Champignon aquatique

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Microchampignon aquatique Clavariopsis aquatica

Les champignons aquatiques (ou champignons amphibies), qui forment l'hydromycoflore[1], constituent un groupe écologique plutôt que taxonomique[2]. Sauf très rares exceptions, ils sont microscopiques et unicellulaires, et encore relativement mal connus bien que largement répandus. D'abord détectés par des études biomoléculaires sur les microeucaryotes aquatiques[3], on les a retrouvés jusque dans les grands fonds marins, dans les systèmes hydrothermaux profonds [4].

Enjeux[modifier | modifier le code]

Dans les écosystèmes marins et d'eau douce ils ont un rôle écologique important car ils sont les principaux décomposeurs des éléments ligneux et herbacés grâce à leur capacité à dégrader la lignocellulose et ils contribuent à la décomposition d'animaux morts et d'excréments animaux. Les services écosystémiques globaux qu'ils fournissent sont néanmoins encore mal appréhendés[2].

Certains microchampignons aquatiques sont des pathogènes importants de végétaux et d'animaux (y compris en mer[2]). D'autres ou les mêmes ont développé des relations symbiotiques avec d'autres organismes marins ou d'eau douce.

Éléments de définition[modifier | modifier le code]

Ce sont des organismes capables d'effectuer tout leur cycle de développement sous l'eau (eau douce, saumâtre ou marine selon les espèces) ou à l'intérieur ou extérieur d'organismes aquatiques vivants qu’ils parasitent ou avec lesquels parfois ils entretiennent une relation symbiotique étroite (Mycophycobiose). Ji N.Y & Wang B.G en 2016 parlent de champignons « alguicoles » (algicolous pour les anglophones)[5] pour désigner les champignons qui développent une symbiose en vivant à l'intérieur d'une algue.

Classification[modifier | modifier le code]

Ils étaient autrefois classés parmi les « végétaux inférieurs »[6] et/ou comme « champignons imparfaits » (Fungi imperfecti). Ce sont des « champignons » (hyphomycètes[7] et ascomycètes[2] principalement) ayant des origines phylogénétiques diverses, ne formant donc pas un groupe ou taxon unique et cohérent[8]. Ils sont aujourd'hui inventoriés et étudiés par l'« hydromycologie »[9] et en mer dans le cadre de la « mycologie marine ». À ce jour leurs fonctions dans les écosystèmes et les services écosystémiques qu'ils fournissent sont encore mal cernées, hormis pour quelques espèces pathogènes ou utiles mieux étudiées. Ils jouent un rôle important dans les écosystèmes, pour le cycle du carbone ainsi que dans certaines maladies.

Il existe peut-être plusieurs millions d'espèces microscopiques, ainsi que quelques espèces de lichens aquatiques[10]). Inversement, au sein des « macromycètes » (autrefois aussi dits « champignons supérieurs ») seules deux espèces (rares et non apparentées) ont été à ce jour identifiées comme étant partiellement ou peut-être totalement aquatiques :

  1. Psathyrella aquatica, découvert en 2005 et scientifiquement décrit en 2010 ; c'est la seule espèce connue de champignon aquatique à lamelle qui ne semble vivre que sous l'eau ou dans l'eau. Elle est étudiée pour son intriguant cycle subaquatique de développement et de reproduction [11].
  2. L'autre espèce, très différente, n'a été décrite qu'en 2014 (par J.L Frank [12]). Trouvé dans les Cascade Mountains en Oregon, c'est un Pezize (champignons en forme de coupe, sans lamelles), nommée Peziza oliviae ; Il a été trouvé sur du bois-mort submergé, mais aussi près de l’eau courante, sur des substrats détrempés.

Ces deux espèces dégradent du bois-mort immergé ou peut-être d'autres sources riches en cellulose ou lignine. Elles ont rarement été observées, et toujours en eau douce. En régression dans les contextes anthropisés, elles pourraient avoir une valeur bioindicatrice[13].

Généralités (caractéristiques, spécificités)[modifier | modifier le code]

La micro-fonge subaquatique est très discrète et presque toujours invisible à l'œil nu (car souvent microscopique et non-pigmentée). Elle contribue à efficacement dégrader la nécromasse immergée (bois morts, litières subaquatiques de feuilles mortes[14],[15]), les cadavres, une partie de la matière organique sédimentée, ainsi que les déjections présentes dans l'eau, sur des surfaces dures ou sur le sédiment immergé ou mouillés.

Certaines espèces vivent aussi sur les parties émergées de plantes palustres mortes (roseaux par exemple).

Elle constitue une part significative de la « mycobiodiversité », qui a elle-même été longtemps ignorée puis sous-estimée[16],[17].

Elle joue ainsi un rôle majeur dans le cycle du carbone. Les microchampignons aquatiques les plus spectaculairement « visibles » sont les Leptomitus qui pullulent dans certaines eaux polluées par de la matière organique. Cependant ces champignons filamenteux sont à l'œil nu impossibles à distinguer de filasses bactériennes uniquement formées de Sphaerotilus (qui pullulent dans les mêmes conditions). De plus, ces champignons et bactéries coexistent souvent dans ces environnements pollués. Selon A Wurtz, les rejets de laiteries favorisent les champignons, éventuellement en peuplements purs dans le cours d'eau, ainsi mais moindrement que les féculeries ou amidonerie[6], alors que les papeteries, sucreries, distilleries et égouts favorisent les bactéries sphaerotilus.

Dans les cours d’eau bien aérés, ce sont les champignons aquatiques (oomycètes et Chytridiomycètes principalement[18]) qui contribuent le plus à dégrader les milliards de feuilles mortes tombées à l’eau chaque année (mais non dans les marais pauvres en oxygène où les bactéries les dominent[19]).

La microfonge est aussi l'une des sources de dégradation des coques de navires en bois et des aménagements immergés faits de bois. La micro-fonge aquatique renferme un grand nombre d'espèces, souvent très discrètes et microscopiques. Elle est encore mal connue.

Les espèces aquatiques « inférieures », souvent filamenteuse et autrefois classées parmi les phycomycètes peuvent former des biofilms ou dans les eaux polluées d'importants flocs mycéliens (qui évoquent selon les cas un duvet, des flocons ou des filasses ayant souvent l'apparence d'une « queue de mouton » ou d'une « queue d'agneau immergée », se développant sur une épaisseur qui peut atteindre une vingtaine de cm voire plus. Selon Wurtz, ces accumulations filamenteuses sont surtout caractéristiques des Leptomitus si l'on est en aval d'une laiterie[6]. Ils sont difficiles à identifier par l'observation, car sous l'eau ils produisent très peu d'organes de reproduction (anthéridies, oogones, spores de reproduction asexuée nécessaires à leur identification exacte)[6]. Dans les pays riches, les stations d'épurations mises en place dans les années 1980 à 2000 on éliminé la plupart de ces manifestations, mais elles persistent dans les pays pauvres ou à législation environnementale déficiente. Wurtz signale que quand le courant est important (ex radier de moulin, conduite forcée, barrage, vannage) ou sur des éléments en mouvements (roue du moulin) la taille des flocons et filasses diminue en évoluant vers un épais biofilm encroutant, plus ou moins épais, élastique et comme « parcheminé ». Les flocons de Leptomitus sont fixés, mais le courant peut les détacher et les emporter[6]. Ils remontent alors en surface et contribuent à la dispersion de l'espèce (on les a parfois confondu avec des flocons de lait caillé ou des restes de pâte à papier emportés par le courant en aval de rejets d'effluents industriels)[6]. Ces flocons flottants sont blanchâtre à gris-noir selon la teneur de l'eau en oxygène là où ils se sont formés et selon le type de polluants ou résidus qu'ils renferment. ou deviennent noir avec les produits de leur propre fermentation quand la partie centrale d’un floc meurt parce que privée d’oxygène.

Nombre d’espèces[modifier | modifier le code]

Ce nombre est inconnu – même approximativement - à ce jour, tout comme celui de l’ensemble des organismes de la fonge qui était considéré d’environ 1,5 million en 1991, mais qui selon les estimations récentes basées le séquençage à haut débit serait plus près de 5,1 millions d'espèces [20].

Alors qu'en 1998 M. Wong comptait un peu plus de 600 espèces (dont environ 300 ascomycètes) scientifiquement décrites (hors lichens et champignons périodiquement immergés de berge)[2], 8 ans plus tard (en 2006) Shearer et al. en comptaient environ 3400 espèces tout en reconnaissaient qu'un grand nombre d'espèces de champignons aquatique n'ont pas encore pu être décrites.

Et l’année suivante (2007) Carol A. Shearer & al. comptaient environ 3000 espèces de Fungi et 138 espèces de saprolegniae trouvées dans des habitats aquatiques, la plupart étant des Ascomycetes[17]. Au même moment Schmit estimait que l’hypothèse la plus basse est de 8400 espèces[16]. À la vitesse des découvertes faites en 2010, il faudrait plus de 1000 ans pour les décrire tous[20].
La mycologue Meredith Blackwell de l’Université de Louisiane estime que les nouveaux outils moléculaires d’inventaire de la biodiversité pourraient accélérer le rythme des découvertes. Dans le contexte de la crise de la biodiversité parfois dite « sixième extinction », et d'une large utilisation de fongicides, il est cependant probable que certaines espèces rares et/ou vulnérables aient récemment disparu ou soient en situation critique.

Détection et identification[modifier | modifier le code]

Les champignons aquatiques sont souvent microscopiques, peu pigmentés ou translucides et plus fragiles que leurs cousins terrestres. Ils semblent moins accessibles, mais peuvent être facilement échantillonnés in situ dans le milieu (en pleine eau ou sur divers supports) ou à partir de supports/appâts immergés dans le milieu le temps qu’ils soient colonisés par des champignons, puis récupérés et observés en laboratoire.

Ils sont alors identifiés (au microscope dans presque tous les cas), successivement sur la base de leur morphologie, de leur anatomie, de leur sporulation ou sur la base d’analyses biochimiques ou génétiques [21]). Des approches telles que le métabarcoding[22] vont peut être permettre de bientôt faciliter les inventaires en pleine eau, dans le sédiment ou à grande profondeur.

Champignons « semi-aquatiques »[modifier | modifier le code]

Si de nombreuses espèces sont clairement adaptés à la vie sous l'eau, avec des propagules dotées des capacités de dispersion aquatiques très spécialisées[2], et effectuant la totalité de leur développement et reproduction sous l'eau, d'autres sont simplement amphibies (seule une étape de leur cycle de vie s'effectue sous l'eau, ou cette étape n'est pas obligatoire). Certains ne vivent pas sous l'eau, mais leurs spores peuvent être dispersés par l'eau et dans l'air[23]. Les spores de nombreux champignons terrestres peuvent être véhiculés par l'eau hydrochorie, ce qui ne confère pas à ces espèces un caractère aquatique.

Ainsi, la plupart des champignons de berges ou trouvés sur des souches ou bois flottés sont en réalité semi-aquatique (ou « aéro-aquatiques »[24]). Certaines de ces espèces, notamment trouvées sur les feuilles, tiges ou rhizomes de plantes palustres ont été classées comme aquatiques, mais on découvre peu à peu qu'elles sont souvent le « stade anamorphe » de divers genres d'ascomycètes ou de basidiomycètes trouvés sous d'autres formes dans le milieu terrestre.

Distribution géographique et verticale (dans la colonne d'eau)[modifier | modifier le code]

Les déterminants de leur distribution commencent à être mieux compris : Ils sont notamment liés au taux de matière organique et d’oxygène, et à la température, mais ils font encore l’objet d’études.

Distribution spatiale[modifier | modifier le code]

l'hydromycoflore est largement distribués dans le monde et trouvée abondante à presque toutes profondeurs et altitudes (si de la matière organique et de l'oxygène sont présents en suffisance). Certaines espèces se développent jusqu’à une température proche de °C ou quelques espèces extrêmophiles[25] supportent d’autres types d’environnement inhospitaliers pour d'autres espèces.

Ils ne forment des populations très vastes et denses (biofilms parfois très épais et presque monospécifiques) que dans des conditions très particulière ; presque toujours liées à des déséquilibres écologiques induits par exemple par des rejets industriels, domestiques ou agricoles graves, ou dans la nature par la présence d'un cadavre animal immergé.

Au vu des données disponibles au début des années 2000, la diversité fongique subaquatique est maximale (pour tous les groupes connus) en zone tempérée, devant les zones tropicales asiatiques, mais ce patron de répartition pourrait être pour tout ou partie simplement dû à la pression d'inventaire qui a été plus forte en Europe et en Amérique du Nord[17]. Beaucoup d'espèces sont encore à découvrir dans des habitats aquatiques, qui pour une grande partie n'ont pas encore été échantillonnés, notamment dans les régions boréales, en Afrique, en Australie, en Chine, en Amérique du Sud et dans de nombreuses régions tropicales[17].

Distribution verticale[modifier | modifier le code]

Dans la colonne d'eau[modifier | modifier le code]

Suzuki (en 1960) estime que la distribution du mycobiote aquatique est globalement uniforme dans les eaux qui circulent, mais qu’elle se stratifie rapidement dans les eaux stagnantes, notamment en été et en hiver[26].

