Élection présidentielle tunisienne de 2019

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Élection présidentielle tunisienne de 2019
Président de la République
(1er tour)
13-15 septembre 2019 à l'étranger
(2e tour)
Type d’élection Présidentielle
Corps électoral et résultats
Inscrits 7 074 566
Votants au 1er tour 3 465 184
48,98 %  −13,9
Votes blancs au 1er tour 23 867
Votes nuls au 1er tour 68 344
Votants au 2d tour 3 892 085
56,80 %
Votes blancs au 2d tour 15 912
Votes nuls au 2d tour 55 348
Kaïs Saïed – Indépendant
Voix au 1er tour 620 711
18,40 %
Voix au 2e tour 2 777 931
72,71 %
Nabil Karoui – Au cœur de la Tunisie
Voix au 1er tour 525 517
15,58 %
Voix au 2e tour 1 042 894
27,29 %
Abdelfattah Mourou – Ennahdha
Voix au 1er tour 434 530
12,88 %
Abdelkrim Zbidi – Indépendant[a]
Voix au 1er tour 361 864
10,73 %
Youssef Chahed – Tahya Tounes
Voix au 1er tour 249 049
7,38 %
Safi Saïd – Indépendant
Voix au 1er tour 239 951
7,11 %
 +6,3
Lotfi Mraïhi – Union populaire républicaine
Voix au 1er tour 221 190
6,56 %
Président de la République
Sortant Élu
Mohamed Ennaceur (intérim)
Nidaa Tounes
Kaïs Saïed
Indépendant
www.isie.tn

L'élection présidentielle tunisienne de 2019 a lieu de manière anticipée le en Tunisie et du 13 au 15 septembre à l'étranger pour le premier tour, et le 13 octobre 2019 pour le second. Elle vise à élire le président de la République tunisienne pour un mandat de cinq ans.

Il s'agit de la deuxième élection présidentielle au suffrage universel direct depuis la révolution de 2011. Elle est organisée par l'Instance supérieure indépendante pour les élections. Initialement prévu le , le scrutin est avancé en raison de la mort du président sortant, Béji Caïd Essebsi, en . Le premier tour a par conséquent lieu avant les législatives, tandis que l'éventuel second tour doit être organisé une semaine après celles-ci.

Le candidat social-conservateur indépendant Kaïs Saïed arrive en tête du premier tour, suivi de Nabil Karoui, du récent parti Au cœur de la Tunisie. La qualification pour le second tour de deux candidats hors système marque le rejet par les électeurs de la classe politique sortante, dans un contexte d'éparpillement des candidatures d'envergure. Aucun candidat n'ayant remporté la majorité absolue, un second tour est organisé, à l'issue duquel Kaïs Saïed l'emporte avec 72,71 % des suffrages.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 27 juin 2019, le président sortant, Béji Caïd Essebsi, 92 ans, qui avait annoncé qu'il ne se représenterait pas, est hospitalisé dans un état « très critique »[1],[2]. Le lendemain, la présidence annonce que son état de santé est « en amélioration »[3].

La dégradation de son état de santé pose la question de son éventuelle succession. La Constitution dispose que si l'incapacité à exercer ses fonctions est temporaire, il revient au chef du gouvernement d'exercer ses fonctions. Si l'incapacité est définitive, le président de l'Assemblée des représentants du peuple est chargé de l'intérim pour une période de 45 à 90 jours[4], après que la vacance du poste ait été constatée par l'instance provisoire chargée du contrôle de la constitutionnalité des projets de loi, en l'absence d'une Cour constitutionnelle fonctionnelle[4]. Essebsi sort finalement de l'hôpital le 1er juillet[5]. La question de son état de santé reste cependant présente, menant à une campagne de la société civile pour la publication de son dossier médical[6].

Caïd Essebsi meurt le , au lendemain d'une nouvelle hospitalisation[7],[8]. Mohamed Ennaceur assure l'intérim le jour même. Ce décès conduit les autorités à avancer la date de la présidentielle de novembre à septembre. En l'absence d'une Cour constitutionnelle, l'établissement d'un nouveau calendrier électoral est dans un premier temps incertain, avant d'être fixé au 15 septembre[9].

Modalités[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le président de la République tunisienne est élu pour un mandat de cinq ans au suffrage universel, libre, direct et secret, au cours des derniers soixante jours du mandat présidentiel. L'article 74 de la Constitution établit que la candidature à la présidence de la République est un droit pour toute électrice et électeur, âgé d'au minimum 35 ans, de nationalité tunisienne et de confession musulmane[10]. L'article précise que, s'il est titulaire d'une autre nationalité, il doit présenter un engagement selon lequel il renonce à celle-ci s'il est élu[10].

Si la Tunisie est dotée d'un chef du gouvernement choisi par l'Assemblée des représentants du peuple et exerçant l'essentiel du pouvoir exécutif, le président tunisien n'en est lui-même pas dépourvu. En sa qualité de chef d'État et de chef de l'armée, il possède un rôle important dans les ministères régaliens des Affaires étrangères et de la Défense, dont il nomme les diplomates et haut gradés[11]. L'article 77 de la Constitution dispose qu'il « lui appartient de déterminer les politiques générales dans les domaines de la défense, des relations étrangères et de la sécurité nationale […] après consultation du chef du gouvernement ». Le président se voit également autorisé par l'article 82 à soumettre « exceptionnellement » à référendum des projets de loi votés par l'assemblée s'ils touchent à la ratification de traités internationaux ou bien aux libertés et droits individuelles[12].

