Bionville

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour l’article homonyme, voir Bionville-sur-Nied.

Bionville

Le village vu de la rive gauche de la Plaine.

Héraldique
Administration
Pays France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Lunéville
Canton Baccarat
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Vincent Genay
2015-2020
Code postal 54540
Code commune 54075
Démographie
Gentilé Bionvillois
Population
municipale
117 hab. (2016 en diminution de 9,3 % par rapport à 2011)
Densité 9,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 05″ nord, 7° 00′ 41″ est
Altitude Min. 325 m
Max. 731 m
Superficie 12,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Bionville

Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle

Bionville

Géolocalisation sur la carte : France

Bionville

Géolocalisation sur la carte : France

Bionville

Bionville est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Elle a la particularité d'appartenir au canton de Baccarat, en Meurthe-et-Moselle, mais aussi à la Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges principalement composée de communes du département des Vosges.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte des communes voisines.

Le territoire de la commune de Bionville occupe un tiers de la rive droite de la Vallée de la rivière la Plaine, sur 12 kilomètres.

Cette rivière concentre une multitude de ruisseaux dévalant des sommets voisins et se jette ensuite dans la Meurthe. À la Révolution, elle a servi de délimitation entre l'ancien département de la Meurthe et celui des Vosges. Les sommets (dont le Roc du Taurupt, 731 mètres, point culminant du département de Meurthe-et-Moselle) sont couverts de forêts de conifères et de feuillus[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Bionville fait face aux territoires des communes de Celles-sur-Plaine, Allarmont, Vexaincourt, Luvigny et Raon-sur-Plaine (département des Vosges). Il est bordée à l'est par celui de la commune de Grandfontaine (département du Bas-Rhin) et par celui de la commune de Raon-lès-Leau (département de Meurthe-et-Moselle), à l'ouest par celui de la commune de Pierre-Percée et au nord par ceux des communes d'Angomont et de Saint-Sauveur, toutes appartenant également au département de Meurthe-et-Moselle.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Il est composé de plusieurs hameaux, les Colins, les Noires Colas, le Centre, le Halbach, le Pré des Graines, le Taurupt et de lieux-dits comme la Turbine, Ban le Moine ou le Trupt, généralement desservis par un bon réseau routier.


Ces hameaux et ces lieux-dits, en particulier les Noires Colas, bénéficient d'un ensoleillement privilégié grâce à leur orientation sud.

Logement[modifier | modifier le code]

  • Résidences principales : 49 en 1999, 59 en 2005.
  • Résidences secondaires : 72 en 1999, 75 en 2005.
  • Habitants fiscaux (résidence principales et secondaires) : 216 en 2010[2].

L'augmentation du nombre de résidences secondaires est parfois lié au "retour au pays" -pour les week-ends ou les mois de belle saison- de couples encore en activité professionnelle ou à la retraite, couples dont l'un des conjoints est originaire de la région. Souvent en provenance de Nancy, Metz ou Strasbourg, ils proviennent plus exceptionnellement de la région parisienne ou d'outre-Rhin. La construction de chalets en bois s'est ainsi multipliée alors que les maisons traditionnelles de cette partie de la Lorraine étaient habituellement construites en pierres des Vosges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bionville (1793), Brouville (1801).

L'origine du nom du village n'est pas connue. On peut supposer qu'à la création de la commune, à la Révolution, sur un territoire dénommé Ban le Moine, les révolutionnaires n'aient pas voulu lui donner un nom à consonance religieuse.

Le hameau des Noires Colas tiendrait son nom des filles du père Colas qui, de retour de la charbonnière ("meule" située dans la forêt, consumant du bois et produisant du charbon), auraient porté des traces noires sur les mains, les visages et les vêtements.

Le mot rupt se retrouve dans les noms du hameau du Taurupt et du lieu-dit du Trupt. Il vient du latin ruptus, participe passé de rumpo, "rompre, briser", tient son nom des espaces de défrichement où après avoir essouché on rompait le sol. Le hameau du Taurupt a donné par ailleurs son nom au Roc du Taurupt.

Histoire[modifier | modifier le code]

"La vallée a été une voie de passage et d’invasion depuis le Moyen Âge jusqu'à la Grande guerre" selon Jean-Paul Rothiot et Jean-Pierre Husson[3] : elle a été tour à tour à l'ère forestière le lieu de transport du bois par flottage, à l'ère industrielle celui d'un chemin de fer véhiculant produits manufacturiers et passagers, à l'ère automobile celui de la liaison routière entre l'Alsace et la Lorraine, par le col du Donon et le col de la Chapelotte, via les départementales 392 et 992. Ces deux cols ont été des obstacles au développement du bassin de vie ; tout au long des siècles les habitants de la commune de Bionville ont préféré emprunter les pentes douces longeant la rivière de la Plaine et conduisant à Raon-l'Étape — située dans le département voisin —, bourg devenu la référence économique et culturelle[4].


