se libérant peu à peu dans son jeu (2-6, 7-61, 6-1). Il signe ensuite la plus belle victoire de sa saison en éliminant au 2e tour Kei Nishikori au bout de 2 h 40 de jeu. Après avoir perdu la 1re manche (64-7), le Français est sous pression à 5-2 en faveur du Japonais. C'est alors qu'il aligne 5 jeux d'affilée pour remporter le 2e set (7-5). À nouveau mené 3-5 dans l'ultime manche, le tricolore débreake et revient à égalité. Les deux hommes se départagent dans un tie-break explosif où Gaël Monfils est d'abord rapidement mené 6 points à 2. C'est sans compter le soutien du public et l'audace du Parisien, auteur d'un revers puis d'un coup droit surpuissants, qu'il écarte 4 balles de match pour revenir à 6 partout. Une énième faute directe du Nippon permettra à Gaël Monfils de servir pour le match. Une seule occasion, la seule du match, lui suffira pour se propulser en 1/8 de finale[106]. C'est la première fois que Gaël Monfils bat Kei Nishikori en 4 rencontres. Il finit par craquer lors du match suivant, long de 2 h 56, face à Roberto Bautista-Agut (6-4, 65-7, 62-7), malgré un break d'avance dans le 2e set et une balle de match dans le 3e. Habituellement absent des compétitions de double, il remplace une paire forfait et fait sensation au côté de Benoît Paire. Les deux hommes se hissent jusqu'en 1/4 de finale de la discipline après avoir notamment battu les têtes de série no 3 Jamie Murray et Bruno Soares.

Atteint d'un virus, il renonce à participer au Masters 1000 de Cincinnati afin de se préserver pour l'US Open, dont il est demi-finaliste sortant. Quelques jours avant le début de la compétition, Gaël Monfils déclare dans une interview qu'il « ne joue pas au niveau » auquel il a envie de jouer, soulignant des douleurs aux deux genoux et des difficultés sur son service. Moyennant quoi, le Français entame le Grand Chelem américain sans réelle certitude et débute par une première victoire sur Jérémy Chardy au 1er tour (7-66, 6-4, 6-3). Son 2e tour est en revanche bien plus chaotique contre Donald Young. Après une 1re manche bien manœuvré (6-3) et 4 balles de 2 sets à 0 ratées, le Français perd le 2e set (63-7) et commence à montrer des signes de fatigue et de douleur aux genoux et au dos. Un échange houleux avec l'arbitre suite à un avertissement pour violation de temps lui « a redonné de la motivation » et remporte le 3e set (6-4). Il passe complètement au travers de la 4e manche (2-6) et finit par remporter le set décisif (7-5). En conférence de presse, il déclare avoir été à deux doigts d'abandonner et admet avoir forcé : « physiquement, j'ai beaucoup perdu »[107], ouvrant en grand la porte du forfait pour le 3e tour : « je serai sous anti-inflammatoires, si ce n’est plus […] si ça se trouve je vais me retirer »[108]. Il est pourtant présent sur le court face à David Goffin, strappé au bras et genou droits. Mais comme attendu, la rencontre a tourné court. Après une 1re manche accrochée dans laquelle il finit par s'incliner, le Français sombre ensuite dans le 2e set, après avoir été manipulé à la jambe droite. C'est à la suite de ce temps mort que Gaël Monfils fait le choix d'abandonner (5-7, 1-5, ab.). En conférence de presse, il déclare : « on joue blessé, on compense, ça n'est jamais très bon [...] je compense tellement que chaque partie me fait un peu mal ». Concernant la Coupe Davis, il le dit sans détour : « si Yannick Noah fait appel à moi, je ferai le maximum pour être prêt. » Mais sa priorité reste avant tout son corps : « je pense juste à faire des examens plus poussés pour voir le degré de gravité de chaque pépin »[109]. En tous les cas, cette élimination a pour conséquence sa sortie du top 30, une première depuis janvier 2014.

