Course à la direction du Parti québécois de 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Course à la direction du Parti québécois de 2016
Type d’élection Élection fermée adressée aux membres du parti
Postes à élire Chef du Parti québécois
Corps électoral et résultats
Inscrits 73 236[1]
Votants au 1er tour 55 142
75,09 %
Votants au 2d tour 55 906
Jean-François Lisée
Voix au 1er tour 25 936
47,03 %
Voix au 2e tour 27 801
50,63 %
Alexandre Cloutier
Voix au 1er tour 16 357
29,66 %
Voix au 2e tour 17 403
31,70 %
Martine Ouellet
Voix au 1er tour 9 077
16,46 %
Voix au 2e tour 9 702
17,67 %
Paul Saint-Pierre Plamondon
Voix au 1er tour 3 772
6,84 %
Chef
Sortant Élu
Pierre Karl Péladeau Jean-François Lisée

La course à la direction du Parti québécois de 2016 s'est déclenchée à la suite de la démission de Pierre Karl Péladeau au poste de chef du parti le [2]. Sylvain Gaudreault est élu le par le caucus péquiste pour assurer l'intérim jusqu'à l'élection d'un nouveau chef[3]. Au terme de cette course, le , Jean-François Lisée est élu comme nouveau chef.

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

Le candidat choisi sera le neuvième chef du Parti québécois. Il ne s'agira toutefois que de la quatrième élection à la direction du parti, faisant suite à celles de 1985, 2005 et 2015. Pierre Marc Johnson, André Boisclair et Pierre Karl Péladeau ont été respectivement élus lors de ces trois scrutins. La majorité des chefs précédents ont été élus sans opposition : René Lévesque en 1968, Jacques Parizeau en 1988, Lucien Bouchard en 1996, Bernard Landry en 2001 et Pauline Marois en 2007[4].

Modalités et calendrier[modifier | modifier le code]

Le président du Parti québécois, Raymond Archambault, a annoncé le 7 mai dernier que les règles entourant l'élection du futur chef seront proposées aux présidents d'associations en Conférence nationale des présidents et des présidentes (CNPP), en congrès, par l'exécutif le 29 mai prochain.

Le 29 mai dernier, le CNPP a adopté les règles pour devenir candidat, soit de remplir les deux conditions suivantes avant le 30 juin 2016 :

  • Déposer 20 000 $;
  • Recueillir un minimum de 1500 signatures, avec au minimum 10 signatures par instances, de 45 circonscriptions, de 7 régions.

Le mode de scrutin est un vote de type préférentiel adressé aux membres du Parti québécois. La période de votation s'échelonnera du 5 au 7 octobre 2016. Le plafond des dépenses est statué à 200 000 $[5]. La soirée du dévoilement des résultats sera dans la capitale nationale, à Québec.

Résultats[modifier | modifier le code]

Jean-François Lisée termine premier lors du premier tour de scrutin avec 47,03 % des votes exprimés, suivi d'Alexandre Cloutier (29,66 %) - pratiquement le même résultat que celui obtenu lors de la précédente course à la direction tenue en 2015 - , de Martine Ouellet (16,46 %), puis de Paul Saint-Pierre Plamondon (6,84 %). Suite au retrait de M. Plamondon et à la répartition des seconds choix de ses électeurs, M. Lisée l'emporte au second tour avec 50,63 % des votes exprimés.

Lors d'un entretien accordé à L'Actualité le , M. Lisée affirme que, si les seconds choix de l'électorat de Mme Ouellet avait été également comptabilisés, «j’aurais obtenu 60 %, parce que la majorité des votes de deuxième tour de Martine Ouellet s’en venaient vers moi[6]».

Candidats[modifier | modifier le code]

Candidatures confirmées[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Cloutier, député de Lac-Saint-Jean depuis 2007, a été ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne et à la Gouvernance souverainiste de 2012 à 2014[7]. Il se lance officiellement le 13 mai 2016.
  • Jean-François Lisée, député de Rosemont depuis 2012, a été ministre des Relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur de 2012 à 2014. Il se lance officiellement le 16 mai 2016.
  • Martine Ouellet, députée de Vachon depuis 2010, a été ministre des Ressources naturelles de 2012 à 2014. Elle se lance officiellement le 27 mai 2016.
  • Paul Saint-Pierre Plamondon, avocat, chroniqueur et fondateur du mouvement politique des Orphelins politiques, s'est lancé officiellement le 3 juin 2016[8].

Candidatures confirmées puis retirées[modifier | modifier le code]

Véronique Hivon, députée de Joliette depuis 2008, a été ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse de 2012 à 2014. Elle se lance officiellement dans la course le 9 mai 2016. Cependant, le 26 août 2016, elle annonce qu'elle se retire de la course pour des raisons de santé.

Candidats potentiels ayant refusé[modifier | modifier le code]

Ces candidats ne se sont pas « désistés », car ils n'ont même pas déclaré se lancer dans la course, et n'ont fait aucune collecte de signatures ou de dons. Ce sont des gens ayant été sollicités ou ayant donné l'impression de se lancer, pour ensuite déclarer leur refus (dans au moins un cas en corrigeant une fausse nouvelle).

Propositions des candidats[modifier | modifier le code]

Alexandre Cloutier[modifier | modifier le code]

Total partiel des propositions : 10

Véronique Hivon[modifier | modifier le code]

Total partiel des propositions : 7

Jean-François Lisée[modifier | modifier le code]

Total partiel des propositions : 14

Proposition #1 Chasser les libéraux. Réussir l'indépendance. Dans cet ordre[20].

  •  : Tenir un référendum sur l'indépendance du Québec lors d'un second mandat du Parti québécois en 2022[21].
  •  : Consacrer les six prochaines années à une campagne méthodique de promotion de l'indépendance par notamment des campagnes radio, une escouade indépendantiste sur les réseaux sociaux, des équipes de bénévoles pour parler directement aux ainées et par une tournée estivale annuelle de chanteurs et artistes indépendantistes[22].

