Christiane Klapisch-Zuber

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Klapisch et Zuber.
Christiane Klapisch-Zuber
Biographie
Naissance
(82 ans)
Thann
Nom de naissance
Christiane Zuber
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinctions
Liste détaillée
Officier des Palmes académiques
Médaille de bronze du CNRS ()
Prix Monseigneur-Marcel ()
Paul Oskar Kristeller Lifetime Achievement Award (d) ()
Docteur honoris causa ()

Christiane Klapisch-Zuber, née en 1936 à Thann (Haut-Rhin), est une historienne française, directrice d’études honoraire à l'École des hautes études en sciences sociales et spécialiste d'histoire sociale et d'histoire de la famille[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Christiane Klapisch-Zuber est issue d'une famille protestante, alsacienne et gasconne, installée à Chantilly en 1939[2]. Son arrière-grand-père est le peintre Henri Zuber[2]. Elle a été mariée au physicien Robert Klapisch avec qui elle a eu une fille, Marianne, en 1969[3].

Élève au lycée Lamartine puis en classes préparatoires littéraires au lycée Janson-de-Sailly, elle est reçue à l'École normale supérieure de Sèvres (1955-1960). Agrégée d'histoire et géographie (1959)[4], elle réalise un DES d'histoire sous la direction de Charles-Edmond Perrin[2]. Durant la guerre d'Algérie, elle milite pour le FLN après sa rencontre avec l'élève algérienne Assia Djebar à l'École normale supérieure[3]. Elle est arrêtée en 1961 alors qu'elle a prêté sa chambre durant une nuit à un responsable algérien du FLN[5]. Elle reste emprisonnée durant dix mois à la prison de la petite Roquette[5],[6]. Nommée professeure d'histoire au lycée de Compiègne, elle ne peut pas rejoindre son poste et n'est donc pas intégrée dans l'Éducation nationale[5].

Libérée, puis amnistiée sans avoir été condamnée ou innocentée[3], elle devient secrétaire de l'avocat du FLN Mourad Oussedik[5]. De 1962 à 1969, elle est chef de travaux à l'École pratique des hautes études (VIe section)[7], où Robert Philippe et Jacques Le Goff lui ont fait rencontrer Fernand Braudel[5]. Elle soutient en 1966 une thèse de 3e cycle en histoire, intitulée Carrare et ses marbres[8], sous la direction de Jacques Le Goff, à l'École pratique des hautes études (VIe section)[9], publiée sous le titre Les maîtres du marbre. Carrare 1300-1600 (1969). Elle y est ensuite maître-assistante puis maîtresse de conférences de 1969 à 1981, puis elle est nommée directrice d'études en 1981. Elle devient directrice d'études honoraire et membre associée du Centre de recherches historiques (EHESS) en 2002[9].

Activités scientifiques et éditoriales[modifier | modifier le code]

Christiane Klapisch-Zuber est spécialiste de l'histoire de l'Italie pré-moderne, de la fin du Moyen Âge à la Renaissance. Elle mène ses premières recherches sur l'extraction du marbre de Carrare en Italie médiévale, à laquelle elle a consacré sa thèse, puis s'oriente vers des recherches en histoire démographique et histoire de la famille à Florence, à la fin du Moyen Âge, étudiant plus spécialement des questions liées à la fécondité, la nuptialité et la mortalité, ainsi qu'à la formation des femmes, à la transmission de leur patrimoine et de leurs valeurs culturelles[10].

Elle est membre du comité de rédaction de la revue Clio. Femmes, genre, histoire depuis sa création[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les maîtres du marbre. Carrare : 1300-1600, Paris : SEVPEN, 1969.
  • Les Toscans et leurs familles. Une étude du Catasto Florentin de 1427, avec David Herlihy, Paris, FNSP/EHESS, 1978, 702 p.
  • (co-dir) Madame ou mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine XVIIIe – XXe siècles, avec Arlette Farge, Paris, Montalba, 1984[14].
  • (co-dir.) avec Alain Burguière et al.
    • Histoire de la famille. t. 1, Mondes lointains, mondes anciens, Paris, Armand Colin, 1986.
    • Histoire de la famille. t. 2, Le choc des modernités, Paris, Armand Colin, 1986.
  • La maison et le nom : stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, EHESS, 1990.
  • L'ombre des ancêtres : essai sur l'imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000.
  • (dir.) Histoire des femmes en Occident, t. 2 : Le Moyen Âge, Perrin, 2002.
  • Retour à la cité : les magnats de Florence, 1340-1440, Paris, EHESS, 2006.
  • Le corps, la famille et l'État. Hommage à André Burguière, co-direction avec M. Cottias et L. Downs, 2010.
  • Le Voleur de paradis. Le bon larron dans l'art et la société, (XIVe – XVIe siècles), Paris, Alma, 2015 (ISBN 978-2-36279-160-4).

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Le salariat dans l'artisanat parisien aux XIIIe-XVe siècles : étude sur le marché de la main-d’œuvre au Moyen Âge, Bronislaw Geremek, traduit du polonais par Anna Posner et Christiane Klapisch-Zuber, Paris ; La Haye : Mouton & Co, 1968 [1962].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Christiane Klapisch-Zuber - France Culture », sur www.franceculture.fr (consulté le 9 janvier 2016)
  2. a b et c Lett 2017.
  3. a b et c Igounet 2015.
  4. Service d’histoire de l’éducation, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr, [lire en ligne].
  5. a b c d et e Zancarini-Fournel 2014.
  6. Conférence, Institut Émilie du Châtelet (2012).
  7. Page sur le Centre de recherches historiques-EHESS, consultée en ligne le 9 janvier 2015.
  8. Thèse de 3e cycle, notice du Sudoc.
  9. a b et c « Christiane Klapisch-Zuber », sur crh.ehess.fr (consulté le 9 janvier 2016)
  10. Présentation, conférence à l'Institut Émilie du Châtelet, 10 mars 2012.
  11. Comité de rédaction de la revue Clio, page consultée en ligne le 9 janvier 2015.
  12. http://www.academie-francaise.fr/christiane-klapisch-zuber.
  13. Page du Paul Oskar Kristeller Lifetime Achievement Award.
  14. (Compte rendu) Jacques Dupâquier, « Arlette Farge et Christiane Klapisch-Zuber. Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine, XVIIIe-XXe siècle, 1984 », Annales de démographie historique, 1985. « Vieillir autrefois ». p. 417-419, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (Mélanges) La famille, les femmes et le quotidien, XIVe – XVIIIe siècle. Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber et rassemblés par Isabelle Chabot, Jérôme Hayez et Didier Lett, Éditions de la Sorbonne, 2006 (ISBN 978-2-85944-539-3).
  • (Document audiovisuel) Conférence de Christiane Klapisch, Institut Émilie-du-Châtelet, cycle « Quarante ans de recherche sur les femmes, le sexe et le genre », 77 min, en ligne.
  • Michelle Zancarini-Fournel, « Entretien avec Christiane Klapisch-Zuber - Une communauté de femmes en prison pendant la guerre d’Algérie », Clio. Femmes, genre, histoire, no 39,‎ , p. 219-232 (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2018).
  • Valérie Igounet, « Christiane Klapisch-Zuber au côté des brigands », L'Histoire, no 418,‎ , p. 28-29 (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2018).
  • Didier Lett et Christiane Klapisch-Zuber, « Entretien avec Christiane Klapisch-Zuber », Genre & Histoire, no 19,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juin 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de l'historiographie
  • Portail de la France