La légende veut que les armées suédoises qui s'étaient introduites dans le comté de Salm par le col du Donon aient laissé des plants de pommes de terre (1635 ?) bien avant la "découverte" d'Antoine Parmentier (1787) et que les habitants de la rive droite de la vallée les aient fait fructifier.

À la restauration de la monarchie, le roi Louis XVIII y fit construire une église sur ses propres deniers. Elle est consacrée à saint Hubert, chasseur converti.

Lors de la Première Guerre mondiale, la commune se retrouva placée sur la ligne de front : elle fut décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 6 juin 1921[5].

De 1919 à 1950, elle fut desservie par la ligne de chemin de fer de la Vallée de la Plaine (1907-1950) par l'intermédiaire de la gare de la commune d'Allarmont, et de 1919 à 1934 par celle de son hameau du Halbach.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

  • 2012 (2e tour) : 118 inscrits, 77 votants. Marie-Neige Houchard (Europe Écologie Les Verts) : 39 voix. Jacques Lamblin (UMP) : 36 voix[7].

Élections départementales[modifier | modifier le code]

  • 2015 (2e tour) : 106 inscrits, 84 votants. Rose-Marie Falque et Michel Marchal (UMP): 51 voix. Pascal Bauche et Jennifer Stephany (FN) : 22 voix.
  • 2015 (1er tour) : 106 inscrits, 87 votants. Rose-Marie Falque et Michel Marchal (UMP) : 26 voix. Philippe Colin et Damienne Villaume (PS) : 21 voix. Jean-Marc Maire et Audrey Martin (Divers droite) : 20 voix. Pascal Bauche et Jennifer Stephany (FN) : 15 voix.

Élections municipales[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2001, la liste conduite par Claude Stock est élue[8]. Après son décès, M. Eric Haye est élu maire.

En 2008, la liste unique conduite par Andrée Gervais est élue[9].

En 2014, 18 candidatures sont présentées au 1er tour pour 11 sièges : la liste conduite par Monique Stock est élue, avec pour colistiers notamment Andrée Gervais, Vincent Genay et Dominique Laurain[10]. En mai, elle démissionne, et le mois suivant Dominique Laurain est élu maire[11].

En janvier 2015, Dominique Laurain démissionne de son mandat de maire[12] et Vincent Genay est nommé maire par intérim. Les 22 et 29 mars, des élections municipales complémentaires sont tenues pour 3 conseillers municipaux. Le 2 avril, le préfet de Meurthe-et-Moselle dépose un référé au tribunal administratif pour rectification des opérations électorales du 22 mars (Jean-Claude de Sars élu, mais aussi Richard Helbrunn et Jean-Paul Jacquin avec 44 voix sur 87 exprimées) et pour annulation du scrutin du 29 mars. Finalement, Vincent Genay est élu maire[13]. En mai, Mme Wilhem, 2e maire-adjoint, décède[14]. Le 6 juin, Mme Stock, ancien maire, est élue 2e maire-adjoint. Le 18 juin, le préfet notifie la rectification du scrutin du 22 mars et l'annulation de celui du 29 mars. Le 26 juin, la nouvelle configuration du conseil municipal est convoquée (10 membres sur 11 à la suite d'un décès, dont un nouvel élu).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avril 2001 octobre 2005 Claude Stock PS Maire
octobre 2005 mars 2008 Éric Haye EELV Maire
mars 2008 mars 2014 Andrée Gervais   Maire, puis maire honoraire[15]
mars 2014 juin 2014 Monique Stock   Maire démissionnaire
juin 2014 janvier 2015 Dominique Laurain   Maire démissionnaire
janvier 2015 mars 2015 Vincent Genay   Maire par intérim
avril 2015 En cours Vincent Genay   Maire par élection

Quelques maires et maires-adjoints, antérieurement : MM. Maurice Bertinotti, Marcel Brignon, Yves Cuny, Dieudonné Hoblingre, Marcel Masson et Jean-Claude de Sars.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

  • Alimentation en eau potable des hameaux de la commune et de la réserve à mettre à disposition des sapeurs-pompiers : des travaux engagés au lieu-dit La Basse du Toc ont permis l'édification d'un château d'eau au début des années 1980 et l'amélioration du captage à partir de trois sources au début des années 2010. Pour le hameau du Pré des Graines (cinq habitations, non desservies par le château d'eau), l'amélioration de la protection du captage d'eau fait encore l'objet d'études[16].

Finances locales[modifier | modifier le code]

  • Investissements significatifs : tracteur Kubota spécialisé pour le fauchage aux abords des voies communales et le déneigement (source bulletin municipal dit Le Petit Rapporteur no 10 de 2010), construction d'un garage/atelier à proximité de la mairie (source bulletin municipal, dit Le Petit Rapporteur no 11 de 2011), véhicules communaux en 2014 (source bulletin municipal dit La Gazette no 2) et 2015.
  • Budget de la commune : il s'est décliné en 2012 en 153 000 euros de recettes de fonctionnement et en 101 000 euros de charges de fonctionnement[réf. nécessaire].

