Château de Calvières (Vézénobres)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Calvières
Période ou style XVIIIe siècle
Architecte Guillaume Rollin
Début construction commencé avant 1690, puis en 1746-1755
Propriétaire initial Alphonse de Calvière
Charles-François de Calvière, marquis de Calvière
Destination initiale château
Propriétaire actuel Famille de Pierre de Bernis Calvière
Protection  Inscrit MH (1947)
Coordonnées 44° 03′ 09″ nord, 4° 08′ 38″ estIGN
Pays  France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Commune Vézénobres

Géolocalisation sur la carte : France

Château de Calvières

Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon

Château de Calvières

Géolocalisation sur la carte : Gard

Château de Calvières

Le château de Calvières est un château commencé avant 1690, puis entre 1746 et 1755[1] situé à Vézénobres, dans le Gard.

Historique[modifier | modifier le code]

Les barons de Vénézobres[modifier | modifier le code]

Des de Montfaucon aux de Faÿ[modifier | modifier le code]

  • Claude de Montfaucon (†mars 1490), seigneur d'Anglars et bailli de Montferrand, reçoit de son frère Guillaume II de Montfaucon, en 1485, les seigneuries de Vézénobres, Deaux, Martignargue, Saint-Étienne-d'Olm, Brouzet, Navacelles, Salindres, Les Plans et Saint-Privat-des-Vieux. Il achète aussi une partie de la baronnie d'Alais. Il s'est marié en 1469 avec Anne d'Ussel, fille de Georges d'Ussel, seigneur d'Anglars. Claude de Montfaucon a été sénéchal de Carcassonne et chambellan de Charles VIII.
    • Pierre de Montfaucon, baron de Vézénobres à la mort de son père, en 1490. Il est tué à la bataille de Novare, en 1513.
    • Françoise de Montfaucon, fiancée en février 1490, mariée en avril, après la mort de son père, avec Antoine de Lestrange (1450- ), baron de Lestrange, coseigneur de Saint-Amans en Limousin, seigneur du mandement de Bologne en Vivarais. Après la mort de son frère, en 1513, elle devient seigneuresse de Vézénobres. En 1513, elle est veuve. Elle choisit de se remarier en 1514 avec Pons de Joannas qui exigea dans son contrat de mariage que tous les biens de sa femme aillent aux enfants qu'ils auraient :
      • Louis de Lestrange (†novembre 1562), baron de Lestrange, vicomte de Chaylane, Panetier et échanson de François Ier, François II et Charles IX, s'est marié en 1527 avec Marie de Langeac (1508-1588). En janvier 1531, Françoise de Montfaucon a fait de son fils l'héritier de tous ses biens,
        • Jean de Lestrange
        • Claude de Lestrange marié en 1558 à Catherine de Chabannes Curton, fille de Joachim de Chabannes (1499-1559), baron de Curton, et de Catherine Claude de La Rochefoucauld (1513-1545)
          • Marie de Lestrange mariée en 1579 à René de Hautefort
        • François de Lestrange, évêque d'Alet, en 1554-1564,
        • Suzanne de Lestrange, mariée en premières noces avec Antoine de Vogüé, seigneur de Rochecolombe, en secondes noces, en 1558, avec Jean de Montcalm, docteur en droit, juge-mage, lieutenant général de la sénéchaussée de Nîmes.
      • Alix de Lestrange
      • Jeanne de Joannas (1515- ) est mariée en 1528 avec Jean de Labaume (†1533) en lui donnant comme dot la seigneurie de Vézénobres. Mais Jeanne de Joannas lègue la seigneurie de Vézénobres à sa mère, Françoise de Montfaucon, avant sa mort, en 1557.
        • Françoise de Labaume (†après novembre 1586) mariée, en 1540, à Antoine du Faÿ, sieur de Peyraud, gouverneur de Montpellier. Françoise de Montfaucon donne la seigneurie de Vézénobres à sa petite-fille.
          • Jean de Faÿ (†après novembre 1626), seigneur de Peyraud et de Joannas, baron de Vézénobres, sénéchal de Beaucaire, gouverneur de Haute-Bresse, marié en 1576 avec Marie de Montmorency, fille naturelle d'Henri Ier de Montmorency et de Charlotte des Essarts.
          • Marie de Faÿ mariée à Fulcrand de Roquefeuil, baron de la Roquette
    • Jeanne de Montfaucon, mariée en 1499 avec Louis de la Croix, baron de Castries
    • Anne de Montfaucon, mariée en 1502 avec François de Rollat, sieur de Boucheron,
    • Louise de Montfaucon, mariée en 1503 avec Jean de Valabrix, sieur de Faugière,
    • Antoinette de Montfaucon, mariée en 1503 avec le sieur de Chanairac.

