André Suchetet

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

André Suchetet

Portrait d'André Suchetet
Fonctions
Député
Maire de Bréauté
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Elbeuf
Date de décès (à 61 ans)
Lieu de décès Bréauté
Nationalité Française

André Suchetet est un homme politique français né le à Elbeuf et mort le à Bréauté.

Une vie de rentier bien remplie[modifier | modifier le code]

Luc André Suchetet, naît à Elbeuf le 6 mars 1849[1], d’Achille Suchetet (1820-1853), fabricant de draps, et de Cécile Louise Marie Delarue (1826-1854). Sa famille est installée depuis longtemps dans la ville et ses environs : Jean-Baptiste Suchetet (né en 1788) fait ainsi partie des notables chargés en 1832 de désigner les membres de la Chambre consultative des arts et manufactures d’Elbeuf ; Achille Suchetet en est membre dans les années 1849-1850. Hector Suchetet, son oncle, fabricant de draps également, sera maire de Caudebec-lès-Elbeuf dans les années 1870.

Devenu orphelin à l’âge de 5 ans, il est élevé par ses grands-parents et placé à Rouen dans une institution privée mais laïque, l’institution Patry (rue Jeanne-d’Arc). Durant la guerre de 1870 il est enrôlé dans les gardes mobiles et prend part à la défense de Paris. Il épouse à Bréauté, le 18 décembre 1871, Augustine Aglaé Laguette (1852-1917). Ils auront huit enfants[2] de 1876 à 1889.

Sa famille essaie de l’introduire dans l’industrie textile, puis de le diriger vers le notariat. Mais il se contente finalement de vivre des rentes que lui procure l’importante fortune foncière dont il a hérité, dans son château d’Antiville (commune de Bréauté), où il emménage en 1880 et qu’il restaure. (En 1901, il y emploie six domestiques et une institutrice pour ses enfants[3]).

Le château d'Antiville.

Membre de nombreuses sociétés savantes, telles la Société zoologique de France, l’Association scientifique de Bruxelles, l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Rouen (depuis 1890), c’est un chercheur amateur éclairé, qui publie de nombreux ouvrages de zoologie et des communications scientifiques, attirant l’attention des savants. Il étudie tout particulièrement les phénomènes d’hybridation dans le règne animal, mais s’intéresse aussi parfois à l’anthropologie préhistorique (cf. son discours de réception à l’Académie de Rouen).

Catholique fervent, à l’esprit cependant suffisamment large pour concilier la Bible et Charles Darwin, il se montre particulièrement actif à Bréauté (restauration de l’église, construction d’une salle de patronage, création d’une école catholique de filles). Mais il n’oublie pas sa ville natale. En 1872, il fait un don de 8 500 F à l’hospice d’Elbeuf puis de 10 000 F au Bureau de bienfaisance en mémoire de son frère, Georges Suchetet, et conformément aux dernières volontés de celui-ci[4]. Avec son oncle par alliance, Guillaume Frédéric Olivier (fabricant de draps et conseiller municipal à Elbeuf) et ses cousins Louis et Henry Olivier, il y fonde aussi un orphelinat de garçons entretenu à ses frais, exécutant ainsi la volonté de son père Achille Suchetet (donation de 228 542 F par acte du 17 avril 1877 passé devant Me Hurrier, notaire à Elbeuf[5]).

Cet orphelinat, resté institution catholique jusqu’en 1953, puis passé sous la direction d’une association, deviendra le Centre Olivier-Suchetet[6], lequel ferma en 2006[7]. En reconnaissance de cette donation, Elbeuf compte aujourd’hui une rue Olivier et Suchetet.

Elbeuf - Orphelinat des garçons.