Organisation territoriale[modifier | modifier le code]

La loi portant sur la Nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe) du 9 juillet 2015 fixant le seuil minimum de population dans les communautés de communes à 15 000 habitants[17], la commune de Bionville devra intégrer une entité territoriale plus grande que l'actuelle Communauté de communes de la Vallée de la Plaine (créée le 1er janvier 1997 avec pour siège Raon-l'Étape dans le département des Vosges et comptant 8 278 habitants).

Trois communautés de communes de proximité sont éligibles, la Communauté de communes du Pays des Abbayes (créée le 1er janvier 2014 par arrêté préfectoral avec pour siège Senones dans le département des Vosges et comptant 13 141 habitants), la Communauté de communes du Piémont Vosgien (créée par arrêté préfectoral le 1er janvier 2014 avec pour siège Badonviller dans le département de Meurthe-et-Moselle et comptant 6 402 habitants)[18] et la Communauté de communes des Vallées du Cristal (créée le 1er janvier 2010 avec pour siège Baccarat en Meurthe-et-Moselle et comptant 10 268 habitants)[19].

En décembre 2015, le Maire de Bionville annonce une quatrième solution dans le bulletin d'information de la commune, la municipalité ayant pris la décision de suivre la Communauté de communes de la Vallée de la Plaine pour créer la communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges[20],[21].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[23].

En 2016, la commune comptait 117 habitants[Note 1], en diminution de 9,3 % par rapport à 2011 (Meurthe-et-Moselle : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
216267358371299571605609580
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
584596559595564524513509438
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
433380227241237218212184159
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016
1238010597124135131119117
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patronymes anciens de la commune[modifier | modifier le code]

Les patronymes les plus anciens de la commune se retrouvent sur les tombes du cimetière communal, d'origine lorraine, parfois d'origine alsacienne. Le monument aux morts de la Première et de la Seconde Guerre mondiale porte les noms de famille suivants, Caillard, Campagne, Colin, Crivilier, Dony, Fays, Hoblingre, Laurain, Levert, Rambaud, Receveur, Stock et Vincent, souvent portés par des membres des équipes municipales qui se sont succédé.

Écoles publiques[modifier | modifier le code]

Elles dépendent de l'Académie de Nancy-Metz.

Cycle primaire[modifier | modifier le code]

Le cycle primaire des enfants de la commune s'effectue dans la cadre du regroupement pédagogique intercommunautaire (R.P.I.) de la Haute Vallée de la Plaine[26], qui a la particularité de regrouper deux communes du département de Meurthe-et-Moselle, Bionville et Raon-les-Leau et quatre communes du département des Vosges (Allarmont, Luvigny, Raon-sur-Plaine, Vexaincourt). Les classes maternelles sont localisées à Allarmont[27], les autres classes à Raon-sur-Plaine. Un service de bus est assuré par la société Transdev pour le ramassage des enfants[28].

Cycle secondaire[modifier | modifier le code]

Il s'effectue dans les collèges et lycées à Raon l'Etape (Collège Louis Pasteur et Lycée professionnel Louis Geisler) ou à Saint-Dié-des-Vosges.

Écoles privées[modifier | modifier le code]

Tant au niveau du primaire que du secondaire des établissements scolaires privés existent à Raon l'Etape et à Saint-Dié-des-Vosges.

Associations, festivités et manifestations[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

L'association Le Couaroil, créée en 1977 promeut les loisirs et facilite les rencontres, la détente et le repos, la connaissance de la nature pour assurer le développement culturel des personnes du 3ème âge d'Allarmont et de Bionville[29]. L'association Les amis de Bionville-Allarmont, créée en 1978, présidée par Andrée Gervais, propose des activités socio-éducatives, artistiques, culturelles, pratiques et festives[30]. L'association Panlong, créée en 2011, présidée par Claude Stoll, pratique les arts énergétiques et martiaux dans la vallée de la Plaine[31],[32]. Le chœur masculin Les Rollmops, créé en 2015 par Dieudonné Hoblingre, s'est enrichit progressivement de chanteurs de la vallée de la Plaine et de celle de la Meurthe : il interprète un répertoire de chants de marins et s’accompagne d’instruments de musique celtiques (bombardes, cornemuses, accordéons) et se produit régulièrement dans les communes voisines comme Allarmont[33] ou Raon-l’Étape[34], dans la région de Nancy et à l’Ambassade de France au Luxembourg pour la fête nationale du 14 juillet 2019[35].

