Cléopâtre V Tryphaena

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Cléopâtre V Tryphaena d'Égypte (en grec ancien : Κλεοπάτρα Τρύφαινα), décédée vers -69/-68 ou vers -57 est une reine ptolémaïque d’Égypte. Elle est la seule épouse sûrement attestée de Ptolémée XII. Son seul enfant sûrement connu est Bérénice IV, mais elle est très probablement aussi la mère de Cléopâtre VII.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

En raison du faible nombre de sources disponibles, Cléopâtre V n'est pas bien connue au sein de la dynastie ptolémaïque. Seuls quelques faits sont certains à son sujet, et de nombreux aspects de sa vie font l'objet de théories controversées[1]. Dans toutes les sources anciennes, elle est appelée Tryphaena. Elle a peut-être porté ce nom avant d'accéder au trône et d'adopter le nom royal traditionnel Cléopâtre[2]. Dans certaines histoires, Cléopâtre Tryphaena, épouse de Ptolémée XII est appelée Cléopâtre VI[3]. L'historien de l'Antiquité classique Werner Huß, l'appelle Cléopâtre VII Tryphaena[4].

On ne sait pas qui sont ses parents. Elle peut avoir été la fille, légitime ou illégitime, de Ptolémée IX [5][6] ou la fille légitime de Ptolémée X[7]. Il est mentionné qu'en -88, Ptolémée X Alexandre a fui l'Égypte avec sa femme Bérénice III et sa fille. Cléopâtre Tryphaena pourrait être cette derniere[8].

Cléopâtre V est mentionnée pour la première fois en -79 dans deux papyrus. L'un de ces papyrus date du 17 janvier 79[9]. En cette année, elle a épousé Ptolémée XII, roi d'Égypte. Ils sont honorés d'un culte divin en tant que theoí Philopátores kai Philádelphoi (dieux aimant leur père, et leur frère ou sœur)[10]. Les titres égyptiens de Cléopâtre, attestés principalement à Edfou et à Philæ, comprennent Fille de , souveraine et Maîtresse de deux terres[11].

Mort et identité[modifier | modifier le code]

On ne sait pas combien de temps Cléopâtre V a vécu, et quelles mentions de Cléopâtre Tryphaena dans les sources historiques peuvent lui être attribuées, car la numérotation utilisée pour distinguer les Ptolémées et leurs épouses est une invention moderne. Cléopâtre Tryphaena V disparaît des sources au moment de la naissance de Cléopâtre VII ; un papyrus de Ptolémée XII datant de -69 ne la mentionne pas alors qu'il devrait le faire si elle était toujours en vie[12].

Il semble que Cléopâtre soit décédée en -69 - elle est peut-être morte en couches ou elle a été assassinée. Si elle est vraiment décédée aussi tôt, alors la Cléopâtre Tryphaena qui est mentionnée après l'expulsion de Ptolémée XII - en tant que co-souveraine de l'Égypte (avec Bérénice IV) en -58 et -57, et est morte vers cinquante-sept ans, doit être sa fille, appelée par certains historiens Cléopâtre VI Tryphaena. C'est ce qui est également dit par Porphyre de Tyr[13],[14].

Toutefois, une inscription au temple d’Edfou datée du mentionne le nom de Cléopâtre Tryphaena aux côtés de Ptolémée XII (qui n'était cependant pas présent en Égypte à ce moment), ce qui ferait d'elle la femme du roi plutôt que sa fille mais serait peu probable si la femme de Ptolémée XII était vraiment morte douze ans plus tôt. Ainsi, certains historiens modernes[15], mais pas tous, considèrent que Cléopâtre V est la même personne que Cléopâtre VI Tryphaena, et ils la font vivre jusqu'en -57. Cela concorderait avec le récit de Strabon[16], selon qui Ptolémée XII n'a eu que trois filles, qui peuvent être identifiés de manière fiable comme Bérénice IV, Cléopâtre VII et Arsinoé IV, de sorte qu'il ne reste aucune place pour une Cléopâtre VI[14]. Werner Huss suppose que Cléopâtre V et Ptolémée XII se sont querellés en )69, que la reine a connu la disgrâce et qu'elle a été obligée d'abdiquer[17].

Cléopâtre V était probablement la mère de Cléopâtre VII[5],[18],[19],[20],[21],[22]. Michael Grant fait remarquer que Cléopâtre était vraisemblablement la mère de Cléopâtre VII, car, si Cléopâtre VII avait été illégitime, ses « nombreux ennemis romains l'auraient fait savoir[5] ».

