Bussières-lès-Belmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Bussières et Belmont.

Bussières-lès-Belmont

Tour Eiffel en osier au cœur du village.
Administration
Pays  France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Fayl-Billot
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Vannier
Commune Champsevraine
Statut commune associée
Code postal 52500
Code commune 52083
Démographie
Population 876 hab. (2006)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 44′ 52″ nord, 5° 33′ 00″ est
Altitude Min. 250 m
Max. 385 m
Superficie 40,77 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Champsevraine
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Bussières-lès-Belmont

Géolocalisation sur la carte : France

Bussières-lès-Belmont

Bussières-lès-Belmont est une ancienne commune française, située dans le département de la Haute-Marne et la région Champagne-Ardenne, entre Fayl-Billot et Chalindrey.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un important combat a eu lieu à Belmont le 11 septembre 1944, le Premier régiment de France et la Résistance, avec le soutien de l'aviation anglaise, réduisant une colonne allemande de 600 hommes, se repliant vers l'Allemagne. Un monument et une plaque commémorative ont été érigés sur les lieux du combat[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

À la suite de la loi Marcellin, Bussières-lès-Belmont et Corgirnon se sont associées pour devenir la commune associée de Champsevraine avec 1000 habitants. Champsevraine est le nom d’un lieu dit qui était situé à égale distance entre Bussières-lès-Belmont et Corgirnon. Bussières-lès-Belmont compte 660 habitants, soit environ les deux tiers de la commune.

La mairie de Champsevraine est située à Bussières-lès-Belmont. Ces deux villages ont un conseil municipal commun comprenant 15 membres, 5 pour Corgirnon, 10 pour Bussières-lès-Belmont. Il y a un maire adjoint à Corgirnon qui ne gère pas de budget, mais les affaires courantes du village.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Détail du portail nord.

L'église paroissiale Saint Maurice date du 3e quart du XVIIe siècle pour les parties les plus anciennes (chœur)[2]. La date (1670) visible au-dessus de la porte latérale nord correspond à la construction de la partie basse du clocher. Pour l'essentiel, l'église a été rebâtie entre 1722 à 1724.

Quelques éléments bénéficient d'une inscription sur la liste des Monuments historiques : c'est le cas du clocher et de la façade occidentale (arrêté du 9 janvier 1926), ainsi que de la chapelle du Sacré-Cœur (arrêté du 19 décembre 1929)[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Premier Régiment de France et la Résistance, p. 96 et suivantes.
  2. Église paroissiale Saint-Maurice de Bussières [1]
  3. Patrimoine de France [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude-Jules Briffaut (abbé), La Saliciculture et la vannerie à Bussières-lès-Belmont, J. Dallet, Langres, 1873, 31 p.
  • Jean-Paul Gires, Le premier Régiment de France et la Résistance (Indre, Cher, Creuse, Corrèze, Haute-Marne...), préface de Patrick Grosjean, Alice Lyner Éditions, Issoudun, 149 p., 2016 (ISBN 978-2-918352-76-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Portail des communes de France
  • Portail de la Haute-Marne