Il organise aussi en 1895 la Société de secours mutuels de Goderville, dont il devient par la suite président. Il s'occupe beaucoup de la protection sociale et des cercles catholiques ouvriers. Fabricien de la paroisse Saint-Godard de Rouen, membre de l’Émulation chrétienne, il fonde dès 1882 la conférence Frédéric Ozanam puis les Congrès catholiques de Normandie (avec une section d’apologétique chrétienne qui donna naissance à des congrès scientifiques internationaux). Ce militantisme est récompensé par la papauté, qui le fait chevalier de l’ordre de saint Grégoire le Grand.

Pratiquant également la peinture, il décore les murs de plusieurs chapelles.

Grand propriétaire terrien, il prête beaucoup d’attention aux questions d’agriculture. Cofondateur et président d'honneur du syndicat de lutte contre la mortalité du bétail de Bréauté, membre du comice agricole du Havre, il préside aussi la Société pratique d’agriculture de l’arrondissement du Havre. C’est sa volonté de défendre les intérêts agricoles qui l’incite, apparemment, à se lancer en politique.

Une carrière politique classique[modifier | modifier le code]

En 1882 il devient tout d’abord conseiller municipal de Bréauté[8] (Seine-Inférieure), succédant à un oncle de sa femme, puis maire en 1892. Il restera à la tête de cette commune jusqu’à son décès, hormis une brève interruption en 1906-1907[9]. (La mairie est située aujourd’hui sur la place André-et-Jean-Suchetet). Parallèlement, il est porté par les électeurs du canton de Goderville au conseil d’arrondissement en 1895[10], puis au conseil général de 1901 à 1910. Il jouit d’une véritable popularité : « Sous des dehors réservés, il avait une courtoisie naturelle qui le rapprochait facilement de ceux qui lui étaient inférieurs par la fortune ou par l’éducation. »[11]

Sollicité par le comité conservateur de la 3e circonscription du Havre et en même temps plébiscité par une foule d’ouvriers de Bolbec venue lui demander devant son château de se présenter à la députation, il remporte les élections législatives[12] de 1898. Il est élu sous l’étiquette républicaine (bien qu’il soit à l’évidence très clérical et plutôt réactionnaire), puis réélu - toujours au premier tour de scrutin - en 1902 (par 9 583 voix sur 16 426 votants) et en 1906 (par 10 008 voix sur 17 298 votants).

Mandats à la Chambre des députés :

  • du 8 mai 1898 au 31 mai 1902 (VIIe législature)
  • du 27 avril 1902 au 31 mai 1906 (VIIIe législature)
  • du 6 mai 1906 au 31 mai 1910 (IXe législature)

À la Chambre, il siège à la droite de l’assemblée et adhère durant ses trois mandats au groupe dit de l’Action libérale, opposé aux gouvernements successifs et au Bloc des gauches. Il vote contre la loi de 1901 et contre la séparation des Églises et de l’État (1905). Il réclame le rétablissement des crédits alloués au collège diocésain de Guadeloupe (1902) et le maintien des écoles libres de Saint-Pierre-et-Miquelon (1909).

Député très actif (durant les sessions, il rentre chaque soir à Bréauté par le train, mais en repart chaque matin), il participe à la discussion des budgets, notamment ceux de l'Agriculture, de la Guerre et des Finances et est à l’initiative de diverses propositions de loi. Il défend l’Église (notamment contre les conséquences de la loi de séparation), mais aussi les intérêts agricoles et maritimes de sa circonscription. Il intervient ainsi en faveur de la défense des graines oléagineuses (principalement du colza), des huiles végétales, de la culture du lin et du chanvre, ou de la protection des oiseaux utiles à l'agriculture. Membre de plusieurs commissions, notamment de la Commission des douanes, il demande constamment – et en partie avec succès – le relèvement des droits sur les oléagineux, afin de protéger les productions nationales et particulièrement normandes.

Élu d’une circonscription dont dépendent Fécamp et Étretat, il obtient en 1901 l’instauration d’une médaille d’honneur récompensant les marins ayant à leur actif plus de 300 mois de navigation. Il formule des réserves concernant l’accord franco-anglais de 1904 sur le partage des zones de pêche au large de Terre-Neuve, pour tenter de protéger les intérêts des pêcheurs normands. Il s’intéresse en outre à la question des tribunaux maritimes.