Proposition #2 Immigration: Rejeter le chiffre de l'échec, trouver un chemin du succès[23].

  •  : Abaisser le seuil d'immigration et demander au Vérificateur général du Québec de situer le nombre total d'immigrants à accueillir par année pour assurer la réussite de leur intégration[24].
  •  : Instaurer un système de prêt étudiant sur mesure pour que les nouveaux arrivants puissent se consacrer entièrement à la mise à niveau de leur diplôme[25].
  •  : Réduire à quelques jours le délai de délivrance d’une évaluation comparative des diplômes pour faciliter l'obtention d'un emploi pour les nouveaux arrivants[24].
  •  : Négocier avec la Tunisie, le Maroc et l’Algérie des ententes de reconnaissance réciproque des compétences professionnelles[24].
  •  : Élaborer une politique de lutte contre le racisme et la discrimination qui visera le public et les employeurs afin de réduire notamment la discrimination à l'embauche ou dans le logement[24].

Proposition #3 Santé: Stopper l'hémorragie financière, établir un sain équilibre[26].

  •  : Geler l'enveloppe de rémunération des médecins, spécialistes et omnipraticiens jusqu'à ce que la rémunération globale se rééquilibre autour d'une norme québécoise de la parte de la richesse que la société consent à verser à ses médecins[27].
  •  : Abolir le droit à l'incorporation des médecins et des autres professionnels dont la rémunération est entièrement liée à la dispensation de services publics payés par l'État[26].

Proposition #4 Inégalités sociales: Un Québec riche de son équité[28].

  •  : Augmenter le salaire minimum à 15 $/heure d'ici octobre 2022[29].
  •  : Augmenter l'aide de dernier recours pour sortir graduelle de la pauvreté les citoyens les plus défavorisés[30].
  •  : Limiter le salaire des recteurs d'université, des présidents des sociétés d'État et des hauts fonctionnaires à un montant fixé à 10 % de la rémunération du Premier ministre du Québec[31], soit 225 000 $[32].
  •  : Éliminer les listes d’attente dans les entreprises d’insertion pour offrir des places à tous les décrocheurs qui souhaitent raccrocher[28].
  •  : Cesser d’appliquer les conventions fiscales conclues entre le Canada et les paradis fiscaux et imposer les revenus et dividendes de ces juridictions[28].
  •  : Imposer des amendes aux contribuables qui font des déclarations volontaire après avoir caché de l’argent à Revenu Québec[28].

Proposition #5 Sièges sociaux: Miser sur la caisse de dépôt et le développement régional[33].

  •  : Constituer au ministère de l'Économie une équipe de veille dotée d'analystes expérimentés qui aura pour mandat d'identifier les entreprises à risque de faire l'objet d'une prise de possession étrangère et les entreprises étrangères susceptibles d'établir leur siège social au Québec[33].
  •  : Modifier la mission d’Investissent Québec afin d’y ajouter un mandat explicite dans l’attraction et la rétention des sièges sociaux stratégiques et structurants[33].
  •  : Préciser le mandat de la Caisse de dépôt et placement du Québec  en rétablissant la double mission qu’est le rendement de l’épargne des déposants et la contribution au développement économique national, régional et sectoriel du Québec[33].
  •  : Modifier la Loi sur la Caisse de dépôt et placement du Québec afin de permettre de recevoir les placements privés des particuliers et des entreprises qui souhaiteraient confier la gestion de leurs fonds de pension[33].
  •  : Revoir les règles fiscales obstacle à la transmission des entreprises d’une génération à l’autre ou au transfert d’actions aux employés et permettre, sous certaines conditions, aux nouveaux actionnaires de reporter l’impôt sur le gain en capital lors de la vente d’actions[33].

Proposition #6 Identité: la Concordance culturelle[34].

  • 1er juin 2016 : Adopter une vision claire de l’intégration basée sur le concept de « Concordance culturelle »[34].
  • 1er juin 2016 : Créer en octobre 2018 une commission parlementaire spéciale portant le nom d’« Assemblée constituante » composée d’individus représentatifs du Québec ayant pour mandat de proposer à l’Assemblée nationale une constitution interne du Québec[34]

Proposition #7 Priorité PME: Moins de paperasse, plus entrepreneuriat[35].

  •  : Instaurer le principe « d'une fois suffit ». Un entrepreneur ne transmettra désormais qu'une seule fois la même information pour l'ensemble des ministères et sociétés du Québec[35].
  •  : Constituer un groupe nommé Priorité PME composée de hauts fonctionnaires, de représentants de PME et des municipalité et rattachée au bureau du Premier ministre qui aura pour mission de réduire le fardeau réglementaire des PME[35].
  •  : Mettre fin à la « culture du racket » à Revenu Québec en donnant suite aux recommandations de la Protectrice du citoyen dont, notamment, mettre fin à la judiciarisation inutile des désaccords et respecter les jugements de cours antérieurs favorables aux citoyens et aux entrepreneurs[35].

Proposition #8 Laïcité - une approche résolue et responsable[36]

  •  : Insérer dans la Charte des droits et libertés de la personne la notion de neutralité religieuse et baliser les paramètres encadrant les accommodements religieux[36].
  •  : Mettre en branle un exercice de communication pédagogique et respectueux des salariés de l’État qui expliquerait la préférence du Québec pour l’absence de tout signe affichant une conviction chez ses employés[36].
  •  : Interdire le port de signes religieux par les agents de l’État qui ont un pouvoir de contrainte : juges, policiers, gardiens de prison etc.[36]
  •  : Instaurer un nouveau cours Éthique et Citoyenneté québécoise, en remplacement du cours Éthique  et culture religieuse, pour sensibiliser les jeunes aux valeurs de la démocratique, de l’égalité des hommes et des femmes, de la laïcité, de la liberté de conscience et de la liberté d’expression et des éléments de l’histoire nationale[36].