Le mode de scrutin utilisé est uninominal majoritaire à deux tours. L'article 75 précise que si la majorité absolue des suffrages exprimés n'est pas obtenue au premier tour du scrutin, un deuxième tour est organisé dans les deux semaines qui suivent l'annonce des résultats définitifs du premier tour[10]. Les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix au premier tour se présentent au second, et celui remportant le plus de voix est déclaré élu[10]. Si l'un des candidats qualifié pour le ballotage décède, il est procédé à un nouvel appel aux candidatures, avec de nouvelles dates pour les élections dans un délai ne dépassant pas 45 jours ; cette disposition ne s'applique pas à la renonciation éventuelle de candidats[10]. La Constitution précise également que personne ne peut occuper le poste de président de la République pendant plus de deux mandats complets, successifs ou séparés, et qu'en cas de démission, le mandat est considéré comme ayant été accompli en totalité[10].

De plus, pour faire enregistrer leur candidatures, les prétendants doivent déposer une caution de dix mille dinars tunisiens[13].

Tentative de changement[modifier | modifier le code]

Le , des amendements controversés, accusés de barrer la route à Nabil Karoui et Olfa Terras, sont adoptés[14]. Les amendements interdisent ainsi la candidature de personnes ayant fait des dons à la population, bénéficié de financements étrangers ou de publicité politique au cours des douze mois précédant une élection, ou possédant un casier judiciaire. Le 25 juin, 51 députés de Nidaa Tounes et du Front populaire déposent un recours pour inconstitutionnalité[15].

Malgré le rejet du recours, le président Caïd Essebsi refuse de promulguer le texte mais ne le renvoie pas à l'Assemblée pour une seconde lecture, ni le soumet au référendum[16], ce qui est, selon des juristes, contraire à la Constitution qui ne prévoit pas une telle décision[17]. Cette décision pousse la coalition au pouvoir à envisager de prononcer son incapacité, arguant qu'il aurait été forcé à ne pas signer le texte[18].

Calendrier électoral[modifier | modifier le code]

L'élection est initialement prévue le 10 novembre[19], avant d'être repoussée d'une semaine pour éviter que le scrutin ne survienne en même temps que le Mouled, jour férié marquant la naissance du prophète Mahomet et au cour duquel de nombreux Tunisiens rejoignent leurs familles ou se rendent à Kairouan, haut lieu de l'islam situé dans le centre de la Tunisie. Éviter un chevauchement permettrait en effet aux forces de l'ordre de sécuriser plus facilement les deux événements et d'éviter un effet néfaste sur la participation. Le gouvernement souhaiterait ainsi éviter une répétition du résultat des élections municipales de mai 2018, où la participation n'avait été que de 35,65 %[20].

Le corps électoral est initialement convoqué le [21]. Un total de 7 081 307 sont inscrits sur les listes électorales grâce à une importante campagne qui permet l'inscription d'un million et demi de nouveaux électeurs sur les trois millions et demi de non inscrits, la population en âge de voter étant estimée à un peu moins de neuf millions. Lors des élections municipales de 2018, ils n'étaient ainsi que 5 369 843 électeurs. Le nouveau corps électoral se voit rajeuni et féminisé, la tranche d'âge la plus représentée parmi les nouveaux inscrits étant celle des 18−35 ans, tandis que les femmes représentent 54 % du total des nouveaux inscrits. Le porte-parole de l'Instance supérieure indépendante pour les élections, Hasna Ben Slimane, juge ainsi le nouveau corps électoral relativement représentatif de la population. Le total des inscrits est légèrement plus élevé que celui arrêté pour les législatives, dont les listes ont été closes un peu plus tôt, totalisant 7 066 940 inscrits[22].

La mort du président Caïd Essebsi, qui provoque un avancement du calendrier, amène cependant le corps électoral à être convoqué pour de nouvelles dates le [23]. Le dépôt des candidatures a lieu du 2 au 9 août[24] tandis que, le scrutin étant anticipé, la campagne électorale ne dure que 13 jours au lieu de 22, soit du 2 au 13 septembre. La diaspora tunisienne, qui totalise 386 053 électeurs, commence à voter dés le 13 et ce jusqu'au 15, le premier tour étant organisé sur le territoire national le 15 septembre 2019[25]. Enfin, les résultats préliminaires doivent être annoncés le 17 septembre[26]. Avant le premier tour, le second tour devait avoir lieu les 13 ou 20 octobre[27], soit après les législatives, organisées le 6 octobre. Finalement, l'ISIE annonce les dates du 29 septembre, 6 et 13 octobre comme des dates possibles, suivant les recours en justice[28].

Second tour[modifier | modifier le code]

La loi électorale tunisienne prévoit que le second tour a lieu quinze jours après la validation des résultats du premier, et que celle-ci a lieu une fois que tous les recours éventuellement déposés ont été étudiés et un verdict prononcé. Le second tour pourrait alors avoir lieu au plus tôt le 29 septembre, en cas d'absence de recours[29].

Le 19 septembre, cependant, Seifeddine Makhlouf dépose un recours auprès du tribunal administratif contestant les résultats du premier tour[30], ce qui repousse à début octobre la date probable du second tour, en concomitance avec les élections législatives du 6 octobre, ou après celles-ci. L'ensemble des recours sont rejetés le 23 septembre par le tribunal administratif, ouvrant une période de deux jours du 25 au 26 pour d’éventuels appels[31].

Des recours de seconde instance ayant été déposés au sujet des résultats de l'élection, le second tour est finalement fixé au 13 octobre[32].