Sélectionné dans un premier temps comme 5e homme pour affronter la Serbie en 1/2 finale de Coupe Davis, il déclare forfait en raison d'une blessure au genou droit, contractée à Flushing Meadows[110]. Il déclare ensuite forfait pour les tournois de Saint-Pétersbourg, Tokyo, Shanghai, Anvers et Vienne. Au départ aligné au Masters 1000 de Paris-Bercy, il renonce à y prendre part 24 h avant le début de la compétition et met ainsi fin à une saison relativement chaotique. Il ne participe pas à la finale de la Coupe Davis, remportée par les Bleus, et devient le seul joueur de sa génération à ne pas la gagner.

Gaël Monfils a disputé 34 matches en 2017 (20 victoires pour 14 défaites) et pris part à une seule finale, à Eastbourne en juin. Il finit la saison au-delà de la 45e place mondiale, une première depuis août 2013, alors qu'il était 7e mondial en fin de saison 2016.

2018 : 7e titre ATP, 1er 1/8 de finale à Wimbledon[modifier | modifier le code]

Absent des courts depuis l'US Open en septembre 2017 à cause d'une blessure au genou, Gaël Monfils fait son retour sur le circuit plus tôt que prévu. En effet, prêt physiquement après une préparation foncière de plusieurs semaines à Miami, il décroche une wild-card pour le tournoi de Doha, dont il a été finaliste à trois reprises (2006, 2012 et 2013). Il bat tour à tour Paolo Lorenzi, puis les Allemands Jan-Lennard Struff et Peter Gojowczyk. En 1/2 finale, il bénéficie du forfait de Dominic Thiem (5e mondial), dans un état fiévreux[111]. Il dispose en finale d'Andrey Rublev (6-2, 6-3) en h de jeu et remporte ainsi le 7e titre ATP de sa carrière en simple, le premier depuis juillet 2016[112]. Il s'envole ensuite pour l'Australie où il participe au World Tennis Challenge, un tournoi d'exhibition se déroulant à Adélaïde du 8 au 10 janvier. Après s'être incliné lors de son 1er match face à Thanasi Kokkinakis, il renonce à jouer son 2e et dernier match le lendemain pour se focaliser sur l'Open d'Australie[113]. Gaël Monfils prend donc part ensuite au premier tournoi du Grand Chelem où il élimine au 1er tour le qualifié Jaume Munar. Il affronte au tour suivant Novak Djokovic, qui revient de blessure et qu'il n'a jamais battu en 14 confrontations. Le Français remporte la 1re manche facilement mais accuse le coup de la chaleur caniculaire (39°) au fil de la rencontre et cède les 2 sets suivants. Mieux physiquement dans la 4e manche, il s'offre 5 balles de break sans les concrétiser et finit par perdre le match après h 45 de jeu (6-4, 3-6, 1-6, 3-6).

Non retenu par Yannick Noah pour le 1er tour de Coupe Davis contre les Pays-Bas, il s'envole début février pour l'Amérique du Sud où l'attend un mois de compétition. Il commence par le tournoi de Quito. Exempté du 1er tour, il écarte pour son entrée en lice Casper Ruud avant d'être éliminé en 1/4 de finale par Thiago Monteiro (118e) en h 50 de jeu (4-6, 6-2, 4-6). En double, il atteint les 1/2 finales au côté de son ami Dorian Descloix, battu par les Chiliens Nicolás Jarry et Hans Podlipnik-Castillo. Il enchaîne ensuite avec le tournoi de Buenos Aires où il écarte coup sur coup Pablo Cuevas, Dušan Lajović et Leonardo Mayer. Il perd en 1/2 finale face à Dominic Thiem (2-6, 1-6). En double, Dorian Descloix et lui sont éliminés dès le 1er tour par les Argentins Andrés Molteni et Horacio Zeballos. On le retrouve la semaine suivante à Rio de Janeiro. Il frôle la défaite au 1er tour face à Horacio Zeballos. En effet, après le gain de la 1re manche (7-5), le Français concède la suivante (3-6) et se retrouve mené 5-3, 40-30 dans le 3e set. Il parvient finalement à sauver une balle de match, aligner 4 jeux d'affilée et remporter le dernier set (7-5). Au tour suivant, il renverse le numéro 3 mondial Marin Čilić (6-3, 7-68) sur deux jours après que la pluie soit venue interrompre la partie alors qu'ils étaient à 7-7 dans le tie-break du 2e set. Il lui aura fallu seulement 2 minutes 14 le lendemain pour remporter la rencontre et se qualifier pour les 1/4 de finale où il s'incline contre Diego Schwartzman (3-6, 4-6). Aligné cette fois-ci au côté de Marcelo Demoliner en double, il s'incline là encore au 1er tour contre David Marrero et Fernando Verdasco. Il clôt sa tournée sud-américaine par le tournoi de São Paulo où il s'incline d'entrée en simple contre Horacio Zeballos (3-6, 6-3, 3-6) et en double aux côtés de Dorian Descloix face à Roberto Carballés Baena et Guillermo García-López.