Proposition #9 Indépendance: Compte à rebours 2022[37]!

  •  : Proposer au Congrès du Parti québécois de 2017 de changer l'article 1 du programme pour y insérer: « Le Parti québécois et ses partenaires indépendantistes demanderont aux électeurs, en octobre 2022, le mandat de réaliser l’indépendance du Québec au cours des quatre années suivantes. »[37]
  •  : Procéder à une réforme du mode de scrutin pour introduire un modèle proportionnelle mixte, soit 75 sièges de circonscription et 50 sièges de liste[37].
  •  : Élaborer un calendrier de discussion et de décision sur les éléments essentiels d'un Québec souverain entre 2018 et 2022[37].

Proposition #10 Anticosti : enfin sortir des faux-fuyants[38] et Énergie Est: pourquoi il faut dire non[39]

  •  :  Interdire l’exploitation de gaz ou de pétrole de schiste où que ce soit sur le territoire du Québec, notamment sur l'île d'Anticosti[38].
  • : Utiliser tous les leviers légaux, réglementaires, judiciaires et politiques pour faire échouer le projet de pipeline Énergie Est de Transcanada[39].

Proposition #11 Développement régional: rétablir les budgets et reconstruire les outils de développement dans le respect des régions[40]

  • : Ne pas imposer de nouveaux changements de structures dans un premier mandat du Parti québécois[40].
  • : rétablir, sur deux ans, les budgets de 83 M$ qui étaient consacrés au développement local et régional[40].
  • : créer un Forum du pouvoir local qui fera le tour des régions afin de redessiner la décentralisation à l’horizon 2020[40].

Propositions #12 Pour un processus d'évaluation et de consultation « digne du XXIe siècle »[41]

  • : Modifier le Règlement sur l’évaluation et l’examen des impacts sur l’environnement pour y inclure une obligation d’évaluation de l’augmentation des gaz à effet de serre (GES)[42].
  • : Mener les consultations du BAPE dans des lieux accessibles et à des moments convenables pour les participants afin de doter le BAPE d’un système de consultations publiques plus respectueux des groupes de citoyens[42].
  • : Assurer un financement du BAPE pour permettre la participation des citoyens et groupes intéressés ainsi qu’obliger les promoteurs à rendre public et accessible une version française de tous les documents déposés au BAPE et ce, avant le début des consultations[42].
  • : Interdire la conclusion d’ententes financières entre des corps publics et des promoteurs avant l’approbation d’un projet par le BAPE[42].
  • : Assurer qu'aucune étape, incluant les phases d’essais techniques ou de prospection, de projets majeurs d’infrastructure dont la construction sera projetée à proximité de sites abritant des espèces en péril ne pourra se faire avant une évaluation et une recommandation du BAPE[42].
  • : Créer le poste de Protecteur des Habitats naturels fragiles et des Espèces menacées du Québec. Nommé par l’Assemblée nationale, il aurait notamment pour mandat d’aviser le gouvernement en amont de tout projet susceptible de compromettre les espèces et habitats menacés[42].

Proposition #13 Surendettement: aider les Québécois à l'éviter... et à en sortir[43]

  • : Préparer, au secondaire, nos jeunes à la jungle du crédit par l'introduction graduelle des notions d'économie personnelle, familiale et générale dans le nouveau cours Éthique et citoyenneté québécoise[43].
  • : Forcer les commerçants à indiquer le coût réel du prêt en gros caractères et à informer sur les risques associés à l'utilisation abusive du crédit[43].
  • : Limiter la période maximale du prêt à un calcul fondé sur la période de la garantie établie par le fabricant. La période de remboursement de chaque produit serait ainsi fondée sur la confiance qu’a le fabricant lui-même de la durée de vie fiable de son produit[43].
  • : Offrir un programme de consolidation de dette appuyé par l’État qui permettra un taux raisonnable (autour de 5 %) plutôt que les 15 % réclamés par les banques[43].

Proposition #14 Pour une éducation de la vraie égalité des chances[44]

  • : Mettre en place un grand chantier sur 15 ans pour faire reculer l’analphabétisme au Québec[44].
  • : Prêter une attention particulière au retard de réussite de 10 % des garçons[44].
  • : Geler le développement des garderies privées, favoriser leur transformation en CPE et compléter le réseau avec de nouvelles places pour atteindre l’objectif « un enfant une place de qualité ». Garantir une place à les enfants présentant des difficultés d'apprentissage[44].
  • : Réinvestir de façon importante dans le personnel spécialisé au sein des écoles[44].
  • : Ne pas toucher aux structures du réseau pendant quatre ans[44].
  • : Plus de moyens et plus de flexibilité pour les milieux défavorisés, notamment en réduisant le ratio maître-élèves et le ratio personnel de soutien-élèves dans ces écoles[44].
  • : Assurer l’égalité dans la prise en charges d'élèves en difficultés ou à situations particulières par les écoles privées et publiques[44].
  • : Valoriser le travail des maîtres, au sens propre et au sens figuré[44].
  • : Explorer la possibilité de réformer les programmes de formation afin que tous les nouveaux enseignants du primaire et du secondaire soient formés au niveau maîtrise et en contre-partie, graduellement rehausser le salaire des enseignants[44].