Il cherche aussi à mieux protéger les conditions de travail des femmes et des enfants dans l’industrie.

On notera que plusieurs de ses propositions de loi sont présentées de concert avec Julien Goujon, député de la 2e circonscription de Rouen, c’est-à-dire celle incluant Elbeuf.

Il ne se représente pas aux législatives de 1910 pour cause de maladie, et décède peu après, dans son château d’Antiville, le 14 juillet 1910, à l’âge de 61 ans, « succombant au mal qui minait ses forces depuis plusieurs années »[13]. Il est inhumé le lendemain dans le cimetière de Bréauté.

Bibliographie [sans doute non exhaustive] d’André Suchetet[modifier | modifier le code]

(Plusieurs de ses ouvrages scientifiques ou textes parlementaires ont été republiés récemment par des éditeurs d’ouvrages anciens)

Recherches personnelles[modifier | modifier le code]

  • L'hybridité dans la nature, règne animal, Bruxelles, Impr. Polleunis, Ceuterick et Lefébure, 1888, 80 p. (FRBNF31418157).
  • Note sur les hybrides des anatidés, Rouen, Impr. P. Leprêtre, 1888, 16 p. (FRBNF31418158).
  • « La fable des Jumarts », Mémoires de la Société Zoologique de France pour l’année 1889, t. II, 1889, p. 1-30.
  • « La question du léoporide » Revue des questions scientifiques, 1887 et sous le même titre Bruxelles, 1889.
  • « L’hybride du faisan ordinaire et de la poule domestique », L’éleveur, 1889.
  • Note sur les hybrides des anatidés, Paris, Société nationale d'acclimatation de France, 1889, 9 p. ; extrait de la Revue des sciences naturelles appliquées, n° du 5 novembre 1889 (FRBNF31418159).
  • Nouvelles observations sur les hybrides des anatidés, Paris, Société d'acclimatation de France, 1889, 9 p. ; extrait de la Revue des sciences naturelles appliquées, n° du 5 décembre 1889 (FRBNF31418160).
  • « Discours de réception », Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen, 1890-1891, Rouen, Imprimerie Cagnard, 1892, p. 15-38.
  • Les oiseaux hybrides rencontrés à l’état sauvage. Première partie : Les gallinacés, Lille, 1890 ; Deuxième partie : les palmipèdes, Lille, 1892.
  • Histoire du Bimaculated Duck de Pennant confondu longtemps avec l'Anas Glocitans de Pallas et notes sur plusieurs autres oiseaux du même genre, Bruxelles, 1894, 68 p. (réédition Forgotten Books, 2018).
  • Phénomènes de reproduction dans les croisements de races et de variétés d'animaux, Rouen, Impr. P. Leprêtre, 1896, 37 p. ; extrait du Compte rendu de la IIe session des assises de Caumont (FRBNF31418161).
  • Des hybrides à l'état sauvage, règne animal. Premier volume (classe des oiseaux), Lille, Impr. Le Bigot frères, 1896, CLII-1002 p. (FRBNF31418156).
  • Des caractères plastiques et de coloration chez les hybrides et les métis d'animaux, Lille, Imprimerie typographique Le Bigot, 1897.
  • « Problèmes hybridologiques », Journal d’anatomie, 1897.

