Attaques de décembre 2013 en république démocratique du Congo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les attaques de en république démocratique du Congo ont débuté le par la prise en otage de journalistes de la Radio-Télévision nationale congolaise à Kinshasa par des hommes se réclamant du pasteur Paul Joseph Mukungubila Mutombo, dirigeant de « l’Église du Seigneur Jésus-Christ ». Le même jour, des échanges de tir ont lieu à l'aéroport international de Ndjili, à l'état-major des Forces armées de la république démocratique du Congo ainsi qu'aux abords de la résidence de Mukungubila à Lubumbashi[1].

La presse qualifie ces attaques de tentative de coup d'État, le gouvernement congolais parle « d'offensive terroriste »[2] ce que Paul Joseph Mukungubila conteste en les définissant comme une action « spontanée » de « civils sans armes » « massacrés pour rien » par la police et l'armée[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dabadi Zoumbara, « Kabila doit garder l’arme au pied », Le Pays,‎
  2. « Coup d’état : « KABILA » introuvable à Kinshasa, Qui est derrière le Prophète MUKUNGUBILA ? », KongoTimes!,‎ (lire en ligne)
  3. Trésor Kibangula, « « Ils nous ont massacré pour rien » », Jeune afrique,‎ (ISSN 1950-1285, lire en ligne)
  • Portail de la république démocratique du Congo