Martine Ouellet[modifier | modifier le code]

Total partiel des propositions : 2

  •  : S'engage à déposer un projet de Constitution de transition d'ici le début de l'été[45]
  •  : S'engage à faire un référendum sur l'indépendance du Québec dans un premier mandat[45]
  • (ou avant) : S'engage à une assemblée constituante après l'indépendance, chargée de remplacer la constitution de transition[46].
  • (ou avant) : S'engage à faire du Québec une république (abolition de la monarchie)[46].
  • (ou avant) : S'engage à faire une consultation populaire menant à un livre blanc similaire à celui du référendum 2014 de l'Écosse, couvrant des sujets tels que la décentralisation du pouvoir vers les régions, le développement de l'emploi, la sécurité du revenu, l'essor du français, l'accueil des immigrants, la justice[46].
  • (ou avant) : S'engage à créer un média de diffusion continue d'information relative au projet d'indépendance, financé par le Trésor public, et pilotée par une commission indépendante non-partisane, et inspiré par la structure des BAPE[46].
  • (ou avant) : S'engage à une commission préconstituante pour créer un "livre vert" ayant pour but de décrire le "projet de société" et la constitution de transition (dite "constitution initiale"). Le "livre vert" est préalable à l'écriture du "livre blanc"[47].

Paul Saint-Pierre Plamondon[modifier | modifier le code]

Total partiel des propositions : 1

Position des députés du caucus péquiste durant la course[modifier | modifier le code]

La députation du Parti québécois comptait 28 députées et députés. De ceux-ci, 3 députés se sont présentés (Alexandre Cloutier, Jean-François Lisée et Martine Ouellet). Des 25 députés qui ne se présentaient pas, 4 ont dû rester neutres à cause de leurs fonctions d'officiers parlementaires et 2 ont décidé de demeurer neutres (dont Véronique Hivon qui se présentait avant de devoir abandonner pour cause de maladie). Les 19 autres ont donné leur appui à un ou une candidate.

Députés appuyant Alexandre Cloutier[modifier | modifier le code]

Total partiel : 13 sur 21

Député appuyant Jean-François Lisée[modifier | modifier le code]

Total partiel: 6 sur 21

Député appuyant Martine Ouellet[modifier | modifier le code]

Total partiel: 0 sur 21

Député appuyant Paul Saint-Pierre Plamondon[modifier | modifier le code]

Total partiel: 0 sur 20

Députés restés neutres[modifier | modifier le code]

Députés restés neutres tout au long de la course[modifier | modifier le code]

Total partiel: 2 sur 21

Députés qui doivent rester neutres à cause de leurs fonctions parlementaires[modifier | modifier le code]

Total: 4 sur 28 (caucus total)

Le poste de leader parlementaire de l'opposition a été occupé par Nicolas Marceau durant la bonne partie de la course, avant que celui-ci ne le quitte pour appuyer Jean-François Lisée. Il est à préciser que celui-ci a quitté son poste le 6 octobre, alors que la fin du vote et l'annonce du ou de la gagnante étaient prévus pour le 7 octobre. Le moment choisi par Marceau fait en sorte que le Parti québécois n'a pas eu besoin de se trouver de leader parlementaire intérimaire (surtout considérant l'idée que le nouveau chef élu rebrassera probablement les postes occupés par les députés).

Députés qui se présentent[modifier | modifier le code]

Déroulement de l'appui des députés[modifier | modifier le code]

Le 30 mai 2016, Alain Therrien, Nicolas Marceau et Mireille Jean ont fait une proposition sur la méthode d'accession à l'indépendance. En effet, ils affirment que la prochaine élection devrait être "anti statu quo". En effet, ils proposent de créer deux secrétariats, soit un sur l'indépendance et un sur le fédéralisme renouvelé. Après les résultats de ces deux secrétariats, 3 ans après l'élection de 2018, ils proposent de tenir une consultation populaire dans laquelle les Québécois choisiraient entre l'indépendance ou le fédéralisme renouvelé. Ils affirment qu'ils se rallieront à un candidat qui désire porter cette idée[53].

Appuis d'anciens élus du Parti québécois[modifier | modifier le code]

Alexandre Cloutier[modifier | modifier le code]

Total partiel (7) : 1 ancien premier ministre, 1 ancien ministre, 5 anciens députés

Jean-François Lisée[modifier | modifier le code]

Total partiel (23): 8 anciens ministres, 15 anciens députés

  • Denise Carrier-Perreault, ancienne députée de Chutes-de-la-Chaudière (1989 à 2003), et Ministre déléguée aux Mines, aux Terres et aux Forêts sous le gouvernement de Lucien Bouchard;
  • Marc Boulianne, ministre de la Condition féminine (2003-2003) et député de Frontenac pour le Parti québécois de 1998 à 2003 et député du Bloc québécois de Mégantic-L’Érable;
  • Yves Beaumier, ancien député du Parti québécois de Champlain, ministre des Affaires sociales et ministre délégué à la Politique familiale;
  • Joseph Facal, ancien député de Fabre et ancien ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes, ancien ministre des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, ancien président du Conseil du trésor et ancien ministre d’État à l’Administration et à la Fonction publique[58];
  • Jacques Brassard,  député du Parti québécois de Lac-Saint-Jean de 1976 à 2002 et ancien ministre des transports, des ressources naturelles et des affaires intergouvernementales.
  • Denis Vaugeois, député de Trois-Rivières de 1976 à 1985 et ministre des Affaires culturelles de 1978 à 1981[59]
  • Lucie Papineau, ancienne députée du Parti québécois de Prévost et ancienne ministre déléguée à l'Industrie et au Commerce.
  • Linda Goupil, ancienne députée du Parti québécois de Lévis et ancienne ministre de la Justice.
  • Serge Cardin, ancien député de Sherbrooke du Bloc Québécois de 1998 à 2011 et du Parti québécois de 2012 à 2014;
  • François Beaulne, ancien député du Parti québécois de Bertrand de 1988 à 1994 et de Marguerite-d’Youville de 1994 à 2003, représentant parlementaire des Nations unies au Cambodge depuis 2005;
  • Noëlla Champagne, ancienne députée du Parti québécois de Champlain;
  • Marcel Gagnon, ancien député du Parti québécois de Champlain et député du Bloc Québécois de Champlain et de Saint-Maurice—Champlain;
  • Claude Pinard, ancien député du Parti québécois de Saint-Maurice;
  • Camil Bouchard, député du Parti québécois de Vachon de 2003 à 2010, chroniquer et auteur du rapport Un Québec fou de ses enfants;
  • Lyse Leduc, députée du Parti québécois de Mille-Îles de 1994 à 2003. Adjointe parlementaire du ministre responsable de la région de Laval de 1996 à 1998, à la ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux de 1999 à 2001, et à la ministre d'État à la Culture et aux Communications de 2001 à 2003.
  • Jean-Paul Champagne, député du Parti québécois de Mille-Îles de 1981 à 1985. Président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal de 1977 à 1978.
  • Suzanne Proulx, ancienne députée du Parti québécois de Sainte-Rose.
  • Roland Richer, ancien député du Parti québécois d'Argenteuil.
  • Denise Beaudoin, ancienne députée de Mirabel.
  • Cécile Vermette, ancienne députée du Parti québécois de Marie-Victorin.
  • Étienne-Alexis Boucher, ancien député du Parti québécois de Johnson.
  • Claude Boucher, député de Johnson pour le Parti québécois de 1994 à 2007[59]
  • Léandre Dion, député du Parti québécois dans Saint-Hyacinthe de 1994 à 2007[59]
  • Rhéal Rancourt, député du Parti québécois dans Saint-François de 1976 à 1985[59]