Candidatures[modifier | modifier le code]

Déclarations[modifier | modifier le code]

Dépôts de candidatures[modifier | modifier le code]

Le dépôt des candidatures à l'ISIE démarre le pour s'achever le 9 août. Les candidats doivent déposer un dossier comprenant le parrainage d'au moins 10 députés ou 10 000 électeurs[84], auxquels s'ajoute une caution de 10 000 dinars, soit environ 3 150 euros[11].

Mongi Rahoui, député du Front populaire, est le premier à déposer sa candidature le jour du début de dépôt des candidatures sous l'enseigne du parti Front populaire, suivi de Mohamed Abbou, président du Courant démocrate, puis de Lotfi Mraïhi, président de l'Union patriotique républicaine, de Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre, de Mounir Jemaï, agriculteur indépendant, puis de Nabil Karoui, président du parti Au cœur de la Tunisie, ainsi que Nidhal Kraïem, Hamdi Alaya, Fathi Krimi et Nizar Chouk, tous quatre candidats indépendants[85],[86].

Le 3 août, deuxième jour de dépôt de candidatures, seul Fethi Ouerfelli, candidat du parti Tounes Baytouna, dépose sa candidature[87]. Le 4 août, quatre nouveaux dossiers sont déposés par Mongi Louhichi, porte-parole d'Ettakatol Al Chaâbi, puis par Mohamed Chedly Fekih Ahmed, candidat indépendant, suivis par Mohamed Hédi Mansouri, président du Parti démocratique pour la justice et la prospérité, et enfin par Mehdi Jomaa, président du parti Al Badil Ettounsi[88].

Le 5 août, Lazhar Zoghlami, Amara Saad Laoui, Khaled Kalaï, Ridha Abed, l'artiste Abdelhamid Ammar[89] ainsi que Rached Achour déposent leurs candidatures, tous se présentant en tant qu'indépendants[90],[91],[92],[93]. Le 6 août, Moez Borni, suivi de Hamdi Rejeb, Sahbi Khaldi, Mohamed Ali Ati, Hamadi Jebali, ancien membre du parti Ennahdha, Mohamed Marzouki, Adnène Ben Khachana et Taoufik Jabnoune déposent leurs candidatures, tous en tant que candidats indépendants[94],[95].

Le 7 août, Moncef Marzouki, président du Hizb el-Harak et ancien président de la République (2011-2014), est le premier à déposer sa candidature. Il est suivi du candidat indépendant Ahmed Ben Nfissa, puis par Hamma Hammami, porte-parole de la coalition Front populaire, suivis des candidats indépendants Mohamed Seghaïer Nouri, Sami Chaabane, ainsi que par le ministre de la Défense Abdelkrim Zbidi, également indépendant. Habib Hardoug, Badreddine Borni, Fathi Sardouk, Mehrez Zoghlami Chikhaoui et Rekaya Hafi déposent également leurs candidatures en tant que candidats indépendants[96].

Le 8 août, les candidats indépendants Noureddine Bouali, Sahbi Trabelsi, Mohamed Lassaad Ouni, Ikbal Lamine, Zied Tibr, Abdelwahed Ben Mohamed Khachnaoui, Radhouane Ben Slim Abdelali, Fathia Mouawed, Habib Ben Mohamed Sassi, Rafik Sallami, Mohsen Moujahed et Marouène Ben Amor présentent leurs candidatures en tant qu'indépendants. Mounir Baatour, président du Parti libéral tunisien, présente ensuite sa candidature, suivi par Hechmi Hamdi, président du Courant de l'amour, puis par Mohamed Amine Agrebi et Safi Saïd, tous deux indépendants.

Le 9 août, dernier jour du processus, le chef du gouvernement et président de Tahya Tounes, Youssef Chahed, le président par intérim de l'Assemblée des représentants du peuple et vice-président d'Ennahdha, Abdelfattah Mourou, et le président de Machrouu Tounes, Mohsen Marzouk déposent leurs dossiers[97]. Pour sa part, Slim Riahi, recherché par la justice pour une affaire de corruption, dépose sa candidature par le biais de son avocat[98]. Selma Elloumi (Al Amal), Abid Briki (Tunisie en avant), Saïd Aïdi (Bani Watani), Seifeddine Makhlouf (Al Karama), ainsi que les indépendants Kaïs Saïed, Néji Jalloul, Bahri Jelassi, Kamel Laabidi, Amine Ben Salah, Zohra Mhenni, Mohamed Hédi Ben Hassine, Béchir Aouini, Hatem Boulabiar, Malika Zdini et Mokhtar Lotfi Kammoun font également la démarche, alors qu'Achour et Jemaï retirent leur dossier[99].

Elyes Fakhfakh du parti Ettakatol et les indépendants Maher Khedher, Sadok Chérif, Raoudha Rezgui, Abdellatif Dridi, Mouldi Aouichaoui, Mohamed Ben Belgacem, Saber Nefzi, Taoufik Mabrouk, Mohamed Salah Jannadi, Omar Mansour, Mohamed Al Awcet Ayari, Mahmoud Rouissi, Bassem Hamdi, Riadh Baazaoui, Sahbi Brahim, Leïla Hammami, Hmida Ben Jemaa, Raoudha Gafraj, Abdelhamid Hermassi et Dhouha Haddad complètent la liste de 97 candidats[100].

