Château de Romefort (Indre)

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Château de Romefort

Château de Romefort
Période ou style Médiéval
Type Château
Début construction XIIe siècle
Protection  Inscrit MH (1993)
Logo monument historique Classé MH (1994)
Coordonnées 46° 37′ 20″ nord, 1° 14′ 15″ est
Pays France
Anciennes provinces de France Berry
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Commune Ciron

Géolocalisation sur la carte : France

Château de Romefort

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Château de Romefort

Géolocalisation sur la carte : Indre

Château de Romefort
Donjon du château Romefort-sur-Creuse propriété de Marie de Segondat et de Jean d'Harambure

Le château de Romefort est situé, sur la rive gauche de la Creuse, sur la commune de Ciron dans le département de l'Indre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le donjon est construit entre 1180 et 1190. Il apparaît en 1182 avec Gaudin de Romefort. De 1309 à 1452, il est possession des Culant. Georges de Sully en fait l'acquisition en 1452 mais l'indivision entre ses enfants est le prélude à son abandon. Romefort est alors acheté le 10 avril 1548 par Pierre de Segondat, général des finances de Guyenne. Une querelle éclate avec la famille de Sully qui avait fermé la moitié de la propriété. C'est son gendre, Jean d'Harambure dit « le borgne », qui obtient raison le 18 novembre 1597. En effet celui-ci épouse sa fille Marie de Segondat et devient seigneur de Romefort pour la totalité du domaine. Il exerce une gestion active et multiplie les acquisitions diverses pour agrandir le domaine. Son fils Jean d'Harambure, à la tête d'une fortune considérable grâce à son épouse Marie Tallemant (cousine de Gédéon Tallemant des Réaux), poursuit cette gestion active. Il est tué en Italie au combat de la Route en 1640 et c'est son frère Henri d'Harambure qui lui succède dans ses fiefs. Ceux-ci sont partagés entre ses six enfants. La révocation de l'Édit de Nantes et ses conséquences amènent les descendants du fameux « Borgne », restés protestants, à se réfugier à Preuilly-sur-Claise et à abandonner Romefort. Il s'ensuit une série de procès qui ne se terminent qu'après un dédommagement de Jean Samuel, marquis d'Harambure et gouverneur de Poitiers.

Romefort est ensuite entre les mains des marquis de Belabre jusqu'à la Révolution qui marque la disparition de la seigneurie et le morcellement des terres. Le château est ensuite acquis par la famille de Bondy et se trouve maintenant dans sa descendance.

Le château de Romefort est restauré entre 1872 et 1877 dans le « style troubadour » sous la direction d'Alexandre Arveuf-Fransquin, élève de Questel. Le corps de logis situé entre une tour ronde du XVe siècle et une tour carrée du XVIIe siècle est remanié en 1921. Le père de Foucauld est converti dans ce château par la comtesse de Bondy.

Parties protégées[modifier | modifier le code]

Défenses du donjon ; courtines ouest et nord-ouest reliant le donjon au corps de logis, ainsi que leurs tours de flanquement ; façades et toitures du corps de logis ; façades et toiture de la tour semi-circulaire nord-ouest ; façades et toiture de la tour carrée nord-est ; vestiges de l'enceinte sud du château, à savoir : façades et toitures des deux tours de l'ancienne entrée, façades et toitures des corps de bâtiments jouxtant ces tours, vestiges de la courtine sud-ouest flanquée d'une tour semi-circulaire (cad. AZ 62, 66, 68) : inscription par arrêté du 18 février 1993 ; Donjon du château (cad. AZ 66) et moulin avec son mécanisme (cad. AZ 67) : classement par arrêté du 2 septembre 1994[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri de Forbin (marquis de Forbin), « Romefort, notes historiques sur le château et les seigneurs », Revue de Berry, 1931, p. 57-90.
  • Jean Mesqui, Le château de Romefort à Ciron, p. 81-88, dans Congrès archéologique de France. 142e session. Bas-Berry. 1984, Société française d'archéologie, Paris, 1987 (Lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]


  • Portail des châteaux de France
  • Portail des monuments historiques français
  • Portail du Berry
  • Portail de l'Indre