En 1997, Lorez & al. montrent que l'on peut cultiver certains champignons aquatiques sous des conditions de température et de pression hydrostatique correspondant à celles des grands fonds marins [27], où ils ont effectivement été retrouvés (dont des levures pathogènes pour les modioles[28] (bivalves trouvés autour des sources hydrothermales profondes)[29]. Une première collection de champignons (filamenteux et levuriformes) provenant d’écosystèmes hydrothermaux a été constituée au début des années 2000[30].

Dans l'eau, la richesse spécifique en champignons aquatique semble cependant généralement diminuer avec la profondeur, probablement en raison de la chute de la température et de la teneur en oxygène avec la profondeur[21]. Les facteurs influençant la diversité mycologique similaire dans la sous-surface et les eaux benthiques dans les lacs ont été étudiés par Silicki (2008)[31].

Dans le sédiment (superficiel ou profond)[modifier | modifier le code]

L’étude de la fonge microbienne des sédiments marins profonds est récente[32],[33],[34] ,[35]. A ce jour, on en a trouvé jusqu’à 1 740m sous le plancher océanique[36]. Les paramètres physico-chimiques (pression, température, pH) et écologiques (oligotrophie plus ou moins importante en profondeur…) semblent structurer ces communautés microbiennes au sein des sédiments marins profonds.

Des travaux scientifiques récentes, par exemple de Vanessa Rédou (2011-2014)[37] et de M Navarri[38] (2016) ont porté sur 183 espèces de champignons dont 80% ont été isolés isolés d'échantillons de sédiments prélevés dans le « bassin de Canterbury » (Nouvelle-Zélande) entre 4 et 1 884 mètres sous le plancher océanique, après une étape préalable d’enrichissement du sédiment sous pression hydrostatique et après une étape de déréplication [39]. Le séquençage et l'analyse phylogénétique ont dans ce cas montré une très forte prédominance des Ascomycota (plus de 89% des cas). Les genres Penicillium et Fusarium (connus sur les continents pour être ubiquistes) dominaient la catégorie des champignons filamenteux et le genre Meyerozyma dominait dans le groupe des levures. Les Basidiomycota (11%) étaient surtout des levures du genre Rhodotorula. Ces taxons ne sont pas nouveaux pour la science, déjà connus dans des écosystèmes terrestres, mais ils semblent ici avoir développé des adaptations aux conditions extrêmes de la biosphère profonde[38]. Le potentiel de synthèse de métabolites secondaires présente un intérêt biotechnologique. Ces souches ont été « criblées » en recherchant des métabolites potentiellement bioactifs[38]. Plus de 96% de la collection possédait au moins un des gènes ciblés. Seules huit souches de levures n’ont présenté aucun des gènes recherchés[38].
Curieusement, ces souches semblent non-halophiles à 25°C. mais plus la température augmente (et elle augmente avec le pression dans le sédiment), plus ils résistent au sel (les souches les plus profondes seules se montrent vraiment halophiles) ; dans le bassin de Canterbury, la température passe de 2°C à l’interface eau-sédiments à 60-100°C à presque 2km de profondeur [36]. Le gradient moyen de température dans les sédiments océaniques est d’environ +25°C par km de sédiment[40].

Habitats[modifier | modifier le code]

Presque partout où de la matière organique biodégradable est présente sous l’eau sous forme de nécromasse, d’excréments ou excrétats (voire d’organismes vivants), des espèces de champignons sont apparues. Sridhar les a trouvées si présentes dans certains cours d’eau qu’il a proposé de les classer comme « planctoniques »[41]. Des espèces microscopiques ont été trouvées dans l’eau interstitielle (« hyporhéique ») du compartiment sous-fluvial des cours d’eau (là où il existe et est assez oxygéné)[42].

On distingue souvent (parce qu'habitant des espèces différentes) :

  • Habitats d'eaux douces lotiques
  • habitats d'eaux douces lentiques (lacs, étangs, mares, marais..)
  • habitats marins, esturariens ou de mangrove ; Il existe de nombreuses espèces marines (étudiés par la mycologie marine[43]), estuariennes[44],[45]), de mangroves[46], de zones humides de type mares, marais, lacs[47] étangs et de cours d’eau.
  • habitats artificiels. par exemple les réservoirs et retenues d'eau, les bassins industriels ou communaux de rétention, de sédimentation, de station d’épuration, les rejets d'eaux polluées en aval de papeteries, abattoirs et industries agroalimentaires). Certaines pollutions agricoles (eaux polluées par les fumiers ou lisiers) sont localement devenues de nouvelles sources de nutriments pour ces espèces que l'on trouve alors plus abondantes dans ces contextes.
  • habitats aquatiques spécifiques aux creux ou cavités d’arbres sénescents ou morts[48]. Dans les forêts anciennes, ces cavités constituent un véritable réseau de « micro-zones humides perchées »[49] (une étude hongroise y a trouvé quelques espèces de champignons aquatiques et « aéroaquatiques », qui y sont communément présents : Alatospora acuminata, Articulospora tetracladia, Camposporium pellucidum, Colispora cavincola (ou Dactylella submersa), Helicodendron paradoxum, Helicodendron westerdykiae , Tricladium castaneicola (ou Tricladium sp.)[50], outre Triadelphia hungarica et Colispora cavincola également détectés, Gönczöla montré en 1976 que les populations fongiques qu’on y trouve varient significativement de juillet à octobre (alternance de champignons aquatiques et aéroaquatiques) [51]. Dans les mêmes habitats de cette région, on a aussi observé Diplocladiella scalaroides, Oncopodiella trigonella, Triadelphia heterospora, T. uniseptata et Pseudospiropes obclavatus.

Quelques espèces se développent très bien jusqu’à près de °C là où la croissance des bactéries est inhibée par le froid (peut être en partie parce que l’eau froide est naturellement plus riche en oxygène).

Certains microchampignons aquatiques vivent dans des eaux dystrophes et presque anoxiques, mais alors près de la surface ou dans des eaux très courantes où un peu d’oxygène d’origine aérienne est en permanence disponible (par exemple dans l'eau courante juste en aval de certains émissaires de rejets urbains, agricoles et/ou industriels en général).
Cependant, les champignons amphibies dits "supérieurs" ont un important besoin d'oxygène peu compatibles avec une vie prolongée sous l'eau, faute d'organe respiratoire adapté (ce sont des espèces aérobies qui sont devenues aquatiques). Psathyrella aquatica peut profiter des bulles d'oxygène libérées par les algues, végétaux ou éponges photosynthétiques (Spongilla lacustris), ces bulles pouvant être provisoirement piégées sous le chapeau du champignon. nr / Un champignon aquatique a néanmoins toujours besoin d’oxygène (en phase de croissance en tous cas). Ces organismes sont donc plus présents près de la surface ou dans les eaux courantes ou aérées par des turbulences constantes[41]. Sinon, on peut aussi les trouver près de communautés photosynthétiques qui sont une source directe d’oxygène dissous (ou de bulles d’oxygène pouvant s’accumuler sous les lamelles de Psathyrella aquatica, l’unique champignon à lamelle connu capable d’effectuer tout son cycle de croissance sous l’eau [41].

Le mycobiote aquatique n'est pas réputé dépendre de la lumière. Si sa variété diminue avec la profondeur, c'est probablement à la suite d'une moindre disponibilité en oxygène issu de l'atmosphère et de la photosynthèse (de nuit notamment) et à une chute de température ; deux facteurs jugés aussi affecter la biomasse de champignons, plus que la diversité mycologique qui semble similaire dans la colonne d'eau et au niveau benthique, par exemple dans les lacs étudiés par Silicki (2008). Suzuki (1960) a constaté une distribution uniforme de mycobiota quand l'eau circule naturellement puis une distribution stratifiée quand l'eau stagne en été et en hiver.

De nombreuses études cherchent à préciser les conditions biotiques (trophie[52], variations saisonnières[53],[54],[55] et interactions durables en particulier) et abiotiques (température, pH, pression, salinité, gaz et minéraux dissous dans l’eau, présence de métaux, dont le fer, etc.)[21] de leur développement, notamment dans les têtes de bassin versant (près des sources[56]), mais aussi dans les lacs (A titre d’exemple, des études polonaises ont cherché à comprendre les rôles et significations des champignons aquatiques de 2 lacs présentant des caractéristiques différentes [31]. Des mycologues y ont inventorié tous les champignons et « organismes fongiformes »[57], y trouvant en deux ans (2005-2007) au total 54 espèces (tous de type micororganisme, appartenant aux genres Achlya, Anguillospora, Aphanomyces, Aplanes, Apodachlya, Composporium, Debaryomyces, Dictyuchus, Isoachlya Kluyveromyces, Leptolegnia, Metschnikowia, Pichia, Pythiogeton, Pythium, Saccharomyces, Saprolegnia, Thraustotheca, Zoophagus, les genres Achlya et Saprolegnia étant les plus nombreux en termes d’espèces) dans la colonne d'eau et sur le fond (espèces benthiques) dont 36 espèces dans les lacs Marta (plus pauvre en oxygène) et 45 dans le lac Sitno, avec une diversité d'espèces plus grande là où l’eau est plus oxygénée et riche en composés d'origine biologique dans de l'eau de surface. Comme pour la plupart des autres cas, la température et l’oxygène de l’eau étaient ici les facteurs qui affectent le plus la distribution du mycobiota dans ces eaux lacustres. La diversité en espèce et l’indice de Shannon de biodiversité étaient les plus élevés en été. Les champignons terrestres sont connus pour leur capacité (différente selon les espèces et souches) à absorber, bioconcentrer et supporter certains métaux toxiques, d’autres étant toutefois fongicides (cuivre), or dans les eaux acidifiées ces métaux peuvent être beaucoup plus biodisponibles[58].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire de la Vie[modifier | modifier le code]

Les premiers organismes aquatiques de type fongiques se sont probablement mal fossilisés.

On suppose que les chytrides sont un groupe très ancien. Ils sont la base phylogénétique probable de tout le règne fongique, c'est-à-dire ancêtres probables des Zygomycota puis des Ascomycota et des Basidiomycota (ces derniers étant presque exclusivement terrestres[17]).

Il est probable qu'à la suite d'une convergence évolutive de nombreuses espèces qui se ressemblent fortement aient néanmoins des origines très différentes[59].

Histoire scientifique[modifier | modifier le code]

Les quatre premières espèces de champignons aquatiques décrites par de Wideman de 1893 à 1895 ; Tetracladium marchalianum, Clavariopsis aquatica, Lemonniera aquatica et Anguillospora longissima (dessins d'après Wildeman 1893-1895 qui les avait observé sur des échantillons de matière organique provenant de mares et lacs).

il y a plus d'un siècle, de 1893 à 1895 de Wildeman décrivait 4 espèces nouvelles de champignons subaquatiques microscopique trouvés dans des mare et petits lacs, toutes dotées de conidies d'une forme très inhabituelle. Mais ses observations suscitent peu d'intérêt et sont oubliées durant plus de 50 ans.

Le concept de « champignon aquatique » n'a été proposée qu'en 1942 par le mycologue et botaniste anglais C.T. Ingold alors qu'il étudiait les champignons microscopiques qui dégradent les feuilles immergées d'aulnes et de saules (dans un ruisseau).
Il y trouve 16 espèces (appartenant à 13 genres) dont 10 nouvelles pour la science[60], ce pourquoi l’expression de « champignons ingoldiens » est parfois employée pour les décrire[61].
Comme Wildeman avant lui, Ingold constate que les spores de ces espèces ont souvent une forme inhabituelle, complexes (ramifiées ou longue et recourbé, parfois torsadée), ce qui pourrait suggère-t-il leur permettre de mieux se fixer sur les feuilles en cours de décomposition dans le lit des cours d'eau[60]. D'après les données dont il disposait en 1974, il a estimé que « moins de 2 % des espèces (de champignons) sont aquatiques »[62].

Divers observateurs tels J. Duché en 1945 (ingénieur EPCI, docteur en médecine docteur ès science[63]) constatent que depuis que l'on étudie l'eau au microscope de nombreux spores ou champignons microscopiques y sont observés. Il propose de tenter de distinguer :

  1. les cas accidentels d'organismes accidentellement arrivé dans l'eau via l'air ou le ruissellement ou l'érosion des sols,
  2. les cas de saprophytes (aquatiques obligatoires ou indifférents) dont certains peuvent note-t-il végéter immergés (ou en prenant dans l'eau une forme de levure) et
  3. les champignons parasites d'animaux ou plantes aquatiques[63].

Il note que des thalles de mucor se forment souvent sur les milieux de culture utilisés pour analyser l'eau, mais il ignore s'ils seraient capables dans la nature de vivre dans l'eau ou sur le sédiment ; il reconnait que, hormis pour les champignons parasites d'organismes strictement aquatiques, on ne dispose pas encore « de critère certains pour affirmer qu'un champignon est aquatique ». Il appelle à combler ces lacunes de connaissance, car « la connaissance exacte de la flore mycologique des rivières, lacs et étangs, permet d'éclairer nombre de problèmes de biologie lacustre ou fluviale »[63].