Le 14 août, l'ISIE publie une liste préliminaire de 26 candidats ayant rempli les critères[101]. Onze d'entre eux ont reçu les parrainages d'élus faciles à vérifier tandis que ceux d'électeurs prennent davantage de temps[84]. La liste définitive doit être annoncée le 31 août. Dans l'intervalle, douze candidats refusés déposent des recours devant le Tribunal administratif : Lazhar Zoghlami, Mohamed Hédi Ben Hassine, Mohamed Salah Jannadi, Bahri Jelassi, Mounir Baatour, Leïla Hammami, Sahbi Brahim, Mohamed Al Awset Ayari, Marouène Ben Amor et Abdellatif Dridi, ainsi que deux autres dont le recours sera rejeté pour ne pas avoir informé l'instance électorale[102]. Le Tribunal administratif accepte le recours de Jelassi, Brahim, Ben Amor et Ben Hassine[103]. L'ISIE décide de faire appel de cette décision[104] qui est finalement rejetée, conduisant le 30 août à la confirmation des 26 candidatures retenues[105].

Cependant, des enquêtes sont ouvertes à l'encontre des candidats Hamma Hammami, Abid Briki, Mohsen Marzouk et Lotfi Mraïhi, pour falsifications supposées de parrainages[106].

Candidats[modifier | modifier le code]

Principaux candidats[modifier | modifier le code]

Kaïs Saïed[modifier | modifier le code]

Kaïs Saïed
Candidat indépendant
Le peuple veut
الشعب يريد[107]

Candidat jugé atypique, Kaïs Saïed est un universitaire et juriste spécialisé en droit constitutionnel s'étant fait connaître au cours des débats liés à l'élaboration de la Constitution par ses nombreuses interventions dans les journaux télévisés en tant que spécialiste de ces questions[108]. Il participe auparavant à la révolution de 2011[109].

Ancien secrétaire général de l'Association tunisienne de droit constitutionnel, il a été membre du comité d'experts chargé de réviser le projet de la nouvelle constitution suite à la révolution de 2011[110]. Dès 2018, il se montre volontaire à une potentielle candidature à la présidentielle[111]. Il dépose sa candidature le 9 août 2019[112] et obtient le parrainage de 30 274 citoyens[113].

Âgé de 61 ans, il ne dispose d'aucun parti et participe en candidat indépendant, s'appuyant sur un mouvement jeune et citoyen. Il prône le remplacement de l'Assemblée des représentants du peuple, élue au scrutin direct, par une assemblée composée de 165 membres élus au scrutin indirect sur une base régionale par les élus locaux, ainsi que l'instauration pour ces derniers d'un mandat révocable[114],[115]. Par ailleurs, il promet de ne pas résider au palais présidentiel de Carthage et refuse de recevoir des financements publics pour sa campagne, jugée « ascétique »[116].

Kaïs Saïed bénéficie du soutien d'un électorat de jeunes ayant fait des études en mettant en avant son intégrité, dans le contexte d'une classe politique désavouée par la jeunesse. Qualifié de « Robespierre sans la guillotine », il se voit crédité par plusieurs sondages d'une place pour le second tour[117]. Passionné par l'arabe littéraire, qu'il utilise au cours de sa campagne au lieu de l'arabe dialectal de ses concurrents, il est surnommé « Robocop » du fait de ses traits figés et de son élocution monocorde, qui sont rapprochés avec ses thèmes favoris de campagne portant sur le droit et la justice[118]. Également francophone, il accorde plusieurs entretiens dans cette langue au cours de la campagne[119].

Favorable à la peine de mort[120], Saïed se positionne en conservateur sur plusieurs questions de société. Il est ainsi également opposé à l'égalité homme-femme en matière d'héritage, et estime que l'expression publique de l'homosexualité est encouragée par des parties étrangères finançant leurs associations[108],[115]. Il s'oppose à l'emprisonnement d'individus pour homosexualité, mais n'est pas engagé en faveur de la dépénalisation, bien qu'affirmant garder l'esprit ouvert sur ces questions, une position confirmée par l’association de défense des droits des LGBTQI+ Mawjoudin[119],[121].

En 2013, au sujet de la réforme de la Constitution, il déclare que « ne pas mentionner la charia permettra d'éviter les effets négatifs et rétrogrades de celle-ci » et qu’« il est préférable de se contenter de maintenir l'article premier de la Constitution de 1959 »[119], [122].

Ses positions conservatrices lui valent cependant d'être accusé pendant l'entre-deux-tours par la présidente de la Colibe Bochra, Belhaj Hmida, d'être salafiste et de prôner l'application de la charia. Plusieurs de ses anciens collègues constitutionnalistes et de ses élèves prennent alors position pour défendre le candidat. Celui-ci est décrit par eux comme conservateur, mais pas intégriste, salafiste ni même islamiste, ayant notamment condamné la pensée salafiste et la violence extrémiste durant ses cours lors de l'affaire de la diffusion du film Perspépolis par Nessma TV[119]. Bochra Belhaj Hmida revient sur ses déclarations dans les jours qui suivent, affirmant s'être « précipitée » et jugeant que Kaïs Saïed est seulement « conservateur »[119].

Nabil Karoui[modifier | modifier le code]

Nabil Karoui
Au cœur de la Tunisie
Au cœur de la Tunisie
في قلب تونس[123]

Âgé de 56 ans, Nabil Karoui est un homme d'affaires spécialisé dans le domaine de la communication. Il est notamment le propriétaire de la chaîne de télévision Nessma, connue pour avoir diffusée le film Persepolis de Marjane Satrapi, provoquant la colère de nombreux salafistes et un procès pour blasphème, un délit passible de trois ans de prison[124]. Défendu par l'avocat Chokri Belaïd, dont l'assassinat peu après provoque d'importantes manifestations et la plus grave crise gouvernementale depuis la révolution, Karoui échappe à la prison et n'est condamné qu'à une simple amende[125]. Ancien membre de Nidaa Tounes, il quitte le parti en avril 2017 sur à des désaccords avec Hafedh Caïd Essebsi.

