Confédération sud-américaine de football

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Confédération sud-américaine de football

Logo de la CONMEBOL

Sigle CONMEBOL
Sport(s) représenté(s) Football
Création
Président Alejandro Domínguez
Siège Luque ( Paraguay)
Affiliation FIFA
Nations membres 10 membres
Site internet http://www.conmebol.com

La Confédération sud-américaine de football (CSF), plus connue sous l'acronyme CONMEBOL construit à partir de ses appellations officielles (en espagnol : Confederación sudamericana de fútbol ; en portugais : Confederação Sul-Americana de Futebol), est l'organisme continental qui regroupe, sous l'égide de la FIFA, les fédérations de football d'Amérique du Sud.

Fondée le 9 juillet 1916, la CONMEBOL compte aujourd'hui dix membres : les fédérations d'Argentine, d'Uruguay, du Brésil et du Chili, membres fondatrices, rejointes ensuite par celles du Paraguay, du Pérou, de la Bolivie, de l'Équateur, de la Colombie et du Venezuela. La CONMEBOL organise depuis sa création les compétitions internationales des sélections nationales et des clubs à l'échelle du continent. La plus ancienne est la Copa América, qui oppose depuis 1916 les sélections masculines. À destination des clubs, elle organise la Copa Libertadores et la Copa Sudamericana.

En 2018, les sélections affiliées à la CONMEBOL ont remporté neuf des vingt-et-une éditions de la Coupe du monde de football (dont cinq pour le seul Brésil), et ses clubs ont remporté quatre des quinze éditions de la Coupe du monde des clubs. Ce palmarès en fait la deuxième confédération du monde juste après l'Union des associations européennes de football (UEFA). Les meilleurs clubs des deux confédérations se sont opposés chaque année entre 1960 et 2004 dans le cadre de la Coupe intercontinentale, dont les Sud-américains ont gagné vingt-deux des quarante-trois éditions (dont trois pour le CA Peñarol, Boca Juniors et le Nacional).

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier match de football connu en Amérique du Sud est joué en Argentine en 1867 par des cheminots britanniques. Le premier club de football en Amérique du Sud, Gimnasia y Esgrima de La Plata, est créé en 1887, et la fédération argentine est fondée en 1893. Cette dernière est imitée par celle du Chili en 1895, d'Uruguay en 1900, du Paraguay en 1906. Au début du XXe siècle, le football est de plus en plus populaire, et en 1910 une première compétition internationale se tient entre les équipes nationales du continent. L'Argentine organise un tournoi pour célébrer le centenaire de la révolution de Mai, auquel participent le Chili et l'Uruguay. Deux ans plus tard, la fédération argentine s'affilie à la Fédération internationale, fondée par les Européens en 1904[1].

L'Uruguay remporte les deux premières éditions de la Copa América, la première en 1916 à Buenos Aires et la seconde en 1917 à Montevideo.

En juillet 1916, pour la célébration du centenaire de sa déclaration d'indépendence (es), l'Argentine organise un nouveau tournoi avec le Chili, l'Uruguay et le Brésil. Ce Campeonato Sudamericano de Selecciones (« championnat sud-américain des nations ») est la première édition de ce qui est actuellement connu sous le nom de « Copa América ». L'Uruguay triomphe dans cette première édition après un score nul 0-0 avec les hôtes argentins lors du match décisif, joué à l'Estadio Racing Club (en) d'Avellaneda. Devant le succès populaire, un membre de la fédération uruguayenne, Héctor Rivadavia (en), propose la création d'une confédération regroupant les associations d'Argentine, du Brésil, du Chili et d'Uruguay : le 9 juillet, jour de l'anniversaire de l'indépendance de l'Argentine, la CONMEBOL est fondée[2].

Un congrès est réuni le 15 décembre de la même année pour ratifier la création de la confédération, et l'organisation du championnat sud-américain sur une base annuelle. Les victoires de l'Uruguay sur son sol en 1917, imité par le Brésil en 1919, enracinent le succès populaire de la compétition. Année après année, les fédérations des autres pays du continent rejoignent la confédération : le Paraguay en 1921, le Pérou en 1925, la Bolivie en 1926, l'Équateur en 1927... À cette époque, c'est en Amérique du Sud que se pratique le meilleur football du monde, comme l'illustrent les succès écrasants de l'Uruguay et de l'Argentine lors des Jeux olympiques puis lors de la première Coupe du monde de 1930.