Festivités[modifier | modifier le code]

La traditionnelle fête aux Chovons se perpétue chaque dernier dimanche de juillet grâce à l'association Les amis de Bionville-Allarmont — les chovons sont des bandes de lard cuites dans la braise comme se les préparaient les bûcherons de jadis —. Cette association est à l'origine d'autres manifestations (concours de belote, repas "moules frites", loto, repas "cochon à la broche", beaujolais nouveau...).

Le feu d’artifice du 14-Juillet et un vide-grenier sont organisés conjointement par les communes de Bionville et d’Allarmont.

La fête de la Voie verte et le Théâtre en "Plaine" Air s'inscrivaient dans le cadre des animations coordonnées par l'ancienne communauté de communes : elles sont aujourd'hui organisées par le mouvement associatif et se déroulent successivement durant l'été sur neuf sites différents de la vallée de la Plaine[36].

Le hameau des Noires Colas.

À ces fêtes "institutionnelles" doivent se rajouter les fêtes "informelles", par exemple la fête des Voisins du hameau des Noires Colas qui accueille chaque été une cinquantaine de personnes, résidents permanents et résidents secondaires réunis. Les fontaines en pierres des Vosges y gardent les bouteilles au frais, les plats familiaux s'y concurrencent et la lumière y est apportée tard dans la nuit par un éclairage de bûches à l'ancienne. En juin 2015, une fête de la Musique est organisée par la maison d'hôtes Au P'tit Bonheur avec la participation du chœur masculin Les Rollmops; la manifestation est renouvelée en juin 2016 avec les mêmes chanteurs et avec un concert instrumental traditionnel (dont une épinette des Vosges).

La fête de la Saint-Jean n'est plus pratiquée depuis le début des années 2000 : la chavande, pyramide de troncs et de branchages d'arbres, était brûlée le long de la rivière, au Centre, sous le contrôle de forestiers et de pompiers, devant les villageois venus célébrer le plus long jour de l'année.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Dans le cadre des journées européennes du patrimoine des visites commentées furent organisées par la mairie en septembre 2009 à l'église et à son clocher, au château d'eau des Noires Colas, aux vestiges de la voie ferrée allemande reliant Vexaincourt à Bionville et construite durant la Première Guerre mondiale (1914-1918), à la scierie du Trupt, ainsi qu'une exposition d'une portraitiste et d'un peintre paysagiste traitant de sujets locaux.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La Ferme de la Pierre à cheval, l'une des dernières de la vallée de la Plaine, au hameau des Colins, offre par ailleurs des produits du terroir, en particulier des fromages de chèvre proposés sur les marchés des départements de Meurthe-et-Moselle et des Vosges.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'exploitation de la terre et celle de la forêt ont constitué durant des siècles l'essentiel de l'activité des populations de la rive droite de la vallée de la Plaine. À partir du début du XIXe siècle, les métiers traditionnels, agricoles[37] (cultivateur, éleveur, etc.) et forestiers[38] (bûcheron, schlitteur, voiturier, sagard..., sans oublier celui de charbonnier) ont régressé au sein de la population de la commune de Bionville : elle s'est progressivement tournée vers les activités industrielles de main-d'œuvre implantées dans la vallée[39] (textiles, équipements automobiles, électronique, etc.) ou parfois dans celle de la Bruche (équipements automobiles).

La culture fermière n'est plus présente sur le territoire de la commune, mais les potagers domestiques se multiplient ; ils essaient de mettre en valeur des plants artisanaux plutôt que des plants industriels[40]. L’élevage perdure, contribuant à l’entretien des prairies. Les derniers boeufs débardeurs de grumes ont été remplacés durant les années 1950 par les engins mécaniques ; des bovins écossais, dits vaches highlander, ont été introduits par la Communauté de communes de la Vallée de la Plaine au début des années 2000 : ils se sont reproduit et paissent paisiblement face à la Scierie de la Hallière[41]. Depuis quelques années, les mois d'été, sur les prés situés entre Le Centre et Les Noires Colas, une dizaine de génisses blondes sont mises à l’embouche par un éleveur de Meurthe-et-Moselle. Les chevaux de selle sont nombreux dans les pâturages de plusieurs hameaux, Les Collins, Le Centre et Le Halbach ; parfois ils se rencontrent sur les chemins forestiers montés par leur cavalier. Trois ânes vivent aux Noires Colas, à l’ancienne ferme du P’Tit Bonheur: ils portent les bagages des hôtes lors des randonnées dans la forêt. Le dernier élevage de moutons, implanté au hameau du Halbach, comportant 23 animaux, a été dispersé le avec le décès du berger : l’euthanasie des animaux envisagée par les autorités départementales sanitaires avait déclenché une guerre des moutons, mobilisant la population locale et intéressant les médias régionaux (l'Est républicain et France Bleu Nancy)[42]. L’ancienne ferme Le P’tit Bonheur accueille des chèvres réformées qui contribuent à éliminer les plantes sauvages des anciens espaces de culture et y terminent leur vie. La Ferme du fer à cheval, au hameau des Colins, abrite un troupeau de chèvres dont le lait permet la production de fromages à l’ancienne (frais, demi-affiné et sec) , de fromage blanc ou de tomme (mai à octobre), vendus sur les marchés de Meurthe-et-Moselle, des Vosges et du Bas Rhin[43],[44].