Travaux parlementaires[modifier | modifier le code]

  • Des droits sur les graines oléagineuses et du relèvement des droits sur les huiles végétales, Fécamp, Impr. M.-L. Durand, 1899, 86 p. (FRBNF31418154).
  • Proposition de loi ayant pour objet : 1° l'établissement de droits sur les graines et fruits oléagineux ; 2° le relèvement des droits sur les huiles végétales... présentée par MM. Suchetet, Loriot, Cte de Pomereu, Guillemet, Morinaud, etc., (19 novembre 1900), Paris, Impr. Motteroz, 1900, 52 p. (FRBNF36245114).
  • Proposition de loi ayant pour objet : 1° l'établissement de droits de douane sur les graines et fruits oléagineux ; 2° le relèvement des droits sur les huiles végétales, présentée par MM. André Suchetet, Abel Bernard, Achille Adam, Comte d’Alsace prince d'Hénin, Amodru, Ancel-Seitz, Aubry, etc., 10 juin 1902, Paris, Impr. Motteroz, [s. d.] 96 p. (FRBNF36245100).
  • Proposition de loi (rectifiée) ayant pour objet : 1° l'établissement de droits de douane sur les graines et fruits oléagineux ; 2° le relèvement des droits sur les huiles végétales, présentée par MM. André Suchetet, Abel-Bernard, Achille Adam, Comte d'Alsace prince d'Hénin, Amsdru, Ancel-Seitz, Aubry etc.,10 juin 1902, Paris, Impr. Motteroz, [1902], 6 p. (FRBNF36245101).
  • Proposition de loi portant modification du troisième paragraphe de l'article 21 de la loi militaire du 15 juillet 1889... présentée par MM. Suchetet, E. Breton, Brindeau, Julien Goujon, Lechevallier, Cte de Pomereu, etc., Paris, Impr. Motteroz, [1898], 2 p. (FRBNF36245099).
  • Proposition de loi tendant à modifier et à compléter le paragraphe cinquième de l'article 21 de la loi du 1er avril 1898, sur les Sociétés de secours mutuels... présentée par MM. Suchetet, Breton, Rouland, Rispal, Brindeau,..., Paris, Impr. Motteroz, [1898], 5 p. (FRBNF36245109).
  • Proposition de loi tendant à instituer les médailles d'honneur à décerner, par le ministre de la marine, aux marins français, après trois cents mois de navigation... présentée par MM. Suchetet, Bouctot, Brindeau, Julien, Goujon, Lechevallier, Vte de Montfort, etc., Impr. Motteroz, [1899], 3 p. (FRBNF36245111).
  • Proposition de loi tendant à modifier les articles 9 et 11 de la loi des 21-23 avril 1898, portant règlement d'administration publique en date du 20 décembre 1898 concernant la Caisse de prévoyance des marins français contre les risques et assurances de leur profession... présentée par M. Suchetet,.., Paris, Impr. Motteroz, [1899], 4 p., (FRBNF36245096).
  • Projet de résolution invitant le Gouvernement : 1° à étudier les moyens d'accorder des dégrèvements d'impôts aux familles nombreuses ; 2° à tenir compte, pour le choix aux places et emplois à sa disposition, du nombre des enfants et de la famille des candidats, présenté par MM. Suchetet, Bouctot, Julien Goujon, Vte de Montfort, Cte de Pomereu, Quilbeuf, etc., Paris, Impr. Motteroz, [1900], 2 p. (FRBNF36245116).
  • Proposition de loi tendant à modifier la loi du 29 décembre 1900 concernant le régime des boissons... présentée par MM. Suchetet et Julien Goujon,... (Seine-Inférieure), 14 mai 1901, Paris, Impr. Motteroz, [1901], 4 p. (FRBNF36225124).
  • Proposition de loi tendant à la création d'un diplôme agricole dispensant les titulaires de deux années de service militaire... par MM. A. Suchetet, Cte de Pomereu, Quilbeuf, Rouland, Quesnel,... (19 mars 1901),Paris,Impr. Motteroz, [1901], 5 p. (FRBNF36245115).
  • Rapport fait au nom de la commission des douanes chargée d'examiner : 1° la proposition de loi de M. Lechevallier et plusieurs de ses collègues, ayant pour objet de modifier les droits sur les graines oléagineuses et sur les huiles végétales (n° 283) ; 2° la proposition de loi de M. Desjardins ayant pour objet de modifier le n° 88 du tarif général des Douanes (graines oléagineuses) (n° 284) ; 3° la proposition de loi de M. Jules Dansette portant modification du Tarif général des Douanes (n° 110. - Huiles de coton) (n° 423) ; 4° la proposition de loi de M. Suchetet et un grand nombre de ses collègues ayant pour objet : 1° l'établissement de droits sur les graines et fruits oléagineux ; 2° le relèvement des droits sur les huiles végétales (n° 1946) par M. Suchetet,... (14 novembre 1901), Paris, Impr. Motteroz, [1901], 83 p. (FRBNF36245105).
  • Proposition de loi tendant à restreindre l'affichage électoral... présentée par M. Suchetet,... (3 février 1902), Paris, Impr. Motteroz, [1902], 2 p. ; idem, (rectifiée) (FRBNF36245106 et FRBNF36245107).