Entrée des joueurs en demi-finale de la Copa América 2007 au Venezuela.

Mais les désaccords entre fédérations, sur fond de rivalité sportive, éclatent et mettent à mal le rythme initialement annuel du championnat continental et conduisent à des boycotts, notamment de la part du Brésil. La compétition est interrompue après 1929, relancée en 1935 pour une édition "spéciale", avant de reprendre sur un rythme à peu près bisannuel. Après la seconde guerre mondiale, le rythme redevient irrégulier ; certaines éditions sont organisées à titre non officiel, ce qui sera corrigé a posteriori par la CONMEBOL[3]. En 1959, deux tournois distincts sont organisés, en Argentine puis en Équateur. Pendant cette période, certaines fédérations délaissent le tournoi, auxquels ils ne participent pas ou alors en n'y envoyant qu'une sélection bis. Ce manque d'investissement se traduit au palmarès : la modeste Bolivie remporte ainsi pour la première fois le tournoi qu'elle accueille en 1963, puis est défaite lors du tournoi 1967 par les néophytes vénézuéliens.

Après huit ans d'absence, la compétition reprend en 1975, sous un nouveau nom (« Copa América ») et avec de nouveaux règlements (pas de pays hôte et rythme quadriennal notamment). C'est une tentative de la Confédération, qui a créé entretemps la Copa Libertadores pour les clubs, de relancer son tournoi de sélections nationales. En 1986, la CONMEBOL décide de revenir à un pays hôte et à un calendrier bisannuel.

Ancien logo.

Depuis la Copa América 1987, l'événement est organisé tous les deux ans à tour de rôle par les dix membres de la confédération. La télévision, notamment en Europe et en Amérique du Nord s'intéresse davantage au tournoi avec cette nouvelle organisation du tournoi. Depuis 1993, deux sélections, le plus souvent issues de la CONCACAF voisine (le Mexique et les États-Unis notamment), sont invitées à participer pour pouvoir organiser un tournoi à douze équipes. En 2016, pour fêter le centenaire du tournoi, la Confédération a décidé de l'organiser aux États-Unis.

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège de la CONMEBOL à Luque au Paraguay.

La CONMEBOL est dirigée par un président et un comité exécutif. Son siège se trouve depuis 1990 à Asunción, au Paraguay. Le bâtiment actuel, situé à Luque, dans la banlieue de la capitale, a été inauguré en 1998.

La plus haute instance de la Confédération est son Congrès, qui se réunit tous les deux ans. Chaque association a un vote au Congrès, mais peut y envoyer jusqu'à trois représentants. Entre autres pouvoirs, le Congrès décide de la composition du Comité exécutif, chargé de veiller au bon fonctionnement de l'institution. Ce dernier est composé d'un président, de trois vice-présidents, d'un secrétaire général, d'un trésorier et de six directeurs. Outre son comité exécutif, la CONMEBOL dispose d'une commission d'éthique, d'un bureau de décision, d'un bureau d'instruction, d'un tribunal disciplinaire et d'une cour d'appel.

Historique des présidents[modifier | modifier le code]

Le président de la CONMEBOL est élu au cours des congrès de la confédération, par les représentants des fédérations qui la composent. Il est automatiquement vice-président de la FIFA.

Héctor Rivadavia Gómez, le premier président de la COMNEBOL, en est un membre fondateur. Il est également journaliste, politicien, et pionnier du football en Uruguay, où il occupait auparavant les fonctions de président du Montevideo Wanderers FC[4],[5].

L'homme d'affaires paraguayen Juan Ángel Napout est élu le , à la suite de la démission de son prédécesseur Eugenio Figueredo. Napout est néanmoins arrêté à Zurich par la police suisse, le [6] et est remplacé par l'uruguayen Wilmar Valdez qui assure l'intérim jusqu'au , date retenue par la CONMEBOL pour organiser une élection présidentielle, la première en trois décennies[7]. Cette élection aboutit finalement à la nomination du Paraguayen Alejandro Domínguez qui s'impose devant le président sortant, Wilmar Valdez, qui n’avait pas réuni assez de soutiens pour cette élection [8].