Martine Ouellet[modifier | modifier le code]

Total partiel (3) : 3 anciens ministres

Paul Saint-Pierre Plamondon[modifier | modifier le code]

Autres appuis[modifier | modifier le code]

Alexandre Cloutier[modifier | modifier le code]

Du monde politique[modifier | modifier le code]

  • Ariane Cayer, présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois ;
  • Pierre Céré, Porte-Parole du Conseil National des Chômeurs, ancien candidat à la direction du Parti québécois ;
  • Gilles Duceppe, ancien chef du Bloc québécois et ancien député fédéral du Bloc québécois de Laurier–Sainte-Marie[61] ;
  • Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup[62] ;
  • Sylvain Tanguay, ancien directeur général du Parti québécois sous Pauline Marois et Lucien Bouchard, et directeur ou conseiller politique de cabinets[63] ;
  • Geneviève Décarie, ancienne organisatrice de Pierre Karl Péladeau et du Bloc québécois[63] ;
  • Louis-Philippe Bourgeois, ancien organisateur d'André Boisclair, Pierre Karl Péladeau et du Bloc québécois[63].
  • Madeleine Dalphond-Guiral, ancienne députée du Bloc québécois pour Laval-Centre[57]
  • Pierre Paquette, ancien député du Bloc québécois pour Joliette[57]

Du monde des arts et des sciences[modifier | modifier le code]

Jean-François Lisée[modifier | modifier le code]

Du monde politique[modifier | modifier le code]

  • France Amyot, ancienne chef de cabinet de plusieurs anciens ministres, elle sera sa directrice de campagne[66] ;
  • Raymond Francoeur, maire de Sainte-Christine-d'Auvergne, ancien député adéquiste de Portneuf (2007) et vice-président de l’ADQ de 2007 à 2011 ;
  • Gérald Larose, syndicaliste et président du Conseil de la souveraineté du Québec[67]
  • Paule Brunelle, députée du Bloc Québécois de Trois-Rivières, 2004 à 2011;
  • Yves Rocheleau, député du Bloc Québécois de Trois-Rivières, 1993 à 2004;
  • Chantale Trottier, présidente du Mouvement national des Québécois (MNQ), 2002 à 2013, lauréate 2016 de la médaille du Mouvement national des Québécoises et des Québécois;
  • Caroline Pageau, candidate de l'Action démocratique du Québec de Taschereau en 2007, membre du cabinet de l'opposition officielle (2007) et candidate du Bloc Québécois dans Louis-Hébert en 2015 ;
  • Robert Carrier, député du Bloc Québécois de Alfred-Pellan de 2004 à 2011.
  • Nicole Demers, députée du Bloc Québécois de Laval de 2004 à 2011.
  • François Lapointe, député du Nouveau Parti Démocratique (NPD) dans Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup de 2011 à 2015
  • Suzanne Tremblay, députée du Bloc Québécois dans Rimouski—Témiscouata de 1993 à 2004
  • Florent Michelot, ancien Directeur généra d'Option nationale.
  • Yvan Bernier, député du Bloc Québécois de Bonaventure — Gaspé — Îles-de-la-Madeleine — Pabok de 1993 à 2000.
  • Maude Debien, député du Bloc Québécois de Laval-Est de 1993 à 2000.
  • Claude DeBellefeuille, ancienne députée fédérale du Bloc québécois de Beauharnois-Salaberry et ancienne chef de cabinet du ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault.

Du monde des arts et des sciences[modifier | modifier le code]

Martine Ouellet[modifier | modifier le code]

Du monde politique[modifier | modifier le code]

Elle a l'appui de la majorité des 7 députés bloquistes n'ayant pas un devoir de réserve (4 pour Ouellet, 1 pour Hivon, 2 ne se sont pas prononcés, 3 ont un devoir de réserve).