  • Proposition de loi tendant à prolonger de deux ans la durée du mandat des députés... présentée par M. Suchetet,... (3 février 1902), Paris, Impr. Motteroz, [1902], 4 p. (FRBNF36245108).
  • Proposition de loi (rectifiée) tendant à modifier l'article premier de la loi du 9 septembre 1848, l'article 3 de la loi des 2-3 novembre 1892 et les articles 1 et 2 de la loi du 30 mars 1900 (travail des adultes, des enfants, des filles mineures et des femmes dans les établissements industriels), (renvoyée à la commission du travail), présentée par M. Suchetet,... (10 juin 1902), Paris, Impr. Motteroz, [1902], 4 p. (FRBNF36245102 et FRBNF36245103).
  • Proposition de loi tendant à modifier la loi du 29 décembre 1900 concernant le régime des boissons, présentée par M. Suchetet,... (10 juin 1902), Paris, Impr. Motteroz, [1902], 4 p. (FRBNF36245104).
  • Proposition de loi tendant à modifier l'article 10 de la loi du 8 décembre 1883 concernant l'élection des juges consulaires... présentée par MM. Suchetet, Julien Goujon, Berton, Lafferre, Lebret, etc., Paris, Impr. Motteroz, [1900], 3 p. (FRBNF36245110).
  • Proposition de loi tendant à modifier l'article 10 de la loi du 8 décembre 1883, concernant l'élection des juges consulaires... présentée par MM. Suchetet, Julien Goujon... (5 décembre 1902), Paris, Impr. Motteroz, [1902], 3 p., (FRBNF36245112).
  • Étude critique de la convention franco-anglaise relative à Terre-Neuve, Fécamp, Impr. M.-L. Durand, 1904, 102 p. (FRBNF34080904).
  • Proposition de loi tendant à modifier la loi du 15 juillet 1889 sur le recrutement de l'armée et ayant pour objet de réduire progressivement à une seule année la durée obligatoire du service militaire et de maintenir l'effectif actuel de l'armée au moyen d'engagements et de rengagements volontaires contractés avec primes... présentée par M. Suchetet,... (8 février 1904), Paris, Impr. Motteroz, [1904], in 4° plano (FRBNF36245113).
  • Projet de résolution invitant le gouvernement à déposer un projet de loi tendant à élever le taux des primes à la culture du lin en faveur des agriculteurs qui font travailler chez eux les lins qu'ils récoltent... présenté par M. Suchetet,... (12 juin 1906), Paris, Impr. Motteroz, [1906], 4 p. (FRBNF36245097).
  • Proposition de loi tendant à faire bénéficier de la loi du 17 avril 1905 les équipages des navires hôpitaux... présentée par M. Suchetet,... (5 décembre 1906), Paris, Impr. Motteroz et Martinet, [1906], 2 p. (FRBNF36245098).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Registre d’état civil, naissances 1849, A.D.S.-M. 3E 00999, acte n°121.
  2. Arbre généalogique de Sylvain Claude : https://gw.geneanet.org/genesylclaude?lang=fr&p=andre+luc+c&n=suchetet&oc=0&type=tree
  3. A.D.S.-M. 6 M 452, recensement de 1901.
  4. Henri Saint-Denis, Histoire d’Elbeuf, t. XI, 1904, p. 380 et 392.
  5. Question évoquée dans la séance du 21 décembre 1876 par le conseil municipal d’Elbeuf (Henri Saint-Denis, Histoire d’Elbeuf, t. XI, p. 490). Le conseil en discuta à nouveau longuement le 15 avril 1877 « à cause de certaines conditions religieuses exposées par les donateurs » : il subsiste 46 pages de compte-rendu dans le registre des procès-verbaux. La donation fut finalement acceptée par 11 voix contre 5. Guillaume Frédéric Olivier protesta, dans une lettre adressée au journal L’Industriel elbeuvien, en affirmant qu’en tant que membre du futur conseil d’administration il défendrait constamment la liberté de conscience (H. Saint-Denis, p. 506-508). En 1878, l'orphelinat fut confié aux sœurs de la congrégation Saint-Charles de Nancy. Il était placé sous la surveillance d'un conseil d'administration, composé de membres du Conseil municipal, des fondateurs et de plusieurs personnes choisies par ceux-ci (p. 552).
  6. Patrick Olivier, « L’orphelinat de garçons de la ville d’Elbeuf », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, n°46, novembre 2006, p. 17-36.
  7. Le bâtiment a été racheté sept ans plus tard puis reconverti en logements.
  8. A.D.S.-M. 3 M 806, élections municipales, Bréauté.
  9. Son fils, Jean Suchetet, lui succède en tant que maire de Bréauté et comme conseiller général du canton de Goderville de 1910 à 1913.
  10. A.D.S.-M. 3 M 481, élections au Conseil d’arrondissement.
  11. Journal de Rouen, 17 juillet 1910, p. 2
  12. A.D.S.-M. 3 M 323 et 324, élections législatives de 1898.
  13. ,Journal de Rouen, 17 juillet 1910, p. 2