Présidents de la COMNEBOL
Rang Nom Période
1 Héctor Rivadavia Gómez (en) 1916-1936
2 Luis O. Salesi 1936-1939
3 Luis Valenzuela Hermosilla 1939-1955
4 / Carlos Dittborn Pinto (es) 1955-1957
5 José Ramos de Freitas 1957-1959
6 Fermín Sorhueta 1959-1961
7 Raúl H. Colombo 1961-1966
8 Teófilo Salinas Fuller (es) 1966-1986
9 Nicolás Leoz (en) 1986-2013
10 Eugenio Figueredo (en)[9] 2013-2014
11 Juan Ángel Napout (es) 2014-2015
12 Wilmar Valdez (es) (intérim) 2015
13 Alejandro Domínguez 2016-

Membres[modifier | modifier le code]

Dix fédérations nationales de football d'Amérique du Sud composent la CONMEBOL, qui est à ce titre la plus petite des six confédérations continentales affiliées à la FIFA. Après sa création en 1916 par l'Argentine, le Brésil, le Chili et l'Uruguay, l'organisation accueille progressivement les fédérations voisines : le Paraguay en 1921, le Pérou en 1925, la Bolivie en 1926, l'Équateur en 1927, puis la Colombie en 1936 et enfin le Venezuela en 1952[10]. Seules les fédérations des Guyanes (constituées de deux anciennes colonies, britannique et néerlandaise, et d'un territoire français) font exception, puisqu'elles font partie de la Confédération de football d'Amérique du Nord, centrale et Caraïbes (CONCACAF)[2].

Pays adhérents à la CONMEBOL
Pays Fédération Principales sélections Championnats nationaux Coupes nationales
Argentine Fédération Équipe d'Argentine de football
Équipe féminine
Championnat
Championnat D2
Championnat D3
Coupe
Supercoupe
Bolivie Fédération Équipe de Bolivie de football
Équipe féminine
Championnat Pas de coupe nationale
Brésil Fédération Équipe du Brésil de football
Équipe féminine
Championnat
Championnat D2
Championnat D3
Championnat D4
Coupe
Coupe féminine
Chili Fédération Équipe du Chili de football
Équipe féminine
Championnat Coupe
Supercoupe
Colombie Fédération Équipe de Colombie de football
Équipe féminine
Championnat Coupe
Équateur Fédération Équipe d'Équateur de football
Équipe féminine
Championnat
Championnat D2
Pas de coupe nationale
Paraguay Fédération Équipe du Paraguay de football
Équipe féminine
Championnat Pas de coupe nationale
Pérou Fédération Équipe du Pérou de football
Équipe féminine
Championnat
Championnat D2
Championnat D3
Pas de coupe nationale
Uruguay Fédération Équipe d'Uruguay de football
Équipe féminine
Championnat
Championnat D2
Pas de coupe nationale
Venezuela Fédération Équipe du Venezuela de football
Équipe féminine
Championnat Coupe
modifier

Entre 1993 et 2016, des équipes de la CONCACAF ont été régulièrement invitées à participer à des tournois organisés par la CONMEBOL. C'est le cas du Costa Rica, des États-Unis, du Honduras, de la Jamaïque et du Mexique[11],[12],[13]. Haïti et le Panama ont aussi disputé la Copa América Centenario, édition du centenaire de la Copa América, bien que cette dernière compétition ait été organisée conjointement par la CONCACAF et la CONMEBOL. Depuis l'édition 2019, cette dernière préfère inviter des équipes de l'AFC: Ainsi, le Qatar et l'Australie font leur apparition lors des éditions de 2019 et 2020, respectivement. Quant au Japon, il prend part à l'épreuve deux fois avec 20 ans d'écart entre chaque apparition: 1999 et 2019.

En janvier 2013, la fédération de Nouvelle-Zélande réfléchit à demander son rattachement à la CONMEBOL, ce que la FIFA encourage. L'abandon de ce projet est rendu public en juin 2014[14].

Les compétitions[modifier | modifier le code]

Pour les sélections nationales[modifier | modifier le code]

La CONMEBOL organise les compétitions entre clubs et entre sélections nationales à l'échelon sud-américain, quelle que soit la catégorie d'âge. La principale et plus connue d'entre elles est la Copa América, dont la première édition date de 1916[2]. L'équivalent des Copa América existe aujourd'hui pour les sélections de jeunes (en moins de 20 ans, de 17 ans et de 15 ans).

Un Tournoi pré-olympique de la CONMEBOL (en) a existé de 1960 à 2004. Il sera reconduit à partir de 2020.

Pour les femmes, la CONMEBOL organise également la Copa América féminine, ainsi que les Sudamericano Femenino des moins de 20 ans et de 17 ans.