  • Andrée Ferretti, militante féministe et indépendantiste, et écrivaine[68] ;
  • Xavier Barsalou-Duval, député fédéral du Bloc québécois de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères[69] ;
  • Mario Beaulieu, député fédéral de La Pointe-de-L'Île et président du Bloc québécois ;
  • Louis Bernard, ancien secrétaire général du gouvernement du Québec[70] ;
  • Michel Boudrias, députée fédérale du Bloc québécois dans Terrebonne[71] ;
  • Jocelyn Desjardins, président-fondateur du NMQ et syndicaliste[68] ;
  • Pierre Dubuc, rédacteur de L'aut'journal[68] ;
  • Marilène Gill, députée fédérale du Bloc québécois dans Manicouagan[71].
  • "Une nouvelle coalition indépendantiste appuie Martine Ouellet"[72], dont la plupart sont d'Option nationale (ON) ou l'ont déjà été, notamment :
    • Nic Payne, candidat ON 2012/2014 et candidat à la chefferie d'ON 2013, ex-président du Conseil national d'ON ;
    • Patrick R. Bourgeois, du RRQ, candidat ON 2013, conseiller national ON
  • Yves Michaud, député PLQ (1966-1970), fondateur du quotidien Le Jour (1973-1976), fondateur du MÉDAC (1995-).
  • Kédina Fleury-Samson, Vice-présidente du Bloc québécois.

Du monde des arts et des sciences[modifier | modifier le code]

Paul Saint-Pierre Plamondon[modifier | modifier le code]

Personnes qui appuyaient des candidatures désormais retirées et leur second appui[modifier | modifier le code]

Véronique Hivon[modifier | modifier le code]

En annonçant qu'elle se retire de la course à la chefferie le 26 août 2016, Véronique Hivon affirme qu'elle restera neutre le reste de la campagne.

Députés de l'actuel caucus péquiste[modifier | modifier le code]

Anciens élus du Parti québécois (4 anciens ministres et 6 anciens députés)[modifier | modifier le code]

  • Marie Bouillé, ancienne députée d'Iberville[77] ;
  • Gilles Chapadeau, ancien député de Rouyn-Noranda–Témiscamingue[78] ;
  • Linda Goupil, ancienne députée de Lévis et ancienne ministre de la Justice appuie désormais Jean-François Lisée[79] ;
  • Élizabeth Larouche, ancienne députée d'Abitibi-Est et ancienne ministre déléguée aux Affaires autochtones ;
  • Scott McKay, ancien député de Repentigny, appuie désormais Alexandre Cloutier[57]
  • Serge Ménard, ancien député de Laval-des-Rapides et ancien ministre de la Sécurité publique ;
  • Lucie Papineau, ancienne députée de Prévost et ancienne ministre déléguée à l'Industrie et au Commerce appuie désormais Jean-François Lisée;
  • Suzanne Proulx, ancienne députée de Sainte-Rose appuie désormais Jean-François Liséee[80] ;
  • Roland Richer, ancien député d'Argenteuilappuie désormais Jean-François Lisée[81] ;
  • Cécile Vermette, ancienne députée de Marie-Victorin appuie désormais Jean-François Lisée.
  • Étienne-Alexis Boucher, ancien député du Parti québécois de Johnson

Autres appuis du monde politique[modifier | modifier le code]

  • Antoine Côté, ancien président de la Fédération étudiante collégiale du Québec de 2015 à 2016[82] ;
  • Paul Crête, vice-président du Conseil exécutif nationale du Parti québécois et ancien député fédéral du Bloc québécois de Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup ;
  • Claude DeBellefeuille, ancienne députée fédérale du Bloc québécois de Beauharnois-Salaberry et ancienne chef de cabinet du ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault appuie désormais Jean-François Lisée[83] ;
  • Nathaly Dufour, ancienne présidente et chef intérimaire d'Option nationale[84] ;
  • Gabriel Ste-Marie, député fédéral du Bloc québécois de Joliette.

Appuis du monde des arts et des sciences[modifier | modifier le code]

Autres appuis[modifier | modifier le code]

  • Mona Greenbaum, directrice de la Coalition des familles homoparentales.

Médias sociaux[modifier | modifier le code]

Le mot-clic pour la présente course à la direction sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Instagram est #CoursePQ.

Pour les candidats :

  • Alexandre Cloutier : #PQCloutier
  • Véronique Hivon : #Hivon
  • Jean-François Lisée : #AvecLisee
  • Martine Ouellet : #AvecMartineOuellet
  • Paul Saint-Pierre Plamondon : #PSPP

Slogans[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Cloutier : Rassembler. Construire. Gagner.
  • Véronique Hivon : Faisons-nous confiance.
  • Jean-François Lisée : Oser. Réussir.
  • Martine Ouellet : Assumer notre indépendance.
  • Paul Saint-Pierre Plamondon : Le Parti québécois doit revenir le parti de tous les Québécois.

Sondages[modifier | modifier le code]

Évolution des intentions de vote des sympathisants péquistes
Dernier jour du sondage Alexandre Cloutier Véronique Hivon Jean-François Lisée Martine Ouellet Paul Saint-Pierre Plamondon Ne sais pas/Refus Maison de sondage Source
37 % - 36 % 22% 5 % - CROP Lien
39 % - 23 % 18 % 1 % 19 % Léger Lien
37 % 14 % 15 % 7 % 2 % 47 % Léger Lien
27 % 11 % 6 % 4 % - 23 % Léger Lien
Évolution de l'opinion des sympathisants péquistes (bonne opinion vs mauvaise opinion)
Dernier jour du sondage Alexandre Cloutier Véronique Hivon Jean-François Lisée Martine Ouellet Paul Saint-Pierre Plamondon Maison de sondage Source
70 vs 8 % 68 vs 8 % 52 vs 30 % 49 vs 20 % N/A CROP Lien