Présent à Indian Wells, il écarte pour son entrée en lice Matthew Ebden, puis domine en h 35 la tête de série no 15 John Isner en sauvant une balle de match (65-7, 7-63, 7-5). Touché au dos, il est contraint d'abandonner au 3e tour face à Pierre-Hugues Herbert (2-6, 1-3, ab.). Il déclare forfait quelques jours plus tard pour le Masters 1000 de Miami. Toujours blessé, il n'est pas sélectionné pour disputer le 1/4 de finale de Coupe Davis contre l'Italie. C'est la 7e rencontre consécutive en sélection nationale à laquelle Gaël Monfils ne prend part sous le capitanat de Yannick Noah.

Toujours blessé au dos, il déclare forfait pour les tournois de Marrakech et Monte-Carlo. Il fait son retour à Munich mais est sorti d'entrée par le 90e mondial Mirza Bašić (2-6, 6-3, 3-6). Présent la semaine suivante au Masters 1000 de Madrid, il dispose au 1er tour de Nikoloz Basilashvili avant d'être terrassé par le numéro 1 mondial Rafael Nadal (3-6, 1-6). Sans vraiment convaincre, il est ensuite balayé d'entrée par Fabio Fognini (3-6, 1-6) au Masters 1000 de Rome. La capitale italienne ne réussit pas vraiment au Français puisqu'en 15 ans, il y aura participé 5 fois et connu 3 défaites au 1er tour. Il enchaîne avec une troisième défaite d'affilée à Lyon en s'inclinant d'entrée contre le 69e mondial Maximilian Marterer (6-2, 4-6, 4-6).

Gaël Monfils en 1/8e de finale de Roland Garros contre David Goffin

Le Français aborde donc Roland-Garros dans la plus grande incertitude en totalisant, une semaine avant le Grand Chelem parisien, un bilan sur terre battue de 7 victoires pour 8 défaites. Tête de série no 32, il écarte au 1er tour le jeune Français Elliot Benchetrit, puis Martin Kližan avant d'être éliminé au 3e tour par David Goffin en 5 sets et h de jeu (7-66, 3-6, 6-4, 5-7, 3-6), manquant 4 balles de match dans la 4e manche.

Le 15 juin, est annoncée par un communiqué la fin de la collaboration entre Gaël Monfils et Mikael Tillström, son entraineur depuis octobre 2015. « Je suis triste de voir Mikael partir mais je voudrais le remercier pour son travail et son dévouement, explique Monfils dans son communiqué. Nous avons réalisé de grandes choses ensemble. Pour le moment, je vais prendre le temps de réfléchir à cette situation et consulter mon équipe pour évoquer les prochaines étapes. »

Malade, il déclare forfait pour le tournoi de Stuttgart. Il entame donc sa saison sur gazon à Antalya où il bénéficie d'une invitation. Exempté du 1er tour, il écarte pour son entrée en lice Blaž Kavčič, puis Guillermo García-López avant de s'incliner en 1/2 finale contre Adrian Mannarino (6-4, 64-7, 4-6). À Wimbledon, il domine avec autorité Richard Gasquet, Paolo Lorenzi et le demi-finaliste sortant Sam Querrey et accède pour la première fois de sa carrière en 1/8 de finale du tournoi londonien où il est éliminé par Kevin Anderson (64-7, 62-7, 7-5, 64-7).

