François Thibault de Ménonville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Thibault de Ménonville
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
(à 76 ans)
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Société des Cincinnati de France (d)

François-Louis Arthur Thibault de Ménonville, seigneur de Villé, né le au château de Villé à Nossoncourt (Vosges) de François-Louis Thibaut de Ménonville, conseiller du Roi, Lieutenant au Régiment de Navarre, et de Marie-Anne de Bazelaire de Lesseux, et mort le à Deneuvre (Meurthe), est un officier français du génie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre de la Compagnie des Cadets-Gentilhommes du Roi Stanislas de Pologne (brevet 28/01/1758),élève à l'École royale du génie de Mézières (1759), Ingénieur du Roi (1760), capitaine dans le Corps Royal du Génie, sert en Méditerranée et à Minorque (1760-1762), capitaine d’infanterie (1769-72), corps expéditionnaire en Pologne sous Dumouriez et du Houx de Vioménil), il prit part à la Guerre d'indépendance des États-Unis en tant que lieutenant-colonel attaché à l’état-major. Il participe à la bataille de la baie de Chesapeake, puis à la bataille de Yorktown (1781).

Chevalier de Saint-Louis (1772) et membre de la Société des Cincinnati (1784), il est maréchal de camp en septembre 1788 [1].

Il fut élu député de la noblesse du bailliage de Mirecourt aux États généraux de 1789 puis siégea à l'Assemblée constituante. Adjoint au comité de la marine, il défendit le décret sur les colonies. À propos de la Constitution, il réclama pour le roi le droit de grâce.

Après la dissolution de l'Assemblée le 30 septembre 1791, il devint officier municipal, conseiller municipal de Mirecourt et sera membre du conseil général de la Meurthe, sous l'Empire.

Sous la Terreur, il est arrêté et incarcéré à Saint-Dié (avril 1793), en même temps que son cousin, Charles Dominique de Bazelaire de Lusse (1747 - 1823), son cousin par alliance, Louis Toussaint Hugo, seigneur de Spitzemberg (1736 - 1793) et sept autres «otages de Saint-Dié» [2].

Il épouse en 1783 demoiselle Hélène-Charlotte de Martimprey de Choisimont, fille d'Auguste, comte de Martimprey de Choisimont.

Armes[modifier | modifier le code]

  • "D'or à un chevron de gueules, accompagnée de trois merlettes de sable" selon enregistrement en 1696 à l'Armorial Général de France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas Balch - The French in America during the War of Independence of the United-States, 1777-1783 - Porter & Coates - Philadelphia, 1891 - pages 180 et 181
  2. Henri Bardy - Les otages de Saint-Dié (19 avril 1793 - décembre 1794) - in Le Pays Lorrain - Nancy, 1906 - pages 298 et suiv.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « François Thibault de Ménonville », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891
  • Thomas Balch - The French in America during the War of Independence of the United-States, 1777-1783 - Porter & Coates - Philadelphia, 1891 - page 180 et suiv. [1]
  • Henri Bardy - Les otages de Saint-Dié (19 avril 1793 - décembre 1794) - in Le Pays Lorrain - Nancy, 1906 - pages 298 et suiv. [2]
  • Henri Bardy - Les otages de Saint-Dié pendant la Terreur - 1793-1794 - in Miscellanées - Saint-Dié, 1906-1907 - pages 33 à 58 [3]
  • François Louis Thiébaut de Ménonville, Biographie vosgienne sur le site personnel de Bernard Visse
  • Biographie du Parlement de Metz De Emmanuel Michel, p517
  • Racines et histoire de la famille Thibault de Menonville [4]

Article connexe[modifier | modifier le code]


  • Portail de la Révolution française
  • Portail de la Lorraine
  • Portail de la politique française
  • Portail de l’histoire militaire