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'heure des choix pour les militants du PQ
  2. Pierre Karl Péladeau annonce sa démission http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2016/05/02/002-pierre-karl-peladeau-parti-quebecois-declaration-importante.shtml
  3. Sylvain Gaudreault devient chef parlementaire par intérim http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2016/05/06/001-agnes-maltais-sylvain-gaudreault-chef-interim-parti-quebecois.shtml
  4. http://www.quebecpolitique.com/dossiers/course-a-la-direction-du-pq-2007/elections-passees/
  5. « Sébastien Bovet on Twitter », sur Twitter (consulté le 19 mai 2016)
  6. « Jusqu’où ira Lisée? - L'actualité », L'actualité,‎ (lire en ligne)
  7. « Chefferie du Parti québécois: Alexandre Cloutier lance officiellement sa campagne (VIDÉO) », sur quebec.huffingtonpost.ca
  8. a et b « PQ: Paul St-Pierre Plamondon se lance dans la course à la direction | Louise Leduc | Politique québécoise », sur La Presse (consulté le 3 juin 2016)
  9. « Mise au point », sur facebook.com (consulté le 8 mai 2016)
  10. Pascal Bérubé n'envisage pas d'être candidat http://www.lapresse.ca/actualites/politique/politique-quebecoise/201605/03/01-4977644-le-retour-daussant-serait-benefique-au-pq-dit-martine-ouellet.php
  11. « Hugo Lavallée on Twitter », sur Twitter (consulté le 2 juin 2016)
  12. « Cloutier promet une nouvelle ère de relations avec les autochtones », sur TVA Nouvelles (consulté le 26 mai 2016)
  13. « Hugo Lavallée on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016)
  14. « Hugo Lavallée on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016)
  15. Geneviève Lajoie, « Cloutier écorche Lisée », sur Le Journal de Québec (consulté le 27 mai 2016)
  16. a b c d e et f « Alexandre Cloutier promet de réaliser six «actions fondatrices» », sur Le Devoir (consulté le 27 mai 2016)
  17. a b c d et e « Hivon propose une vaste réforme démocratique (VIDÉO) », sur Le Huffington Post (consulté le 26 mai 2016)
  18. « Hivon propose une assemblée constituante », sur Le Devoir (consulté le 26 mai 2016)
  19. « Les nouvelles du jour - La Presse+ », sur La Presse+, (consulté le 11 juin 2016)
  20. « Leadership: Chasser les libéraux. Réussir l’indépendance. Dans cet ordre. », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  21. « Lisée écarte tout référendum d’ici 2022 », sur TVA Nouvelles (consulté le 26 mai 2016)
  22. « Leadership: Chasser les libéraux. Réussir l’indépendance. Dans cet ordre. », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 21 juin 2016)
  23. « Leadership : Immigration : Le chemin du succès », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  24. a b c et d « Leadership : Immigration : Le chemin du succès », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 21 juin 2016)
  25. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://jflisee.org/immigration-rejeter-le-chiffre-de-lechec-trouver-le-chemin-du-succes/, sur jflisee.org
  26. a et b « Leadership: Santé : Gel de l’enveloppe de rémunération des médecins », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  27. « Lisée veut geler la rémunération des médecins | Tommy Chouinard | Politique québécoise », sur La Presse (consulté le 26 mai 2016)
  28. a b c d et e « Leadership : Inégalités sociales : Un Québec riche de son équité », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  29. « Hugo Lavallée on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016)
  30. « Marco Bélair-Cirino on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016)
  31. « Jérémie Dunn on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016)
  32. « Hugo Lavallée on Twitter », sur Twitter (consulté le 27 mai 2016)
  33. a b c d e et f « Leadership : Sièges sociaux : Miser sur la Caisse de dépôt et le développement régional », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  34. a b et c « Leadership: Identité : La concordance culturelle », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  35. a b c et d « Leadership : Priorité PME : Moins de paperasse, plus d’entreprenariat », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  36. a b c d et e « Leadership : Laïcité – une approche résolue et responsable », sur Le blogue de Jean-François Lisée (consulté le 22 juin 2016)
  37. a b c et d « Leadership – Indépendance : Compte à rebours 2022 ! », sur jflisee.org (consulté le 23 juin 2016)
  38. a et b « Mon avis sur: Les surplus, la Nation et Justin Trudeau, Anticosti, etc », sur jflisee.org (consulté le 11 juillet 2016)
  39. a et b « Le pipeline Énergie Est: pourquoi il faut dire Non et Non ! », sur jflisee.org (consulté le 13 juillet 2016)
  40. a b c et d « Développement régional : rétablir les budgets et reconstruire les outils de développement dans le respect des régions », sur jflisee.org (consulté le 29 août 2016)
  41. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://jflisee.org/pour-un-processus-devaluation-et-de-consultation-digne-du-21e-siecle%E2%80%89/, sur jflisee.org
  42. a b c d e et f « Pour un processus d’évaluation et de consultation « digne du 21e siècle » », sur jflisee.org (consulté le 29 août 2016)
  43. a b c d et e « Surendettement: aider les Québécois à l’éviter… et à en sortir », sur jflisee.org (consulté le 29 août 2016)
  44. a b c d e f g h i et j « Pour une éducation de la vraie égalité des chances », sur jflisee.org (consulté le 29 août 2016)
  45. a et b Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Martine Ouellet brigue la direction du PQ », sur Radio-Canada.ca (consulté le 27 mai 2016)