Depuis de nombreuses études ont été faites, et selon Bärlocher (1982) en raison notamment de leur vie aquatique, les champignons ingolidiens ont une écologie particulière[64].

Écologie des champignons aquatiques[modifier | modifier le code]

L'écologie des espèces diffère fortement selon qu’il s’agisse de microorganismes en suspension ou de champignons temporairement fixés ou de champignons à lamelle (une seule espèce connue à ce jour), parasite ou non.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Toutes les espèces de chytrides produisent des spores motiles (dits « zoospores ») à un flagelle capables de nager dans l'eau ou dans un liquide de densité proche (on les dit uniflagellés) ; c'est un fait unique dans le règne des mycètes. mais d'autres adaptations au milieu aquatique sont constatées, plus ou moins partagées par certains groupes d'espèces, avec des points communs parfois remarquables, mais relevant probablement souvent d'une convergence écologique (voir plus bas).

Remarque : La plupart des champignons aquatiques semblent très peu ou très rarement utiliser la reproduction sexuée. Et le fait de ne pas pouvoir observer les organes reproducteurs ([65]) rend a longtemps rendu leur identification au microscope très difficile.

Stratégies de dispersion géographique[modifier | modifier le code]

Les spores de l’hydrofonge, probablement comme ceux des pollens de plantes subaquatiques ou d’autres types de propagules aquatiques (de ptéridophytes, bryozoaires, bryophytes..) ont du s’adapter à l’environnement aquatique[66], avec de possibles convergences évolutives entre ces organismes[67].

Par exemple ils ont évolué pour flotter ou se déplacer près de la surface de l’eau et sont souvent dioïque, deux caractéristiques « prédites » par les modèles portant sur la facilitation de la dispersion dans l’eau[67].

En toute logique, l’hydrochorie (transport de propagules qui peuvent être des zoospores ou des thalles entiers) par le courant, les embruns ou le ruissellement) est réputée être la stratégie a priori la plus commune de dispersion chez les « champignons » aquatiques[68]. De nombreux propagules sont effectivement observés dans les torrents, sur des substrats mobiles, ou simplement en suspension dans l'eau courante[69]. L’hydrochorie dans les cours d’eau implique un transport unidirectionnel de l’amont vers l’aval. Si cela était totalement vrai, l'amont de tous les cours d'eau devrait donc être très pauvre en diversité spécifique et génétique, voire déserté par les champignons aquatiques et autres organismes non-motiles. Or, ce n’est pas le cas (dès que le milieu est riche en matières organiques sous forme de bois, feuilles voire de matière en suspension) ; il existe donc des mécanismes écologiques permettant une « remontée » massive de propagules de l’aval vers l'amont. Cette remontée implique probablement la zoochorie (le transport de propagules par des animaux d’un point géographique à un autre). Ce transport pourrait être assurée par des oiseaux (ornithochorie), des poissons migrateurs remontant vers les sources (ichtyochorie) et/ou sur de moindre distance par d’autres animaux aquatiques se déplaçant linéairement dans le cours d’eau (Castor par exemple) et/ou sur ses berges (Loutre, Campagnol amphibie, Rat musqué, Ragondin, etc.

Des spores fongiques ont été trouvés en quantité parfois très importante dans la mousse qui se forme dans certains ruisseaux, torrents et cours d’eau rapides ou au niveau des chutes[70],[71]). En Inde certaines espèces trouvées en zone de climat équatorial semblent néanmoins uniquement se reproduire que dans des eaux plus fraiches, en altitude, car leurs spores n’ont été retrouvées (en quantité importante) que dans la mousse de torrents de montagne. Dans ces torrents frais de montagne, peu d’espèces de type tempérées ont par ailleurs été trouvées. Ceci laisse penser que ces espèces tropicales pourraient dans certaines régions être vulnérables au réchauffement climatique et que le réchauffement de l'eau en amont et en altitude pourrait se traduire par la disparition de certains champignons saprophytes loin en aval des cours d'eau. Dans les zones humides, les mers ou les zones d’inondation, en raison des courants, aux mouvements de masses d’eau ou via la zoochorie, les déplacements des propagules sont naturellement plus complexes. Ils peuvent parfois être massifs, rapides. Ils semblent souvent très saisonniers[52], lors d’une inondation par exemple).

Dans le contexte d’anthropisation générale de la planète, les canaux artificiels creusés entre des cours d’eau éloignés ont mis en relation directe des bassins versants qui ne l’étaient pas naturellement, de même pour des mers avec le canal de Suez et le Canal de Panama qui permettent maintenant des transferts interocéaniques directs, y compris de champignons potentiellement pathogènes ou parasites, de poissons notamment ;

De même l’histoire des espèces invasives montre que le transport de propagules par des objets artificiels, des substrats naturels colonisés passivement mobiles, voyageant entre deux eaux ou flottants ou encore via des objets activement mobiles (coques de bateaux, ballast de navires) existe aussi et peuvent contribuer à des transferts à échelles locales à transcontinentales.

D’autres adaptations à la dispersion dans ou sur le milieu aquatique sont trouvées chez les spores non-motiles des taxons Ascomycota[72] et Deuteromycota[72]. Ces spores sont flottants et/ou présentent des formes très souvent bien plus complexes (notamment chez les espèces marines) que ceux des champignons terrestres. Ces spores sont garnis d'appendices, entourés d'enveloppes, de mucilage et/ou d'ornementations des parois. Ces particularités sont toutes ont été interprétées comme des adaptations à la dispersion et/ou à l’attachement à des substrats particuliers selon Jones (2006)[73].
Les biologistes ont été surpris de découvrir que les conidies de certaines espèces produisent un mucilage abondant. Celui-ci pourrait jouer un rôle important dans l'adhésion de la conidie à un substrat lisse ou exposé au courant (Cf. pages 135, 137, 138, 140 à 149 et 215, in The Ecology of Aquatic Hyphomycetes[74]. Ce mucilage pourrait aussi protéger certaines espèces marines du sel, ou dans les eaux vives être un moyen de protéger des enzymes sécrétés par le champignons le temps qu'ils attaquent le substrat-cible, alors que sans ce mucilage, ces enzymes seraient dissous ou emportés par l'eau courante environnante[74].

Certaines espèces (parfois pathogènes comme Sporothrix globosa) sont trouvées sur presque toute la planète[75], et leur relative homogénéité génétique montre des contacts et des échanges génétiques réguliers et intenses entre les différentes populations géographiques du monde. Ceci démontre que ces espèces ont développé d’excellentes capacités de dispersion mais aussi d’adaptation à différents hôtes et habitats.

Alimentation, stratégie nutritionnelle et croissance[modifier | modifier le code]

Les champignons aquatiques sont hétérotrophes.

La plupart sont saprophytes (décomposeurs[72], coprophiles ou lignivores et/ou capables de dégrader la cellulose, la chitine et la kératine ou d’autres protéines complexes pour certaines espèces).
Nombre d'entre eux, grâce à des protéases (ex : kératinase des champignons kératinophiles et/ou kératinolytiques, c'est-à-dire qui dégradent la kératine) qu'ils produisent peuvent dégrader la chitine et la kératine des carapaces, écailles et phanères (ongles, griffes, cornes, poils) et de la peau d'organismes aquatiques (ou non), morts ou parfois vivants (dans ce dernier cas on les dits alors pathogènes, mais les infections sont souvent « opportunistes » (faisant suite à une blessure ou à une déplétion immunitaire par ex

De nombreuses espèces sont des parasites opportunistes ou parfois spécialiste ou « obligatoires », et dans quelques cas, encore mal connus (comme dans le genre d’Oomycota; les Pythiella) ou ce sont des hyperparasites (c'est-à-dire qu’ils parasitent d’autres champignons parasites)[76],[77].

En eau douce, des associations symbiotiques, mutualistes et/ou commensales (de la flore intestinale des arthropodes notamment[78],[79])[80],[81] ou dans d'autres cas des associations parasitiques semblent communes. Ces associations aider ces organismes à mieux accéder à certains compartiments trophiques (à la matière organique en suspension notamment, ou à la matière organique ingérée, par exemple pour les espèces endophytes ou capables de coloniser une partie du tractus digestif d’un animal, qui peut être l’Homme). Les interactions fungi-fungi ou fungi-bactéries jouent un rôle important, voire critique dans les processus de décomposition subaquatique de la matière organique, et donc dans le cycle du carbone, mais ils ne sont étudiés que depuis peu avec un approche plus holistique de cette communauté microbienne au sein de l'écosystème[82] et des réseaux trophiques microbiens [83]. Ces interactions sont complexes. On les étudie notamment dans des milieux plus ou moins extrêmes, comme dans d’anciens marais salants du sud-est des États-Unis où en association avec une communauté de bactéries plusieurs espèces d’ascomycètes décomposent les restes de la plante halophile Spartina alterniflora qui domine ces milieux[82]. Dans ce contexte, il a été constaté que ces communautés saprophytes varient peu dans l’espace ou avec le stade de décomposition, mais beaucoup temporellement, en fonction de facteurs écologiques encore mal compris, et qui n'ont pas pu être expliqués par les changements de succession de communautés ni par des relations simples avec des facteurs environnementaux[82].. Concernant l’abondance de ces décomposeurs, des corrélations négatives ou positives ont par contre été trouvées entre les taxons fongiques dominants et les bactéries, qui laissent penser qu’il existe des interactions écologiques entre ces deux types de décomposeurs[82].

Mode de vie[modifier | modifier le code]

Ils sont très divers selon les espèces considérées. Les thalles des chytrides ne forment pas de vrai mycélium et certaines espèces sont unicellulaires.

Selon les espèces et moments ils peuvent être trouvés sur un substrat, à l’intérieur ou à l’extérieur d’un autre organisme qu’ils occupent ou parasitent (parfois à l'intérieur d'un autre champignon dans le cas d’espèces hyperparasites) ou en suspension dans l’eau.

Certaines espèces sont connues comme étant des symbiotes d'animaux ; par exemple les Neocallimastigales font partie du microbiote (ici actives dans le rumen) des herbivores ruminants chez lesquels ils contribuent à la dégradation de la cellulose. Il est probable que de nombreuses relations (symbiotiques ou non) avec d’autres micro-champignons, avec d’autres micro-organismes et avec des algues, bactéries, cyanophycées et plantes supérieures existent aussi (certaines racines aquatiques sont gainées d’un manchon fongo-bactérien qui peut évoquer les systèmes bactério-mycorrhysiens observés sur terre).

Certains sont des pathogènes de petits animaux aquatiques (rotifères par exemple[84]), d’algues unicellulaires aussi petites que des diatomées[85], ou d’organismes de plus grande taille telles que les plantes aquatiques, les invertébrés aquatiques (crustacés par exemple), des poissons ou encore des amphibiens.
Ces derniers s'en défendent normalement en sécrétant ou métabolisant des composés fongicides ou protecteurs (par exemple produits ou stockés dans un mucus).

Capacité de survie hors de l'eau[modifier | modifier le code]

Les propagules de certaines espèces aquatiques sont souvent trouvées en milieu terrestre[86],[87], [88], notamment sur les bois et feuilles humides[89].

Certains de ces propagules supportent la congélation, des températures relativement élevées et/ou une certaine déshydratation, ce qui leur permet de survivre un temps plus ou moins long en milieu terrestre[90],[91].

Ainsi, en expérimentant le transfert de disques de feuilles morts inoculés par 10 espèces différentes des champignons (hyphomycètes) aquatiques vers une litière forestière de feuilles-mortes, afin de tester leur capacité à survivre en « régimes hydrique terrestre », des biologistes ont en 1978 constaté que« quatre de ces espèces ont rapidement disparu, trois après huit mois, l'une après 11 mois alors que les deux dernières ont survécu au moins 12 mois » [92].

Une étude canadienne a évalué (en Nouvelle-Écosse) la survie en lien avec la dispersion latérale de propagules (perpendiculairement à l'axe du cours d’eau) d'hyphomycètes aquatiques ou semi-aquatiques. Les auteurs ont effectivement trouvé des propagules de ces champignons sur les berges et dans les lieux régulièrement inondé ou à leurs abords, mais de moins en moins au fur et à mesure qu’on s’éloigne du cours d’eau [93].