À la suite à la mort de son fils dans un accident de voiture en avril 2016, Nabil Karoui s'investit fortement dans une association caritative, Khalil Tounes. Celle-ci fournit aux pauvres des repas, des soins et des produits de première nécessité, relayé par Nessma. Karoui jouit alors d'une grande popularité, qui le propulse sur la scène politique lorsque plusieurs sondages le crédite de la première place des intentions de votes à la présidentielle, avec le soutien de 25 à 30 % des sondés[126],[108]. Il est alors accusé d'user de philanthropie dans le seul but d'attirer de futurs électeurs, Youssef Chahed le qualifiant de « Berlusconi tunisien »[127]. Cela lui vaut également le surnom de « makrouna » (pâtes alimentaires en arabe), en référence aux paquets de pâtes qu'il distribuait aux populations[128].

Le gouvernement tente alors d'empêcher sa candidature en ajoutant à un projet d'amendement une clause sur mesure interdisant aux propriétaires de médias de se présenter[126]. Votée à l'Assemblée des représentants du peuple, la nouvelle loi électorale est cependant bloquée par le président Béji Caïd Essebsi juste avant sa mort[108]. Selon plusieurs sondages effectués en juillet, Karoui pourrait se qualifier pour le second tour[108]. Le 25 juin, il devient président du parti Au cœur de la Tunisie. Il dépose sa candidature le 2 août suivant, et obtient le parrainage de 12 députés de l'Assemblée des représentants du peuple.

Il est cependant inculpé le pour blanchiment d'argent et interdit de sortie du territoire, tandis que ses biens sont gelés[129]. Le 9 août, il est épinglé par l'ISIE pour avoir débuté sa campagne avant les dates officielles[130]. Le 28 août, pour les mêmes raisons, celle-ci ordonne à son équipe de campagne de retirer ses affiches portant le slogan « La prison ne nous arrêtera pas… Rendez-vous le 15 septembre »[131]. Il est entre temps arrêté le 23 août, à la suite de la production d'un mandat d'arrêt par la chambre d'accusation de la cour d'appel de Tunis[132]. Malgré son arrestation, il maintient sa candidature, n'ayant pas été à ce jour condamné par la justice[133], ni privé de ses droits civiques[134]. Cependant l'ISIE s'inquiète des conditions dans lesquelles Karoui va devoir faire campagne derrière les barreaux, tandis que la Ligue tunisienne des droits de l'homme dénonce les conditions de son arrestation. Les observateurs estiment que cet épisode pourrait profiter à Karoui en renforçant son image « anti-système »[127],[135].

Abdelfattah Mourou[modifier | modifier le code]

Abdelfattah Mourou
Ennahdha
Vote le plus valeureux pour une Tunisie meilleure
انتخب الأقدر لتونس افضل[136]

Abdelfattah Mourou créé la surprise en devenant à 71 ans le candidat d'Ennahdha[137]. Ce dernier s'était jusqu'à présent refusé à ne serait ce que tenter d'obtenir la présidence, de peur de soulever l'opposition de la société et du monde politique en Tunisie comme à l'étranger, face à l'hégémonie d'un parti islamiste sur le pays. Visant à la place le contrôle du gouvernement via le parlement et les entités décentralisées, Ennadha rompt en partie avec cette politique en présentant la candidature de Mourou, avocat de profession, dont l'objectif serait de « ne pas gagner »[108], du fait de l'inversion subite du calendrier électoral. La mort du président Caïd Essebsi plaçant le premier tour de la présidentielle juste avant les législatives, le parti estime impossible de ne pas présenter de candidat à moins de devenir inaudible au cours de la période resserrée de la campagne électorale[138]. Malgré les réticences de plusieurs membres de la direction du parti face à ce changement de position, la candidature de Mourou, dont la personnalité est jugée très peu clivante, est imposée par son dirigeant, Rached Ghannouchi puis votée le 6 août par 98 voix pour et cinq abstentions par le conseil de la Choura d'Ennahdha[138],[139].

Mourou est député à l'Assemblée des représentants du peuple depuis les élections législatives de 2014, à la suite desquelles il est élu par les députés vice-président de l'Assemblée. Le 25 juillet 2019, au décès du président Béji Caïd Essebsi, il devient Président de l'Assemblée des représentants du peuple suite à la nomination de Mohamed Ennaceur au poste de Président de la République. Il dépose sa candidature le 7 août[140] et botient le parrainage de 17 députés[141], ainsi que des parrainages de citoyens et de présidents de conseils municipaux[142].

Le candidat est réputé pour son humour et son abondante élocution. Excellent tribun, friand de citations religieuses ou philosophiques, voire de chansons au cours de ses interventions à la télévision, il jouit d'une image de sympathique aristocrate de la capitale, ou beldi[108]. Il est remarqué pour son port de la jebba, qu'il s'engage, en cas de victoire, à troquer contre un costume-cravate classique[143].

Malgré sa bonne image, Abdelfattah Mourou souffre toutefois du bilan économique catastrophique d'Ennahdha lors de son passage au pouvoir de 2011 à 2014 au sein de la troïka. Accusé d'avoir procédé à une véritable distribution des emplois publiques à ses partisans et soutiens en vue de « noyauter l'administration », le gouvernement de la troïka amène en effet le nombre des fonctionnaires de l'État tunisien à gonfler de 35 %. L'augmentation de la masse salariale continue de peser sur le budget du pays, alors en pleine stagnation économique[108],[144]. Le parti perd de fait plus d'un million d'électeurs entre l'élection de la constituante de 2011 et les municipales de 2018, tout en restant le principal parti du pays dans un contexte de forte abstention[138].