La confédération organise également en futsal les tournois continentaux des hommes, en senior et en moins de 20 ans (en), et des femmes (en).

Pour les clubs[modifier | modifier le code]

Compétitions actuelles

Anciennes compétitions disparues

Palmarès des grandes compétitions[modifier | modifier le code]

Sélections nationales[modifier | modifier le code]

Compétitions continentales[modifier | modifier le code]

Copa América (1916 à aujourd'hui)
Sudamericano Femenino (1991 à aujourd'hui)

Qualifications pour la Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Article connexe : Éliminatoires de la Coupe du monde de football 2018 : zone Amérique du Sud.

Les membres de la confédération CONMEBOL ont gagné 9 titres en coupe du monde (juste derrière l'UEFA, 12 titres). C'est le Brésil qui détient le record du nombre de victoires dans cette compétition (5 titres). Seules deux autres nations de la confédération ont réussi à remporter le titre mondial, l'Argentine et l'Uruguay (2 titres chacun).

Le tableau suivant montre le parcours des représentants de la CONMEBOL à chaque édition de la Coupe du monde, classés selon leur nombre d'apparitions :

Équipe
1930

1934

1938

1950

1954

1958

1962

1966

1970

1974

1978

1982

1986

1990

1994

1998
/
2002

2006

2010

2014

2018

2022
Total
Brésil[15] Gr. (1/4) 1/8 3e 2e[16] 1/4 1er 1er Gr. (1/8) 1er 4e 3e Gr.T2 (1/4) 1/4 1/8 1er 2e 1er 1/4 1/4 4e 1/4 21
Argentine[17] 2e 1/8 Gr. (1/8) Gr. (1/8) 1/4 Gr.T2 (1/4) 1er Gr.T2 (1/6) 1er 2e 1/8 1/4 Gr. 1/4 1/4 2e 1/8 17
Uruguay[18] 1er 1er[16] 4e Gr. (1/8) 1/4 4e Gr. (1/8) 1/8 1/8 Gr. 4e 1/8 1/4 13
Chili[19] Gr. (1/4) Gr. (1/8) 3e Gr. (1/8) Gr. (1/8) Gr. 1/8 1/8 1/8 9
Paraguay[20] Gr. (1/4) Gr. (1/8) Gr. (1/8) 1/8 1/8 1/8 Gr. 1/4 8
Colombie[21] Gr. (1/8) 1/8 Gr. Gr. 1/4 1/8 6
Pérou[22] Gr. (1/8) 1/4 Gr.T2 (1/4) Gr. Gr. 5
Bolivie[23] Gr. (1/8) Gr. (1/4) Gr. 3
Équateur[24] Gr. 1/8 Gr. 3
Venezuela[25] 0
Total 7 2 1 5 2 3 5 4 3 4 3 4 4 4 4 5 5 4 5 6 5 4.5 84

Légende

  • 1er : Vainqueur de la compétition
  • 2e : Finaliste de la compétition
  • 3e : Demi-finaliste (troisième) de la compétition
  • 4e : Demi-finaliste (quatrième) de la compétition
  • 1/4 : Élimination en quarts de finale de la compétition
  • 1/8 : Élimination en huitièmes de finale de la compétition
  • Gr.T2 : Élimination en phase de groupes du second tour de la compétition
  • Gr. : Élimination en phase de groupes du premier tour de la compétition
  • Les performances après avoir franchi le premier tour de la compétition sont notées en gras.

Qualifications pour la Coupe du monde féminine[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant montre le parcours des représentantes de la CONMEBOL à chaque édition de la Coupe du monde féminine, classés selon leur nombre d'apparitions :

Équipe
1991

1995

1999

2003

2007

2011

2015

2019
Total
Brésil Gr. (1/6) Gr. (1/6) 3e 1/4 2e 1/4 1/8 1/8 008
Argentine Gr. (1/8) Gr. (1/8) Gr. 003
Colombie Gr. (1/8) 1/8 002
Équateur Gr. 001
Chili Gr. 001
Total 1 1 1 2 2 2 3 3 15

Légende

  • 2e : Finaliste de la compétition
  • 3e : Demi-finaliste (troisième) de la compétition
  • 4e : Demi-finaliste (quatrième) de la compétition
  • 1/4 : Élimination en quarts de finale de la compétition
  • 1/8 : Élimination en huitièmes de finale de la compétition
  • Gr. : Élimination en phase de groupes du premier tour de la compétition
  • Les performances après avoir franchi le premier tour de la compétition sont notées en gras.