Rôles écosystémiques[modifier | modifier le code]

Ce sont principalement des décomposeurs de la nécromasse immergée. Ils contribuent ainsi de manière majeure au recyclage de la matière organique[2]. D'autres rôles sont attribués à certaines espèces ou à l'ensemble de la fonge aquatique :

Tous ces champignons, et leurs spores, servent également de nourriture à de nombreuses autres espèces (zooplancton, bactéries et invertébrés qui les consomment). Ainsi les Chytrides ont au moins 5 rôles identifiés dans la dynamique de la chaîne alimentaire[94] :

  1. ) leurs zoospores et conidies (par exemple très abondants dans la mousse qui se forme dans les torrents, y compris dans les torrents et ruisseaux de montagne où l’eau est a priori plutôt pauvre en nutriments organiques, mais riche en minéraux et surtout constamment très oxygéné[95],[96]) sont une source de nourriture pour le zooplancton et divers invertébrés aquatiques ; Ingold compte de 1000 à 10 000 conidies par litre d’eau de ruisseau [62].
  2. ) en décomposant la matière organique particulaire, ils libèrent des nutriments pour d’autres espèces ;
  3. ) ce sont parfois des parasites d'algues et de plantes aquatiques (ils peuvent alors, comme les virus avoir un rôle de régulation de blooms algaux) ;
  4. ) ce sont parfois aussi des parasites d’animaux aquatiques (avec un possible rôle de régulation, par exemple pour les champignons parasites de nématodes [97];
  5. ) ils convertissent des composés inorganiques en composés organiques…

Ces caractéristiques invitent à mieux les comprendre, et à mieux situer leur place dans les processus écologiques, dans les écosystèmes aquatiques. La biologie moléculaires devrait permettre de peu à peu de mieux évaluer, quantitativement et qualitativement, les services écosystémiques auxquels ils contribuent, et d’évaluer leur biodiversité dans divers types de milieux.

Cas de la biodécomposition des litières de feuilles et des bois-morts immergés[modifier | modifier le code]

Dans l'eau (comme sur terre) en dépit de leur taille modeste et de leur quasi-invisibilité, les deux groupes de décomposeurs microbiens les plus importants en termes de biodégradation et de flux trophiques [98] sont les bactéries et les champignons[99].

Ils œuvrent de concert ou de manière complémentaire selon les conditions du milieu (température, Oxygénation et pH en général)[100],[101],[102].

Dans un premier temps, seul les hyphomycètes ont pu être facilement identifiés. Mais de premières études poussées sur les microchampignons aquatiques décomposeurs ont pu être faites au début des années 2000 grâce aux progrès de la biologie moléculaire. Elles ont mis à jour une diversité inattendue de taxons (Ascomycota, Basidiomycota, Chytridiomycota, Zygomycota et Oomycota)[103].

Biodégradation des feuilles et végétaux non lignifiés[modifier | modifier le code]

Concernant les litières de feuilles et résidus de végétaux non-ligneux (qui se déposent rapidement au fond de l'eau, principalement en automne en climat froid et continental ou presque toute l’année en zone équatoriale), on a dans les années 1990 à 2000 clairement démontré que les feuilles mortes déposées dans l’eau sont plutôt dégradées par des champignons quand l’eau est bien oxygénée (torrents, cours d’eau rapide), et plutôt par des bactéries en condition plus anoxiques (mares, marais) [19]. Dans les eaux torrentueuses, les champignons sont en outre aidés par une dégradation mécanique du bois et des feuilles.

En 1996, K Suberkropp et H Weyers (de l'université d'Alabama)ont constaté que « la production bactérienne et fongique augmente de façon exponentielle quand la température augmente ». De plus, dans les eaux courantes étudié par ces deux auteurs, « sur des feuilles colonisés durant 21 jours la production de carbone fongique a été 11 à 26 fois supérieure à la production bactérienne de carbone »[19] alors que sur le fond d’un marais les bactéries prédominent largement toute l'année (de 10 à 18 fois plus actives dans un marais littoral d’eau douce étudié par N Buesing et M. O Gessner en 2006[104]).

Par rapport à leurs homologues terrestres, les champignons qui biodégradent les feuilles mortes dans les torrents et cours d’eau rapides on développé des adaptations qui les rendent par exemple moins visibles de leurs prédateurs (conidies souvent transparentes) ou permettent que leurs propagules « trouvent » mieux leur cible et qu’ils y adhèrent mieux (Brown, auteur de la théorie du mouvement brownien avait été intrigué par le fait que les spores et grains de pollen présents dans l’eau ne s’y déplaçaient pas selon un schéma de type aléatoire [67]).

D'autres adaptations permettent aussi à certains propagules de pourvoir efficacement « s’attacher » (par exemple à la surface d’une branche ou d’une feuille morte) malgré un fort courant[105].

Plusieurs auteurs ont récemment montré ou confirmé que différents types de feuilles sont colonisés par des types différents de champignons, et que sur certaines feuilles (feuilles de chêne par exemple) l'une des faces (face inférieure) dans ce cas était beaucoup plus facilement colonisées par les conidies présentes dans le milieu[105]. De plus, les nutriments et oligoéléments vitaux pour les champignons doivent être présents en suffisance pour que le métabolisme des champignons soit le plus efficient[106] ; la chimie de l'eau a une grande importance pour les champignons aquatiques qui ne peuvent pas trouver certains éléments dans les sols aussi facilement que leurs homologues terrestres[107]. De même que le taux d'oxygène qui peut ne pas être déterminant pour la croissance de certains champignon, tout en le restant pour leur sporulation[108]. En contexte d'eutrophisation et d'anoxie (phénomène d'eaux mortes hypoxiques) les bactéries prennent généralement le dessus.

Biodégradation des bois-morts[modifier | modifier le code]

L'intérieur d'une pièce de bois mort immergé est pauvre en oxygène, surtout si le bois est dense. Dans l’eau cela le rend beaucoup plus difficile à coloniser par les champignons que si le même bois-mort était simplement humide et exposé à l'air.

De plus la surface immédiatement accessible aux champignons est bien plus importante sur des feuilles mortes immergées que pour le bois mort.

On a longtemps manqué de données quantitative sur les décompositions respectives des feuilles et du bois par les champignons, cependant, la production fongique peut maintenant être évaluée[109] (d'après une méthode qui a été développée pour les champignons du sol[110],[111]) par mesure des taux d'incorporation d'acétate radio-marqué au carbone 14 (14C-acetate) dans l'ergostérol[110].

En 2008 une étude[109] a porté sur deux ruisseaux du sud des Appalaches (l’un servant de référence et l’autre étant enrichie en éléments nutritifs) [109]. Ce travail, conduit par la « Coastal Carolina University » a partiellement évalué le rôle des champignons aquatiques sur un cycle annuel de décomposition de bois-morts, en cherchant en outre à comparer l’efficacité de décomposition de petits bois morts ( de 40 mm de diamètre, collectés au hasard) à celle de la décomposition fongique des feuilles mortes. Tout comme la respiration microbienne sur bois (par gramme de Carbone détritique), l’activité fongique s'est montrée bien moindre (d'un ordre de grandeur) que celles mesurée sur les feuilles[109]. Les auteurs ont en outre constaté que l'activité microbienne (par gramme de carbone) était significativement plus élevée dans le courant enrichi en nutriments[109]. Cependant, comme l’apport annuel en bois dans le cours d’eau était en termes d’apport de carbone dans ces cas deux à trois fois plus important que l’apport en carbone dû aux seules feuilles mortes, la part de l'apport de matière organique directement tirée du bois par des champignons est in fine comparable dans ce milieu à celle tirée des feuilles mortes (15,4 % pour le bois et 11,3 % pour les feuilles dans le courant de référence ; et 20,0 % pour le bois et 20,2 % pour les feuilles dans le courant enrichi en nutriments[109]. Les auteurs concluent que malgré une activité fongique moyenne significativement plus faible (environ 5 fois moindre par gramme de carbone détritique considéré) sur le bois que sur les feuilles, les champignons peuvent donc être tout aussi importants pour le bois que pour les feuilles concernant le recyclage du carbone issu des feuilles et bois-morts dans les ruisseaux[109].

Classification[modifier | modifier le code]

Ces espèces étaient autrefois classées avec les plantes, sur la base de critères morphologiques dont Ingold lui-même a rapidement compris qu'ils résultent de convergence évolutive (la forme des spores en particulier pouvaient être selon lui 3 réponses aux pressions sélectives naturelles identiquement développées par des espèces phylogénétiquement éloignées[112] :

  1. ne pas sédimenter trop vite, et être emporté par le courant pour assurer la dispersion de l'espèce[112]
    Il a ensuite été montré dans les années 1940 qu'en raison de leur faible taille et poids, les spores fongiques aquatiques sédimentent peu dans le courant et lentement ailleurs (0,1 mm par seconde), quelle que soit leur forme[112], mais ces formes évoquent celles des sclères d'éponge, ce qui peut laisser penser qu'elles pourraient faciliter la constitution de jeunes colonies fongiques en quelque sorte plus résistantes à l'érosion hydrique ;
  2. être capable de s'ancrer sur un substrat de matière organique[112] (les formes complexes, in vitro adhèrent effectivement mieux à un substrat lisse) ;
  3. être protégé de l'ingestion par de petits invertébrés aquatiques)[112] .

La plupart des espèces ont été négligées par les sciences expérimentales jusqu’à la presque toute fin du XXe siècle[112] .

Il n'y a pas aujourd'hui de classification spécifique aux champignons aquatiques, car les données biomoléculaires disponibles montrent qu’ils ne constituent pas un groupe taxonomique en soi, mais que ce « groupe » a de multiples origines au sein de l’arbre de la vie ; une partie de ces organismes est plus proche des animaux et une autre plus proche des végétaux primitifs[112].

En outre la taxonomie générale des Fungi est encore amenée à évoluer. Pour des raisons pratiques et scientifique, ces taxons sont aujourd’hui regroupés au sein du règne des Fungi et du sous-règne Dikarya (Hibbett et al. 2007) mais leur variabilité morphologique et génétique, ainsi que la ressemblance qui existe entre de nombreuses espèces impliquent un long travail d’études génétiques et biochimique afin de stabiliser leur classification.

Ce travail est entamé dans le monde entier, par exemple pour les Blastocladiales, Monoblepharidales, Saprolegniales, Leptomitales et Legenidiales, mais de nombreuses espèces (peut être de 50 à 75 % de celles qui existent réellement selon une estimation faite en 2011 par Meredith Blackwell [20]) n’ont probablement pas encore été découvertes, ou sont encore confondues avec d’autres ou faussement identifiées.

Ainsi, quelques espèces, appartenant notamment au groupe des Chytridiomycota (ou 'chytrides[113] ou Chytridiomycètes) ; une des quatre grandes divisions du règne fongique) peuvent avoir un cycle aquatique. Le groupe des chytrides qui rassemble la plupart de ces champignons aquatiques a été subdivisé en cinq ordres.

En 1998, Michelle K.M. Wong (Université de Hong-Kong) distinguait informellement 3 groupes :

  1. ) les champignons ascomycètes Ingoldiens (les plus connus, car les plus étudiés, notamment trouvés sur les litières de feuilles immergées des ruisseaux et rivières[2]) ;
  2. ) les ascomycètes et hyphomycetes aquatiques non-Ingoldiens notamment trouvés sur le bois-mort immergé[2] ;
  3. ) chytrides et oomycètes (inaptes à dégrader la cellulose mais qui peuvent décomposer les matériaux qui constituent les insectes, crustacés ou pollens)[2].

Peut être en raison d'une disponibilité en oxygène différente, les champignons typiques des habitats lentiques diffèrent généralement de ceux qui vivent dans les habitats lotiques[2] Certains des champignons trouvés en aval dans les eaux lentes et réchauffées ne se reproduisent qu'en amont dans des eaux plus vives et fraiches.

Patrimoine encore méconnu[modifier | modifier le code]

Les espèces subaquatiques de champignon (unicellulaires notamment) sont une partie encore mal exploré du patrimoine naturel, notamment en zone tropicale mais pas uniquement.

À titre d'exemples :

  • une étude a porté sur des champignons du genre hyphomycètes trouvés sur des échantillons de bois morts submergés ou semi-immergée collectés au Hasard dans seulement six ruisseaux d'eau douce de deux Parcs nationaux thaïlandais (Forêts de Doi Inthanon et de Khao Yai) de juillet 2009 à novembre de 2010. Sur 1 171 observations fongiques faites sur ces bois-morts, 32 espèces appartenant à 13 genres ont été identifiées dont 41 % communes aux deux sites. Parmi ces genres, dix-huit étaient nouveaux pour la Thaïlande (soit 56,25 % de toutes les espèces). Dans les deux forêts, les espèces les plus communes (plus de 10 % d'occurrence) étaient Candelabrum brocchiatum (34,5 %), puis corticalis Pseudaegerita (15,4 %), et Cancellidium applanatum (12,5 %), puis venaient Helicomyces roseus (6,3 %), Candelabrum microsporum (4,3 %) et Helicosporium panachaeum (4,3 %), les autres espèces étant considérées comme plus rares, trouvées qu'une seule fois sur chaque site (Candelabrum sp., Helicoma atroseptatum, H. perelegans, H. resinae, Helicoma sp., Helicosporium aureum et H. gracile) ;
  • M. Wong (1998), en inventoriant un seul petit cours d'eau de Hong-kong (Lam Tsuen river) y a identifié environ 200 espèces de champignons aquatiques, ce qui était à l'époque plus que le nombre total d'espèces non-ingloldienne connues pour toute la zone tropicale[2] ;
  • En 1997, Hyde & Goh (1997) estimaient que si des études systématiques nouvelles étaient faites dans tous les systèmes d'eau douce, plus de la moitié des ascomycètes identifiés par ces études seraient des espèces nouvelles pour la science[114].

