Charles Antoine Mansord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charles Antoine Mansord
Fonctions
Député au Corps législatif
Mont-Blanc
-
Député
Conseil des Cinq-Cents et Mont-Blanc
-
Maire
Chambéry
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Chambéry
Activités

Charles Antoine Mansord, né le à Chambéry et mort le à Chambéry, est un jurisconsulte et un homme politique français du Premier Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Charles Antoine Mansord naît le à Chambéry, selon le registre des baptêmes, conservé aux Archives départementales de la Savoie[1],[2], capitale historique du duché de Savoie. Les historiens donnaient Villard-sur-Doron, dans le Beaufortain[3],[4],[5], Jules Philippe, dans son Manuel biographique de la Haute-Savoie et de la Savoie (1883), précisant « On doit supposer, jusqu'à plus exact renseignement, qu'il est né dans cette commune en 1756, qui est bien l'année de sa naissance. [...] On trouve sur les registres de baptême [...] un Mansord né en 1756, mais il porte le seul prénom de Joseph ; il est possible, étant données les erreurs fréquentes observées sur les registres de cette époque, qu'on ait omis les prénoms de Charles-Antoine »[4].

Il effectue des études de droits.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il devient avocat au barreau de Chambéry en 1780[5], puis membre du Sénat de Savoie[3], au moment où le duché de Savoie est annexé à la France en 1792.

Il est conseiller de la ville de Chambéry en 1787 puis syndic-avocat en 1791[5]. Il est second syndic pour la ville de Chambéry, en 1792[3]. Francophile, c'est lui qui remet les clefs de la ville, le , au général Montesquiou et aux troupes révolutionnaires françaises[3]. Il déclare à cette occasion « Nous ne sommes pas un peuple conquis, mais un peuple libéré »[3],[6].

Il est nommé rapidement maire de Chambéry, mandant qu'il occupe de 1792 à 1795[2],[3]. Il est élu député, pour le département du Mont-Blanc, au Conseil des Cinq-Cents[2],[3]. Il y siège du au [2],[3], chez les Modérés. Il s'oppose notamment à la division de la Savoie en deux départements[3], s'opposant ainsi à la création du département du Léman[5]. Il est favorable à la création d'une école centrale à Chambéry[5]. Il est par ailleurs contre la restitution des biens aux émigrés ou encore contre le partage des biens communaux[5].

Il est un partisan favorable du coup d'État du 18 Brumaire[2]. Il est choisi par le Sénat conservateur pour siéger comme député du Mont-Blanc, au Corps législatif, du au [2],[3].

Il revient à Chambéry où il défend notamment les pauvres[2],[3]. En 1808, il est nommé juge à la cour criminelle du Mont-blanc[2],[3]. Lorsque le duché de Savoie est rendue au royaume de Sardaigne, il perd ses fonctions et redevient avocat au Sénat de Savoie[2],[3].

Il rédige plusieurs traités de droit[3], dont un Traité du droit d'aubaine et des étrangers en Savoie (1819)[2].

Charles Antoine Mansord meurt le . Là encore les lieux différents d'après les références, entre Chambéry, d'après le registre des sépultures, conservé aux Archives départementales de la Savoie[7], tandis que certains historiens, dont Garin, ont pu donner Cruet[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Acte de baptême de Charles Antoine Mansord (vue 301/399, page de droite) du registre des baptêmes de la paroisse Saint-Léger de la commune de Chambéry », sur Archives départementales de la Savoie, (consulté le 9 février 2019)
  2. a b c d e f g h i et j Base Sycomore (voir ci-dessus)
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o Chanoine Joseph Garin, Le Beaufortain : une belle vallée de Savoie : guide historique et touristique illustre, La Fontaine de Siloé (réimpr. 1996) (1re éd. 1939), 287 p. (ISBN 2-84206-020-2, lire en ligne), p. 81.
  4. a et b Jules Philippe, Manuel biographique de la Haute-Savoie et de la Savoie, J. Dépollier, Annecy, 1883, 123 pages, p. 103-104 (lire en ligne).
  5. a b c d e et f Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret, "Grands notables du Premier Empire: notices de biographie sociale, Volume 2", Centre national de la recherche scientifique, 1978, 179 pages, p. 33.
  6. Victor Flour de Saint-Genis, Histoire de Savoie d'après les documents originaux depuis les origines les plus reculées jusqu'à l'annexion. La révolution (1713 à 1860), Bonne, Conte-Grand et Ce, tome 3, 1869, p. 139 (lire en ligne).
  7. « Acte de sépulture de Charles Mansord (vue 80/148, page de droite, avant-dernier nom) du registre des sépultures de la paroisse Saint-François de Sales de la commune de Chambéry », sur Archives départementales de la Savoie, (consulté le 9 février 2019) - Note. Décédé le 10 janvier 1832 et inhumé le lendemain.
  • Portail du droit
  • Portail de la politique française
  • Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire
  • Portail de l'histoire de la Savoie