Équipe de Bohême et Moravie de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
 Vous lisez un « bon article ».
Équipe de Bohême
et Moravie
Généralités
Couleurs Rouge et blanc
Stade principal Stadion Slavii (1903-1908)
Stadion Letná (1939)
Personnalités
Plus sélectionné Jan Košek et Emanuel Benda (6)
Meilleur buteur Jan Košek (7)
Rencontres officielles historiques
Premier match (Hongrie, 1-2)
Dernier match (Angleterre, 2-1)
(Allemagne, 4-4)
Plus large victoire 4-1, France ()
Plus large défaite 0-4, Angleterre ()

L'équipe de Bohême et Moravie de football, créée en 1903 et dissoute en 1911, était la sélection des meilleurs joueurs bohémiens et moraves représentant cette région austro-hongroise lors des matchs de football masculin. Elle fut recréée en 1939, sous le nom d'équipe de Bohême-Moravie lors de la création du Protectorat de Bohême-Moravie par les nazis[1].

Créée à la suite de la popularisation du football en Europe centrale, l'équipe bohémo-morave joue son premier match en 1903 contre la Hongrie. La fédération bohémienne rejoint la FIFA en 1906, et l'équipe nationale multiplie ses matchs, notamment contre son voisin hongrois. L'équipe affronte également en 1908 l'Angleterre. Rejetée de la FIFA, l'équipe est membre fondateur de l'UIAFA, association concurrente dont elle remporte le seul championnat d'Europe en 1911, mais ne participe pas aux Jeux olympiques de 1908 et 1912. L'équipe disparait totalement en raison de la Première Guerre mondiale.

En 1919, l'équipe de Tchécoslovaquie succède à l'équipe de Bohême et Moravie. Celle-ci atteint notamment une finale de Coupe du monde en 1934. En 1939, la Tchécoslovaquie est dissoute et morcelée en plusieurs États, dont le Protectorat de Bohême-Moravie sous contrôle allemand. L'équipe est ainsi recréée et joue trois matchs en 1939. L'équipe de Tchécoslovaquie est rétablie après la guerre et atteint à nouveau la finale de Coupe du monde en 1962 puis remporte le titre de champion d'Europe en 1976. Depuis 1993, l'équipe de République tchèque représente un territoire correspondant approximativement à la Bohême-Moravie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse du football en Bohême et Moravie[modifier | modifier le code]

Le Royaume de Bohême, terre habsbourgeoise depuis la proclamation de François Ier d'Autriche comme « empereur d'Autriche et roi de Bohême et de Hongrie » en 1804[note 1],[2], intègre en 1867 le nouvel empire d'Autriche-Hongrie au sein de la Cisleithanie.

Le football apparaît en Europe centrale et en Autriche-Hongrie à la fin du XIXe siècle[3], notamment à Prague, qui compte de nombreux étudiants. L'organisation du premier match dans cette ville et dans le pays entier est datée de 1892[B 1]. Les premiers clubs que sont le SK Slavia Prague et l'AC Sparta Prague[B 1] sont fondés en 1892 et 1895 puis, à partir de 1896, une première mouture du championnat de Bohême et Moravie est mise en place[4]. En outre, bien que situé sur le territoire bohémien, le DFC Prague adhère à la fédération allemande car fondé par des étudiants originaires de ce pays[A 1].

Création d'une première équipe de Bohême et Moravie (1903-1911)[modifier | modifier le code]

Le , treize clubs fondent la Český svaz footballový (ČSF) (en français : « Association tchèque de football »), l’ancêtre de l'actuelle Fédération de République tchèque[B 1]. Une équipe de Bohême et Moravie est mise en place à partir de 1903 pour disputer des matchs amicaux notamment face aux voisins hongrois[B 1]. Elle perd 2 à 1 son premier match en 1903[5]. Toutefois, ce premier match de la sélection ne peut pas être considéré comme une rencontre internationale A, puisque certains joueurs « bohémiens » étaient en réalité allemands ou autrichiens[6].

