Chronologie de La Rochelle

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Présentation chronologique, par date, d'évènements historiques marquants dans l'histoire de la ville de La Rochelle en France dans le département de la Charente-Maritime en région Poitou-Charentes.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • Un petit hameau appelé Cougnes, dont l’origine reste imprécise, est le quartier le plus ancien connu de la cité de La Rochelle.

IXe siècle[modifier | modifier le code]

  • IXe siècle : fondation de la cité Rupella (signifiant « petite roche », et qui deviendra « La Rochelle »), à la suite de l'extension de Cougnes.

Xe siècle[modifier | modifier le code]

XIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Aliénor d’Aquitaine, fille de Guillaume X, épouse le futur roi de France Louis VII, qui monte sur le trône cette même année. La Rochelle devient donc alliée du royaume de France, tout en restant rattachée au duché d’Aquitaine.

  • 1152 : Après l’annulation de son mariage avec Louis VII, Aliénor épouse Henri d’Anjou, futur roi Henri II d'Angleterre.
  • 1154 : Henri II est couronné roi, La Rochelle devient une province anglaise.
  • 1160 à 1170 : édification d'une nouvelle enceinte de protection autour de la ville et du château de Vauclair.
  • 1196 : l’armateur rochelais Alexandre Aufrédy envoie l'intégralité de sa flotte commerciale à l’aventure vers les côtes africaines, chargés de sel et de vin.
  • 1199 : renouvellement de la charte de commune par Aliénor d’Aquitaine, qui concède également à la ville des exonérations de taxes royales et que des pouvoirs politiques et judiciaires étendus. La ville est administrée par 24 échevins et 75 pairs qui élisent le premier maire de l’Histoire de France en la personne de Guillaume de Montmirail.

XIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIVe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1338 : La Rochelle bénéficie de lettres de sauvegarde l’autorisant à trafiquer librement avec toutes les possessions anglaises malgré la guerre entre les deux Couronnes.
  • 1360 : La Rochelle redevient une province anglaise à la suite de la signature du traité de Brétigny.
  •  : la bataille de La Rochelle marque le début du siège de La Rochelle.
  •  : les Rochelais chassent la garnison anglaise de leur ville grâce à une ruse du maire Jean Chaudrier.
  •  : La Rochelle accepte de revenir dans le Royaume de France après que le roi Charles V ait confirmé ses privilèges. Début de la destruction du château Vauclair, dont les pierres servent à édifier la muraille du Gabut.
  •  : Charles V confère un droit de noblesse héréditaire pour le maire, ses échevins et leurs successeurs, et crée également le gouvernement d'Aunis, distinct de la Saintonge.
  • 1375 : Fin des travaux de destruction partiel du Château Vauclair.
  • 1376 : la tour Saint-Nicolas, destinée à défendre la passe du port, est achevée.
  • 1384 : la tour de la Chaîne, édifiée sur l’autre rive, est achevée. L’accès au port est fermé au besoin par une imposante chaîne tendue entre les deux tours.
La tour de la Chaîne et la tour Saint-Nicolas

XVe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1422 : Le Dauphin Charles, futur Charles VII échappe miraculeusement à la mort lors de l’effondrement de la charpente d’une maison où se tient une réunion.
  • En 1472, le roi Louis XI confirma, par ses lettres patentes, les privilèges de la ville, en supposant la mort du duc de Guyenne, son frère[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Dès le début du XVIe siècle, les marchands rochelais rivalisèrent avec les marins bretons, basques et normands qui les avaient précédés, depuis la seconde moitié du XVe siècle, dans les pêcheries sur les bancs de morues de Terre-Neuve. Les armateurs rochelais s’intéressèrent aux entreprises de colonisation canadienne. De nombreux navires partaient chaque année du port de La Rochelle pour les bancs de Terre-Neuve, l’Acadie et le Canada. cette activité de pêcherie entraîna l’installation de petits comptoirs le long du St-Laurent[3].

