Carel de Nerée tot Babberich

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Carel de Nerée tot Babberich
Carel de Nerée vers 1900
Naissance
Décès
(à 29 ans)
Todtmoos
Nationalité
Activité
Introduction à l'extase (1900-01), d'après le roman de Louis Couperus
Une belle image (1900)

Christophe Karel Henri de Nerée tot Babberich, connu sur le nom de Carel de Nerée tot Babberich, né à Zevenaar le 18 mars 1880 et décédé à Todtmoos (Allemagne, Bade-Wurtemberg), le 19 octobre 1909, est un dessinateur, peintre et écrivain néerlandais.

Peintre autodidacte, considéré comme un dandy, il se rattache au courant du symbolisme.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Carel de Nerée naquit dans le manoir Huize Babberich au village de Babberich au sein d'une famille patricienne. Son père Frédéric (1851-1882) était lieutenant de vaisseau. Il avait encore deux frères: Richard (1878-1945), seigneur de Camphuysen, et le plus jeune Frans (1882-1929) qui s'adonna également à la peinture, mais aussi à la sculpture, dans un style comparable à celui de son aîné.

Après la mort du père la famille alla s'installer à La Haye. Sa mère avait également des talents artistiques et elle reproduisit des œuvres de son fils en travail de broderie.

À vingt ans Nerée alla à Anvers pour y suivre une formation commerciale. Il découvrit à cette occasion la vie nocturne de la grande ville portuaire, ce qui ne l'empêcha pas de réussir dans ses études et de présenter ensuite en 1898 à La Haye l'examen consulaire qui le fit entrer aux Affaires Étrangères.

Le peintre et l'écrivain[modifier | modifier le code]

C'est en 1898 que Nerée se lance dans les arts plastiques, mais sa première ambition fut littéraire.

Il avait écrit un premier roman Bourgeoisie mais l'a finalement brûlé. Deux de ses poésies en français furent publiées après sa mort dans la Revue de Hollande. Ce qui reste de ses écrits non publiés montre qu'il cherchait son inspiration chez les auteurs décadents : Baudelaire, Verlaine, D'Annunzio, Pierre Louÿs et Camille Mauclair.

C'est cet esprit "décadent" que l'on retrouve également dans son œuvre picturale, chose inhabituelle dans les Pays-Bas aux alentours de 1900.

Il n'en oubliait pas pour autant la carrière et fut envoyé en 1901 à Madrid comme "Secrétaire du Consulat des Pays-Bas". Le climat de la ville ne lui convenait pas et il attrapa la tuberculose qui détermina la suite de sa vie.

Le dernier parcours[modifier | modifier le code]

La musique (1904)
Clownerie (1904)

En 1901, sa maladie força Nerée à aller se faire soigner dans la ville de cure d'Arosa en Suisse. Par la suite durant les huit dernières années de son existence il dut lutter contre la progression du mal et passa par de nombreuses villes de cure en Suisse, en Allemagne et en Italie. En été il lui était permis de retourner à La Haye et à Babberich.

En 1903, à côté de ses dessins, il réalisa des projets d’objets familiers comme des éventails et des vases.

Après 1904, la maladie lui rendait de plus en plus pénible l’exercice de son art. Cette période pourtant vit l’épanouissement de son talent, on la reconnait à l’emploi de la couleur. Il produisit alors ses œuvres les plus intéressantes et les plus originales. Les ors pleins de nuances et le symbolisme font penser à Klimt et Gustave Moreau.

Mais la maladie empira et le convia de nouveau à rejoindre la "Montagne magique". Il mourut le 19 octobre 1909 dans la ville de cure de Todtmoos en Allemagne du Sud. Il n'avait que vingt-neuf ans. Il fut enseveli à Clarens près de Montreux.

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]


  • Portail de la peinture
  • Portail des Pays-Bas