Ényo (déesse)

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Ényo.

Ényo
Mythologie grecque

Statue d'Ényo
Caractéristiques
Fonction principale Déesse des batailles
Fonction secondaire Déesse de la guerre
Représentation Femme armée hurlant
Parèdre Arès
Équivalent(s) par syncrétisme Bellone
Culte
Temple(s) Temple d'Arès à Athènes
Famille
Fratrie Arès

Dans la mythologie grecque, Ényo (en grec ancien Ἐνυώ / Enuố) est une déesse des batailles, étroitement associée à Arès.

Elle est mentionnée à deux reprises dans l’Iliade. Dans la première occurrence, elle est citée avec Athéna comme une déesse guerrière, au contraire de la faible Aphrodite[1]. Dans la seconde, elle marche avec Arès à la tête des Troyens, tenant à la main Kudoimos (le Tumulte)[2]. Ses ascendants ne sont pas mentionnés[3], mais la tradition postérieure en fait le plus souvent la fille, l'épouse ou la sœur d'Arès[4].

Ényo incarne les aspects les plus horribles des batailles : Homère la décrit comme la « destructrice de villes[2] » (πτολίπορθος / ptolíporthos), une épithète qu'elle partage avec Arès[5]. Elle est essentiellement la compagne ou l'hypostase féminine d'Ényalos, une divinité distincte d'Arès à l'origine mais qui se confond avec lui par la suite, devenant l'une des épiclèses du dieu[6]. Elle est invoquée avec Phobos (la Terreur), fils d'Arès, dans le serment des Sept contre Thèbes[7], et avec Arès et Ényalos dans le serment des éphèbes athéniens[8]. L'étymologie de son nom est inconnue, probablement d'origine préhellénique[9]. Elle est assimilée par les Romains à Bellone[4], et les Grecs la reconnaissent dans la déesse anatolienne Ma[10].

Peu de représentations d'Ényo sont connues. Elle a sa statue, œuvre de Timarchos et Céphisodote le Jeune, dans le temple d'Arès à Athènes, aux côtés d'Arès, d'Athéna et d'Aphrodite[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Homère, Iliade [lire en ligne], V, 333 ; voir aussi Pausanias, Description de la Grèce [lire en ligne] IV, 30, 5.
  2. a et b Iliade, V, 592-593.
  3. (en) Timothy Gantz, Early Greek Myth, Johns Hopkins University Press, , p. 80.
  4. a et b Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands dictionnaires », (1re éd. 1951) (ISBN 2-13-050359-4), p. 139.
  5. Iliade, XX, 152.
  6. (en) Walter Burkert (trad. John Raffan), Greek Religion [« Griechische Religion des archaischen und klassichen Epoche »], Oxford, Blackwell, 1985 (éd. orig. 1977) (ISBN 978-0-631-15624-6), p. 171.
  7. Eschyle, Les Sept contre Thèbes [lire en ligne], vers 45.
  8. Texte relevé sur une stèle du IVe siècle av. J.-C., cf. L. Robert, Études épigraphiques et philologiques, 1938, p. 293–301.
  9. Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999 (édition mise à jour), 1447 p. (ISBN 978-2-25203-277-0) à l'article « Ἐνυάλος ».
  10. Strabon, Géographie [lire en ligne] (XII, 2, 3-5)
  11. Pausanias, I, 8, 4.
  • Portail de la mythologie grecque