  • 1530 : suppression du Corps de Ville, de la mairie élective et réduction du nombre d'échevins par Charles Chabot, seigneur de Jarnac et gouverneur de La Rochelle, qui œuvre à anéantir les privilèges de la ville.
  •  : Charles Chabot s’attribue un mandat de maire perpétuel. Des émeutes éclatent, réprimées par la violence et des exécutions publiques.
  •  : une tempête d’une ampleur encore jamais vu ravage la côte et submerge l’île de Ré.
  •  : extension de l’impôt de la gabelle à La Rochelle qui en était jusque-là exemptée par ses privilèges.
  • 1542 : de nouveaux troubles et émeutes éclatent, la population, se soulève et chasse Charles Chabot et sa garnison de la ville.
  •  : arrivée de François Ier.
  •  : François Ier rencontre les notables rochelais et pardonne finalement la ville en la maintenant dans ses privilèges.
  •  : Charles IX fait son entrée dans la ville, à l'occasion de son tour de France royal, et reçoit un accueil hostile de la part des habitants. En représailles, il réduit le Corps de Ville, destitue les officiers, et confie la ville au gouverneur Charles Chabot, précédemment chassé.
  • 1568 : le maire protestant François Pontard, nommé par Charles Chabot, soulève la ville contre les catholiques. Les églises sont détruites et 13 prêtres sont arrêtés, égorgés et jetés à la mer du haut de la tour de la Lanterne. La Rochelle se proclame république indépendante et calviniste, en adoptant officiellement les idées réformistes et en rejoignant le parti protestant.
  •  : publication à La Rochelle de la paix de Longjumeau, signée entre Charles IX et le prince de Condé le . Le gouverneur Chabot de Jarnac quitte la ville, furieux que le roi ait rendu la mairie de nouveau élective.
  •  : arrivée de Jeanne d'Albret avec son fils, Henri de Navarre.
  •  : à la suite de la signature de paix de Saint-Germain-en-Laye, La Rochelle est l'une des quatre places fortes protestantes et devient le « Boulevard de la Réforme ». Tenue du second synode protestant, présidé par Théodore de Bèze, au cours duquel le texte fondateur de l’Église réformée de France est rédigé.
  •  : Jeanne d’Albret quitte La Rochelle pour revenir sur ses terres.
  •  : à la suite du massacre de la Saint-Barthélemy, François de La Noue est chargé par le roi Charles IX d'une mission de conciliation entre les habitants de La Rochelle et le pouvoir royal. Les rochelais ulcérés refusent toute négociation, et François de la Noue démissionne de ses engagements royaux pour organiser la défense de la ville.
  •  : La Rochelle refuse de recevoir le gouverneur royal Armand de Gontaut-Biron et sa garnison.
  •  : le duc d'Anjou, frère du roi et futur Henri III, incite François de La Noue à se rendre dans des conditions favorables, tout en exigeant une reddition sous trois jours. Les rochelais refusent et accusent François de la Noue de traîtrise. Ce dernier quitte la ville pour assister en tant que spectateur à la suite des évènements.
  •  : début siège de La Rochelle.
  •  : signature de la paix de La Rochelle et abandon du siège à la suite d'une écrasante victoire rochelaise.
  • 1574 à 1578 : François de La Noue occupe la fonction de général de La Rochelle.
  • 1585 : la ville est frappée par une épidémie de peste qui ravage le continent européen.
  • 1590 : édification d'une nouvelle enceinte plus fortifiée que la précédente et baptisée « enceinte huguenote » ou « enceinte Henri IV ».
  • 1596 à 1612 : édification de six grands bastion royaux.
  • Nuit du au  : une importante vague de froid gèle les vignes sur pieds et fait perdre plus de la moitié de la récolte.

