Apollon du Tibre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'Apollon du Tibre

L'Apollon du Tibre est une[1] sculpture en marbre d'Apollon, copie romaine en marbre d'après un original grec en bronze daté d'environ 450 avant notre ère.[2] Dégagé du lit du Tibre à Rome, lors de la fabrication de piliers pour le Pont Garibaldi (1885, pont achevé en 1888), elle est conservée au Musée national romain dans le Palais Massimo alle Terme, à Rome.[3]

Description[modifier | modifier le code]

Le style de la sculpture reflète l'école de Phidias, peut-être le jeune Phidias lui-même, comme suggéré par Jiří Frel,[4] et Kenneth Clark, qui observait : "Si seulement cette figure, au lieu de l'Apollon du Belvédère, connu de Winckelmann, les qualités sculpturales de son sujet mériteraient qu'elle soit plus connue."[5]."[6]

La figure, avec son air de fille bouclée,[7] peut avoir tenu autrefois une branche de laurier et un arc, mais il n'est pas un citharède. La réserve pensive de ces types d'Apollons a fourni le type iconographique pour les portraits ultérieurs d'Antinoüs par Hadrien au siècle suivant.[8]

Une autre version du même type a été récupérée dans les ruines de Cherchell, en Algérie, la Caesarea Mauretaniae romaine.[9]

Une copie se trouvait autrefois dans les jardins de la Villa Borghèse.[10]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 222 cm (7 ft. 3 ¼ in.).
  2. Brunilde Sismondo Ridgeway (Fifth Century Styles in Greek Sculpture, 1981) suggested that its original, along with many other famous and established models generally dated in the 5th century BCE, should be attributed to a Late Hellenistic classicizing cultural phase of the first centuries BCE/CE;similarly E. Simon (LIMC 2 1984, s.v. "Apollon/Apollo", 373f no. 38) called it an Antonine copy of a classicising Augustan original.
  3. Inv. 608; its rusty staining are the result of its long immersion.
  4. Frel, "A Hermes by Kalamis and Some Other Sculptures" The J. Paul Getty Museum Journal, 1 (1974:55-60) p. 57, and again in a review of Ridgeway, The Severe Style in Greek Sculpture in The Art Bulletin 56.2, (June 1974:274).
  5. Clark, The Nude: A Study in Ideal Form, 1956, p.74, illus. p. 75, fig.30.
  6. Sparkes, "Greek Bronzes" Greece & Rome, Second Series, 34.2 (October 1987:152-168) p 167, illus. fig. 9 p, 166.
  7. Susan E. Wood. Imperial Women: A Study in Public Images, 40 BC - AD 68 (1999, rev. ed. 2001:225: "The arrangement of hair drawn back over the ears and long shoulder locks appears in statues of both male and female deities, including Apollo"; note 69: Tiber Apollo and other examples.
  8. Thorsten Opper, Hadrian: Empire and Conflict (2008) makes this point with an illustration of the Tiber Apollo, fig. 162, p. 185 paired with an Antinous.
  9. LIMC ii. 373 no. 38, s.v. "Apollo"; Christa Landwehr, Die Römische Skulpturen von Caesarea Mauretaniae, vol. II (Idealplastik).
  10. Illustrated from an old photograph and captioned "lost" by Frel 1974:59, fig. 7.
  • Portail de l’archéologie
  • Portail de la sculpture
  • Portail de Rome
  • Portail de l’histoire de l’art