Qualifications pour la Coupe des confédérations[modifier | modifier le code]

L'équipe qualifiée pour la Coupe des confédérations (de 1992 à 2017) était la dernière équipe ayant remporté la Copa América qui la précédait. Six nations ont eu l'occasion de représenter la zone CONMEBOL.

Le tableau suivant montre le parcours des représentants de la CONMEBOL à chaque édition de la Coupe des confédérations, classés selon leur nombre d'apparitions :

Équipe
1992

1995

1997

1999
/
2001

2003

2005

2009

2013

2017
Total
Brésil 1er 2e 4e Gr. 1er 1er 1er 007
Argentine 1er 2e 2e 003
Uruguay 4e 4e 002
Bolivie Gr. 001
Colombie 4e 001
Chili 2e 001
Total 1 1 2 2 1 2 2 1 2 1 15

Légende

  • 1er: Remporte la compétition
  • 2e : Termine deuxième de la compétition
  • 4e : Termine quatrième de la compétition
  • Gr. : Participe à la phase de groupe de la compétition

Classement des nations de la FIFA[modifier | modifier le code]

En juillet 2019, quatre équipes de la zone CONMEBOL sont présentes dans le top 10 du Classement mondial de la FIFA, le Brésil à la 2e place, l'Uruguay (5e), la Colombie (8e) et l'Argentine (10e).

Le tableau suivant donne le classement FIFA des dix nations de la CONMEBOL (juillet 2019) :

CONMEBOL FIFA[26] + / - Nation Points
1 2 +1 Brésil 1726
2 5 +3 Uruguay 1637
3 8 +5 Colombie 1622
4 10 +1 Argentine 1610
5 14 +2 Chili 1583
6 19 +2 Pérou 1552
7 26 +7 Venezuela 1505
8 39 -3 Paraguay 1464
9 66 -6 Équateur 1359
10 73 -11 Bolivie 1332

Le tableau suivant donne les classements FIFA féminins des dix nations de la CONMEBOL (juillet 2019) :

CONMEBOL FIFA[27] + / - Nation Points
1 10 = Brésil 1938
2 26 = Colombie 1703
3 34 +3 Argentine 1664
4 38 +1 Chili 1621
5 48 = Paraguay 1494
6 58 = Venezuela 1421
7 63 -1 Équateur 1393
8 65 = Pérou 1376
9 75 -1 Uruguay 1347
10 92 = Bolivie 1236

Le classement d'une équipe devient officiel lorsque :

  • Elle a joué au moins 5 matches contre des équipes ayant un classement officiel.
  • Elle a disputé au moins un match pendant les quatre dernières années.

Seules les équipes qui ont joué 5 matches avant la Coupe du monde de football féminin 1999 contre des équipes qui ont elles-mêmes joué 5 matches avant celle-ci ont été incluses dans le classement mondial inaugural.

Clubs[modifier | modifier le code]

Compétitions continentales[modifier | modifier le code]

Les compétitions continentales des clubs sont dominées par les brésiliens et les argentins qui ont remporté plus des deux tiers des titres de la CONMEBOL :