La plupart des érudits s'accordent pour dire que Bérénice IV était la fille de Cléopâtre V. Une épouse différente de Ptolémée XII pourrait être la mère des frères et sœurs cadets de Cléopâtre VII, Arsinoé IV, Ptolémée XIII et Ptolémée XIV[23], mais Christopher Bennett pense que Cléopâtre V était la mère de tous les enfants connus de Ptolémée XII[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lloyd Llewellyn-Jones, « Cléopâtre VI Tryphaina » dans Roger S. Bagnall et al., Encyclopédie de l'histoire ancienne. Wiley-Blackwell, Malden (MA) 2013
  2. Christopher Bennett, Cleopatra V., note 1
  3. Aidan Mark Dodson et Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, Thames & Hudson, 2004, (ISBN 0-500-05128-3)
  4. Werner Huß, Ägypten in hellenistischer Zeit (Egypt in Hellenistic times), C. H. Beck, Munich 2001, (ISBN 3-406-47154-4), p. 674.
  5. a b et c Grant (1972), p. 4.
  6. Werner Huß, Ägypten dans Hellenistischer Zeit, p. 674-675 avec la note 16 (qui estime probable que Cléopâtre V était la propre sœur de Ptolémée XII).
  7. « Ptolemaic Dynasty – Cleopatra V Tryphaena », www.tyndalehouse.com
  8. Christopher Bennett, Cleopatra V., note 5.
  9. Friedrich Preisigke, Wilhelm Spiegelberg, Prinz Joachim-Ostraka. Nr. 1 (= Sammelbuch griechischer Urkunden aus Egypten (SB). Bd. 3, Nr. 6027).
  10. Whitehorne, p. 177-178, W. Huß, p. 674-675.
  11. Lloyd Llewellyn-Jones, « Cléopâtre VI Tryphaina » dans Roger S. Bagnall et al., L'Encyclopédie de l'histoire ancienne, vol. 3, p. 1569.
  12. Elle est mentionnée dans un monument daté d'août -69 (Wilhelm Dittenberger dans Orientis Graeci Inscriptiones Selectae (OGIS) Je 185.), Mais son nom est déjà manquant dans un dossier daté du Mois invalide (-69)(Christopher Bennett, Cleopatra V., note 11 ).
  13. Felix Jacoby, Fragmente der griechischen Historiker, no. 260 F 2, 14
  14. a et b Whitehorne, p. 182.
  15. Par exemple, W. Huß, Ägypten in hellenistischer Zeit. CH Beck, Munich 2001, p. 679.
  16. Geographica 17.1.11, p. 796.
  17. Werner Huß, Ägypten dans Hellenistischer Zeit, p. 679.
  18. Preston (2009), p. 22.
  19. Jones (2006), p. xiii.
  20. Schiff (2011), p. 28.
  21. Tyldesley (2008), p. 40, 235-236.
  22. Kleiner (2005), p. 22.
  23. Christoph Schäfer, Kleopatra, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt 2006, (ISBN 3-534-15418-5), p. 18.
  24. Christopher Bennett, Cleopatra V., notes 17 et 18.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michael Grant, (1972), Cleopatra, Edison, NJ, Barnes and Noble Books, p. 4, 5, (ISBN 978-0880297257).
  • Diana E. E. Kleiner, (2005), Cleopatra and Rome, Cambridge, MA, Belknap Press of Harvard University Press, (ISBN 9780674019058).
  • Diana Preston, (2009), Cleopatra and Antony, New York, Walker & Company, (ISBN 978-0802710598).
  • Prudence J. Jones, (2006), Cleopatra: a sourcebook, Norman, Oklahoma, University of Oklahoma Press, (ISBN 9780806137414).
  • Duane W. Roller, (2010), Cleopatra: a biography, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 9780195365535).
  • Stacy Schiff, (2011), Cleopatra: A Life, UK, Random House, (ISBN 978-0316001946).
  • Joyce Tyldesley, (2008), Cleopatra, Last Queen of Egypt, Profile Books Ltd
  • Whitehorne, John, Cleopatras, Routledge, (ISBN 0-415-05806-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’Égypte antique
  • Portail des femmes et du féminisme
  • Portail de la Grèce antique
  • Portail de la monarchie