Entre 1903 et 1908, les sélections magyare et bohémienne s'affrontent ainsi six fois. Les équipes font match nul lors de leurs deux rencontres en 1906[5]. En 1907, la Hongrie s'impose 5-2 : venus directement de la gare au Millenáris Sporttelep juste avant le coup d'envoi, les Hongrois considèrent les Bohémo-Moraves comme « arrogants » et les battent de trois buts[7], malgré un score de 2-1 à la mi-temps en faveur des Bohémiens[8]. Au match suivant, la Bohême prend sa revanche à domicile et gagne 5-3, ce qui constitue la première victoire de l'équipe[5]. L'année suivante, l'équipe est à nouveau défaite par les Magyars (5-2)[9] et rencontre surtout à Prague l'équipe d'Angleterre, en pleine tournée continentale. D'un niveau bien supérieur à celui des Bohémo-moraves, les Three Lions s'imposent 4-0[B 1],[5] devant 12 000 spectateurs[10].

En 1906, l'Association tchèque de football pose sa candidature pour intégrer la Fédération internationale de football association[A 1]. L'adhésion est acceptée et ainsi, de 1906 à 1908, la FIFA reconnaît la fédération bohémo-morave[A 1]. Toutefois, la légitimité de cette fédération est remise en cause parce que la Bohême n'est qu'une région de l’Empire austro-hongrois (au sein de la Cisleithanie), ce qui ne constitue pas un pays officiel[A 1]. Aussi, après protestation des Autrichiens, l’adhésion bohémo-morave est annulée lors du congrès de Vienne en [A 1].

Le stade olympique, où la Bohême et Moravie devait jouer un match contre la France en 1908.

Par la suite, l'équipe nationale arrête ses activités. Elle devait participer aux Jeux olympiques de 1908 à Londres, mais doit déclarer forfait, tout comme la Hongrie, en raison de « troubles politiques dans les Balkans » (liés à l'annexion de la Bosnie-Herzégovine par l'Autriche-Hongrie)[A 2]. Le match prévu contre l'équipe de France le pour le compte des quarts de finale des Jeux olympiques n'est ainsi jamais joué[11]. En , à la suite du rejet de la fédération de la FIFA, une contre-fédération est fondée mais ne joue aucun match international, laissant la présente fédération continuer[6].

En octobre 1909, l'équipe de Bohême et Moravie effectue une tournée de matchs contre des clubs français, avec une sélection de seize joueurs[12]. Le 2 octobre, la sélection bohémo-morave, s'impose largement face à l'Olympique lillois (15-4)[13]. Le 3 octobre, l'équipe de Bohême et Moravie joue pour la première fois en région parisienne, face au CA Paris, récemment sacrés champions de Paris, au stade de Charentonneau[14]. Les dirigeants du club parisien invitent eux-mêmes la sélection bohémo-morave à jouer chez eux[14],[15]. S'imposant finalement sur le score de 4-2, les journalistes français de L'Auto décrivent le jeu des Tchèques, comme « celui des professionnels anglais, lent, précis, les joueurs se plaçant bien, un jeu de tête donnant des résultats satisfaisants. »[15].

La Bohême est par la suite membre fondateur de l'Union internationale amateur de football association (UIAFA), une association concurrente de la FIFA regroupant notamment des organisations françaises et anglaises[16]. L'UIAFA est à l'origine de l'organisation du premier championnat d'Europe des Nations de football, en 1911. Ce championnat, dénommé « Grand Tournoi européen de football association », se déroule en marge de l'Exposition internationale du Nord de la France à Roubaix et voit le sacre de l'équipe de Bohême devant environ 4 000 spectateurs, victorieuse de sélections représentant la France (4-1)[note 2] et l'Angleterre[note 3] (2-1)[17]. En finale, la Bohême se défait de l'Angleterre, pourtant nation dominante de l'époque, après les changements décisifs opérés par l'entraîneur John William Madden : menant 2 à 1, l'Angleterre place sept attaquants sur le terrain, mais Madden répond avec un dispositif tactique en « 4-3-3 » que l'attaque britannique n'arrive pas à battre[18].