  46. a b c et d SRC 13 juillet 2016
  47. Infolettre de Martine Ouellet du 13 juillet 2016, via PQ
  48. « Alexandre Cloutier on Twitter », sur Twitter (consulté le 19 mai 2016)
  49. « Sébastien Bovet on Twitter », sur Twitter (consulté le 11 mai 2016)
  50. « Mireille Jean appuie Alexandre Cloutier | Laura Lévesque | Actualités », sur La Presse (consulté le 11 juin 2016)
  51. ChefPhileas1, « La politique autrement Sylvain Pagé - Alexandre Cloutier - Chefferie Parti Québécois », sur youtube.com, (consulté le 22 septembre 2016)
  52. a et b Tweet de la journaliste Julie Dufresne annonçant l'appui de Claude Cousineau, Sylvain Pagé, Carole Poirier et André Villeneuve à Véronique Hivon https://twitter.com/JuDufresne_RC/status/729425690202910720
  53. « PQ : trois députés veulent donner une chance à un «Canada renouvelé» », sur La Presse (consulté le 31 mai 2016)
  54. Bernard Landry appuie Alexandre Cloutier http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2016/05/07/002-pq-course-chef-parti-quebecois-chefferie-pkp-hivon-cloutier-gaudreault-caucus-assemblee-nationale.shtml
  55. « Anis Telmat on Twitter », sur Twitter (consulté le 15 mai 2016)
  56. « Alexandre, l'homme d'État | Le Débat | Débat », sur La Presse (consulté le 9 mai 2016)
  57. a b c et d « Course à la direction du PQ: Alexandre Cloutier récolte de nouveaux appuis | Politique québécoise », sur lapresse.ca (consulté le 29 août 2016)
  58. Joseph Facal, « Lisée: mort pour la patrie? », sur Le Journal de Québec (consulté le 19 mai 2016)
  59. a b c et d Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Direction du PQ : Jean-François Lisée gagne de nouveaux appuis », sur Radio-Canada.ca (consulté le 31 août 2016)
  60. « Martine Ouellet reçoit des appuis pour se lancer », sur TVA Nouvelles (consulté le 15 mai 2016)
  61. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Voici qui pourrait devenir le chef du PQ », sur Radio-Canada.ca (consulté le 17 mai 2016)
  62. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Michel Lagacé appuie Alexandre Cloutier », sur Radio-Canada.ca (consulté le 26 mai 2016)
  63. a b et c Claude Villeneuve, « Le choix de l’establishment », sur Le Journal de Québec (consulté le 12 mai 2016)
  64. a b c d et e Geneviève Lajoie, « Un mégashow pour Alexandre Cloutier », sur Le Journal de Montréal (consulté le 2 juin 2016)
  65. ChefPhileas1, « Serge Fiori appuie Alexandre Cloutier - Chefferie Parti Québécois », (consulté le 9 septembre 2017)
  66. « Jean-François Lisée on Twitter », sur Twitter (consulté le 29 mai 2016)
  67. « Jean-François Lisée donne l’heure juste », sur Le Devoir (consulté le 24 mai 2016)
  68. a b et c « Pour un choix indépendantiste clair », sur Le Huffington Post (consulté le 21 mai 2016)
  69. « Un premier appui pour Martine Ouellet », sur Le Huffington Post (consulté le 12 mai 2016)
  70. « Pourquoi j’appuie Martine Ouellet », sur Le Devoir (consulté le 12 mai 2016)
  71. a et b Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Les députés bloquistes Marilène Gill et Michel Boudrias appuient Martine Ouellet », sur Radio-Canada.ca (consulté le 26 mai 2016)
  72. http://www.tvanouvelles.ca/2016/05/25/une-nouvelle-coalition-independantiste-appuie-martine-ouellet
  73. « Martine Ouellet: une candidature décomplexée », sur Le Huffington Post (consulté le 15 mai 2016)
  74. http://ici.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2016/07/27/007-victor-levy-beaulieu-martine-ouelle-course-direction-pq.shtml
  75. http://www.tvanouvelles.ca/2016/10/01/martine-ouellet-appelle-a-la-prudence
  76. Page Facebook de Sylvain Pagé - Appui officiel à Véronique Hivon https://www.facebook.com/sylvainpagedepute/posts/10154747430176124
  77. Charles Lecavalier, « D’ex-députés appuient Hivon », sur Le Journal de Québec (consulté le 11 mai 2016)
  78. Gilles Chapadeau appui Véronique Hivon dans la course http://ici.radio-canada.ca/regions/abitibi/2016/05/08/003-pq-gilles-chapadeau-veronique-hivon-course-chef-abitibi.shtml
  79. http://www.lavoixdusud.com/Actualites/Politique/2016-05-11/article-4525935/Linda-Goupil-appuie-Veronique-Hivon/1
  80. « Suzanne Proulx on Twitter », sur Twitter (consulté le 14 mai 2016)
  81. « Roland Richer - J'appuie Véronique Hivon pour la course à... | Facebook », sur facebook.com (consulté le 15 mai 2016)
  82. « Antoine Côté - Je vous ai mentionné dans les derniers... | Facebook », sur facebook.com (consulté le 4 juin 2016)
  83. « Facebook », sur facebook.com (consulté le 25 mai 2016)
  84. Zone Politique - ICI.Radio-Canada.ca, « Course à la direction du PQ : une ex-présidente d'Option nationale appuie Véronique Hivon », sur Radio-Canada.ca (consulté le 9 mai 2016)
  85. « Marilyn Bastien on Twitter », sur Twitter (consulté le 3 juin 2016)
  86. « Dan Bigras on Twitter », sur Twitter (consulté le 19 mai 2016)
  87. a b et c « Véronique Hivon on Twitter », sur Twitter (consulté le 7 juin 2016)
  88. a b et c Erreur de référence : Balise ref incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :9
  89. « Jean-Marie Lapointe on Twitter », sur Twitter (consulté le 15 mai 2016)
  90. « Flavie Payette-R on Twitter », sur Twitter (consulté le 15 mai 2016)
  91. « Sylvie Payette on Twitter », sur Twitter (consulté le 15 mai 2016)
  92. « Yann Perreau on Twitter », sur Twitter (consulté le 12 mai 2016)
  93. « Jocelyne Robert on Twitter », sur Twitter (consulté le 12 mai 2016)
  94. « J-Nicolas Verreault on Twitter », sur Twitter (consulté le 15 mai 2016)
  • Portail de la politique québécoise
  • Portail des années 2010