Émile Félix Fleury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Fleury.

Émile Félix Fleury

Portrait de S.E. le Général Fleury, grand écuyer, Édouard Louis Dubufe, 1868, Musée national du château de Compiègne

Naissance
Paris
Décès (à 68 ans)
Paris
Origine  Royaume de France
Allégeance  Royaume de France
 République française
 Empire français
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Conflits Conquête française de l'Algérie
Distinctions Légion d'honneur
(Grand officier)
Autres fonctions Diplomate
Sénateur du Second Empire
Grand écuyer de la Couronne

Émile Félix Fleury, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un général et diplomate français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeune, il dissipe toute la fortune familiale, s'exile à Londres où il rencontre Persigny et Louis-Napoléon Bonaparte.

Fleury rejoint en 1837 le corps de Spahis en Algérie, où il se distingue. Il est rapidement nommé lieutenant (1840), puis capitaine (1844). De retour en France en juillet 1848 après sa nomination comme chef d'escadrons, il rejoint avec enthousiasme les rangs du parti bonapartiste et la cause de Louis-Napoléon Bonaparte.

En 1851, Fleury prend part à l'expédition en Kabylie. Il est parmi les proches du futur empereur dans les préparatifs et l'exécution du coup d'État du 2 décembre 1851 (il est blessé à la tête dans les événements qui suivent).

Promu colonel au rétablissement de l'Empire, aide de camp de Napoléon III, premier écuyer, puis grand écuyer de la Couronne en 1862 puis général de division en 1863[réf. nécessaire], il est nommé au Sénat par décret impérial en 1865.

Il est chargé de missions diplomatiques, notamment à la Cour du roi d'Italie Victor-Emmanuel II. En 1869, il est nommé ambassadeur à Saint-Pétersbourg.

Dès la défaite française à la guerre franco-allemande de 1870 et la chute de l'Empire, il abandonne ses fonctions et s'exile en Suisse avec sa famille. Il abandonne alors toute fonction publique. Il meurt le 11 décembre 1884 à Paris et est enterré au cimetière du Père-Lachaise (26e division).

Il avait été fait grand officier de la Légion d'honneur le [1].

Famille[modifier | modifier le code]

Le général comte Émile Fleury laisse trois fils : Maurice (1856-1921), comte Fleury, chroniqueur mondain au Gaulois (sous les noms de plume de Boisfleury ou de Valfleury[2]), Adrien (1857-1925), colonel et vicomte Fleury, et Émile (1864-1947), baron Fleury.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cote LH/983/49 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. Odette Carasso, Arthur Meyer, Directeur du Gaulois, Éditions Imago, 2003 (ISBN 9782849525241), 256 p., lire en ligne.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Portail du Second Empire
  • Portail de la politique française
  • Portail de l’histoire militaire