On commence à pourvoir mieux étudier certaines espèces rares en maitrisant mieux leur culture ex situ[115]. et grâce à de nouveaux moyens d'analyse génétique et biochimique.

Espèces marines et d'eau douce[modifier | modifier le code]

Les taxonomistes observent un certain chevauchement des espèces entre des taxons terrestres et d'eau douce, mais que ce phénomène est rare entre taxons d'eau douce et taxons marins[17].

Les taxons aquatiques du monde de la fonge sont encore mal connus ; à titre d'exemple, en en cherchant sur des algues, du bois et des cordes dans la zone intertidale et sous le niveau des basses d'eau à Aberystwyth et dans quelques sites de la côte de la baie de Cardigan (Irlande du Nord), ce sont en 1951 vingt espèces de Pyrenomycetes et de champignons imparfaits qui ont été observés (17 déjà décrites et 3 espèces probablement nouvelles ; plusieurs n'avaient jamais été cités pour la Grande-Bretagne ; Halophiobolus salinus, H. opacus, Ceriosporopsis halima, Peritrichospora integra, Remispora maritima, Amphisphaeria maritima, Helicoma maritimum, H. salinum, Speira pelagica et Botryophialophora marina.[116].

On en trouve sur les débris de plantes mortes[117], et d'autres substrats organiques flottants ou échoués, et dans les zones exposées aux embruns (plages, dunes, en tant qu'espèces lignicoles des bois flottés par exemple, mais aussi sous forme de spores vivants à l'intérieur du sable [118](ex : Ascomycètes marins et fungi imperfecti[118]). Certains sont des champignons coprophiles et se développent sur les excréments d'oiseaux d'eau[119] ou d'autres animaux aquatiques[119]. Dans les lacs, certaines espèces microscopiques croissent sur les cadavres de crustacés[120] ou d'organismes planctoniques[121]. On en trouve aussi dans les lacs salés, dont par exemple deux espèces (Monodktys pelagica (Johnson) Jones et Naïs inornata Kohlm) trouvées au début des années 1970, pour la première fois hors de la mer, dans un lac du Wyoming riche en MgSO4 et Na2SO4 [122]
La croissance des champignons terrestres ou aquatiques, et mêmes marins, et leur reproduction (sporulation) sont affectées au-delà d'une certaine salinité (variable selon les espèces)[123]. Cependant, certains ascomycètes marins sont très tolérants aux conditions de salinités (élevées ou basses) alors que leurs cousins ascomycètes d'eau douce ne supportent pas l'eau salée. Les champignons imparfaits semblent plutôt tolérants. Les hyphomycetes ne supportent pas les eaux très douces (oligotrophes et faiblement minéralisées)[123]. Chez Chaetomium globosum le sel n'a d'effet qu'à certain moment de son cycle de développement[123].

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

Elle est mal évaluée et elle varie probablement selon les espèces, selon les souches et selon le patrimoine immunitaire et la vulnérabilité des espèces attaquées par ces champignons. A titre d'exemple les genres Saprolegnia, Aphanomyces et Achlya sont très infectieux pour les crustacés, amphibiens, mollusques et poissons. Dan les piscicultures, certains champignons de cette famille s’installent sur les œufs morts et de là contaminent les œufs vivants [124] ;

  • Chez les poissons : les affections fongiques sont assez rarement observées en pleine nature chez des poissons sauvages, mais très fréquentes dans les masses d'eau artificialisées, dans les piscicultures ou en Aquariophilie. Parmi les oomycètes (qui peuvent infecter des plantes ou des animaux), la famille des saprolegniaceae contient plusieurs pathogènes à fort impact socio-économique[125],[126] et préoccupants pour les piscicultures industrielles (salmoniculture notamment[127]).
  • les crustacés ne sont pas épargnés [128] ;
  • Chez les amphibiens, une espèce (Batrachochytrium dendrobatidis) cause la chytridiomycose, une maladie infectieuse, émergente, occasionnant la mort de nombreuses espèces de crapauds et grenouilles, en bloquant leurs organes respiratoires (phénomène reconnu depuis 1998, en Australie et à Panama qui a été rapidement soupçonné d'eêtre un cofacteur explicatif de mortalités importantes et anormales d'amphibiens maintenant constatées partout dans le monde). D'autres espèces peuvent aussi attaquer les œufs d'amphibiens[129] ;
  • Dans le monde végétal, certaines espèces s'attaquent à des plantes cultivées riches en eau, comme le maïs et la luzerne, ou à un certain nombre d'autres plantes des zones humides ; ce sont des parasites endocellulaires, qui souvent ne sont pas des « champignons aquatiques vrais ».

Capacité de bioaccumulation de toxiques[modifier | modifier le code]

Elle est encore mal étudiée, mais - comme leurs cousins terrestres - les champignons marins étudiés se montrent aptes à absorber et bioaccumuler certains métaux lourds ou éléments traces métalliques.

On a montré qu'alors que les feuilles de roselières (Phragmites australis) se décomposent sous l'eau, le taux d'éléments traces métalliques et de métaux lourds (prélevés dans l'eau) augmente dans la matière organique en décomposition au même rythme que le taux d'ergostérol (qui indique une colonisation de ce nouveau substrat par des champignons aquatiques)[130], en interférant aussi avec le cycle des polluants métalliques dans les zones humides[131] ;

Ceci vaut pour le milieu marin. Ainsi deux espèces marines (Corollospora lacera & Monodictys pelagica) absorbent le plomb à doses élevées sans effet toxique pour elles, et bioaccumulent le cadmium, qui cependant - à la différence du plomb - inhibe sévèrement leur croissance ; surtout pour M. pelagica et alors dans ce cas que le taux d'ergostérol chute au fur et à mesure que la concentration du champignon en cadmium augmente[43]. Ces deux métaux sont absorbés par le mycélium poussant sur un substrat en contenant (sous forme bioassimilable), d'autant plus que la teneur en métal est élevée. Il est apparu que le mycélium de C. lacera se détoxique du plomb qu'il absorbe en le stockant (pour 93 % de tout le plomb absorbé) dans l'espace extracellulaire du champignon. M. pelagica s'est montré capable de bioconcentrer plus de 60 mg de Cadmium et plus de 6 mg de plomb par gramme de mycélium, alors que C. lacera bioaccumulait plus de 7 mg de Cadmium et jusqu'à 250 mg de plomb de plomb par gramme de mycélium. Dans les deux cas, les métaux bioaccumulés peuvent contaminer des organismes aquatiques mycophages (escargots aquatiques, certains poissons qui se nourrissent en raclant le biofilm présent sur divers substrats) puis le réseau trophique[43].

État des populations, vulnérabilités[modifier | modifier le code]

La plupart des espèces de champignons aquatiques sont microscopiques, translucides et difficile à identifier ; et ils n'ont probablement pas encore été inventoriés ou découverts. L'état des populations ne peut donc qu'être approximativement évalué, et on ne dispose pas d'état zéro permettant de savoir si ces populations sont stables ou en régression depuis un siècle ou plus.

Différents types de fongicides sont massivement utilisés dans le monde et diffusés dans la Nature. Une partie d'entre eux aboutissent dans les lacs, les cours d'eau et dans la mer (notamment ceux qui sont les plus solubles dans l'eau, et ceux qui se fixent sur les particules de sol susceptibles d'être entrainées par l'érosion. Le mécanisme écotoxique d'un fongicide varie principalement selon le type de molécule qu'il contient et la dose[132]. De manière générale, les fongicides sont une menace directe et croissante pour des « espèces non-cibles », qui ne sont pas correctement pris en compte par les études d’évaluation écotoxicologique de ces biocides[133], car ils de plus en plus utilisés dans le monde et souvent retrouvés dans les cours d’eau et zones humides à la suite du ruissellement ou de la « dérive aérienne » d’aérosols pulvérisés.

Les effets de ces biocides sur les champignons aquatiques, peuvent comme pour d'autres organismes être testés via des tests individuels in vitro et/ou en microcosmes ; ils varient souvent beaucoup selon la dose mais aussi selon leur sensibilité ou leur stade de développement, ou selon le fait que l'exposition est courte ou chronique[134],[135] de l’espèce considérée[136].

Peu de travaux ont porté sur les groupes fongiques aquatiques, mais des phénomènes de sélection adaptative avec émergence de souches pathogènes résistantes aux fongicides sont déjà observés dans le cas d'antibiothérapies ou de l'usage agricole de fongicides (par exemple avec les mycoses[137] (ex : Aspergillioses[138] ou Candidoses[139],[140],[141]) antibiorésistantes et autres antibiorésistances en médecine humaine ou vétérinaire[142] ou avec l'apparition de résistances à des fongicides tels que les benzimidazoles et thiophanates en céréaliculture[143] ou dans le cas de traitements contre l'Oïdium du blé[144] et autres biocides en général chez d'autres microorganismes capables de se reproduire en grand nombre et rapidement. Inversement, certains effets peuvent être facilement sous-estimés : Ainsi, parfois, même si le champignon ne semble pas affecté dans sa croissance ou son activité, de faibles doses de biocide peuvent inhiber sa sporulation et/ou la germination des conidies (ainsi la germination des conidies de Campylospora chaetocladia, Flabellospora verticillata, Flagellospora penicilliodes, Helicosporium sp., Lunulospora curvula et Wiesneriomyces javanicus n'est pas en laboratoire inhibée jusqu'à 1 mg 1 (-1) pour plusieurs pesticides testés[145], mais au-delà de cette concentration, le taux de germination des conidies diminuait avec l'augmentation de la dose[145]. Pour des raisons encore mal comprises, selon Chandrashekar & al. (1994),« la tolérance des organismes aux produits chimiques peut être considérée comme liée au substrat »[145]. Au-dessus de cette concentration la germination des conidies pour cent a diminué avec l'augmentation de la concentration[145].

Malgré quelques progrès méthodologiques et techniques d’évaluation écotoxicologique des fongicides[146], les études d’effets étant lacunaires, les effets toxiques des fongicides et d’autres biocides sur la communauté fongique aquatique pourraient avoir été sous-estimés[133]. Une étude néerlandaise (2011) a cherché à savoir si les seuils autorisées ou jugés acceptables pour la santé humaine ou la protection de producteurs primaires et de divers vertébrés (poissons, crustacés, mammifères..) sont aptes à aussi protéger les champignons aquatiques « sauvages » et non-cibles[133]. Sur la base de tests d’écotoxicité fait sur un panel de diverses espèces fongiques et d’Oomycètes isolées et identifiées dans des eaux de surface polluées aux Pays-Bas (pour sept fongicides ayant des modes d'action différents) des effets écotoxiques aigus ont effectivement été observés, à des doses inférieures à ce que tolère la réglementation pour 3 types de fongicides (triazole, époxiconazole et tébuconazole)[133]. Or dans les environnement agricoles et anthropisés contemporains, ces champignons peuvent être exposés à des « cocktails » de nombreux fongicides et parfois de manière « chronique »[147], avec un effet cocktail (synergique) et des effets directs ou indirects et différés dans l'espace et/ou le temps[148].

Beaucoup de champignons aquatiques sont vulnérables à de faibles doses (5 à 10 mg/l) de fongicides, dose par exemple couramment utilisés dont la bouillie bordelaise.

Ils se montrent également sensibles à certains insecticides comme le BHC (hexachlorure de benzène), et naturellement aux peintures anti-salissures, aux produits anti-lichens utilisés pour le nettoyage de toitures ou bâtiments ou encore aux antifoolings spécifiquement utilisés pour protéger les coques de navires (Sridhar et kaveriappa 1986).

Certaines espèces, ayant besoin d’eau fraiche et oxygénée pour se reproduire pourraient être vulnérables au réchauffement climatique.

Localement et parfois sur de vastes territoires, les cultures irriguées (avec fongicides) et le drainage agricole des zones humides (qui a en France été exacerbé dans les années 1970 par les grands remembrements et de nouvelles techniques de drainage et d'évacuation des eaux[149]), le comblement ou colmatage des mares ou la surexploitation de ressources en eau superficielle a pu causer ou causera la régression des populations de champignons aquatiques.

Enjeux de connaissance[modifier | modifier le code]

Ces espèces jouent un rôle majeur dans le cycle du carbone et pour l'autoépuration des masses d’eau.

Elles ont un fort potentiel médical (les premiers antibiotiques dérivaient des champignons).

Des enjeux industriel existent aussi, de même qu'en termes de biomimétisme.