Une entreprise de bâtiments et travaux publics, l'artisanat et le service à la personne assurent l'essentiel de l'emploi : une partie de la population se déplace quotidiennement vers les bassins de Saint-Dié-des-Vosges, de Lunéville, voire d'Epinal, de Nancy et de Strasbourg. Le maintien d'un flux de résidents secondaires, les mois d'été, est une aide aux commerces et aux artisans de proximité, boulangerie, épicerie et café dans le village voisin d'Allarmont, restaurants dans les villages de Vexaincourt et de Celles-sur-Plaine d'une part, artisans pour l'entretien des maisons et des jardins d'autre part.

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Le tourisme est devenu un axe de développement pour la commune. Une infrastructure d'accueil pour les touristes s'est mise en place. Elle est composée de gites meublés, au Centre (Le Coucou[45] et Les Chalets Julie et Solène[46]), aux Noires Colas (Chez Suzanne[47]) et aux Colins (Le Domaine des Colins[48]), ainsi que de chambres d'hôtes et d'une table d'hôtes aux Noires Colas (Le P'Tit Bonheur[49]). Elle répond aux besoins créées par les manifestations culturelles ou festives, par les centres d'intérêt anciens (visite des lieux et monuments, ou du patrimoine naturel), ou nouveaux dans le domaine de la randonnée pédestre par le Sentier des Roches (longueur 11 kilomètres, dénivelé 300 mètres, balisé par le Club vosgien)[50] et dans celui de la randonnée cycliste par la Voie verte (longueur 28 kilomètres)[51].

Cette activité se trouve facilitée par la proximité du Lac de Pierre-Percée, celle du Lac de la Maix situé à Vexaincourt, celles du pôle sport nature[52] et de la Scierie de la Hallière[53] restaurée en 2014 et pratiquant le travail des grumes, tous deux situés dans la commune de Celles-sur-Plaine, ainsi que celle du Centre d'information et de documentation sur la Première Guerre mondiale[54]— inauguré en 2013 — situés dans la commune de Pierre percée[55].

Le hameau du Trupt propose une activité de cani kart, traîneau à roues tiré par des chiens[56], ainsi que l'organisation de manifestations associatives et de classes vertes[57].

Revenu de référence[modifier | modifier le code]

 Bionville, en 2015, le revenu fiscal de référence moyen par foyer était de 22 419 euros ; la moyenne pour les villes françaises était de 24 761 euros[58].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Forêt[modifier | modifier le code]

La forêt occupe 80% du territoire de la commune[59]. Aux chênes multiséculaires (donnant certaines années les glands qui nourrissent les sangliers) et aux hêtres séculaires — feuillus particulièrement recherchés pour alimenter la combustion des cheminées et des poêles — se sont substitués progressivement des conifères (sapins, épicéas, pins, voire douglas) à développement plus rapide et d'un intérêt moindre pour le chauffage des habitations. D'autres feuillus sont également recensés comme les trembles ou les érables. La tempête de 1999 a détruit un grand nombre d'arbres, plutôt à basse altitude, et les repousses ont donné lieu à des taillis desquels émergent des bouleaux[60]. Parallèlement aux périodes de canicule entraînant des carences d'eau pour les arbres, conifères en premier lieu [61], l'apparition, au printemps 2019, de scolytes, insecte nuisible de 2 millimètres, obligent à des coupes anticipées[62].

Chemins forestiers[modifier | modifier le code]

Les chemins forestiers de la rive droite de la rivière la Plaine sont propices aux randonnées pédestres ou à VTT (sportifs de préférence), à la cueillette des brimbelles (nom lorrain des myrtilles) et des champignons (initiés de préférence) et à la découverte de la forêt qui demande temps et patience. Les clairières sont propices à la photographie, tant la faune florale et la faune animale s'y sont développés sans intervention humaine. L'observation des combats de cerfs demande discrétion et précaution.

Faune sauvage[modifier | modifier le code]

La faune sauvage sur le territoire de la commune a évolué avec l'extinction progressive de l’agriculture, l’extension de la forêt vers les altitudes plus basses et l’impact du réchauffement climatique.