Eliminé au premier tour, il appelle à voter Kaïs Saïed.

Abdelkarim Zbidi[modifier | modifier le code]

Abdelkrim Zbidi
Candidat indépendant
La fidélité à la Tunisie, la fidélité à la nation
الوفاء لتونس، الوفاء للوطن[145]

Ce médecin de formation âgé de 69 ans devient un peu malgré lui l'hériter du président Caïd Essebsi[108]. Alors ministre de la Défense, un poste directement placé sous l'autorité du président, chef de l'armée, il réunit autour de lui les loyalistes du défunt président, les partis Afek Tounes et Nidaa Tounes annonçant leur soutien à une éventuelle candidature de sa part[108],[146],[147]. Ancien secrétaire d'État et ministre de la Santé sous la présidence de Zine el-Abidine Ben Ali, il est auparavant deux fois ministre de la défense, d'abord dans les gouvernements successifs Ghannouchi II, Caïd Essebsi et Jebali, puis dans le gouvernement Chahed.

Jugé très méfiant à l'égard du monde politique, il se déclare candidat à l'issue d'une campagne de soutien de ces partis et de plusieurs ministres qui finit par s'étendre sur les réseaux sociaux. Abdelkrim Zbidi démissionne de son poste de ministre le jour du dépôt de sa candidature, pour laquelle il obtient un parrainage citoyen, ainsi que celui de 17 députés de l'Assemblée des représentants du peuple[148],[149],[150].

Affirmant ne pas avoir de préférence entre les deux régimes et fustigeant le régime semi-parlementaire actuel, il promet de convoquer un référendum pour appeler la population à trancher entre un régime présidentiel et un régime parlementaire[151]. Au cours des débats télévisés, il s'engage à réformer l'administration publique, à lutter contre la corruption et à dépénaliser les drogues[152]. Éliminé au premier tour, il ne donne aucune consigne de vote.

Youssef Chahed[modifier | modifier le code]

Youssef Chahed
Tahya Tounes
Une Tunisie plus forte
تونس أقوى[153]

Âgé de 43 ans, Youssef Chahed est le chef du gouvernement tunisien depuis le [154]. Ancien ministre sous le Gouvernement Essid, Chahed est un soutien du président Béji Caïd Essebsi au sein du parti Nidaa Tounes, et prend la tête d'un gouvernement d'union nationale en coalition avec l'Union patriotique libre, Afek Tounes, Machrouu Tounes et surtout le parti islamiste Ennahdha, dont il parvient à conserver durablement le soutien[155]. Ce dernier lui permet de rester plus de trois ans à la tête de l'exécutif, un record dans la Tunisie post-révolutionnaire[108]. Les faibles résultats de Nidaa Tounes aux municipales de mai 2018 entraînent de profondes dissensions qui aboutissent le 15 septembre suivant à son exclusion temporaire du parti[156], levée en avril 2019 sur demande du président Béji Caïd Essebsi[157]. Chahed fonde entretemps son propre parti, qui prend par la suite le nom de Tahya Tounes, et parvient à se maintenir à son poste grâce à la défection d'une quarantaines de députés en sa faveur.

Désormais en froid avec le président Caïd Essebsi, Chahed se concentre sur le redressement de l'économie du pays. Ses résultats sont cependant jugés mitigés, l'inflation atteignant 6,5 % tandis que le chômage se maintient à un niveau élevé, avoisinant les 15 %[108],[158],[159].

Chahed annonce sa candidature à la présidentielle le 8 août[160] et la dépose le 9 août[161] avant d'obtenir le parrainage de 30 députés[141]. Le 22, il délègue ses fonctions au ministre de la Fonction publique, Kamel Morjane pour la durée de la campagne[162]. Ce choix suscite la controverse en raison du passé de Morjane, ministre de la Défense et des Affaires étrangères sous le régime de Ben Ali[127]. Éliminé au premier tour, il ne donne aucune consigne de vote.

Mohamed Abbou[modifier | modifier le code]

Mohamed Abbou
Courant démocrate
Un État fort et juste
دولة قويّة و عادلة[163]

Mohamed Abbou est avec sa femme Samia Abbou un opposant de longue date du régime de Zine el-Abidine Ben Ali, sous lequel il est arrêté et emprisonné[164]. Après la révolution, il est élu aux élections constituantes de 2011 mais démissionne afin de devenir ministre chargé de la Réforme administrative dans le gouvernement Jebali, de 2011 à 2012 et secrétaire général du Congrès pour la République avant de fonder son propre parti, le Courant démocrate en mars 2013. Sa participation à la présidentielle pour laquelle il obtient 13 782 parrainages de citoyens[165] est vue comme celle d'un candidat « anti-corruption », la lutte contre cette dernière étant l'une de ses priorités[108].

Se revendiquant social-démocrate, Abbou attire dans son parti des éléments de la gauche et de l'extrême gauche après les scissions à répétitions de la plupart de leurs formations. Il devient ainsi à 53 ans le chef du principal parti d'opposition au parlement après les élections législatives de 2014. Il se fait connaître par son intransigeance à l'égard des connivences entre hommes d'affaires et politiciens, n'hésitant pas à apostropher au parlement les ministres ayant fait partie du sérail sous Ben Ali[108]. Éliminé au premier tour, il appelle à voter pour Kaïs Saïed[166].