Ces espèces ont une valeur bioindicatrice[150]. Des enjeux d’évaluation environnementale et sanitaire existent donc aussi. Elles sont par exemple pour certaines très sensibles au taux d'oxygène, aux fongicides ou encore à l’acidification (dans la colonne d’eau en milieu « normal »[151] ou « extrêmophiles »[152] et à la température[153], ainsi qu’à la teneur en matière organique des eaux, trois paramètres fortement influencés par l’homme dans les zones anthropisées (de plus en plus vastes) et dans le contexte du dérèglement climatique[154],[155] et de l’acidification des eaux (pluies et autres milieux aquatiques, dont via le drainage minier acide)[152]. En outre certaines espèces sont pathogènes ou parasites (responsable de mycoses et d’ulcères[156] de poissons, tortues, de lapeste de l'écrevisse, de mortalité massive d’amphibiens…), et sont donc d’intérêt pour l’agriculture, l’élevage, voire la santé humaine[157].
Ces espèces devraient être prises en compte pour la mesure du bon état écologique des eaux et des bassin[150] puis que l’on trouve parmi les champignons aquatiques à la fois des bioindicateurs, et quelques espèces pathogènes et/ou susceptibles d’affecter très négativement la biodiversité (des amphibiens notamment) en situation de déséquilibre écologique. Un autre enjeu est de trouver des stratégies de biocontrôle de ces champignons quand ils sont des pathogènes gênants pour l’Homme, les cultures, l’aquaculture[158] et d’autres formes d’élevage, c'est-à-dire de lutte biologique dans les domaines médicaux, vétérinaires, et agro-industriels (protection des bois), tout en limitant l’appel aux biocides toxiques et parfois non biodégradables comme dans le cas des antifoolings ou de certains produits de protection du bois.
Inversement certains champignons peuvent être utilisés comme « biopesticide » contre certains parasites des cultures, ou contre certains vecteurs de maladies[159], en veillant alors à ce qu’ils ne risquent pas d’affecter les écosystèmes ou devenir invasifs (si utilisés hors de leur contexte biogéographique naturel).

Génétique, biologie moléculaire et biotechnologies[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'au XXe siècle qu'on a compris que les champignons aquatiques avaient aussi une reproduction sexuée, qu’ils répondent aussi aux lois darwinienne de la sélection génétique et que comme les champignons terrestres, ils sont très différents des plantes. Trois scientifiques Burgeff, Kniep et Lindegren ont contribué à lancer les études génétiques mycologiques [160]. la recherche en mycologie a trouvé un regain d’intérêt avec la découverte de la péniciline, puis à nouveau avec le développement des biotechnologies et en particulier de la biologie moléculaire.

En tant que décomposeurs subaquatiques, certains de ces champignons (ou leur connaissance approfondie) pourraient peut-être apporter des solutions pour améliorer l’efficience des stations d’épuration, la production d’agrocarburants ou de biocarburants ou d’autres produits biosourcés utiles, notamment à partir de matières organiques et déchets agroalimentaires et industriels aujourd’hui difficilement exploitables à cause par exemple d’une forte teneur en lignine ou cellulose. De même pour le domaine de filtration, de remédiation ou de biodétection de certains polluants dispersés, mais posant problèmes à faibles doses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif (2007), « The Mycota » (Volume 4), Springer, (ISBN 978-3-540-71839-0) (Print) (ISBN 978-3-540-71840-6) (Online)
  • Czeczuga B (1991) Studies of aquatic fungi XVIII. Aquatic fungi in Lake Śniardwy and eighteen neighbouring lakes. Int. Rev. gesamt. Hydrobiol. Hydrograph. 76: 121-135
  • Ingold CT. Guide to Aquatic Hyphomycetes, 1975, Ed : Freshwater Biological Association (illustré de dessins en noir & blanc), 96 p (Lien) (ISBN 0900386223 et 978-0900386220)
  • Ji N.Y & Wang B.G (2016) Mycochemistry of marine algicolous fungi. Fungal Diversity, 1-42 (résumé).
  • Kirk Jr. PW & Catalfomo P (1970), Marine fungi : the occurrence of ergosterol and choline ; Phytochemistry, Volume 9, Issue 3, March 1970, Pages 595-597 (Résumé)
  • Khube R.D. (2001) A manual of aquatic fungi ; 25 février 2001, 255 p, Daya Publishing House, Indian (ISBN 9788170352228)
  • Nilsson, S. (1964). Freshwater Hyphomycetes. Taxonomy, morphology and ecology. Symbolae Botanicae Upsalienses 18: 1-130
  • Shearer, C. A., Descals, E., Kohlmeyer, B., Kohlmeyer, J., Marvanová, L., Padgett, D., ... & Voglymayr, H. (2007), Fungal biodiversity in aquatic habitats . Biodiversity and Conservation, 16(1), 49-67.
  • Shearer C.A, Raja H.A, Miller A.N, Nelson P, Tanaka K, Hirayama K, ... & Zhang Y (2009) “The molecular phylogeny of freshwater Dothideomycetes”. Studies in Mycology, 64, 145-153.
  • Suberkropp K (1991), “Relationships between growth and sporulation of aquatic hyphomycetes on decomposing leaf litter”. Mycol. Res.95:843–850
  • Sparrow Jr K (1943) Aquatic Phycomycetes exclusive of the Saprolegniaceae and Pythium. Aquatic Phycomycetes exclusive of the Saprolegniaceae and Pythium (résumé).