Françoise de Montfaucon a donné la seigneurie de Vézénobres à son fils, Louis de Lestrange, et à sa petite-fille, Françoise de Labaume. Il va s'en suivre un long procès sur la propriété de la seigneurie de Vézénobres. Louis de Lestrange appuie ses droits sur les substitutions prévues dans le testament de Claude de Montfaucon. Chacun des parties s'est allié à une famille puissance. Les de Faÿ sont alliés aux Montmorency, les Lestrange aux Chabannes. Henri IV, à la demande de Montmorency, demande aux juges de clore le procès. Le jugement de 1602 ne convenant pas aux parties, ils transigent le 1er juin 1604. La famille de Lestrange-Hautefort abandonne leurs droits sur la baronnie de Vézénobres moyennant le paiement de 18 900 livres à Marie de Lestrange.

Des de Faÿ aux de Calvière, puis aux de Pierre de Bernis Calvière[modifier | modifier le code]

  • Henri de Faÿ, fils de Jean de Faÿ, seigneur de Peyraud, baron de Vézénobres, sénéchal de Beaucaire et Nîmes, maréchal des camps et armées du roi, marié en premières noces, en 1607, à Jeanne Chambon de Saint-Christol dont il a eu plusieurs enfants, en secondes noces, Marguerite de Lafare, veuve, sans postérité. Il a participé à la révolte de Gaston d'Orléans et d'Henri II de Montmorency contre le cardinal de Richelieu. Il est tué à Leucate, en 1639, à côté d'Annibal de Montmorency, fils naturel d'Henri Ier de Montmorency :
    • Jules César de Faÿ de Peyraud, seigneur de Navacelles, marié en 1680 à Jeanne Marie de Muas,
      • Jeanne-Marie de Faÿ[2].
    • Alexandre de Faÿ, chevalier de Malte,
    • Gédéon de Faÿ,
    • Henri II de Faÿ (†1677), marquis de Peyraud, marié à Spirite de Latude,
    • Madeleine de Faÿ, faite héritière de la seigneurie de Vézénobres par son père Henri de Faÿ, mariée à Abel-Antoine de Calvière, fils de Guillaume de Calvière (1547-1632), seigneur de Boucoiran[3].
      • Isabelle de Calvière de Leuga de Boucoiran mariée en 1655 à Jean-Baptiste d'Urre (†1689), marquis de Montanègre, lieutenant général de Languedoc
    • Louis de Calvière, seigneur de Boucoiron, frère d'Abel-Antoine de Calvière, marié à Anne Thierry.
      • Abel-Antoine de Calvière (1652- ), deuxième du nom, fils de Louis de Calvière, baron de Boucoiran, hérite de la seigneurie de Vénézobres en 1690 de Madeleine du Faÿ sans descendance après la mort de sa fille et de son gendre. Il se marie en 1671 avec Jeanne Isabeau Gabrielle de Segla de Ribaute, fille du baron du Cheylar, dont il a eu plusieurs enfants. :
        • Joseph de Calvière, tué à Turin, le 7 septembre 1706,
        • Henri de Calvière, tué à Turin,
        • Jean de Calvière, né en 1683, tué à Dettingen en 1743,
        • Joseph de Calvière, dit l'abbé de Boucoiran, nommé abbé d'Auxerre en 1743,
        • Marie-Anne de Calvière, mariée en 1702 à Joseph Roux, seigneur de Navacelles,
          • Jean-Louis Roux
        • La seigneurie passe ensuite à leur fils Alphonse de Clavière (vers 1682-1735), baron de Boucoiran, marié en 1716 avec Françoise Olympe de Durand de Pontaujards
          • Françoise Olympe de Calvière, dame de Boucoiran et de Vézénobres, mariée, en novembre 1733, à son cousin au 5e degré Charles-François de Calvière (1693-1777), marquis de Calvière. François Olympe de Calvière meurt à la fin 1757 et a légué l'usufruit de tous ses biens à son mari.
            • Charles Joseph de Calvière ( -1805), marié en 1770 à Élisabeth Agathe Marianne de Valette (1751- )
            • Marie-Éléonore-Olympe de Calvière mariée en 1757 avec Jacques Marcelin Denis de Bérard, vicomte d'Alais

N'ayant pas de descendant mâle, le dernier marquis de Calvière a légué le château à son neveu par alliance, fils d'Alix de Calvière et de René de Pierre de Bernis à condition d'ajouter Calvière à son nom.

Le château[modifier | modifier le code]

Le château-haut de Vézénobres est détruit en juillet 1628 par le duc de Rohan quand il l'attaque pendant sa révolte de 1628.

Un second château est alors construit à côté de l'ancien prieuré bénédiction Saint-André, en ruines. Ce château-bas est cité pour la première fois dans le contrat de mariage de Madeleine de Fay de Peyraud, et dans le compoids de Vénézobres en 1690 qui fait état d'une galerie avec trois arcades au niveau de l'étage noble. Un escalier en fer à cheval permettait d'accédait depuis la cour à l'étage noble. Deux ailes au niveau de l'étage noble se prolongeaient par des terrasses. Un mur simple fermait la cour avec deux tours de flanquement rondes décoratives.