Au niveau des insectes, les doryphores ont disparu des champs de pomme de terre après la Seconde Guerre mondiale, ainsi que les hannetons victimes des pesticides. À la fin du printemps, lorsque certaines conditions d’humidité et de température sont observées, de minuscules moustiques — appelés « bo-ot » localement — apparaissent dans les jardins. À l’été, les tiques (dont certaines sont porteuses de bactéries après contact avec les sangliers) progressent par sauts des clairières vers les champs en jachère ; les mouches communes se multiplient ; la sauterelle colonise les herbes hautes ; la libellule est présente à proximité des mares et des étangs alimentés par les sources naturelles. À l’automne, les guêpes (friandes des fruits des vergers attaqués par les oiseaux), plus rarement les frelons ou les bourdons, deviennent insistantes ; les coccinelles et les punaises des bois, à odeur désagréable, envahissent les façades ensoleillées[63].

Les espèces d’oiseaux sont particulièrement variées, les bois constituant un refuge naturel. Outre le moineau commun, le rouge-queue (espèce locale du rouge-gorge, ayant la particularité d’avoir le poitrail gris, la queue rouge et de nicher dans les cavités des murs), est particulièrement présent près des habitations. Le merle noir, la pie et le geai se disputent les insectes mais surtout les fruits des jardins. Le coucou est omniprésent dans la forêt par son cri (surtout lors des changements de temps), ainsi que le pic vert : ils ne sont aperçus que rarement. Les hirondelles nichent quelques mois au printemps et à l’été dans les anciennes granges et repartent en migration dès la fin des beaux jours. Le héron fréquente les étangs privés — poissonneux — communiquant avec les affluents de la rivière locale. Parmi les oiseaux de proie, les buses sont les plus visibles, mais des autours ont été surpris à s’attaquer aux basses-cours[64].

Si les loups signalés dans le département voisin des Vosges[65] (dont la forêt est contiguë avec celle de Meurthe-et-Moselle et est physiquement séparée par une rivière de quelques mètres) n'ont jamais été visibles, si la quinzaine de lynxs introduits il y a une vingtaine d’années dans la forêt du Donon ont disparu — le dernier, surnommé Van Gogh à la suite de son oreille coupée, a été tué au printemps 2014 lors d'un choc avec une automobile —, les principaux prédateurs présents dans la commune sont les renards qui tentent de s’introduire la nuit dans les basses-cours, les martres et les fouines (avides de durites de moteurs à base de composé naturel comme le maïs[66]) et les différents rongeurs dont les campagnols. Les sangliers sont le gibier le plus représenté sur le territoire communal, dévastant les potagers à la recherche de tubercules faciles (protégés souvent par de lourdes clôtures de bois) ou dévastant les pelouses à la recherche de vers (protégées parfois par des clôtures électriques). Les chevreuils, avides des jeunes pousses d'arbres, sont régulièrement aperçus lorsqu'ils se rendent aux points d'eau. Les combats de cerfs en période du rut, en septembre, ponctués de brames, peuvent être observés à distance dans les clairières du Halbach ou du Trupt en particulier. Parmi les autres animaux, les lézards et les couleuvres ont pour habitude de paresser au soleil sur les murailles en pierres sèches des Vosges ; à noter que les vipères ne sont pas présentes ; dans les jardins, outre les taupes ravageuses de culture, le petit crapaud couleur terre et l'orvet cherchent pitance, surtout s'il reste quelque humidité, ou quelques limaces ou escargots à s'offrir.

Voie verte[modifier | modifier le code]

Innervant toutes les communes de la vallée de la Plaine, de Raon-l'Etape à Raon-lès-Leau, sur 20 kilomètres, la Voie verte accueille randonneurs pédestres et cyclistes : pentes douces et piste enrobée encouragent les amateurs[67].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Hubert XIXe siècle.
  • Chapelle au hameau les Colins.

Lieux de la guerre 1914-1918[modifier | modifier le code]

L'accès aux lieux de la guerre 1914-1918 s'effectue à partir du col de la Chapelotte (commune de Badonviller), surplombant le hameau des Colins détruit par les bombardements, et qui fut rebâti. Les vestiges de la voie ferrée militaire construite par les Allemands en pleine forêt sont encore visibles. Par contre, il ne reste plus rien, ni du mess des officiers allemands édifié aux Noires Colas, ni de la piscine aménagée au Centre et destinée aux hommes de troupe allemands. Des photographies ont néanmoins fixé ces lieux et sont périodiquement accessibles lors d'expositions ; des visites guidées sur le terrain sont régulièrement animées par des spécialistes (voir le musée de la Ménelle, sur la commune de Pierre-Percée)[68].

Lieux de la guerre 1939-1945[modifier | modifier le code]

 partir de mai 1944, la partie la plus haute en altitude du territoire de la commune a permis les contacts entre la première centurie du maquis de Chapelotte (côte 722) et les autres maquis des Vosges renforcés par un commando-parachutiste du SAS — largué dans le cadre de la mise en place de l'Opération Loyton et localisé au Col de Prayé —. Elle a été l'objet d'une surveillance ennemie accrue (bimoteur Heinkel photographique en particulier), mais a abrité néanmoins le passage de plusieurs centaines d'hommes (côte 522) en préparation au parachutage d'armes initialement prévu le au hameau de Viombois à Neufmaisons[69].