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Czeczuga B (1995) Hydromycoflora fungi of small forest lakes “Suchary” in the Wigry National Park, 30 (2) (1995), p. 167–180
  2. a b c d e f g h i j k et l Wong M.K.M, Goh, TK Hodgkiss J Hyde K.D Ranghoo V.M, Tsui C.K.M et al. (1998) Role of fungi in freshwater ecosystems. Biodiversity and Conservation, 7 , 1187 – 1206.
  3. López-García P, Vereshchaka A., Moreira D (2007). Eukaryotic diversity associated with carbonates and fluid–seawater interface in Lost City hydrothermal field. Environmental Microbiol ogy. 9: 546-554
  4. Le Calvez T (2009) Diversité et fonctions écologiques des champignons en écosystème hydrothermal marin profond (Thèse de doctorat, Université Rennes 1)
  5. Ji N.Y & Wang B.G (2016) Mycochemistry of marine algicolous fungi. Fungal Diversity, 1-42 (résumé))
  6. a b c d e et f Wurtz A. (1956) Champignons, bactéries et algues des eaux polluées Bulletin français de pisciculture no 182 (voir page 2/21)
  7. Subramanian C.V (1983), Hyphomycetes. Taxonomy and Biology
  8. McLaughlin D.J, McLaughlin D.J & Lemke P.A (2001), The Mycota , Vol. VIIa : Systematics and Evolution, Springer-Verlag, Berlin, Germany
  9. Batko A (1975) Zarys hydromikologii [An outline of hydromycology] 478 pp. (en Polonais) PWN, Leiden, Pays-Bas
  10. voir chap. 15.7 in Freshwater lichens as bioindicators in Freshwater Fungi: and Fungal-like Organisms edited by E. B. Gareth Jones, Kevin D Hyde, Ka-Lai Pang
  11. Jonathan L. Frank (2014), Psathyrella aquatica Fruiting in vitro ; Northwest Science ; janvier 2014 : Vol. 88, Issue 1 (janvier 2014), pg(s) 44-48
  12. Frank J.L (2014) The olive goblet : Peziza oliviae, a new cup fungus growing underwater in Oregon. Mycotaxon, 126(1), 183-190 (résumé)
  13. voir chap. 15.8 in Freshwater lichens as bioindicators in Freshwater Fungi: and Fungal-like Organisms edited by E. B. Gareth Jones, Kevin D Hyde, Ka-Lai Pang
  14. Gessner M.O, Gulis V, Kuehn K.A, Chauvet E & Suberkropp K (2007) 17. Fungal Decomposers of Plant Litter in Aquatic Ecosystems. Environmental and microbial relationships, 4, 301.
  15. Suberkropp K & Weyers H (1996) Application of fungal and bacterial production methodologies to decomposing leaves in streams. Applied and environmental microbiology, 62(5), 1610-1615 (résumé)
  16. a et b Schmit J.P & Mueller G.M (2007), An estimate of the lower limit of global fungal diversity. Biodiversity and Conservation, 16(1), 99-111 (résumé) voir notamment p. 5/13.
  17. a b c d e et f Shearer C.A, Descals E, Kohlmeyer B, Kohlmeyer J, Marvanová L, Padgett D... & Voglymayr H (2007) « Fungal biodiversity in aquatic habitats ». Biodiversity and Conservation, 16(1), 49-67 (résumé)
  18. F. Bärlocher, The Ecology of Aquatic Hyphomycetes. Ecological Studies, Vol. 94. in F. Bärlocher, ed., Springer-Verlag, Berlin, Germany, 1992, p. 38–76 (lien Google livres)
  19. a b et c K Suberkropp & H Weyers (1996), Application of fungal and bacterial production methodologies to decomposing leaves in streams (PDF, 6pp) ; Appl. Environ. Microbiol. Mai 1996, vol.62, n°5, 1610-1615 (résumé)
  20. a b et c Blackwell, M. (2011). « The Fungi: 1, 2, 3… 5.1 million species? ». American Journal of Botany, 98(3), 426-438 (résumé)
  21. a b et c Mazurkiewicz-Zapałowicz, K., Silicki, A., Gregorczyk, A., Biedunkiewicz, A., & Wolska, M. (2012). Effects of some abiotic factors on the occurrence of aquatic mycobiota in lakes of the Drawa National Park. Oceanological and Hydrobiological Studies, 41(4), 8-16 (résumé)
  22. Steciow, M. M., Lara, E., Paul, C., Pillonel, A., & Belbahri, L. (2014). http://www.ingentaconnect.com/content/ima/imafung/2014/00000005/00000002/art00017?crawler=true Multiple barcode assessment within the Saprolegnia-Achlya clade (Saprolegniales, Oomycota, Straminipila) brings order in a neglected group of pathogens]. IMA Fungus, 5(2), 439-448 (résumé)
  23. Neville J. Dix & John Webster (1995), Fungal Ecology, Chap. pp 225-283 : Aquatic Fungi (résumé)
  24. Charuwan Chuaseeharonnachai, Kaoru Yamaguchi, Veera Sri-Indrasutdhia, Sayanh Somrithipol, Izumi Okanec, Akira Nakagirid & Nattawut Boonyuen (2013), Diversity of Aero-Aquatic Hyphomycetes from Six Streams in Doi Inthanon and Khao Yai Tropical Forests, Thailand ; Cryptogamie, Mycologie June 2013 : Vol. 34, Issue 2 (Jun 2013), pg(s) 183-197
  25. Fungi in Extreme Environments par N. Magan in « The Mycota » (Volume 4 2007), Springer, (ISBN 978-3-540-71839-0) (imprimé) (ISBN 978-3-540-71840-6) (en ligne)
  26. Suzuki, S. (1960). Seasonal variation in the mount of zoospores of aquatic Phycomycetes in Lake Shinseiko. Botan. Mag. (Tokyo)”, 73, 483-486.
  27. Lorenz R., Molitoris H.P. (1997). Cultivation of fungi under simulated deep-sea conditions. Mycological Research. 101: 1355-1365
  28. Bass D., Howe A., Brown N., Barton H., Demidova M., Michelle H., Li L., Sanders H., Watkinson S.C.C., Willcock S., Richards T.A.A. (2007). Yeast forms dominate fungal di versity in the deep oceans. Proceedings of the Royal Society B. 274: 3069-3077
  29. Van Dover C.L., Ward M.E., Scott J.L., Underdown J., Anderson A., Gustafson C., Whalen M., Carnegie R.B. (2007). A fungal epizootic in mussels at a deep-sea hydrothermal vent. Marine ecology. 28: 54-52
  30. Burgaud G., Le Calvez T., Arzur D., Vandenkoornhuyse P., Barbier G. (2009). Diversity of culturable marine filamentous fungi from deep-sea hydrothermal vents. Environmental Microbiology.
  31. a et b Silicki, A. (2008). The biodiversity and significance of water fungi in chosen lakes of Drawa National Park. Unpublished doctoral dissertation, AR Szczecin, Poland (in Polish)
  32. Damare, S., Raghukumar, C. & Raghukumar, S. (2006) Fungi in deep-sea sediments of the Central Indian Basin. Deep Sea Research Part I: Oceanographic Research Papers , 53, 14–27
  33. Nagano, Y., Nagahama, T., Hatada, Y., Nunoura, T., Takami, H., Miyazaki, J., et al. (2010) Fungal diversity in deep-sea sediments – the presence of novel fungal groups. Fungal Ecology, 3, 316–325
  34. Edgcomb, V.P., Beaudoin, D., Gast, R., Biddle, J.F. & Teske, A. (2011) Marine subsurface eukaryotes : the fungal majority. Environmental Microbiology, 13, 172–183.
  35. Edgcomb, V., Orsi, W., Bunge, J., Jeon, S., Christen, R., Leslin, C., et al. (2011) Protistan microbial observatory in the Cariaco Basin, Caribbean. I. Pyrosequencing vs Sanger insights into species richness. The ISME Journal, 5 ,1344–1356.
  36. a et b Ciobanu, M.-C., Burgaud, G., Dufresne, A., Breuker, A., Rédou, V., Maamar, S.B., et al. (2014) Microorganisms persist at record depths in the subseafloor of the Canterbu ry Basin. The ISME journal , 8 , 1370 – 1380.
  37. Rédou, V., Ciobanu, M.C., Pachiadaki, M.G., Edgcomb, V., Alain, K., Barbier, G., et al. (2014) In-depth analyses of deep subsurface sediments using 454-pyrosequencing reveals a reservoir of buried fungal communities at record-breaking depths. FEMS Microbiology Ecology, 90, 908–921.
  38. a b c et d Navarri M (2016) Métabolites secondaires de champignons de sédiments marins profonds: criblages génétique et fonctionnel et caractérisation structurale de molécules antimicrobiennes (Doctoral dissertation), Université de Bretagne occidentale-Brest
  39. déréplication ( MSP-PCR fingerprinting) en utilisant l’amorce M13
  40. Oger, P.M. & Jebbar, M. (2010) The many ways of coping with pressure. Research in Microbiology , 161 , 799 – 809
  41. a b et c [1]
  42. Bärlocher F, Nikolcheva LG, Wilson KP, Williams DD (2006). Fungi in the hyporheic zone of a springbrook. Microb Ecol 52:708–715
  43. a b et c Michael A.S. Taboski, Thomas G. Rand, Adam Piórko, Lead and cadmium uptake in the marine fungi Corollospora lacera and Monodictys pelagica ; FEMS Microbiology Ecology, Volume 53, Issue 3, 1 August 2005, Pages 445-453 (Résumé)
  44. Kohlmeyer, J., Volkmann-Kohlmeyer B., & Newell, S. Y. (2004). Marine and estuarine mycelial Eumycota and Oomycota. Biodiversity of fungi: inventory and monitoring methods. Elsevier Academic Press, New York.
  45. Jones, E. G. (2011). Fifty years of marine mycology. Fungal diversity, 50(1), 73-112.
  46. Newell, S. Y., & Fell, J. W. (1994). Parallel testing of media for measuring frequencies of occurrence for Halophytophthora spp.(Oomycota) from decomposing mangrove leaves. Canadian journal of microbiology, 40(4), 250-256 (résumé).
  47. Suzuki, S. and Nimura, H. (1961). Relation between the distribution of aquatic hyphomycetes in Japanese lakes and lake types. Botanical Magazine, Tokyo 74: 51-55.
  48. Lackey J.B (1940) The microscopic flora and fauna of tree holes. Ohio Journal of Science 40: 186-192
  49. Kitching R.L (1971) An ecological study of water-filled tree holes and their position in the woodland ecosystem. Journal of Animal Ecology 40: 281-302
  50. [2], Fungal Diversity
  51. Gönczöl J (1976) Ecological observations on the aquatic Hyphomycetes of Hungary. II. Acta Botanica Academiae Scientiarum Hungaricae 22: 51-60.
  52. a et b Duarte, S., Pascoal, C., Garabétian, F., Cássio, F. & Charcosset, J.-Y. (2009). Microbial decomposer communities are mainly structured by trophic status in circumneutral and alkaline streams. Appl. Environ. Microbiol. 75(19), 6211-6221
  53. Webster, J. (1977). Seasonal observations on aquatic hyphomycetes on oak leaves on the ground. Transactions of the British Mycological Society 68: 108-111
  54. Suzuki, S. (1960). Seasonal variation in the mount of zoospores of aquatic Phycomycetes in Lake Shinseiko. Botan. Mag. (Tokyo), 73, 483-486
  55. G.S Mer, S.C Sati, R.D Khulbe (1981) Occurrence, distribution and seasonal periodicity of some aquatic fungi of Sat-Tal (Nainital), India ; Hydrobiologia (résumé)
  56. Chung, N. & Suberkropp, K. (2008). Influence of shredder feeding and nutrients on fungal activity and community structure in headwater streams. Fundamen. Appl. Limnol. 173(1), 35-46.
  57. « fungus-like organisms » ou FLO
  58. Baudoin, J.M., Guérold, F., Felten, V., Chauvet, E., Wagner, P. & Rousselle, P. (2008). Elevated aluminium concentration in acidified headwater streams lowers aquatic hyphomycete diversity and impairs leaf- litter breakdown. Microb. Ecol. 56(2), 260-269
  59. Ingold, C.T (1975) Hooker Lecture 1974 : Convergent evolution in aquatic fungi: the tetraradiate spore. Biological Journal of the Linnean Society, 7(1), 1-25 (résumé).
  60. a et b Ingold C.T (1942) Aquatic hyphomycetes of decaying alder leaves. Transactions of the British Mycological Society, 25(4), 339-IN6.
  61. Bärlocher F (1992) « Research on aquatic hyphomycetes: historical background and overview ». In: Bärlocher F (ed) The ecology of aquatic hyphomycetes. Springer, Berlin & New York, p. 1–15
  62. a et b Ingold C.T (1975) Hooker Lecture 1974 : Convergent evolution in aquatic fungi: the tetraradiate spore. Biological Journal of the Linnean Society, 7(1), 1-25. (résumé)
  63. a b et c Duché J., 1945, Les champignons de l'eau, PDF, 16 pp
  64. Bärlocher, F. (1982). On the ecology of Ingoldian fungi. BioScience, 32(7), 581-586.
  65. anthéridies et oogones
  66. Bärlocher, F. (2009). Reproduction and dispersal in aquatic hyphomycetes. Mycoscience, 50(1), 3-8
  67. a b et c Cox, P. A. (1983). “Search theory, random motion, and the convergent evolution of pollen and spore morphology in aquatic plants”. American Naturalist, 9-31
  68. Nawawi, A. (1985). Aquatic hyphomycetes and other water-borne fungi from Malaysia. Malayan Nature Journal 39: 75-134
  69. Descals E (1998) Streamborne fungi from Karrantza (Basque Country) and surroundings ; Bolletin de la Societat d’ Historia Natural de les Balears ; Palma de Mallorca ; 41: 191-219 ; 191-219. (ISSN 0212-260X). (PDF, 29pp)
  70. Ingold C.T (1977) Identity of some conidia from stream foam. Transactions of the British Mycological Society 69: 325-326
  71. Ramesh C & Vijaykumar S Studies of fresh water foam fungi of Uttara Kannada, Karnataka, Indian Phytopathology, 58(1), 89-95.
  72. a b et c Gessner, M. O., & Van Ryckegem, G. (2003). « Water fungi as decomposers in freshwater ecosystems ». Encyclopedia of Environmental Microbiology (PDF, 38p).
  73. Jones E.G (2006) Form and function of fungal spore appendages. Mycoscience, 47(4), 167-183 résumé)
  74. a et b Felix Bärlocher (2012) « The Ecology of Aquatic Hyphomycetes » Springer Science & Business Media, 6 décembre 2012, Science, 225 pp (lien vers Google livre)
  75. Madrid H, Cano J, Gené J, Bonifaz A, Toriello C & Guarro J (2009) Sporothrix globosa, a pathogenic fungus with widespread geographical distribution. Revista iberoamericana de micología, 26(3), 218-222.
  76. Blackwell, W. H. (2010). The enigmatic genus Pythiella (Oomycota). Phytologia, 92, 304-311
  77. Gleason, F. H., Lilje, O., Marano, A. V., Sime-Ngando, T., Sullivan, B. K., Kirchmair, M., & Neuhauser, S. (2014). Ecological functions of zoosporic hyperparasites. Frontiers in microbiology, 5.
  78. R.W Lichtwardt (1986), The Trichomycetes—Fungal Associates of Arthropods, Springer-Verlag, New York
  79. J. K. Misra, Symbiosis 24 , 179–220 (1998)
  80. C. Wigand, F. O. Andersen, K. K. Christensen, M. Holmer, nand H. S. Jensen, Limnol. Oceanogr. 43 , 508–515 (1998)
  81. S. P. Miller and R. R. Sharitz, Funct. Ecol. 14 , 738–748 (2000)
  82. a b c et d Buchan, A., Newell, S. Y., Butler, M., Biers, E. J., Hollibaugh, J. T., & Moran, M. A. (2003). Dynamics of bacterial and fungal communities on decaying salt marsh grass. Applied and Environmental Microbiology, 69(11), 6676-6687 (résumé)
  83. Mostajir B, Amblard C, Buffan-Dubau E, De Wit, R, Lensi R & Sime-Ngando T (2012) Les réseaux trophiques microbiens des milieux aquatiques et terrestres ; J.C. Bertrand et al. Presses Universitaires de Pau et des Pays de l'Adour, pp.28 (PDF 30 pp)
  84. Barron, G. L. (1980). « Fungal parasites of rotifers: a new Tolypocladium with underwater conidiation”. Canadian Journal of Botany, 58(4), 439-442 (résumé).
  85. Scholz B, Küpper F.C, Vyverman W & Karsten U (2014) Eukaryotic pathogens (Chytridiomycota and Oomycota) infecting marine microphytobenthic diatoms–a methodological comparison. Journal of Phycology, 50(6), 1009-1019 (résumé)
  86. Bandoni, R.j. (1981). Aquatic hyphomycdes from terrestrial litter. In The Fungal Community. Its Organimtion and Role in the Ecosystem (ed. D. T. Wicklow & G. C. Carroll), pp. 693-708. Marcel Dekker: New York, USA
  87. Bandoni, R.J. (1972). Terrestrial occurrence of some aquatic hyphomycetes. Canadian Journal of Botany 50: 2283-2288
  88. Park, D. (1974). Aquatic hyphomycetes in non-aquatic habitats. Transactions of the British Mycological Society 63: 183-187