Année Copa Libertadores Coupe CONMEBOL (1992-1999)
Copa Mercosur-Merconorte (1998-2001)
Copa Sudamericana (2002-Aujourd'hui)
Recopa Sudamericana Copa Libertadores féminine
1960 CA Peñarol
1961 CA Peñarol
1962 Santos FC
1963 Santos FC
1964 CA Independiente
1965 CA Independiente
1966 CA Peñarol
1967 Racing Club de Avellaneda
1968 Estudiantes de La Plata
1969 Estudiantes de La Plata
1970 Estudiantes de La Plata
1971 Nacional
1972 CA Independiente
1973 CA Independiente
1974 CA Independiente
1975 CA Independiente
1976 Cruzeiro EC
1977 Boca Juniors
1978 Boca Juniors
1979 Club Olimpia
1980 Nacional
1981 Regatas do Flamengo
1982 CA Peñarol
1983 Grêmio Porto Alegre
1984 CA Independiente
1985 Argentinos Juniors
1986 River Plate
1987 CA Peñarol
1988 Nacional
1989 Atlético Nacional Nacional
1990 Club Olimpia Boca Juniors
1991 Colo Colo Club Olimpia
1992 São Paulo FC Atlético Mineiro Colo Colo
1993 São Paulo FC Botafogo FR São Paulo FC
1994 CA Vélez Sársfield São Paulo FC São Paulo FC
1995 Grêmio Porto Alegre CA Rosario Central CA Independiente
1996 River Plate CA Lanús Grêmio Porto Alegre
1997 Cruzeiro EC Atlético Mineiro CA Vélez Sársfield
1998 Regatas Vasco da Gama Santos FC
SE Palmeiras
Atlético Nacional
Cruzeiro EC
1999 SE Palmeiras Club Atlético Talleres
Regatas do Flamengo
América Cali
2000 Boca Juniors Regatas Vasco da Gama
Atlético Nacional
2001 Boca Juniors San Lorenzo
CD Los Millonarios
2002 Club Olimpia San Lorenzo
2003 Boca Juniors Cienciano de Cuzco Club Olimpia
2004 Once Caldas Boca Juniors Cienciano de Cuzco
2005 São Paulo FC Boca Juniors Boca Juniors
2006 SC Internacional CF Pachuca Boca Juniors
2007 Boca Juniors Arsenal Fútbol Club SC Internacional
2008 LDU Quito SC Internacional Boca Juniors
2009 Estudiantes de La Plata LDU Quito LDU Quito Santos FC
2010 SC Internacional CA Independiente LDU Quito Santos FC
2011 Santos FC Universidad de Chile SC Internacional São José EC
2012 SC Corinthians São Paulo Santos FC Colo-Colo
2013 Atlético Mineiro Lanús SC Corinthians São José EC
2014 San Lorenzo River Plate Atlético Mineiro São José EC
2015 River Plate Santa Fe River Plate Ferroviária
2016 Atlético Nacional Chapecoense[28] River Plate Sportivo Limpeño
2017 Grêmio Porto Alegre CA Independiente Atlético Nacional Audax
2018 River Plate Athletico Paranaense Grêmio Porto Alegre CD Atlético Huila
2019 Independiente del Valle River Plate

Compétitions intercontinentales[modifier | modifier le code]

Entre 1960 et 2004 le club vainqueur de la Copa Libertadores affrontait le vainqueur de la Ligue des champions lors de la Coupe intercontinentale. Les représentants de la CONMEBOL firent durant toutes ces années jeu égal avec les plus grands clubs européens. Le CA Boca Juniors dernier vainqueur sud-américain en 2003 permit à la CONMEBOL de compter une victoire de plus (23/45) que l'UEFA.

Une autre compétition du même genre était également organisée entre le champion de la CONCACAF et le club vainqueur de la Copa Libertadores. Celle-ci, la Copa Interamericana, a été dominée par les clubs du sud durant toute son existence (15/19).

Depuis la création de la Coupe du monde des clubs de la FIFA, les clubs de la CONMEBOL ont remporté les trois premières éditions et se hissent en général en finale, à l'exception des éditions 2010, 2013, 2016 et 2018 (éliminés par des représentants africains en demi-finales, le TP Mazembe et le Raja Club Athletic, en 2010 et 2013 respectivement; puis par des représentants asiatiques, Kashima Antlers et Al-Aïn, en 2016 et 2018 respectivement).

Le tableau suivant montre le parcours des représentants de la CONMEBOL à chaque édition de la Coupe du monde des clubs, classés selon leur position sur le podium :

Équipe
2000

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019
Total
SC Corinthians 1er 1er 2
SC Internacional 1er 3e 2
São Paulo FC 1er 1
River Plate 2e 3e 2
Regatas Vasco da Gama 2e 1
Boca Juniors 2e 1
LDU Quito 2e 1
Estudiantes de La Plata 2e 1
Santos FC 2e 1
San Lorenzo 2e 1
Grêmio Porto Alegre 2e 1
Atlético Mineiro 3e 1
Atlético Nacional 3e 1

Légende

  • 1er : Remporte la compétition
  • 2e : Termine deuxième de la compétition
  • 3e : Termine troisième de la compétition

Classement à l'IFFHS[modifier | modifier le code]

L'International Federation of Football History & Statistics (IFFHS) est un organisme indépendant de la FIFA qui publie ses propres classement statistiques. Les clubs argentins et brésiliens dominent les classements que l'IFFHS produit à l'échelle du continent, avec sept clubs classés parmi les dix premiers lors du classement 2008-2009. Parmi ces derniers, seuls deux, le Estudiantes de La Plata et le Cruzeiro ES sont pourtant classés dans les dix meilleurs mondiaux de la même période (8e et 9e). Même si la confédération sud-américaine place dix clubs dans les cinquante premiers, l'écart avec les clubs européens est devenu important.

