Bitume (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Bitume (homonymie).
Bitume
 
Composantes
RVB (r, v, b) (78, 61, 40)
Triplet hexa. 4E3D28
CMJN (c, m, j, n) (0 %, 22 %, 49 %, 69 %)
TSL (t, s, l) (33°, 32 %, 23 %)

Le bitume (NBk6) est un pigment organique d'origine fossile (un hydrocarbure d'altération du pétrole).

Il donne une couleur d'un gris-brun très foncé.

Sommaire

Origine

Morceaux de bitume provenant d'un gisement naturel en bordure de la mer Morte

On trouve du bitume un peu partout dans le monde, notamment aux Moyen et Proche-Orient où il est exploité depuis 40 millénaires.

Il était utilisé par exemple pour calfater les bateaux (Mésopotamie, Inde, Égypte, Phénicie).

Pline l'Ancien mentionne plusieurs gisements : "Le bitume approche du soufre ; c'est tantôt un limon, tantôt une terre. Un limon, sortant d'un lac de Judée. Une terre, en Syrie, autour de la ville maritime de Sidon. Dans ces deux états, il s'épaissit et se condense. Il y a aussi un bitume liquide, témoin celui de Zacynthe et celui qu'on apporte de Babylone ; ce dernier bitume est blanc. Le bitume d'Apollonie est liquide aussi. Tous portent en grec le nom de pissasphalte, comme qui dirait mélange de poix et de bitume"[1].

D'où les noms de Spalt et d'Asphalte.

Peinture

En peinture, le bitume est utilisé à partir du Moyen Âge. Il est désigné sous le nom de « bitume de Judée ». Il fut employé à la Renaissance italienne pour des glacis légers, on en trouve des traces dans le tableau de Léonard de Vinci la Vierge aux rochers[2].

Dans la première moitié du XIXe siècle les peintres français vont en faire un emploi très fréquent. La texture laquée et la tonalité d'un roux très sombre séduisent des peintres comme Prud'hon qui l'utilise dans son tableau La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime jusqu'à Gustave Courbet. Ce pigment présente cependant des propriétés, qui, lors d'un emploi fréquent, peut dégrader les peintures. Il n'est pas siccatif, et sa tonalité rousse vire au noir. Son abus détériora irrémédiablement un nombre important de tableaux de cette période, en faisant gercer les couches picturales, et en produisant des craquelures, ou, utilisé en sous-couche pour les fonds, en faisant assombrir inexorablement les tableaux[2]. Dans Un enterrement à Ornans de Courbet le bitume est la cause de son assombrissement général, dont des détails et finesses d'exécutions ont disparu[3]. On retrouve le même problème pour Le radeau de la Méduse de Géricault, où le bitume provoque, là aussi, un assombrissement général et irrémédiable du tableau.

Gravure

Le bitume est utilisé dans les vernis pour la gravure à l'eau-forte.

Notes et références

  1. Pline l'Ancien, Histoire Naturelle, T.2, L.35.
  2. a et b Xavier de Langlais La Technique de la peinture à l'huile p. 70
  3. André Le Vot, Gustave Courbet : au-delà de la pastorale p. 35

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html