  89. Bandoni, R.J. (1974). Mycological observations on the aqueous films covering decaying leaves and other litter. Transactions of the Mycological Society of Japan 15: 309-315
  90. Sridhar, K.R. and Kaveriappa, K.M. (1987). Occurrence and survival of aquatic hyphomycetes under terrestrial conditions. Transactions of the British Mycological Society 89: 606-609
  91. Bandoni, R.j. (1972), “Terrestrial occurrence of some aquatic hyphomycetes”. Canadian Journal of Botany 50, 2283-2288
  92. Sanders, P.F. and Webster, J. (1978). Survival of aquatic Hyphomycetes in terrestrial situations. Transactions of the British Mycological Society 71: 231-237 (résumé)
  93. Sridhar K.R & Bärlocher F (1993), Aquatic hyphomycetes on leaf litter in and near a stream in Nova Scotia, Canada ; Mycol.Res. 97 (12):1530-1535
  94. Gleason F.H, Kagami M, Lefevre E & Sime-Ngando T (2008) The ecology of chytrids in aquatic ecosystems : roles in food web dynamics. Fungal Biology Reviews, 22(1), 17-25 (résumé)
  95. Subramanian C.V, Bhat D.J (1981) « Conidia from freshwater foam samples from the Western Ghats, Southern India », Kavaka 9:45-62
  96. Webster J, Sescals E (1981) “Morphology, distribution and ecology of conidial fungi in freshwater habitats”. in : Cole GT, Kendrick B (eds) “The biology of conidial fungi”. Academic press, New York, pp 295-355
  97. Dijksterhuis, J., Veenhuis, M., Harder, W., & Nordbring-Hertz, B. (1994). Nematophagous fungi: physiological aspectsand structure-function relationships. Advances in Microbi-al Physiology, 36, 111–143
  98. Fisher S.G & Likens GE (1973) Energy flow in Bear Brook, NewHampshire : an integrative approach to stream ecosystem metabolism. Ecol.Monogr.43:421–439
  99. Suberkropp K.F & Klug M.J (1976) Fungi and bacteria associated with leaves during processing in a woodland stream. Ecology 57: 707–719
  100. Baldy V, Gessner M.O. & E. Chauvet E(1995) Bacteria, fungi and thedecomposition of leaf litter in a large river. Oikos74:93–102.
  101. Findlay, S. E. G., and T. L. Arsuffi. (1989) Microbial growth and detritus transformations during decomposition of leaf litter in a stream. Freshwater Biol. 21: 261–269
  102. Weyers H.S (1994) A comparison of the biomass and productivity of fungi and bacteria on decomposing leaves in two streams. M.S. thesis. University of Alabama, Tuscaloosa.
  103. Nikolcheva, L. G., & Bärlocher, F. (2004). Taxon-specific fungal primers reveal unexpectedly high diversity during leaf decomposition in a stream. Mycological Progress, 3(1), 41-49
  104. Nanna Buesing & Mark O. Gessner (2006), Benthic Bacterial and Fungal Productivity and Carbon Turnover in a Freshwater Marsh ; Appl. Environ. Microbiol. January 2006 72:1 596-605 (résumé)
  105. a et b Dang C.K, Gessner M.O & Chauvet E (2007), «Influence of conidial traits and leaf structure on attachment success of aquatic hyphomycetes on leaf litter » ; Mycologia Janvier 2007 9:1 24-32 (résumé)
  106. Suberkropp K (1995) The influence of nutrients on fungal growth, productivity, and sporulation during leaf breakdown in streams. Can. J. Bot.73(Suppl. 1):S1361–S
  107. Suberkropp K & Chauvet E (1995) Regulation of leaf breakdown by fungi in streams: influences of water chemistry. Ecology 76: 1433–144
  108. Webster J. (1975) Further studies of sporulation of aquatic hyphomycetes inrelation to aeration. Trans. Br. Mycol. Soc.64:119–127.29.Webster, J., and F.H. Towfik.1972.Sporulationofa
  109. a b c d e f et g Gulis V, Suberkropp K & Rosemond A.D (2008) Comparison of Fungal Activities on Wood and Leaf Litter in Unaltered and Nutrient-Enriched Headwater Streams ; Appl. Environ. Microbiol. February 2008 74:4 1094-1101 (résumé)
  110. a et b Bååth, E. (2001). Estimation of fungal growth rates in soil using 14 C-acetate incorporation into ergosterol. Soil Biology and Biochemistry, 33(14), 2011-2018 (résumé).
  111. Rousk, J., & Bååth, E. (2007). Fungal biomass production and turnover in soil estimated using the acetate-in-ergosterol technique. Soil Biology and Biochemistry, 39(8), 2173-2177 (résumé).
  112. a b c d e f et g Belliveau MJR, Bärlocher F (2005) Molecular evidence confirms multiple origins of aquatic hyphomycetes. Mycol Res 109:1407–1417 (résumé)
  113. Dans une acception plus ancienne et plus restreinte, le terme de « chytrides » faisait seulement référence à l'ordre des Chytridiales. Dans les classifications antérieures, les chytrides (à l'exception des ordres récents des Neocallimastigales et des Spizellomycetales) étaient placés dans la classe des Mastigomycota (ou Phycomycetes, du grec « champignons algues »), appartenant elle-même à la sous-division des Myxomycophyta
  114. Hyde & Goh T.K (1997), Fungi on submerged wood in a small stream on Mt Lewis, North Queensland, Australia. Muelleria 10 : 145-57.
  115. Marvanová, L. and Bärlocher, F. (2001). Hyphomycetes from Canadian streams. VI. Rare species in pure cultures. Czech Mycology 53: 1-28
  116. Irene M. Wilson, Notes on some marine fungi ; Transactions of the British Mycological Society, Volume 34, Issue 4, 1951, Pages 540-543
  117. Bazyli Czeczuga, Bożenna Mazalska, Anna Godlewska, Elżbieta Muszyńska (2005) Aquatic fungi growing on dead fragments of submerged plants ; Limnologica - Ecology and Management of Inland Waters, Volume 35, Issue 4, 29 November 2005, Pages 283–297 (résumé)
  118. a et b G. Rees, R.G. Johnson, E.B. Gareth Jones, Lignicolous marine fungi from Danish sand dunes ; Transactions of the British Mycological Society, Volume 72, Issue 1, February 1979, Pages 99-106 (résumé)
  119. a et b Bazyli Czeczuga & Bożenna Mazalska (2000) Zoosporic aquatic fungi growing on avian excrements in various types of water bodies ; Limnologica - Ecology and Management of Inland Waters ; Vol.30, no 4, décembre 2000, Pages 323–330, mis en ligne le 16 aout 2005 (résumé)
  120. Bazyli Czeczuga, Mariola Kozłowska, Anna Godlewska (2002) Zoosporic aquatic fungi growing on dead specimens of 29 freshwater crustacean species ; Limnologica - Ecology and Management of Inland Waters, Volume 32, Issue 2, July 2002, Pages 180–193 (résumé)
  121. B. Czeczuga, A. Godlewska & M. Kozłowska (2000) Zoosporic fungi growing on the carapaces of dead zooplankton organisms ; Limnologica - Ecology and Management of Inland Waters, Volume 30, Issue 1, March 2000, Pages 37–43 (résumé)
  122. Wood-inhabiting and marine fungi from a saline lake in Wyoming Original Research Article Transactions of the British Mycological Society, Volume 63, Issue 1, 2 August 1974, Pages 143-149,IN21 D.E. Davidson ; doi:10.1016/S0007-1536(74)80146-4 (Résumé)
  123. a b et c Effect of salinity on the reproduction of terrestrial and marine fungi ; Transactions of the British Mycological Society, Volume 65, Issue 2, October 1975, Pages 185-200 P.J. Byrne, E.B. Gareth Jones ([résumé http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0007153675800027])
  124. Czeczuga and Muszyńska, 1998B. Czeczuga, E. Muszyńska (1998) Aquatic fungi growing on coregonid fish eggs Acta ; Hydrobiol, 40, pp. 239–264
  125. Van West P (2006), Saprolegnia parasitica , an oomycete pathogen with a fishy appetite : new challenges for an old problem ; Mycologist 20:99 - 104 (résumé)
  126. Phillips A.J, Anderson V.L Robertson E.J, Secombes C.J & van West P (2008), New insights into animal pathogenic oomycetes. Trends in Microbiology 16 :13 - 19 (résumé).
  127. Gauthier V.D (2013) Inhibition du pathogène des salmonidés Saprolegnia parasitica par des bactéries aquatiques, mémoire de Maître ès sciences (M.Sc.) en microbiologie et immunologie , Faculté de médecine, Université de Montréal, PDF, 178 pp
  128. Czeczuga, et al. (1998) Aquatic fungi on certain species of crayfish in water from different water bodies ; Pol. J. Envir. Stud., 7 (2) (1998), pp. 75–82
  129. Czeczuga, et al. (1998), Aquatic fungi growing on the spawn of certain amphibians ; Amphibia-Reptilia, 19 (1998), pp. 239–251 (résumé)
  130. Gijs Du Laing, Gunther Van Ryckegem, Filip M.G. Tack, Marc G. Verloo (2006), Metal accumulation in intertidal litter through decomposing leaf blades, sheaths and stems of Phragmites australis ; Chemosphere Volume 63, Issue 11, June 2006, Pages 1815–1823 (résumé)
  131. G. Du Laing, A.M.K. Van de Moortel, W. Moors, P. De Grauwe, E. Meers, F.M.G. Tack, M.G. Verloo (2009), Factors affecting metal concentrations in reed plants (Phragmites australis) of intertidal marshes in the Scheldt estuary ; Pollution control by wetlands ; Ecological Engineering Volume 35, Issue 2, 9 February 2009, Pages 310–318 (résumé)
  132. Maltby, L., Brock, T. C. M., & Van den Brink, P. J. (2009). “Fungicide risk assessment for aquatic ecosystems: importance of interspecific variation, toxic mode of action, and exposure regime”. Environmental Science & Technology, 43, 7556–7563
  133. a b c et d Dijksterhuis J, van Doorn T, Samson R & Postma J (2011), « Effects of Seven Fungicides on Non-Target Aquatic Fungi »; Water, Air, & Soil Pollution, November 2011, Volume 222, Issue 1-4, pp 421-425, en ligne 28 Mai 2011 (résumé)
  134. Lin R, Buijse L, Dimitrov MR, Dohmen P, Kosol S, Maltby L, Roessink I, Sinkeldam JA, Smidt H, Van Wijngaarden RP, et al. (2012), Effects of the fungicide metiram in outdoor freshwater microcosms: responses of invertebrates, primary producers and microbes ; Ecotoxicology. juillet 2012 ; 21(5):1550-69. Epub 2012-05-04 (résumé).
  135. Van Wijngaarden R.P.A, Arts, G.H.P, Belgers J.D.M, Boonstra H, Roessink A.F.W & Brock T.C.M (2010) The species sensitiveity distribution approach compared to a microcosm study : a case study with the fungicide fluazinam. Ecotoxicology and Environmental Safety, 73 , 109 –122 (résumé)
  136. El-HissyF.T, El-Nagdy M.A, El-Sharouny H.M & Abd-Elaah G.A (1995), « Effect of the fungicide chlorothalonil (Bravo) on some metabolic activities of aquatic fungi », Folia Microbiologica, Mai 1995, Volume 40, Issue 3, pp 341-344 (résumé)
  137. Pinel, C., Grillot, R., & Ambroise-Thomas, P. (2002, April). Emergence de parasitoses et mycoses: risques et menaces au seuil du troisième millénaire. In Annales de Biologie Clinique (Vol. 60, No. 2, pp. 193-200) (résumé).
  138. Alanio, A., & Bretagne, S. (2010). Résistance microbiologique des Aspergillus aux antifongiques: de l’identification au séquençage des mutations. Antibiotiques, 12(2), 114-119.
  139. Dieng, Y., Faye-Niang, M. A., Ndour-Diop, A., Sow, P. S., Dieng, T., Soumare, M., ... & DIALLO, S. (2001). Sensibilité aux antifongiques des souches de Candida responsables de candidose oropharyngée chez des sujets vivant avec le VIH. Dakar médical, 46(1), 4-7 (résumé).
  140. Noël, T. (2012). Le point sur les mécanismes de résistance aux antifongiques azolés chez les levures Candida. Journal de Mycologie Médicale/Journal of Medical Mycology, 22(1), 96.
  141. Fournier, B., Morio, F., Leterrier, M., Villers, D., Moreau, P., Deslandes, G., & Le Pape, P. (2012). Résistance de Candida albicans à la caspofungine: à propos d’un cas au CHU de Nantes. Journal de Mycologie Médicale/Journal of Medical Mycology, 22(3), 287.
  142. Robert, Y. Résister à la résistance ; Antibiorésistance et santé publique, PDF, 7 pp.
  143. Le page D (1986), Epidémiologie des souches de Pseudocercosporella herpotrichoïdes(FRON) Deighton, agent du piétin-verse des céréales, résistances aux fongicides benzimidazoles et thiophanates (Doctoral dissertation) (Notice/résumé) Inist/CNRS.
  144. Walker, A. S., Leroux, P., Bill, L., Wilhelm, E., & Caron, D. (2004). Oïdium du blé: quelles résistances aux fongicides en France?. Phytoma-La Défense des végétaux, (577), 49-54 (résumé).
  145. a b c et d Chandrashekar, K. R., & Kaveriappa, K. M. (1994). Effect of pesticides on sporulation and germination of conidia of aquatic hyphomycetes. Journal of Environmental Biology, 15, 315–324 (résumé)
  146. Van den Brink, P. J., Maltby, L., Wendt-Rasc, L., Heimbach, F.,& Peeters, F. (2007). New improvements in the aquatic ecological risk assessment of fungicidal pesticides and biocides . Brussels: Setac
  147. van Wijngaarden RP, Belgers DJ, Zafar MI, Matser AM, Boerwinkel MC, Arts GH (), Chronic aquatic effect assessment for the fungicide azoxystrobin.. Environ Toxicol Chem. 2014 Dec; 33(12):2775-85. Epub 2014 Oct 27 (résumé)
  148. Daam MA, Satapornvanit K, Van den Brink PJ, Nogueira AJ (2010), Direct and indirect effects of the fungicide Carbendazim in tropical freshwater microcosms.. Arch Environ Contam Toxicol. 2010 Feb; 58(2):315-24. Epub 2009 Jul 29 (résumé).
  149. Carre, L. (1998). Les communaux du marais poitevin: un cas de figure pour une réflexion sur la gestion des biens communs et la recherche du bien commun (Doctoral dissertation, Paris 10) (résumé)
  150. a et b Terekhova, V.A. (2007) [Micromycetes in ecological evaluation of aquatic and terrestrial ecosystems], AGRIS, FAO
  151. Kiziewicz, B., Mazalska B., Godlewska A., Muszyńska E., Kuśtowska E. & Świderska M. (2006). Occurrence of aquatic fungi in relation to pH of the sub-surface waters . Ecological processes in extreme conditions. In Revelling in Reference: VII Toruńskie Seminarium Ekologiczne. Stresz. Konf. Nauk. PTEkol. Toruń (in Polish)
  152. a et b Gadanho, M., Libkind, D. & Sampaio, J.P. (2006). Yeast diversity in the extreme acidic environments of the Iberian pyrite belt. Microb. Ecol. 52(3), 552-563.
  153. Kitancharoen, N., Yuasa K. & Hatai K. (1996). Effects of pH and temperature on growth of Saprolegnia diclina and S. parasitica isolated from various sources. Mycoscience, 37(4), 385-390.
  154. Ferreira, V. & Chauvet, E. (2011a). Future increase in temperature more than decrease in litter quality can affect microbial litter decomposition in streams. Oecologia, 167(1), 279-291
  155. Ferreira, V. & Chauvet, E. (2011b). Synergistic effects of water temperature and dissolved nutrients on litter decomposition and associated fungi. Global Change Biology 17(1), 551-564.
  156. Afzali, S. F., Hassan, M. D., & Mutalib, A. R. (2014). Induction of skin ulcers in moon light gourami (Trichogaster microlepis) with Aphanomyces invadans zoospores. Pertanika Journal of Tropical Agricultural Science, 37(1), 133-140 (résumé).
  157. Howard, D.H. (2003). Pathogenic fungi in humans and animals. New York, Basel: Marcel Dekker Inc.
  158. Faille, Ariane. (2010). Identification de composés naturels contre Saprolegnia sp., un champignon pathogène en aquaculture. Mémoire de Maîtrise / Master's en Microbiologie et immunologie, 2010-10-07
  159. Gul, H. T., Saeed, S., & Khan, F. Z. A. (2014). Entomopathogenic Fungi as Effective Insect Pest Management Tactic: A Review. Appl. Sci. Bus. Econ., 1, 10-18
  160. [3]
  • Portail de la mycologie