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1602 et 1604 : la population rochelaise est décimée par de nouvelles épidémies de peste.
  •  : un orage de grêle bombarde La Rochelle de grêlons gros comme le poing.
  •  : le Corps de Ville entérine une charte dont les 29 articles édifient l’administration de la ville. Les Rochelais s’insurgent contre Jean Louis de Nogaret de La Valette, Duc d'Épernon, et représentant du roi.
  •  : La Rochelle proclame son indépendance, et la constitution d’un « État protestant » est établie.
  •  : le roi Louis XIII confie au duc d’Épernon le soin d’investir la ville.
  •  : à la tête d’une flotte de 22 navires, Jean Guiton défait les 40 navires royalistes, commandés par Isaac de Razilly, et venus faire le blocus de la ville.
  •  : Isaac de Razilly reçoit 5 navires en renfort du gouverneur de Brouage, mais essuie un nouvel échec, et est chassé des eaux rochelaises.
  •  : la flotte rochelaise défait la flotte royaliste à Brouage, capturant deux navires royalistes.
  •  : duc de Guise emmène une flotte largement supérieure en nombre et en armement à l’encontre de la flotte rochelaise. Les combats sont furieux, et durent plusieurs jours, durant lesquels la flotte rochelaise montre sa supériorité. Mais surpassée par le nombre et l’armement des navires adverses, la flotte rochelaise est gravement endommagée et affaiblie.
  •  : la signature de la paix de Montpellier, alors même que la flotte rochelaise était sur le point d'être finalement défaite, entraîne la fin du siège. La ville est qualifiée de « ville imprenable ».
  •  : Richelieu lance la construction d’une circonvallation de 12 km autour de La Rochelle, armée de 11 forts et 18 redoutes, dont le Fort-Louis et le Fort de Marillac, placés de part et d’autre de la baie de La Rochelle.
  •  : signature de paix de La Rochelle, qui renouvelle la paix de Montpellier.
  • 1627 : le cardinal de Richelieu, qui entend bien soumettre la ville et retirer au parti huguenot ses privilèges, refuse d’honorer les engagements royaux et accroît la pression sur la ville.
  •  : l’amiral George Villiers de Buckingham appareille de Portsmouth à la tête d’une flotte qui compte près de 110 vaisseaux et 16 000 hommes, avec l’intention de faire respecter par le roi de France ses engagements. Richelieu se saisit du prétexte pour déployer 20 000 hommes autour de la ville et faire fortifier les îles de Ré et Oléron.
  •  : les Rochelais découvrent que les troupes royales sont en train de creuser des tranchées jusqu’aux fortifications de la ville et les accueillent à coups de canons. Les artilleurs du Fort-Louis répliquent, marquant le début du Grand Siège de La Rochelle.
  •  : après avoir été chassée de l'île de Ré, la flotte anglaise est défaite en mer dans la flotte française commandée par l’amiral italien Marino Torre, et le duc de Buckingham rentre sans gloire en Angleterre. Le roi nomme le cardinal de Richelieu lieutenant général des armées, et lui octroie les pleins pouvoirs pour mener à son terme le siège de La Rochelle.
  •  : construction de la digue de Richelieu, pour fermer le chenal du port de La Rochelle.
  •  : arrivée dans le pertuis Rochelais d'une nouvelle flotte anglaise d’une centaine de vaisseaux, commandée par le Comte de Lindsey.
  •  : la flotte anglaise engage la flotte royale française à plusieurs reprises et durant plusieurs jours.
  •  : le Comte de Lindsey engage des pourparlers avec Richelieu et négocie un sauf-conduit pour Lord Montaigu.
  •  : la ville affamée capitule de manière inconditionnelle, sur les 28 000 habitants que comptait la ville avant le siège, il ne reste plus que 5 500 survivants.
  •  : Richelieu entre dans La Rochelle, et fait enterrer les morts.
  •  : Louis XIII arrive à La Rochelle et est ému par l’état lamentable des rochelais.
  •  : la flotte anglaise lève enfin les voiles et apporte la nouvelle en Angleterre.
  •  : une forte tempête ravage la côte et détruit la digue de Richelieu en plusieurs endroits.
  •  : la paix d’Alès s'impose à La Rochelle, la mairie est supprimée, la ville perd ses privilèges, et le roi ordonne la destruction de toutes les fortifications, à l’exception des tours et remparts du front de mer.
  • Années 1630 : la ville inaugure des relations régulières avec la Nouvelle-France (Canada et Antilles).
  •  : transfert du siège épiscopal de Maillezais à La Rochelle et création de l’évêché de La Rochelle.
  • 1649 : Louis de Foucault de Saint-Germain Beaupré, gouverneur royal de l’Aunis se range du côté des frondeurs et fait fortifier les tours.
  • 1651 : Louis de Foucault de Saint-Germain Beaupré s'enfuit rejoindre le prince de Condé à Bordeaux à l'arrivée des troupes du roi Louis XIV menées par Henri de Lorraine, comte d’Harcourt. Louis de Madaillan, comte d'Estissac, ouvre le feu au canon sur les tours et les fait miner pour en déloger les troupes rochelaises qui s'y étaient réfugié.
  •  : les troupes rochelaises se rendent.
  • 1666 : à la suite de la création par Colbert de l'arsenal de Rochefort, La Rochelle devient port de commerce uniquement : nouvel essor de la ville avec le commerce triangulaire (Antilles, Indes, Cayenne & Canada).
  • 1685 : révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV, entraînant l’émigration de nombreux Huguenots, dont plus de la moitié du trafic colonial vers la Nouvelle-France passera par le port de La Rochelle entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle.
  • 1694 : le commerce de fourrures du Canada et de sucre des Antilles s’épanouit, et le rayonnement artistique de La Rochelle s’intensifie.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’histoire
  • Portail de la Charente-Maritime