Scieries[modifier | modifier le code]

Les Monuments historiques ont identifié dans leur inventaire trois scieries construites à Bionville entre le XVIe et le XXe siècle : l'une détruite au lieu-dit du Trupt, l'autre à l'état de vestiges au hameau du Taurupt, la 3e non explicitement mentionnée[70]. D'autres études font état de scieries au hameau des Colins, aux lieux-dits la Turbine et Moinepont, au hameau du Halbach et au lieu-dit Saint-Nicolas[71].

Cabane des chasseurs[modifier | modifier le code]

Située à proximité du hameau du Halbach, le long de la Voie verte, la « Cabane des chasseurs », construite à la fin du XXe siècle, est un rendez-vous de chasse, en particulier lors des battues organisées dans le cadre de la réglementation de l'office national. Une société de chasse à été créée le , sous le nom de Société de chasse du Halbach, ayant pour objet le développement du gibier, sa protection, son repeuplement, son élevage, la destruction des nuisibles, la répression du braconnage et l'exploitation rationnelle[72]. La prolifération de sangliers pose problème.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Selon l'Union des cercles généalogiques Lorrains, le blason de la commune de Bionville comporte trois passe-partout symbolisant les trois scieries qui s'y trouvaient, Brognard, Jeanpierre et Lecuve[73].