CONMEBOL IFFHS[29] Club Points
1 8 Estudiantes de La Plata 243
2 9 Cruzeiro ES 235
3 13 Grêmio Porto Alegre 206
4 25 SE Palmeiras 181
5 27 LDU Quito 178
6 28 Universidad de Chile 177,5
7 37 Fluminense FC 166
8 47 Club Libertad 156
9 49 Nacional 154,5
10 50 São Paulo FC 153
11 52 San Lorenzo 152
12 55 Boca Juniors 151
13 58 Cerro Porteño 150
14 60 CA Lanús 148
15 63 CA Vélez Sársfield 144
16 70 Universitario de Deportes 138
17 75 SC Internacional 134
18 81 Defensor Sporting 132
19 83 CA Independiente 129,5
20 86 Caracas FC 127

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Argentine, FIFA.com.
  2. a b c et d « La Confédération sud-américaine », dans Mickaël Grall, Vincent Radureau, Le Football Pour les Nuls, First Editions (lire en ligne).
  3. Historique de la naissance à la création de la Copa America de Football, footforever.com.
  4. (es) « Montevideo Wanderers, se recuerdan 112 años del club de Héctor Rivadavia Gómez », sur comnebol.com, (consulté le 12 janvier 2015).
  5. (es) « Don Héctor Rivadavia, padre de la Copa América », sur cartasesfericas.wordpress.com, (consulté le 12 janvier 2015).
  6. Clément Daniez, « Fifa: Alfredo Hawit et Juan Angel Napout, vice-présidents suspendus 90 jours », sur lexpress.fr, (consulté le 5 décembre).
  7. « Corruption : première élection présidentielle en 30 ans à la CONMEBOL », sur L'Équipe.fr, (consulté le 13 décembre 2015).
  8. https://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Alejandro-dominguez-elu-president-de-la-conmebol/628392.
  9. « Figueredo succède à Leoz », sur L'Équipe.fr, (consulté le 1er mai 2013).
  10. (es) « Las asociaciones nacionales de la Conmebol. », Conmebol (consulté le 22 janvier 2015).
  11. (pt) « Conmebol anuncia convite a México e Jamaica para Copa América de 2015. », sur Globo.com (consulté le 22 janvier 2015).
  12. (pt) « Conmebol frustra organizadores da Copa América », sur Terra.com (consulté le 22 janvier 2015).
  13. (pt) « Sorteio da Copa América 2015 », sur Ca2015.com (consulté le 22 janvier 2015).
  14. (en) « NZ Football to stay in the Oceania confederation », sur stuff.co.nz, (consulté le 22 janvier 2015).
  15. Distinctions de l'association du Brésil sur le site de la FIFA.
  16. a et b Poule finale
  17. Distinctions de l'association d'Argentine sur le site de la FIFA.
  18. Distinctions de l'association d'Uruguay sur le site de la FIFA.
  19. Distinctions de l'association du Chili sur le site de la FIFA.
  20. Distinctions de l'association du Paraguay sur le site de la FIFA.
  21. Distinctions de l'association de la Colombie sur le site de la FIFA.
  22. Distinctions de l'association du Pérou sur le site de la FIFA.
  23. Distinctions de l'association de Bolivie sur le site de la FIFA.
  24. Distinctions de l'association de l'Equateur sur le site de la FIFA.
  25. Distinctions de l'association du Venezuela sur le site de la FIFA.
  26. FIFA, « Classement mondial », FIFA.com, (consulté le 25 juillet 2019).
  27. FIFA, « Classement mondial féminin de la FIFA », FIFA.com, (consulté le 25 juillet 2019).
  28. La CONMEBOL déclare officiellement le Chapecoense vainqueur de la Copa Sudamericana 2016 en hommage aux victimes de cette équipe brésilienne, décimée par le crash du vol 2933 de LaMia Airlines, la veille de la finale devant l'opposer à l'Atlético Nacional de Medellín.
  29. IFFHS, « Classement mondial des clubs par l'IFFHS: Top 350 (1 octobre 2008 - 30 septembre 2009) », IFFHS.de, (consulté le 6 octobre 2009).
  • Portail du football
  • Portail de l’Amérique