Forte de ce succès, la fédération pose sa candidature pour participer aux Jeux olympiques 1912 de Stockholm, mais celle-ci est rejetée par la FIFA car « seules les nations et associations affiliées à la Fédération internationale de football association étaient autorisées à inscrire des équipes »[A 3]. Dans un contexte de Première Guerre mondiale, les autorités austro-hongroises interdisent les matchs, avant de dissoudre complètement la fédération bohémienne en 1916[6].

Après la fin de la Première Guerre mondiale, la Bohême-Moravie est intégrée à la nouvelle Tchécoslovaquie et la sélection tchécoslovaque réalise ses premiers matchs en 1919 lors des Jeux interalliés[19] puis officiellement, lors des Jeux olympiques de 1920 avec l'équipe de Tchécoslovaquie de football[B 2]. Le bilan de la Bohême en sept matchs est d'une victoire pour deux matchs nuls et quatre défaites[20].

La sélection de Tchécoslovaquie prend donc la suite de 1920 à 1938, et dispute notamment une finale lors de la Coupe du monde de football de 1934.

Démembrement de la Tchécoslovaquie et recréation d'une équipe de Bohême-Moravie (1939)[modifier | modifier le code]

En 1939, le Troisième Reich envahit le territoire tchécoslovaque. La Tchécoslovaquie est divisée entre le protectorat de Bohême-Moravie et la République slovaque qui possède également sa propre équipe, participant à seize matchs entre 1939 et 1945[21]. L'équipe de Bohême-Moravie reconstituée joue trois matchs en 1939, avant de stopper définitivement toute activité[22]. Lors de ces trois matchs joués par la sélection, l'équipe domine la Yougoslavie 7-3, puis fait match nul contre une sélection de l'Ostmark (qui regroupe certains joueurs de l'ancienne équipe d'Autriche) sur le score de 5-5 dans des matchs amicaux officieux, et réalise un exploit en faisant match nul contre l'Allemagne 4 à 4, match amical reconnu par la FIFA[5],[23], qui compte alors d'anciens joueurs de la Wunderteam autrichienne forcés par le régime à rejoindre la sélection allemande après l'Anschluss[A 4].

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, c'est l'équipe de Tchécoslovaquie qui prend la suite de l'équipe de Bohême-Moravie, puis l'équipe de République tchèque à partir de 1993. Par ailleurs, peu après la partition de la Tchécoslovaquie, la nouvelle Fédération de République tchèque est nommée officiellement la Fédération bohémo-morave de football (Českomoravský fotbalový svaz)[24].

Personnalités historiques[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

De 1903 à 1908, l'équipe bohémo-morave utilise cinq gardiens de but. Si Eisenstein joue le premier match en 1903[5], Jan Pech joue le premier match de l'année 1906, Miloslav Jeník participe à deux matchs (dont celui contre l'Angleterre en 1908), Zdeněk Richter fait les matchs de l'année 1907 et Václav Titl joue en 1908[25]. Lors de ses matchs de 1939 sous le nom de Bohême-Moravie, trois gardiens différents sont convoqués pour les trois matchs (Vojtěch Věchet, Jaroslav Kraus et Karel Burkert)[26].

Sur cette période, de nombreux joueurs, comme le milieu de terrain Josef Bělka, le défenseur Emanuel Benda ou l'attaquant Jan Košek évoluent au Slavia Prague[27]. Karel Kotouč et Jan Starý, également du Slavia, honorent trois sélections entre 1906 et 1908[28],[29]. Ainsi, lors du match contre l'Angleterre en 1908, tous les joueurs bohémiens sont issus du Slavia Prague[10].

Jan Košek est le meilleur buteur de la sélection avec sept buts marqués en six matchs, dont quatre lors de la victoire contre la Hongrie 5 à 3 en , match durant lequel il est capitaine[5] (certaines sources disent qu'il n'aurait marqué que trois buts durant ce match[30]). Le défenseur Emanuel Benda honore six sélections durant sa carrière et est notamment le capitaine de la formation bohémo-morave contre l'Angleterre en 1908[31]. Le milieu de terrain Josef Bělka est un des plus grands buteurs de la sélection, avec six buts marqués sur trois doublés, deux lors de matchs amicaux[32], et un troisième lors de la finale du Grand Tournoi Européen de 1911[17].