Alphonse de Clavière doit faire des travaux au château car les consuls de Vénézobres interviennent en 1718 sur les impiétements du château sur la voie publique et la réutilisation des ruines du prieuré. On doit en avoir des traces avec le monogramme A.C. sur les fers forgés des balcons et des grilles. Le maître d'œuvre est peut-être Guillaume Rollin, architecte d'Alès, dont la participation n'est attestée que pour les travaux de Charles-François de Calvière.

Les travaux du château se poursuivent pour Charles-François, marquis de Calvière (1693-1777), lieutenant général des armées du roi, marié en 1733 avec Françoise Olympe de Calvière, fille d'Alphonse de Calvière, dame de Boucoiran et de Vézénobres, ami d'Esprit Calvet.

Le château a été modifié entre 1746 et 1755 par l'architecte Guillaume Rollin[4], né à Alès en 1685 et mort 1761, architecte de la province de Languedoc, sur les terres lui venant de sa femme, au milieu d'un parc. C'est un des rares châteaux de style Louis XV dans le Languedoc. Quand le marquis de Calvière quitte le service du roi et revient en Provence, il a alors décidé de s'installer dans ce château où il a rassemblé sa collection d'œuvres d'art qui a été vendue par son fils pour payer les dettes[5].

L'architecte a réaménagé le jardin en intégrant le réservoir qui se trouve de l'autre côté du chemin public. Il crée le pavillon de l'abbé de Boucoiran, l'oncle d'Olympe de Calvière, avec son jardin.

Les travaux sur le château et son jardin reprennent avec Jacques-Alexis de Calvière assisté de sa femme. De son séjour en Angleterre pendant quelques mois au début de la Révolution il avait ramené la conception des parcs anglais. Il fait aménagé en parc la terre de la Condamine. Ayant fait un voyage avec son épouse en Italie, ils se sont enthousiasmés pour les villas italiennes et ont fait transformer le loggia du XVIIe siècle en un portique à la manière palladienne.

Divers bâtiments annexes sont construits : un petit théâtre en 1829, une chapelle en 1840, la clôture de l'avant-cour et l'aménagement du grand bassin en 1843.

Le jardin est remodelé dans les années 1850 avec une modification du chemin public pour pouvoir le franchir par un pont.

Protection[modifier | modifier le code]

Le château a été inscrit au titre des monuments historiques le [6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Odile Cavalier, Marie-Odile Jentel, L'empire de Mars et des muses : la collection du Marquis de Calvière, lieutenant-général des armées du roi, 1693-1777, Somogy éditeur d'art, 2002, p. 23.
  2. Au nom de Jeanne-Marie de Faÿ, alors mineure, on attaque l'abandon fait par son père de tous ses droits sur le seigneurie de Vézénobres.
  3. La seigneurie de Boucoiran a été achetée à Jacques de Bouzène le 26 novembre 1566 par Robert de Calvière, époux de Claudine de Leuga, père de Guillaume de Calvière qui s'est marié en 1591 à Isabelle Barrière. De ce mariage sont nés Abel-Antoine de Calvière, baron de Boucoiran, marié à Madeleine de Faÿ, et Louis de Calvière, père d'Abel-Antoine de Calvière, deuxième du nom.
  4. Guillaume Rollin, architecte de la ville d'Alès, a obtenu le marché du palais épiscopal d'Alès le 16 septembre 1724 pour 81 000 livres. L'évêque d'Alais Charles de Bannes d'Avéjan a pu y habiter en juin 1728. La réception des travaux a été faite le 8 avril 1741. Il a finalement coûté 130 000 livres. En 1725 il a obtenu le marché d'amenée d'eau à Alès mais cassé en 1727 à cause d'un débit insuffisant de la source captée. Il construit l'hôtel de ville d'Alès entre 1741 et 1752. Architecte des États du Languedoc, il intervient à Uzès, à l'hôtel de ville de Béziers, aux portes de ville et au clocher de l'église de Sommières, à la façade de l'église Notre-Dame-des-Pommiers à Beaucaire.
  5. Catalogue de la vente de la collection du marquis de Clavière, le 5 mai 1779 et les jours suivants, à Paris
  6. « Château de Calvières », notice no PA00103296, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Achille Bardon, « Chronologie des seigneurs de Vénézobre de 1240 à 1789 », dans Mémoires de l'Académie de Nîmes, 1896, p. 165-193 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Sous la direction de Jean-Marie Pérouse de Montclos, Le guide du patrimoine Languedoc Roussillon, Hachette, Paris, 1996, p. 556-558, (ISBN 978-2-01-242333-6)
  • Bernard Sournia, Jean-Louis Vayssettes, « Château de Vézénobres », dans Congrès archéologique de France. Monuments du Gard. 157e session. 1999, Société française d'archéologie, Paris, 2000, p. 451-454 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Portail du Gard
  • Portail des monuments historiques français
  • Portail des châteaux de France