Château-fort de Callian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Callian

Château de Callian, au sommet du village historique de Callian (juillet 2015).
Période ou style Gothique
Renaissance provençale
Type Château
Début construction XIIIe siècle
Fin construction Rénovation majeure en 1966-1976
Coordonnées 43° 37′ 21″ nord, 6° 45′ 10″ est[1]
Pays  France
Anciennes provinces de France Provence
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Commune Callian

Géolocalisation sur la carte : Var

Château de Callian

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Château de Callian

Géolocalisation sur la carte : France

Château de Callian

Le château de Callian est un château-fort médiéval situé en haut du village historique de Callian sur la commune de Callian, dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, France. Remanié du XIVe siècle au XVIIe siècle et rénové de 1966 à 1976, il s'inscrit dans une histoire séculaire, jalonnée d'une multitude de seigneurs.

Historique[modifier | modifier le code]

Son histoire débute avec un certain Ugo, prince de Callian, seigneur de la région vers 1038[2]. En 1249, Callian figure comme castrum, siège d'une importante seigneurie. Les tours nord-est et sud-est sont datées des XIIe et XIIIe siècles.

En 1391, Callian est incendié par Raymond de Turenne au cours de la guerre de succession entre les Duras et la Maison d'Anjou. C'est à la suite de cet incendie que le village est bâti sur les flancs de la colline du château pour donner naissance au village historique que nous connaissons à présent. En 1484, la communauté villageoise de Callian nait administrativement[3].

La famille de Grasse, présente sur ces terres de 1374 jusqu'à 1645, donne progressivement au château sa physionomie actuelle[2]. En 1510, Louis Antoine de Grasse construit sa façade sud-est dans un style Renaissance provençale.

En 1585 Joseph de Rafélis acquiert également une partie des terres de Callian. Puis en 1679 le château passe partiellement aux mains de la famille de Lyle Taulane, Gabrielle de Rafélis épousant Antoine de Lyle. L'autre moitié demeure au frère de Gabrielle, Jean de Rafélis de Broves.

En 1751, Marie Gabrielle, fille de Jean de Rafélis de Broves, vend la partie nord-est du château à la ville de Callian, la communauté villageoise y construira une mairie. À la fin de 1792, Joseph-Ignace de Lyle Tazulane doit quitter le château de Callian, qui est pillé peu après, et incendié.

En 1873, les ruines abandonnées de la partie Lyle Taulane passent par mariage à la famille de Jerphanion. Les lieux ne sont plus habités et annoncent la transformation de ces ruines en carrière de pierres et en terrain de jeux pour les enfants. Au début du XXe siècle, tous les murs du château tiennent encore debout. Mais après la première guerre mondiale, une partie du mur ouest s'effondrera.

C'est le sculpteur belge Henry Brifaut, né à Bruxelles, qui redécouvre en 1958 les ruines du château, abandonnées depuis près de 170 ans. En 1966, il achète le château de Callian et à l'âge de 61 ans, il relève le pari de reconstruire la demeure. Après une dizaine d'années de travail, l'édifice retrouva son allure d'antan.

Informations complémentaires[modifier | modifier le code]

Le château est actuellement propriété privée et ne se visite pas.

Références[modifier | modifier le code]

Pages liées[modifier | modifier le code]

Pages internes[modifier | modifier le code]

Pages externes[modifier | modifier le code]

Histoire de la Provence Page des Scouts sur Henry Brifaut Page d'œuvres d'Henry Brifaut

  • Portail de la Provence
  • Portail des châteaux
  • Portail du Var