En 1939, la Bohême-Moravie récupère les meilleurs éléments de la Tchécoslovaquie, avec notamment l'ailier Antonín Puč[3], Oldřich Nejedlý, meilleur buteur de la Coupe du monde 1934[33] ou encore l'attaquant Josef Bican[34], qui marque six buts avec la sélection lors des matchs contre l'Ostmark et l'Allemagne[5].

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Lors des matchs de l'équipe de Bohême-Moravie dans les années 1900, la sélection est dirigée par un comité de sélection[35]. Ainsi, c'est un petit groupe de personnes qui choisit les joueurs et non pas un seul et unique sélectionneur. Lors du « Grand Tournoi Européen de football association » de l'UIAFA de 1911, c'est l'Écossais John William Madden, déjà entraîneur du Slavia Prague et membre principal du comité de sélection en 1908[10], qui dirige l'équipe bohémienne[18].

En 1939, František Blažej dirige la sélection bohémo-morave et reste invaincu avec une victoire et deux matchs nuls en trois matchs[36]. Si c'est sa première et seule expérience de sélectionneur, Blažej devient plus tard le président de la fédération tchécoslovaque de football vers le milieu des années 1950[37].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le Stadion Letná de Prague, en 2005.

Lors de ses matchs à domicile dans les années 1900, l'équipe nationale évolue dans le Stadion Slavii, à Prague, capitale du pays[38]. Construit en 1901, il accueille plus tard quelques matchs de la Tchécoslovaquie entre 1923 et 1934[38]. Lors des matchs à domicile en 1939, l'équipe bohémienne utilise le Stadion Letná[39]. Ouvert au public en 1921, il accueille la plupart des matchs de la sélection tchécoslovaque, puis de la République tchèque[39].

Résultats et statistiques[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

L'équipe de Bohême et Moravie, tant dans sa mouture des années 1900 que dans celle de 1939, n'a disputé que des matchs amicaux, à l'exception du Grand Tournoi International de football association de l'UIAFA. Elle n'a jamais participé aux Jeux olympiques d'été ni à la Coupe du monde. Son adversaire le plus fréquent est la Hongrie, qu'elle affronte à six reprises sur la période 1903-1908.

Le tableau ci-dessous liste l'ensemble des rencontres disputées par la sélection de Bohême et Moravie[5] :

Liste des matchs de l'équipe de Bohême et Moravie de football
# Date Lieu Match Score Compétition Buteurs pour la Bohême et Moravie
Budapest Hongrie - Bohême et Moravie 2-1 Amical (non officiel) Rezek But inscrit après 9 minutes 9e
1 Budapest Hongrie - Bohême et Moravie 1-1 Amical Valášek But inscrit après 56 minutes 56e
2 Prague Bohême et Moravie - Hongrie 4-4 Amical Starý-Jenny But inscrit après 22 minutes 22e, But inscrit après 83 minutes 83e
Košek But inscrit après 65 minutes 65e, But inscrit après 88 minutes 88e
3 Budapest Hongrie - Bohême et Moravie 5-2 Amical Jelínek-Milka But inscrit après 37 minutes 37e
Pelikán But inscrit après 13 minutes 13e
4 Prague Bohême et Moravie - Hongrie 5-3 Amical Košek But inscrit après 8 minutes 8e, But inscrit après 40 minutes 40e, But inscrit après 65 minutes 65e, But inscrit après 86 minutes 86e
Bělka But inscrit après 88 minutes 88e
5 Budapest Hongrie - Bohême et Moravie 5-2 Amical Bělka But inscrit après 58 minutes 58e
Malý But inscrit après 75 minutes 75e
6 Prague Bohême et Moravie - Angleterre 0-4 Amical -
Roubaix Bohême et Moravie - France 4-1 Grand Tournoi Européen de football association de 1911
Demi-finale
Buteur inconnu But inscrit
Košek But inscrit
Buteur inconnu But inscrit
Medek But inscrit
Roubaix Bohême et Moravie - Angleterre 2-1 Grand Tournoi Européen de football association de 1911
Finale
Bělka But inscrit , But inscrit
Prague Bohême-Moravie - Yougoslavie 7-3 Amical (non officiel) Kopecký But inscrit après 10 minutes 10e, But inscrit après 47 minutes 47e, But inscrit après 55 minutes 55e
Ludl But inscrit après 18 minutes 18e, But inscrit après 80 minutes 80e
Říha But inscrit après 37 minutes 37e
Nejedlý But inscrit après 77 minutes 77e
Prague Bohême-Moravie - Autriche 5-5 Amical (non officiel) Čepelák But inscrit après 25 minutes 25e
Ludl But inscrit après 53 minutes 53e
Bican But inscrit après 60 minutes 60e, But inscrit après 65 minutes 65e, But inscrit après 69 minutes 69e
7 Wrocław Allemagne - Bohême-Moravie 4-4 Amical Bican But inscrit après 8 minutes 8e, But inscrit après 13 minutes 13e, But inscrit après 40 minutes 40e
Puč But inscrit après 7 minutes 7e