Deux semaines plus tard, il retrouve à nouveau la terre battue et dispute le tournoi de Hambourg. Il écarte au premier tour Marco Cecchinato, titré deux jours auparavant à Umag, avant de s'incliner contre Leonardo Mayer (1-6, 5-7). Touché à la cuisse, il déclare forfait pour les tournois de Kitzbühel, Toronto et Cincinnati. Il fait son retour à la compétition six semaines plus tard à l'occasion de l'US Open. Vainqueur du qualifié Facundo Bagnis au premier tour, il abandonne au tour suivant contre Kei Nishikori (2-6, 4-5, ab.), touché au poignet droit après une mauvaise réception de la balle au filet.

Il refait son retour à la compétition mi-septembre à l'occasion du Challenger de Kaohsiung. C'est la première fois qu'il dispute un tournoi du circuit secondaire depuis 2013. Tête de série no 1, il remporte le tournoi en battant en finale le Sud-Coréen Kwon Soon-woo (6-4, 2-6, 6-1). Il ne parvient par à enchaîner les semaines suivantes, s'inclinant d'entrée à Chengdu contre le 129e mondial Lloyd Harris (6-3, 2-6, 1-6), à Pékin contre Fernando Verdasco (6-2, 63-7, 65-7) et à Shanghai face à Stéfanos Tsitsipás (64-7, 6-4, 4-6). Il revient en Europe et participe au tournoi d'Anvers. Il écarte tour à tour Ruben Bemelmans, Jo-Wilfried Tsonga, Vasek Pospisil et Diego Schwartzman. Il se qualifie pour sa deuxième finale ATP de la saison mais s'incline contre Kyle Edmund après un match accroché (6-3, 62-7, 64-7). Il enchaîne une sixième semaine de compétition en participant au tournoi de Vienne. Il écarte au premier tour Steve Johnson, puis s'offre John Isner, son deuxième top 10 de la saison, avant d'être contraint d'abandonner en quart de finale contre Fernando Verdasco (4-6, 1-6, ab.), touché au dos. Gaël Monfils annonce qu'il met un terme à saison à l'issue de ce tournoi, ne s'alignant donc pas au Masters 1000 de Paris-Bercy où il n'est plus apparu depuis 2015.

2019 : 8e titre ATP, nouveau 1/8 de finale à Roland-Garros, 1/4 de finale à l'US Open[modifier | modifier le code]

Gaël Monfils annonce en décembre 2018 entamer une collaboration avec l'Américain Liam Smith[114]. Forfait à Auckland en raison d'une blessure à la cuisse qui s'avère sans gravité, il entame sa saison à l'Open d'Australie. Facile vainqueur de Damir Džumhur au premier tour en ne lui laissant que quatre jeux, il s'incline au tour suivant contre Taylor Fritz (3-6, 7-68, 66-7, 65-7). En marge du tournoi, il officialise sa relation avec la joueuse ukrainienne Elina Svitolina[115].

Il revient à la compétition lors du tournoi de Sofia où il bat tour à tour Viktor Troicki, Mikhail Kukushkin et Stéfanos Tsitsipás, alors 12e mondial et récent demi-finaliste à l'Open d'Australie, avant de s'incliner en demi-finale contre Daniil Medvedev (2-6, 4-6). Il confirme sa bonne forme du moment en décrochant la semaine suivante le 8e titre ATP de sa carrière en simple (son deuxième dans la catégorie ATP 500) à Rotterdam après des victoires convaincantes contre David Goffin, Andreas Seppi, Damir Džumhur, Daniil Medvedev et Stanislas Wawrinka en finale (6-3, 1-6, 6-2). Il enchaîne avec le tournoi de Dubaï où il bat pour son entrée en lice le no 10 mondial Marin Čilić, puis écarte Márcos Baghdatís et Ričardas Berankis. Il se qualifie une nouvelle fois pour les demi-finales, la troisième consécutive de l'année, une première dans sa carrière. Toutefois, il est stoppé par Stéfanos Tsitsipás à l'issue d'un match marathon de h (6-4, 64-7, 64-7). Ces performances lui permettent de réintégrer le top 20 et de redevenir numéro 1 français.