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • « André Suchetet », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960
  • Patrick Olivier, « L’orphelinat de garçons de la ville d’Elbeuf », Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, n°46, novembre 2006, p. 17-36.
  • Anne-Marie Sohn, « Suchetet, Luc André », Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie sous la Troisième République, 1871-1940, J.-P. Chaline et A.-M. Sohn dir., Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 2000, p. 327-329.
  • « André Suchetet », Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), Jean Jolly dir., Paris, P.U.F., 1960.
  • Noémie-Noire Oursel, « Suchetet André », Nouvelle biographie normande, 2ème supplément, Paris, E. Dumont / Rouen, A. Lestringant, 1912, p. 416.
  • Edward Montier, « Notice sur M. André Suchetet », Précis analytique des travaux de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Rouen, 1909-1910, Rouen, Imprimerie Cagniard, 1911, p. 355-369.
  • Henri Saint-Denis, Histoire d’Elbeuf, t. XI, De 1866 à 1879, Elbeuf, Impr. H. Saint-Denis, 1904.
  • Auguste Lechevalier, Biobibliographie des écrivains de l’arrondissement du Havre, Le Havre, S.H.E.D., Impr. Micaux, 1902.

Liens[modifier | modifier le code]

Société de l’Histoire d’Elbeuf : https://shelbeuf.wordpress.com/

Fabrique des Savoirs, Centre d’archives patrimoniales, Elbeuf : http://lafabriquedessavoirs.fr/fr/centre-d-archives-patrimoniales

Bibliothèque Nationale de France : https://catalogue.bnf.fr/index.do

Journal de Rouen (juillet 1910) : http://recherche.archivesdepartementales76.net/

http://www.macroevolution.net/jumarts.html

Jumarts : Horse-cows and donkey-cows, Perissodactyla × Artiodactyla, Eugene McCarthy, PhD

  • Portail de la Seine-Maritime
  • Portail de la politique française