Blason De sinople à trois scies de bucheron d’argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le champion du monde motocycliste d'endurance Alex Vieira, en 1989 et 1990 sur Honda, en 1991 sur Kawasaki, a séjourné durant plusieurs années au P'tit Bonheur lors de rallyes historiques disputés dans les Vosges[74].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La Chapelotte 1914-18, secteur oublié du front de Lorraine, volume IV de la collection Temps de Guerre sous la responsabilité de Jacques Bourquin, Yann Prouillet et Jean-Claude Fombaron, 2005, réédition 2007, 289 pages (Société philomatique vosgienne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte satellite de Bionville »
  2. « Statistiques sur la population de Bionville » (consulté le 6 octobre 2014)
  3. « Journées d'études vosgiennes 2009 à Raon l'Etape » (consulté le 9 octobre 2014)
  4. « Raon l’ Étape », sur site officiel (consulté le 16 octobre 2019).
  5. « Croix de guerre 1914-1918 pour la commune de Bionville » (consulté le 9 octobre 2015)
  6. « Résultats des élections présidentielles 2012 (2ème tour) à Bionville » (consulté le 7 octobre 2014)
  7. « Résultats des élections législatives 2012 (2ème tour) à Bionville » (consulté le 7 octobre 2014)
  8. « Les maires de Bionville » (consulté le 2 mars 2015)
  9. « Résultats des élections municipales 2008 à Bionville » (consulté le 7 octobre 2014)
  10. « Résultats des élections municipales 2014 à Bionville » (consulté le 7 octobre 2014)
  11. « Bionville. Dominique Laurain nouveau maire » (consulté le 24 février 2015)
  12. « Bionville. Le Maire présente sa démission » (consulté le 24 février 2015)
  13. « Vincent Genay, nouveau maire de Bionville » (consulté le 21 avril 2015)
  14. « Bionville. Décès de Monique Wilhem » (consulté le 6 juillet 2015)
  15. « Andrée Gervais reçoit le titre de maire honoraire » (consulté en 24 février 2015)).
  16. « Eau potable à Bionville » (consulté le 10 octobre 2014)
  17. « Loi Notre », sur le site des maires et des élus locaux (consulté le 12 septembre 2015)
  18. « Intercommunalité », sur le site de la préfecture de Meurthe-et-Moselle (consulté le 12 octobre 2015)
  19. « Intercommunalité. La Vallée de la Plaine entre deux eaux », sur Vosges matin (consulté le 29 octobre 2015)
  20. Le Petit Rapporteur (Bulletin d'information de la commune de Bionville) Hiver 2015 : « 2016, année décisive concernant la communauté de commune (CCVP) »
  21. « Vosges. La communauté d'agglomération autour de Saint-Dié sur les rails », sur Vosges matin (consulté le 29 octobre 2015)
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  26. « SI scolaire de la haute vallée de la Plaine », sur Syndicats intercommunaux à vocation unique, .
  27. « Ecole maternelle d'Allarmont », sur Académie de Nancy, .
  28. « R.P.I.de la Haute Vallée de la Plaine - Horaire du bus », .
  29. « Présentation association : Association des personnes du 3eme age des communes d'Allarmont et de Bionville 'couaroil' », sur Gralon, .
  30. « Présentation association : Les amis de Bionville-Allarmont », sur Gralon, .
  31. « Bulletin n° 1 de l’Association Panlong, Arts énergétiques et martiaux internes de la Vallée de la Plaine », sur Panlong, .
  32. « Présentation association : Panlong (culture gymnastique La Culture La randonnée Promotion Qi Gong randonnée) », sur Gralon, .
  33. « Des chants marins pour fêter le 25e anniversaire de l’épicerie », sur Vosges Matin,
  34. « Les Rollmops feront prendre le large au public sur le boulodrome du Robin », sur Vosges Matin,
  35. « Les Rollmops connaissent le succès », sur Vosges Matin,
  36. « Théâtre en "Plaine" air » [PDF] (consulté le 6 octobre 2014)
  37. « Colette Méchin (CNRS) : "Stratégie des cultures dans la Vallée de la Plaine" » (consulté le 8 octobre 2014)
  38. « Colette Méchin (CNRS): "Du bon usage de la forêt par les Vosgiens de la Vallée de la Plaine" » (consulté le 13 octobre 2014)
  39. « A.Perchenet (Revue scientifique Persée): "L'industrie dans la région bordière des Vosges entre les vallées de la Meurthe et de la Vezouse" » (consulté le 9 octobre 2014)
  40. « Bourse aux plantes et marché artisanal des FAS de Cirey et Blâmont », sur Est républicain, .
  41. « Raon l'Étape - Présentation », sur Raon l'Étape - Office du Tourisme (consulté le 14 octobre 2019).
  42. Le Petit Rapporteur (Bulletin d'information de la commune de Bionville) Printemps 2009 : "En bref. Divagation des moutons de M. Bel".
  43. « Valérie Duroc / fromage de chèvre », sur Les paniers de Léopold (consulté le 10 octobre 2019).
  44. Jean-Christophe Pignon, « Les chèvres et le houblon », .
  45. « Le Coucou. Gîte à Bionville », sur Pour les vacances (consulté le 9 octobre 2019).
  46. « Meublé le grand Tetras », sur Vosges aux portes de l'Alsace (consulté le 9 octobre 2019).
  47. « Proximité lac des Vosges Chez Suzanne » (consulté le 9 octobre 2019).
  48. « Gîte rural "Le Domaine des Colins" », sur Gîtes de France (consulté le 9 octobre 2019).
  49. « Chambres et tables d'hôtes aux Noires Colas » (consulté le 6 octobre 2014)
  50. « Randonnée pédestre du Sentier des Roches » (consulté le 9 octobre 2014)
  51. « Voie verte de la Vallée de la Plaine » (consulté le 12 octobre 2015)
  52. « Nos activités », sur Pôle Sport Nature (consulté le 10 octobre 2019).
  53. « Scierie de la Hallière » (consulté le 9 octobre 2015)
  54. « CID 14-18 », sur Association Guerre en Vosges.
  55. « Centre d'interprétation et de documentation 1914-1918 », sur Le Parisien (consulté le 16 octobre 2019).
  56. « Filer au ras du sol en cani kart » (consulté le 30 mars 2015)
  57. « Domaine du Trupt » (consulté le 9 octobre 2014)
  58. « Impôt sur le revenu à Bionville », .
  59. Carte IGN 36160T Le Donon.
  60. « Décembre 1999 : les vents de l'enfer (Vidéos, diaporamas, dossier) », sur Est républicain, .
  61. « Climat.Les sapins meurent de soif dans la forêt vosgienne », sur 20 minutes, .
  62. « Le scolyte, insecte nuisible, décime la forêt lorraine », sur France TV Info, .
  63. « Hémiptères, coléoptères : les insectes à la loupe », sur Vosges matin, .
  64. « Écoute et observation des oiseaux avec le centre ornithologique lorrain », sur Vosges matin, .
  65. Gérard Mathieu, président de la fédération des chasseurs des Vosges, « Selon moi, il y a plusieurs loups », sur Vosges matin, .
  66. Astrid Servent, « Environnement: ces fouines qui en veulent à nos voitures », sur France TV Info, .
  67. « Véloroute/Voie verte de la Vallée de la Plaine » (consulté le 6 octobre 2014)
  68. « Centre d'Interprétation et de Documentation de la Ménelle » (consulté le 6 octobre 2014)
  69. Il y a 20 ans, Viombois, E. Poussardin. Imprimeur-Éditeur Fettzer, Raon-l'Étape 1964.
  70. « Scieries à Bionville (inventaire des Monuments historiques) » (consulté le 9 octobre 2014)
  71. « Les scieries et les anciens sagards des Vosges » (consulté le 9 octobre 2014)
  72. « Présentation association : Societe de chasse du Halbach », sur Gralon.
  73. « Blason de Bionville » (consulté le 2 mars 2015)
  74. « Le retour d’Alex Vieira » (consulté le 6 avril 2016)
  • Portail des communes de France
  • Portail de Meurthe-et-Moselle