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

L'équipe de Bohême et Moravie est active sur deux périodes : de 1903 à 1911, puis sur l'année 1939. Elle dispute majoritairement des matchs amicaux ainsi que le Grand Tournoi International de Football Association de l'UIAFA, en marge de l'Exposition de 1911 à Roubaix. C'est lors de cette compétition qu'elle remporte son unique titre international, la Bohême et Moravie étant le seul champion d'Europe UIAFA à avoir été sacré.

Sur la période 1903-1911, la Bohême et Moravie dispute neuf matchs dont sept amicaux. Elle en gagne trois, fait deux nuls et perd quatre fois. En 1939, elle dispute trois matchs, dont une victoire et deux nuls.

Nombre des rencontres disputées par la sélection bohémo-morave ne sont pas considérées comme des matchs officiels par la Fédération internationale de football association. C'est le cas notamment de tous les matchs disputés sous l'égide de l'UIAFA, fédération concurrente de la FIFA, ainsi que deux des matchs de 1939, seul le match contre l'Allemagne étant considéré comme officiel.

Le tableau suivant résume le bilan connu de la sélection en matchs amicaux et en compétitions.

Bilan de l'équipe de Bohême et Moravie
Compétition Éditions Titres J G N P Bp Bc Diff
Amicaux (1903-1908) - - 7 1 2 4 15 24 -9
Amicaux (1939) - - 3 1 2 0 16 12 4
Grand Tournoi UIAFA (1911) 1 1 2 2 0 0 6 2 4
Total[note 4] - - 12 4 4 4 37 38 -1

Image et identité[modifier | modifier le code]

Lors de l'arrivée du football dans les années 1890 en Autriche-Hongrie[B 3], une partie de la haute société austro-hongroise se montre réticente face à ce nouveau sport en raison de sa nature « violente » et très physique[B 3]. En 1900, certains membres du conseil municipal de Budapest envisagent de bannir le football du pays, mais la proposition est refusée et le football reste autorisé en Hongrie[B 3]. Malgré cela, le football continue à être méprisé par la haute-société magyare qui considère ce sport comme « répugnant » en raison de ses caractéristiques violentes et « non-civilisées »[B 3]. Le contrecoup de ces critiques se traduit par une hausse de la popularité de ce sport, notamment dans les classes moyennes et populaires[B 3].

Les premières équipes nationales de l'Europe centrale sont créées en réaction à la popularisation du sport. La région est alors principalement sous domination de l'Autriche-Hongrie mais cet État étant multiethnique, des équipes distinctes d'Autriche et de Hongrie sont créées et jouent leur premier match en 1902[40],[A 5].

Par la suite, d'autres équipes apparaissent au sein de l'Empire, dont celle de Bohême et Moravie[B 1]. Ne représentant qu'une partie de la Cisleithanie, la légitimité de la fédération et de son équipe est remise en cause. C'est pourquoi la fédération autrichienne demande avec succès son rejet de la FIFA[A 1]. Ce rejet provoque la disparition de l'équipe avec notamment l'interdiction de participer aux Jeux olympiques[A 3]. C'est finalement la première Guerre mondiale puis la refonte des limites des différents États européens qui légitime la sélection : l'équipe de Tchécoslovaquie qui lui succède, représentant un État indépendant et reconnu internationalement[B 2].

