Camp de concentration d'Oranienbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Oranienburg (homonymie).

Camp d'Oranienbourg
Présentation
Nom local KZ Oranienburg
Type Camp de concentration
Gestion
Date de création Mars 1933
Date de fermeture Juillet 1934
Victimes
Géographie
Pays  Allemagne
Région Brandebourg
Localité Oranienbourg
Coordonnées 52° 44′ 57″ nord, 13° 14′ 13″ est

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Camp d'Oranienbourg

Le camp de concentration d'Oranienbourg[1],[2] a été édifié en février 1933 au milieu de la ville d'Oranienbourg (Brandebourg) sur l'emplacement d'une ancienne brasserie fréquentée par les SA ; il ouvre le 21 mars, soit un jour après Dachau. Il s'agit d'un des tout premiers camps de concentration nazis. Jusqu'à sa fermeture en juillet 1934, trois mille hommes et trois femmes y ont été enfermés. Au moins 16 prisonniers y ont été tués par les gardes, parmi lesquels l'écrivain et anarchiste Erich Mühsam, le 9 juillet 1934.

À partir de 1936 un autre camp a été édifié près d'Oranienburg. Il s'agit du camp de Sachsenhausen.

Camp de Concentration d'Oranienbourg 1933

Internés célèbres[modifier | modifier le code]

  • Alwin Brandes (de), membre du SPD et dirigeant syndical
  • Edmund Bursche (de), pasteur évangélique
  • Hans Coppi, résistant communiste
  • Alexander Falzmann (de), pasteur évangélique
  • Erich Knauf, écrivain
  • Erich Mühsam, écrivain
  • Ehm Welk (de), écrivain
  • Kurt Hiller, pacifiste
  • Gerhart Seger, social-démocrate
  • Friedrich Ebert, membre du Reichstag
  • Ernst Heilmann (de), représentant de la fraction SPD au parlement du Land de Prusse
  • Ernst Hörnicke-Zerbst (de), représentant du KPD au Reichstag
  • Kurt Magnus et Heinrich Giesicke, directeurs de la société de la radio du Reich ((de) Reichsrundfunkgesellschaft)
  • Alfred Braun, acteur, réalisateur, scénariste et producteur
  • Marie Luise Fähling, femme de Erich Fähling, communiste (sa capture était le but de l'emprisonnement de sa femme)
  • Johann Georg Elser, horloger qui tenta d'assassiner Hitler le 8 novembre 1939
  • Francisco Largo Caballero, politicien espagnole et dirigeant syndical

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le camp d’Oranienbourg-Sachsenhausen avant et pendant la seconde guerre mondiale. », sur ecpad.fr,
  2. Jean Bezaut, Oranienbourg, 1933-1935, Sachsenhausen, 1936-1945 : étude, Hérault, , 366 p. (ISBN 978-2903851712, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de l’Allemagne
  • Portail du nazisme
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale