Charles Alston (peintre)

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Charles Alston et Alston.
Charles Alston
Charles Alston en 1939
Naissance
Décès
(à 69 ans)
New York
Nationalité
Activités
Formation
Mouvement
Conjoint
Myra Adele Logan (en)
Site web

Charles Henry Alston ( - ) est un peintre, sculpteur, muraliste, illustrateur et enseignant afro-américain, l'un des premiers « hommes de couleur » reconnu comme artiste contemporain aux États-Unis dans les années 1950 et une des figures du mouvement culturel afro-américain dit Renaissance de Harlem.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles Henry Alston[1] est né le à Charlotte en Caroline du Nord[2], il est le fils du Révèrend Primus Priss Alston, né esclave, est ministre épiscopalien[3] et d'Anna Elizabeth Miller Alston. Après la mort de son père en 1910, sa mère épouse Harry Bearden, l'oncle de l'artiste Romare Bearden, puis en 1915, la famille emménage à New York[4].

Pendant son adolescence peint et sculpte dans un style réaliste[5].

Après ses études secondaires à la DeWitt Clinton High School (en)[6], ayant obtenu une bourse d'Arthur Wesley Dow, il peut se présenter à l'université Columbia de New York, il y est admis en 1925 pour y étudier l'art et l'histoire de l'art, il y obtient son Bachelor of Arts en 1929[7].

Durant ses études, il rencontre le philosophe afro-américain Alain Locke, de leurs échanges naîtront son intérêt pour les diverses formes esthétiques africaines[1]

Il passe avec succès le Master of Fine arts (mastère 2 de beaux-arts) au Teachers College, Columbia University (en)(équivalent de nos écoles normales supérieures) en 1931.

Pendant ses études universitaires, Charles enseigne à l'Utopia Children’s House de Harlem où il deviendra le mentor du peintre Jacob Lawrence.

Vers 1930, pendant la Grande Dépression, il commence sa carrière en produisant des illustrations pour des couvertures de livres ou de disques et des magazines renommés (Fortune, Collier's, Mademoiselle et Men's Wear)[8]. Mais conscient qu'il dévalorise son talent dans ces activités, il se consacre aussi à sa propre production artistique.

En 1934, il fonde le Harlem Art Workshop qui deviendra en 1938 le Harlem Community Art Center (en)[9] qu'il cofonde et anime avec Augusta Savage, Gwendolyn Bennett, James Lesesne Wells (en), différents artistes afro-américains y sont formés Henry Bannarn (en), Romare Bearden, Selma Burke (en), Ernest Crichlow (en), Aaron Douglas, Elton Fax (en), Sargent Johnson, William Johnson (artist) (en), Langston Hughes, Ronald Joseph (artist) (en), Robert Blackburn (artist) (en), Jacob Lawrence, Norman Lewis (artist) (en), Claude McKay, etc.

Le Federal Art Project[10], branche de la Work Projects Administration (WPA), lui commande des peintures murales pour l’hôpital de Harlem, plus tard il réalisera des peintures murales pour le Musée américain d'histoire naturelle, l'Abraham Lincoln High School (Brooklyn) (en) [11].

Pendant qu'il travaille pour l’hôpital de Harlem, il fait la connaissance de la Docteur Myra Adele Logan, interne de l'hôpital, ils se marient en 1944[12].

Bande dessinée de Charles Alston sur la vie du Dr. Drew (source : National U.S. Archives).

Alston a subi l'influence des muralistes mexicains[13] tels que José Clemente Orozco, Diego Rivera, et David Alfaro Siqueiros, qui se servaient des peintures murales comme outil d'éveil social.

Durant la guerre, Alston est employé au Bureau de la propagande de guerre[14] ; il y crée des dessins[15], [16] utilisés dans plus de 200 journaux afro-américains pour encourager les Noirs à aller combattre[17].

En 1950, lors de la première exposition d'art contemporain organisée par le Metropolitan Museum of Art, il est l'un des rares, parmi les 4 000 exposants, à réussir à vendre des tableaux ; cette année-là, il devient aussi le premier Afro-Américain nommé enseignant à l'"Art Students League".

Au milieu des années 1950, le Metropolitan Museum of Art, le Whitney Museum of American Art, le Butler Institute of Art et la société IBM accueillent certains de ses travaux dans leurs expositions permanentes. Il réalise également des décorations murales pour l'American Museum of Natural History et l'Abraham Lincoln High School de Brooklyn. En 1969, il est nommé « membre peintre » de la "New York City Art Commission" qui approuve les travaux d'arts commandés par la ville ainsi que le style des constructions nouvelles. Là encore, il fut le premier Afro-Américain à exercer cette fonction.

En 1970, une association de diverses églises de New York lui commande une sculpture en bronze de Martin Luther King. Cette sculpture est exposée à la Maison-Blanche en 1990, c'est la première œuvre d'art d'un Afro-américain à être exposée ainsi[4].

Il meurt d'un cancer le 27 avril 1977. Ce qu'on a écrit sur lui depuis, est d’insister sur sa place dans l'art du XXe siècle, son rôle de promoteur de la culture afro-américaine et l'importance qu'il donnait à la place de l'artiste dans la société. Il avait résumé cela lui-même : « L'art est la poursuite de la vérité telle qu'un artiste la perçoit. Il peut également être une arme puissante et efficace dans la lutte pour la dignité humaine »[18].