Les couleurs de l'équipe sont le rouge et le blanc, celles du drapeau bohémien[10]. En ce qui concerne les dispositifs tactiques emblématique de l'équipe, celle-ci est souvent alignée en « 2-3-5 », comme la plupart des équipes de l'époque[10]. Toutefois, l'équipe est alignée en « 4-3-3 » par John William Madden pour contrer les attaques anglaises en finale du « Grand Tournoi Européen de football association » de l'UIAFA de 1911, avec succès[18]. En 1909, après le match contre le Cercle athlétique de Paris, les journalistes français de L'Auto décrivent le jeu des joueurs de la sélection bohémo-morave, comme « celui des professionnels anglais, lent, précis, les joueurs se plaçant bien, un jeu de tête donnant des résultats satisfaisants. »[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le premier Habsbourg à régner sur la Bohême est Albert II du Saint-Empire au XIVe siècle.
  2. Il ne s'agit pas de la sélection « officielle », mais d'une sélection de joueurs du nord de la France, dont nombre provenant du Racing Club de Roubaix.
  3. Il ne s'agit pas de la sélection « officielle », mais d'une sélection de joueurs anglais amateurs.
  4. Le total est présent uniquement à titre indicatif dans la mesure où de nombreuses rencontres ne sont pas reconnues par la FIFA.

Références issues du livre Histoire du football[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Dietschy 2014, p. 109
  2. Dietschy 2014, p. 111
  3. a et b Dietschy 2014, p. 114
  4. Dietschy 2014, p. 176
  5. Dietschy 2014, p. 106