Il poursuit sa saison au Masters 1000 d'Indian Wells. Il dispose au premier tour de Leonardo Mayer, puis domine facilement Albert Ramos-Viñolas (6-0, 6-3) et le tombeur de Novak Djokovic, Philipp Kohlschreiber (6-0, 6-2). Son parcours s'arrête en quart de finale contre Dominic Thiem en raison d'une inflammation au tendon d'Achille gauche[116]. Toujours convalescent, il est également contraint de renoncer au tournoi de Miami.

Après une préparation d'une semaine sur terre battue au Tatoï Club, près d'Athènes en Grèce, Gaël Monfils rallie Monte-Carlo mais se blesse à la cheville droite à l'entraînement contre Stanislas Wawrinka et est contraint de renoncer pour la troisième fois consécutive au tournoi monégasque. De retour fin avril pour le tournoi d'Estoril, il bat Reilly Opelka pour son entrée en lice mais chute au tour suivant contre la jeune vedette espagnole Alejandro Davidovich Fokina (7-62, 5-7, 4-6)[117]. Il enchaîne avec le Masters 1000 de Madrid où il bat au premier tour Andreas Seppi, puis Márton Fucsovics avant de s'incliner face à Roger Federer en huitièmes de finale malgré deux balles de match (0-6, 6-4, 63-7). Classé 17e au classement ATP à fin mai, il est tête de série no 14 à Roland-Garros. Après avoir battu facilement le Japonais Taro Daniel, puis ses compatriotes Adrian Mannarino et Antoine Hoang, il accède pour la huitième fois de sa carrière aux huitièmes de finale du tournoi. Toutefois, il ne parvient pas à disposer du finaliste sortant Dominic Thiem, tête de série no 4, qui l'élimine en trois sets (4-6, 4-6, 2-6). Après avoir cristallisé de nombreux espoirs, consécutifs à son bon début de saison et son changement d'état d'esprit annoncé, "La Monf" est vivement critiquée. Sa relation, annoncée terminée avec Elena Svitolina par certains médias et internautes, est en effet sujette à la critique après que le couple ait publié son quotidien sur les réseaux sociaux, et notamment Instagram, pendant le tournoi. Une partie du public lui reproche ainsi de mettre en scène son couple au détriment de ses objectifs, vers lesquels il n'est pas assez concentré. Peu après leur rupture annoncée, le français et l'ukrainienne démentent à travers une vidéo. Une relation vue d'un bon oeil pour l'autre partie du public, qui estime que la stabilité est ce qu'il manque au français.

Il entame ensuite sa saison sur gazon par le tournoi de Stuttgart où il domine Steve Johnson pour son entrée en lice avant de s'incliner par suprise contre le 84e mondial et spécialiste de la surface Denis Kudla (5-7, 7-63, 63-7). La semaine suivante, il est éliminé d'entrée à Halle par Pierre-Hugues Herbert (66-7, 4-6). À Wimbledon, alors qu'il mène 2 sets 0 face à Ugo Humbert au premier tour, il finit par abandonner au cours de la dernière manche, blessé à la cheville (7-66, 6-3, 4-6, 5-7, 0-3). Il atteint les quarts de finale à l'US Open où il ne s'incline que face à l'italien Matteo Berrettini au tie-break du 5e set.

