Bataille du Petit-Celland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille du Petit-Celland
Les Trois Croix
Informations générales
Date 2 mai 1796
Lieu Le Petit-Celland
Issue Victoire des bleus
Belligérants
Républicains Chouans
Commandants
général Hoche Bellavidès
• Victor Philippe-de-Cantilly †
Forces en présence
quelque 700 hommes200 hommes
Pertes
Victor Philippe-de-Cantilly

Chouannerie

Batailles

Liffré · Expédition de Quiberon · Plouharnel · Quiberon · Segré · 1er Rocher de La Piochais · La Ceriseraie · La Cornuaille · 1re La Croix-Avranchin · La Vieuville · 2e Rocher de La Piochais · 2e La Croix-Avranchin · Auverné · Andigné · Croix-Couverte · Tinchebray · L'Auberge-neuve · Locminé · Saint-Hilaire-des-Landes · Val de Préaux · Le Grand-Celland · Argentré · Noyant-la-Gravoyère · La Hennerie · Le Mans · Nantes · Saint-Brieuc · Le Lorey · Mont-Guéhenno · La Tour d'Elven · 2e Saint-James · Pont du Loc'h · Les Tombettes

La bataille du Petit-Celland est un épisode de la chouannerie qui a lieu le 2 mai 1796, près du Petit-Celland, commune du département de la Manche.

La bataille[modifier | modifier le code]

Aperçu de la configuration des lieux.

Trois colonnes républicaines, sous l'autorité du général Hoche, qui remontent d'Avranches, battent une poignée de chouans originaires de Vernix, Tirepied et Brécey.

Informés qu’une troupe d’environ deux cents Chouans commandés par Bellavidès et par Victor Philippe-de-Cantilly [1], jeune officier royaliste de 18 ans, dit Montjoie, évolue du côté du Petit-Celland, les Bleus font converger plusieurs colonnes d'Avranches, de Ducey et de Saint-Hilaire-du-Harcouët vers les positions de l’ennemi, sur les crêtes dominant la vallée de la Sée.

L’affrontement a lieu le lundi 2 mai 1796. Les Chouans résistent à la vive fusillade qui s’engage de toutes parts pendant deux heures. Menacés de se faire encercler et de succomber sous le nombre, ils finissent par s’égailler dans la végétation et les chemins creux.

Le lieu de mémoire[modifier | modifier le code]

Une composition monumentale formée de trois croix de granit en évoque le souvenir.

  • La première croix rend hommage au curé Pierre Affichard et au vicaire Gabriel Lebrun, tous deux insermentés.
  • La deuxième croix est élevée à la mémoire de Victor de Cantilly, ci-avant évoqué, enterré sur les lieux mêmes de sa chute.
  • La troisième porte les noms de Gabriel Fleury Desfeux, curé de Saint-Pierre-Langers, déporté depuis Granville le 17 septembre 1792 et de Louis-Georges de Gouvetz [2], ex-chanoine de la cathédrale d’Avranches, victime le 12 avril 1796 du passage d'une colonne républicaine venue d’Avranches, alors qu’il portait quelques osties.

Les trois croix sont élevées sous la Restauration par Bellavidès, dont le manoir de la Doittée se situe non loin de là. D'abord en bois, elles sont remplacées par un matériau en granit. L’endroit est un lieu de pèlerinage privilégié du souvenir chouan.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Michelot Moulin, Mémoires de Michelot Moulin sur la chouannerie normande, éditeur A. Picard, Paris, 1893. lire en ligne
  • Michelot Moulin, Chouan et espion du roi, mémoires de Michelot Moulin, La Louve, 2013. lire en ligne
  • Henri de Grandmaison, Les Feux du bocage, Paris, Editions Grasset & Fasquelle, 1980.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Victor est le benjamin. Son surnom est probablement dû à sa commune de naissance. Il a deux autres frères aînés engagés comme lui dans sa cause.
  2. Natif du Petit-Celland en 1745
  • Portail de la Révolution française
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Normandie
  • Portail de la Manche
  • Portail des années 1790