Références issues du livre The Organisation and Governance of Top Football Across Europe : An Institutional Perspective[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Duke 2011, Czech Football in the Hapsburg Empire.
  2. a et b Duke 2011, The First Czechoslovak Republic.
  3. a b c d et e Molnar, Doczi et Gál 2011, Devlopmental Issues Between 1900 and 1980s.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Tour du Monde : Zoom sur la Bohême-Moravie sur www.demivolee.com
  2. Fabienne Manière, « 6 août 1806 Fin du Saint Empire Romain Germanique », sur herodote.net, (consulté le 5 avril 2015)
  3. a et b « Associations membres : la République tchèque », UEFA.org (consulté le 4 mars 2015)
  4. (en) « Czechoslovakia / Czech Republic - List of League Tables », RSSSF (consulté le 4 mars 2015)
  5. a b c d e f g h et i (en) « Bohemia and Moravia - International Matches », RSSSF (consulté le 4 mars 2015)
  6. a b et c « Raisons d’exclusion ou d’admission aux matches internationaux "A" (1901-1910) » (version du 20 décembre 2013 sur l'Internet Archive)
  7. (en) « Interesting and curious facts about full internationals and national players (1901-1910) » (version du 4 décembre 2010 sur l'Internet Archive)
  8. (cs) « ČR 2 - 5 (2 - 1) Uhry », sur nv.fotbal.cz (consulté le 6 avril 2015)
  9. (cs) « ČR 2 - 5 (0 - 1) Uhry », sur nv.fotbal.cz (consulté le 6 avril 2015)
  10. a b c d et e (en) « England match No. 98 - Bohemia », sur englandfootballonline.com (consulté le 1er avril 2015)
  11. « Olympic Football Tournament (London 1908) », sur linguasport.com (consulté le 29 mars 2015)
  12. Robert Desmarets, « Bohême contre Cercle athlétique de Paris », L'Auto-Vélo,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  13. « Les Tchèques à Lille », L'Auto-Vélo,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  14. a et b Robert Desmarets, « Bohême contre Cercle athlétique de Paris », L'Auto-Vélo,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  15. a b et c Robert Desmarets, « La Bohême bat Cercle athlétique de Paris », L'Auto-Vélo,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  16. (en) Alan Tomlinson, FIFA (Fédération Internationale de Football Association): The Men, the Myths and the Money, Routledge, , p. 15
  17. a et b « La Semaine Sportive », Dunkerque Sports, no 143,‎ (lire en ligne)
  18. a b et c (en) « Scottish Football’s Coaching Pioneers 1: John Madden », sur scottishcomedyfc.com, (consulté le 1er avril 2015)
  19. (en) Brian Bunk, « The Inter-Allied Games, Top Stars », Soccer History USA, (consulté le 13 mars 2015)
  20. (en) « MATCHES → Czech Republic national football team v all opponents in all times », sur eu-football.info (consulté le 26 mars 2015)
  21. (en) Barrie Courtney et Miroslav Samák, « Slovakia - List of International Matches », RSSSF, (consulté le 29 mars 2015)
  22. (en) « MATCHES → Czech Republic national football team v all opponents in all times », sur eu-football.info (consulté le 26 mars 2015)
  23. « L'Allemagne et la Bohême se séparent sur un match nul 4 à 4 en amical », sur athlet.org, (consulté le 28 mars 2015)
  24. (en) « Football is a very popular sport in the Czech Republic. », sur czech.cz (consulté le 27 avril 2015)
  25. « Bohême », sur gardiens.europe.free.fr (consulté le 28 mars 2015)
  26. « Bohême - Moravie », sur gardiens.europe.free.fr (consulté le 28 mars 2015)
  27. « Football CLUB: S.K. Slavia, Praha », sur eu-football.info (consulté le 30 mars 2015)
  28. « Karel Kotouč », sur national-football-teams.com (consulté le 30 mars 2015)
  29. « Football PLAYER: Jan Starý », sur eu-football.info (consulté le 30 mars 2015)
  30. (en) « BOHEMIA v Hungary, 06 October 1907 », sur 11v11.com (consulté le 1er avril 2015)
  31. (en) « Bohemia v England, 13 June 1908 », sur 11v11.com (consulté le 1er avril 2015)
  32. (en) « Football PLAYER: Josef Bělka », sur eu-football.info (consulté le 2 avril 2015)
  33. « Statistiques de la Coupe du monde 1934 », FIFA.com (consulté le 1er avril 2015)
  34. (en) « Prolific Scorers Data », RSSSF (consulté le 4 mars 2015)
  35. (en) « MANAGERS → managed Czech Republic national team, in chronological order », sur eu-football.info (consulté le 29 mars 2015)
  36. (en) « Football MANAGER: František Blažej », sur eu-football.info (consulté le 28 mars 2015)
  37. Lucie Swierczeková, « Fotbal 1891 – 2006 + » [PDF], sur nm.cz (consulté le 28 mars 2015)
  38. a et b (en) « Football VENUE: Stadion Slavii, Praha », sur eu-football.info (consulté le 27 mars 2015)
  39. a et b (en) « Football VENUE: Generali Arena, Praha », sur eu-football.info (consulté le 27 mars 2015)
  40. « L'Histoire hongroise attend un nouveau chapitre », sur fr.uefa.com (consulté le 4 avril 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Dietschy, Histoire du football, Paris, Éditions Perrin, coll. « Tempus », , 655 p. (ISBN 9782262048419, lire en ligne)
  • (en) Vic Duke, « From Bohemian Rhapsody to a New World : The Organization of Football in the Czech Republic », dans Hallgeir Gammelsæter et Benoît Senaux (dir.), The Organisation and Governance of Top Football Across Europe : An Institutional Perspective, New York, Routledge, (ISBN 9781136705328, lire en ligne), p. 238-252
  • (en) Gyozo Molnar, Tamas Doczi et Andrea Gál, « Socio-Cultural Organization of Hungarian Football : An Overview », dans Hallgeir Gammelsæter et Benoît Senaux (dir.), The Organisation and Governance of Top Football Across Europe : An Institutional Perspective, New York, Routledge, (ISBN 9781136705328, lire en ligne), p. 253-267

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail du football
  • Portail de l’Autriche-Hongrie
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 19 avril 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 19 avril 2015 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.