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Caractère atypique sur et hors des courts[118], Gaël Monfils est l'un des meilleurs défenseurs du circuit actuel : sa vitesse, sa souplesse, son envergure de bras et dans une moindre mesure, sa maîtrise des glissades sur toutes les surfaces, lui confèrent une très bonne couverture du terrain. Considéré par plusieurs observateurs et joueurs comme le meilleur athlète du circuit[2],[3], il est aussi réputé pour effectuer des coups « acrobatiques » (coups sautés et plongeons) afin de récupérer des balles hors d'atteinte[119]. Très efficace en retour de service, il a un bilan positif de 5 à 3 face à Andy Roddick et il est le seul à avoir terminé un match sans encaisser un seul ace face au grand serveur Ivo Karlović[b],[120]. En outre, il a longtemps détenu le record du plus puissant coup droit, mesuré à 190,8 km/h (C'est face à Gaël Monfils que Janko Tipsarević bat ce record avec une balle mesuré à 191,5 km/h en 2010 en finale de Coupe Davis. Ce record sera ensuite encore battu en 2011 au premier tour de l'US Open par James Blake qui frappera un coup droit chronométré à 125 mph (201 km/h). Il est considéré, notamment par Arnaud Boetsch, comme un joueur « très complet[121] » mais dont la concentration est très fluctuante en fonction de son état d'esprit lié à sa vie personnelle[118].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En simple messieurs[modifier | modifier le code]

Carrière junior[modifier | modifier le code]

Principaux résultats en carrière[modifier | modifier le code]

Résultats dans les tournois[modifier | modifier le code]

Tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2005 2e tour (1/32) Olivier Rochus 1er tour (1/64) Guillermo Cañas 3e tour (1/16) Mario Ančić 1er tour (1/64) Novak Djokovic
2006 1er tour (1/64) Luis Horna 1/8 de finale Novak Djokovic 1er tour (1/64) Igor Kunitsyn 2e tour (1/32) Wesley Moodie
2007 3e tour (1/16) Richard Gasquet 3e tour (1/16) David Nalbandian 3e tour (1/16) N. Davydenko
2008 1/2 finale Roger Federer 1/8 de finale Mardy Fish
2009 1/8 de finale Gilles Simon 1/4 de finale Roger Federer 1/8 de finale Rafael Nadal
2010 3e tour (1/16) John Isner 2e tour (1/32) Fabio Fognini 3e tour (1/16) Lleyton Hewitt 1/4 de finale Novak Djokovic
2011 3e tour (1/16) S. Wawrinka 1/4 de finale Roger Federer 3e tour (1/16) Łukasz Kubot 2e tour (1/32) J.C. Ferrero
2012 3e tour (1/16) M. Kukushkin
2013 3e tour (1/16) Gilles Simon 3e tour (1/16) Tommy Robredo 2e tour (1/32) John Isner
2014 3e tour (1/16) Rafael Nadal 1/4 de finale Andy Murray 2e tour (1/32) Jiří Veselý 1/4 de finale Roger Federer
2015 2e tour (1/32) Jerzy Janowicz 1/8 de finale Roger Federer 3e tour (1/16) Gilles Simon 1er tour (1/64) Illya Marchenko
2016 1/4 de finale Milos Raonic 1er tour (1/64) Jérémy Chardy 1/2 finale Novak Djokovic
2017 1/8 de finale Rafael Nadal 1/8 de finale S. Wawrinka 3e tour (1/16) Adrian Mannarino 3e tour (1/16) David Goffin
2018 2e tour (1/32) Novak Djokovic 3e tour (1/16) David Goffin 1/8 de finale Kevin Anderson 2e tour (1/32) Kei Nishikori
2019 2e tour (1/32) Taylor Fritz 1/8 de finale Dominic Thiem 1er tour (1/64) Ugo Humbert 1/4 de finale Matteo Berrettini

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Masters[modifier | modifier le code]

Année Lieu Résultat Tour Adversaires Victoire / Défaite Scores
2016 Londres Round Robin RR
RR
Milos Raonic
Dominic Thiem
Défaite
Défaite
3-6, 4-6
3-6, 6-1, 4-6

Masters 1000[modifier | modifier le code]