Les archives de Charles Henry Alston sont déposées à l'University of North Carolina at Chapel Hill[19] et numérisées au Archives of American Art du Smithsonian[20].

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Affiche d'Alston pour la propagande de guerre montrant Félix Éboué

Charles Alston a peint des thèmes tirés de l'expérience de sa vie personnelle.

Il a eu des styles variés dénotant des influences tant des arts océaniques et de l'art de l'Égypte antique que de l'expressionnisme, du cubisme, ou de l'expressionnisme abstrait.

Mais, dans toute sa production, la représentation des personnes reflète surtout l'influence primordiale qu'a eue sur lui la sculpture africaine qu'il avait étudiée avec intérêt dès sa jeunesse.

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Sculptures[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Romare Bearden et Harry Henderson, History of African-American Artists: From 1792 to the Present, éd. Pantheon, 1993
  • Alvia J. Wardlaw, Charles Alston, éd. Pomegranate, 2007

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) « Alston, Charles Henry 1907–1977 | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 12 juillet 2019)
  2. (en-US) « Charles H. Alston », sur Britannica Kids (consulté le 12 juillet 2019)
  3. (en) Aberjhani et Sandra L. West, Encyclopedia of the Harlem Renaissance, Infobase Publishing, (ISBN 9781438130170, lire en ligne)
  4. a et b (en-US) « Who was Charles Alston? Everything You Need to Know », sur www.thefamouspeople.com (consulté le 12 juillet 2019)
  5. (en-US) « Selected Works - Charles Alston (1907-1977) - Artists - Michael Rosenfeld Art », sur www.michaelrosenfeldart.com (consulté le 13 juillet 2019)
  6. (en) « Charles Alston, Harlem renaissance artist and teacher », sur African American Registry (consulté le 12 juillet 2019)
  7. (en-US) « Charles H. Alston | Columbia Celebrates Black History and Culture », sur blackhistory.news.columbia.edu (consulté le 12 juillet 2019)
  8. (en) « Charles Alston Biography », sur www.dropbears.com (consulté le 13 juillet 2019)
  9. (en-US) Robert Blackburn et Ernest Crichlow, « Milieu: The Harlem Community Art Center and the WPA - Creative Space: Fifty Years of Robert Blackburn's Printmaking Workshop | Exhibitions - Library of Congress », sur www.loc.gov, (consulté le 13 juillet 2019)
  10. (en) « WPA Federal Art Project | United States history », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 12 juillet 2019)
  11. (en-US) jessiekratz, « The drawings of Charles Alston », sur Pieces of History, (consulté le 12 juillet 2019)
  12. (en-US) Harlem World Magazine, « The Harlem "Genius" Charles Alston New York 1900's », sur Harlem World Magazine, (consulté le 13 juillet 2019)
  13. (en-US) Jim Lane, « Art Now and Then: Charles Alston », sur Art Now and Then, (consulté le 13 juillet 2019)
  14. Office of War Information and Public Relations
  15. (en) Rebecca Onion, « Biographical Cartoons of Notable Black Americans, Drawn to Promote Unity During WWII », sur Slate Magazine, (consulté le 13 juillet 2019)
  16. (en) « Blog Archives », sur The Historian in the Garden (consulté le 13 juillet 2019)
  17. (en) « Charles H. Alston », Images, AAGE (consulté le 9 avril 2010)
  18. « Art is the pursuit of truth as an artist perceives it. It can also be a powerful and effective weapon in the struggle for human decency. » [1]
  19. (en-US) « Charles Henry Alston Papers, 1930s-1990s (bulk 1930s-1970s) », sur finding-aids.lib.unc.edu (consulté le 12 juillet 2019)
  20. (en-US) « A Finding Aid to the Charles Henry Alston papers, 1924-1980 | Digitized Collection », sur www.aaa.si.edu (consulté le 13 juillet 2019)
  21. (en) « Portrait of a Woman by Charles HenryAlston », sur www.artnet.com (consulté le 13 juillet 2019)
  22. (en-US) « Charles Alston, Stud Poker », sur www.metmuseum.org (consulté le 13 juillet 2019)
  23. (en-US) « Charles Henry Alston ( 1907-1977) », sur Vallarino Fine Art (consulté le 13 juillet 2019)
  24. (en) « "Dancers" by Charles Henry Alston », sur Jonathan Boos (consulté le 13 juillet 2019)
  25. (en-US) « Charles Henry Alston », sur whitney.org (consulté le 13 juillet 2019)
  26. (en-US) « Oh Freedom! Charles Henry Alston », sur Smithsonian American Art Museum (consulté le 13 juillet 2019)
  27. (en-US) « Bodies: Charles Henry Alston, "Walking" (1958) », sur Bodies: A Digital Companion (consulté le 13 juillet 2019)
  28. (en) « Charles Alston | Head of a Man (1937) | Artsy », sur www.artsy.net (consulté le 13 juillet 2019)
  29. (en-US) Roger Catlin, « A Rare and Important Sculpture of Martin Luther King », sur Smithsonian (consulté le 13 juillet 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]



  • Portail de l’histoire de l’art
  • Portail des Afro-Américains
  • Portail de la sculpture
  • Portail de la peinture
  • Portail de la Caroline du Nord