Andrée Joly

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Joly et Brunet.

Andrée Joly

Andrée et Pierre Brunet en 1922
Biographie
Nationalité France
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 91 ans)
Lieu de décès Boyne City, Michigan
Parcours
Partenaire Pierre Brunet
Retraite 1936

Andrée Joly, ou Andrée Brunet-Joly, ou Andrée Brunet (née le à Paris 3e[1] et décédée le à Boyne City dans le Michigan aux États-Unis), est une ancienne patineuse artistique française. Mariée avec Pierre Brunet[1], elle forme avec son époux le couple de patinage artistique le plus célèbre de l'avant-guerre. On leur doit les premiers portés (à une main). Leurs performances sportives et artistiques lui vaut de nombreuses médailles mondiales et olympiques dont deux titre olympiques en couple en 1928 et 1932.

Biographie[modifier | modifier le code]

Andrée Joly et Pierre Brunet, troisièmes des JO de 1924 à Chamonix.

Quelques mois avant les Jeux olympiques de 1924, Andrée Joly rencontre Pierre Brunet alors qu'ils gagnent chacun de leur côté le titre de champion de France individuel de patinage au Palais des Glaces de Paris[2],[3]. Le champion de France lui propose de disputer ensemble les épreuves en couple, ce qu'elle accepte[2]. Intimidée dans l'épreuve individuelle des Jeux olympiques d'hiver, Joly ne termine qu'à la cinquième place avant de se racheter en couple avec Pierre Brunet pour obtenir une médaille de bronze, innovant déjà sur la glace avec des figures inédites[2],[4].

Invaincue en France depuis cinq années, celle qui pratique le patinage avec ferveur depuis la fin de la Première Guerre mondiale, est également une excellente nageuse[5]. En 1926, Andrée Joly et Pierre Brunet se préparent pour les championnats du monde de patinage à Montana pendant trois semaines prises sur leurs vacances annuelles[5]. Ils remportent le championnat du monde de patinage artistique de figures par couples[5]. Le couple vient doter la France de son premier grand succès international en patinage[5]. Il termine avec dix points d'avance sur leurs poursuivants grâce à une nouvelle méthode, un porté alors appelé le « saut de l'ange »[5].

Lors des Jeux olympiques de Saint-Moritz, elle remporte le titre olympique en compagnie de son partenaire dans la compétition de patinage en couple[6]. Sans prendre de risque pour éviter toute chute, ils sont classés premiers par cinq juges, seconds par trois juges et quatrième par un juge[6]. Impressionnée, elle est inférieure à son réputation dans le concours des figures imposées et, même si elle suscite l'enthousiasme général lors de sa prestation libre, elle ne termine qu'à la dixième place[6].

Présent lors des fêtes de patinage en au bois de Vincennes, organisés par L'Auto et le Journal, le couple fait le spectacle avec notamment des portés comme le tourbillon[7]. Andrée Joly devient Andrée Brunet après le mariage du couple en 1929[2]. L'année suivante, elle donne naissance à leur fils, Jean-Pierre, qui patine dès le plus jeune âge[8].

Aux Jeux olympiques d'hiver de 1932, elle conserve son titre olympique en couple en s'imposant avec Pierre par la virtuosité, l'harmonie, la cadence et la grâce de leur programme[9]. Surclassant les six autres couples de la compétition, ils devancent de plus de 100 points leurs dauphins et sont célébrés par le public bien avant le verdict des sept juges[9].

Le , Andrée Brunet est victime d'une chute dans un ravin avec son mari lors d'une randonnée à skis[8]. Victime d'une fracture de la colonne vertébrale, un corset de plâtre lui enserre le buste pendant plusieurs mois[8]. Devenue professionnelle avec son mari en 1936 à Londres puis à Toronto avant de s'installer avec lui aux États-Unis, d'abord à New York, devenant citoyenne américaine en 1942[3]. Devenue entraîneuse, elle forme de nombreux champions américains comme Carol Heiss, Dorothy Hamill ou encore Scott Hamilton[3],[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

En couple avec Pierre Brunet[modifier | modifier le code]

Compétitions / Années 1921 1922 1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933
Jeux olympiques d'hiver 3e 1er 1er
Championnats du monde 2e 1re 1er 1re 1er
Championnats d'Europe 1re
Championnats de France 1er 1re 1er 1re 1er 1re 1er 1re 1er 1re

Individuel[modifier | modifier le code]

Compétitions / Années 1921 1922 1923 1924 1925 1926 1927 1928 1929 1930 1931 1932 1933
Jeux olympiques d'hiver 5e 11e
Championnats du monde
Championnats d'Europe
Championnats de France 1er 1re 1er 1re 1er 1re 1er 1re 1er 1re

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives de l'état civil de Paris en ligne, acte de naissance n° 3/1105/1901, mention marginale : mariage en 1929 avec Pierre Émile Ernest Brunet (consulté le 8 avril 2012)
  2. a b c d et e « Pierre Brunet et Andrée Joly, un couple de légende », sur olympic.org, (consulté le 14 octobre 2018).
  3. a b et c Jean Durry, Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, 5022 p. (ISBN 978-2-7210-0651-6, présentation en ligne), Brunet-Joly Andrée (Paris 1901 - Boyne City, Michigan 1993).
  4. E.-G. Drigny, « Les gracieux concours de figures du meeting de Chamonix », Le Miroir des sports, no 188,‎ , p. 87 (lire en ligne).
  5. a b c d et e E.-G. Drigny, « Mlle Joly et Pierre Brunet ont trouvé la juste récompense de leurs efforts en enlevant, à Berlin, le championnat du monde de patinage artistique », Le Miroir des sports, no 302,‎ , p. 114 (lire en ligne).
  6. a b et c A. Glarner, « La Norvège se taille la part du lion aux Jeux olympiques de Saint-Moritz, qui furent riches en incidents : Le Canada gagna sans lutte le tournoi de hockey, où la France faillit être finaliste ; notre drapeau fut hissé au mât olympique pour la victoire de Mlle Joly et Brunet. », Le Miroir des sports, no 414,‎ , p. 120-121 (lire en ligne).
  7. A. Glarner, « Les fêtes de patinage, au bois de Vincennes et au bois de Boulogne, permettent à cent mille parisiens de s'initier aux sports de glace », Le Miroir des sports, no 470,‎ , p. 118 (lire en ligne).
  8. a b et c « Au jour le jour en marge des grandes épreuves sportives : Le retour d'Andrée Brunet-Joly », Le Miroir des sports, no 470,‎ , p. 206 (lire en ligne).
  9. a et b E.-G. Drigny, « Comme, en 1928, à Saint-Moritz, Mme et M. Brunet-Joly remportent facilement, à Lake Placid, le championnat de patinage artistique par couples : Cette première victoire olympique, ainsi que la bonne participation de nos skieurs dans l'épreuve de 18 kilomètres, assurent à nos couleurs une représentation qui doit nous satisfaire », Le Miroir des sports, no 638,‎ , p. 104-105 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la France
  • Portail du patinage artistique