Abir Moussi[modifier | modifier le code]

Abir Moussi
Parti destourien libre
Une démocratie responsable, des libertés garanties
ديمقراطيّة مسؤولة، حريات مضمونة[167]

Avocate de profession, Abir Moussi est à la tête du Parti destourien libre. Régulièrement qualifié de parti d'extrême droite[168], ce dernier rassemble les sympathisants de l'ex-Rassemblement constitutionnel démocratique, qui dominait le pays avant la révolution et dont Moussi était secrétaire générale[169],[170]. Âgée de 43 ans, Moussi incarne ainsi la nostalgie de la dictature autoritaire de l'ancien président Zine el-Abidine Ben Ali, sous lequel selon elle « il n'y avait ni chômage ni pauvreté », la révolution l'ayant fait tombé étant « un complot des Européens et des sionistes »[108]. Elle ne reconnaît par conséquent pas la Constitution de 2014[108] et prône l'établissement d'un régime présidentiel[171]. Elle obtient pour sa candidatures 15 366 parrainages citoyens[33].

Conservatrice, elle demande l'emprisonnement des homosexuels qu'elle associe à des criminels[172],[173]. Bien que se revendiquant pour l'égalité homme-femme dans l'héritage, elle s'oppose au projet du gouvernement sortant de le mettre en œuvre, jugeant que celui-ci, en étendant les droits aux enfants nés hors mariage, représente une atteinte à l'institution de la famille[174],[175],[176]. La proposition de la Commission des libertés individuelles et de l'égalité (Colibe) d'introduire cette égalité tout en laissant le choix aux légataires d'utiliser l'ancien système basé sur le Coran attire également les critiques de la candidate, qui y voit « la porte ouverte aux mariages coutumiers et à une discrimination entre les femmes elles-mêmes »[171]. Éliminée au premier tour, elle appelle à ne pas voter pour Kaïs Saïed[177].

Autres candidats[modifier | modifier le code]

Candidats Slogan Détails
Mongi Rahoui
(55 ans)
Front populaire
Oui... Nous ferons le changement
نعم... نغير[178]
Membre de la coalition Front populaire, Mongi Rahoui est proposé en mars 2019 par son parti Watad comme candidat de la coalition pour les élections présidentielles[179]. Cette proposition est contestée par certains membres de la coalition[180] mais le candidat continue de revendiquer sa candidature[181]. Après la désignation de Hamma Hammami comme candidat[182], il montre son indignation et tente de montrer la légitimité de son choix en tant que candidat[183]. Suite à ces conflits, des démissions au sein de la coalition s'enchaînent[184] et un nouveau parti nommé le Front populaire est fondé en juillet[185]. Le 2 août, il dépose sa candidature en tant que candidat du parti Front populaire[186]. Il obtient le parrainage de 10 députés de l'Assemblée des représentants du peuple[187]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Lotfi Mraihi
(59 ans)
Union populaire républicaine
La voix de la raison
صوت العقل[188]
Fondateur de l'Union populaire républicaine en 2011, Lotfi Mraihi ne soutient aucun candidat pour l'élection présidentielle de 2014 et boycotte ces élections. Il annonce sa candidature en avril 2019[189] et dépose sa candidature le 2 août. Il obtient le parrainage de 12855 citoyens[33]. Eliminé au 1er tour, il appelle à voter Kaïs Saïed[190].
Mehdi Jomaa
(57 ans)
Al Badil Ettounsi
L'avenir de la Tunisie avec Mehdi Jomaa
مستقبل تونس مع مهدي جمعة[191]
Après avoir été ministre dans le gouvernement Larayedh, Mehdi Jomaa occupe le poste de Chef du gouvernement de 2014 à 2015. En mars 2017, il annonce la création de son parti Al Badil Ettounsi. En octobre 2018, il est désigné pour être le candidat de son parti. Il dépose sa candidature le 4 août 2019. Il obtient environ quarante mille parrainages populaires et dix parrainages de députés[192]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Hamadi Jebali
(69 ans)
Indépendant
#On avance
هيا نقدمو[193]#
Ancien président du parti Ennahdha et ancien chef du gouvernement, Hamadi Jebali quitte son parti en décembre 2014. Dès janvier 2018, il annonce se porter candidat à la présidentielle[194]. Il refuse d'être le candidat de son ancien parti à cette élection et se revendique indépendant[195]. Il rejoint la coalition Tounes Okhra mais dépose finalement sa candidature le 6 août 2019 en tant que candidat indépendant[196]. Il obtient le parrainage de onze députés[197]. Eliminé au 1er tour, il appelle à voter Kaïs Saïed[198].
Hamma Hammami
(67 ans)
Indépendant
Il lui faut de la sagesse
يلزمها حمه[199]
Secrétaire général du Parti des travailleurs et porte-parole de la coalition Front populaire, Hamma Hammami est déjà candidat à l'Élection présidentielle de 2014 dans laquelle il finit troisième. Désigné candidat de la coalition le 20 mars 2019[200], Mongi Rahoui refuse et crée des scissions au sein de la coalition[183],[184]. Avec la création du parti Front populaire et la candidature de Mongi Rahoui sous cette bannière, il se trouve dans l'obligation de se présenter sous le nom d'une nouvelle coalition qu'il nomme « Le Front ». Il dépose sa candidature le 7 août 2019, et obtient un parrainage citoyens[201]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Moncef Marzouki
(74 ans)
Hizb el-Harak
L'avenir nous unit
المستقبل يجمعنا[202]
Président de la République de 2011 à 2014, Moncef Marzouki est candidat à sa propre succession à l'élection présidentielle de 2014 mais est éliminé au second tour face à Béji Caïd Essebsi. À sa défaite, il annonce le 23 décembre 2014, la création de son nouveau mouvement Hizb el-Harak qui vise selon lui à empêcher le retour des dictatures. Dès février 2017, il annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2019[203]. En mai, il est désigné par son parti en tant que président du parti et son candidat naturel à l'élection présidentielle. Il dépose sa candidature le 7 août 2019[204]. Il obtient le parrainage de plus de dix mille citoyens. Éliminé au 1er tour, il appelle à voter Kaïs Saïed[205]
Mohsen Marzouk
(54 ans)
Machrouu Tounes
On la protège et on la mène au sommet
نحميها و نعليها[206]
Membre fondateur du parti Nidaa Tounes, Mohsen Marzouk est chef de campagne de Béji Caïd Essebsi lors de l'élection présidentielle de 2014, dont le candidat sort vainqueur. Suite à des rivalités au sein du parti en 2015, il en démissionne en décembre et annonce la création de son nouveau parti Machrouu Tounes en mars 2016. Élu secrétaire général puis président de son parti, sa candidature à l'élection présidentielle est annoncée dès juin 2019[207]. Il dépose sa candidature le 9 aoûtet obtient le nombre de parrainages populaires nécessaire, soit au moins dix mille parrainages[208]. Il se désiste le 13 septembre en faveur de Abdelkrim Zbidi[209]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Mohamed Seghaïer Nouri
(69 ans)
Indépendant
Le président du futur
الرئيس المستقبل[210]
Candidat rejeté à l'élection présidentielle de 2014[211], Mohamed Seghaïer Nouri arrive en tête dans la circonscription de Lassouda lors des élections municipales de 2018 en tant que tête de liste indépendant[212]. Il fonde en 2019 la coalition Union nationale des indépendants en vue des élections législatives[212]. Il dépose sa candidature à l'élection présidentielle le 7 août. Il obtient un parrainages citoyen[213]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Hechmi Hamdi
(55 ans)
Courant de l'amour
Je suis contre le système et avec l'islam, la justice et le nationalisme
أنا ضد السيستام ومع الإسلام والعدل والتأميم[214]
Après une candidature à l'élection présidentielle de 2014 dans laquelle Hechmi Hamdi arrive quatrième, son parti Courant de l'amour obtient des résultats très faibles lors des élections législatives de 2014, n'obtenant que deux sièges. En mars 2019, il est désigné par son parti comme candidat à la présidentielle[215]. Il dépose sa candidature le 8 août et obtient le parrainage de 17 000 citoyens[216]. Éliminé au 1er tour, il appelle à voter Kaïs Saïed[217]
Omar Mansour
(61 ans)
Indépendant
Omar par le peuple est gagnant
عمر بالشعب منصور[218]
Ancien ministre de la Justice sous le gouvernement Essid, et ancien gouverneur de Tunis, Omar Mansour annonce en juillet 2019 sa candidature à l'élection présidentielle de 2019[219]. Il dépose sa candidature le 9 août[220], et obtient le nombre de parrainages populaires nécessaire[221].

Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.

Elyes Fakhfakh
(47 ans)
Ettakatol
Confiants
واثقين[222]
Ancien ministre sous les gouvernements Jebali et Larayedh, Elyes Fakhfakh est membre du parti Ettakatol depuis 2011[223]. Élu président du conseil national de son parti lors de son troisième congrès en 2017, il dépose sa candidature le 9 août 2019[224] et obtient le parrainage de 10 députés[141]. Éliminé au 1er tour, il appelle à l'abstention[225].
Slim Riahi
(47 ans)
Nouvelle union nationale
En vrai nous la changeons
بالحق نبدلوها[226]
Candidat à la présidentielle de 2014, dans laquelle il est arrivé cinquième, il est le président de son parti Union patriotique libre jusqu'à ce lorsqu'il propose sa démission de son poste pour se concentrer sur ses problèmes judiciaires en décembre 2017. Cette démission étant refusée, il continue d'occuper ce poste jusqu'à octobre 2018, où il annonce la fusion de son parti avec Nidaa Tounes, dirigée par Hafedh Caïd Essebsi, et y occupe le poste de secrétaire général. À cause de ses problèmes avec la justice, il est contraint de quitter le pays puis démissionne de son poste à Nidaa Tounes en février 2019. Il fonde par ailleurs un nouveau parti baptisé Nouvelle union nationale, dont il occupe le poste de Président. Il dépose sa candidature à l'élection présidentielle le 9 août par l'intermédiaire de son avocat[227] et obtient le parrainage de 12 députés de l'Assemblée des représentants du peuple[141]. Il se désiste le 13 septembre en faveur de Abdelkrim Zbidi[228]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Selma Elloumi
(63 ans)
Al Amal
Nous créons l'espoir
نصنع الأمل[229]
Ancienne ministre du tourisme sous les gouvernements Essid et Chahed, Selma Elloumi est élue comme députée à l'Assemblée des représentants du peuple lors des élections législatives de 2014 sous la bannière de Nidaa Tounes, dont elle était membre du comité exécutif. Nommée au cabinet présidentiel en 2018, elle finit par quitter son poste en 2019 pour se consacrer au parti Nidaa Tounes qui connait alors des tiraillements internes. Ces conflits la mènent à la présidence du parti dans le clan Toubel. Cependant, la justice reconnaît le clan Caïd Essebsi comme légitime, ce qui la pousse à démissionner du parti le 23 juin. En juillet, elle prend la tête d'un parti qu'elle rebaptise Al Amal[230]. Elle dépose sa candidature à l'élection présidentielle le 9 août et obtient le parrainage de 12 députés[231]. Éliminée au 1er tour, elle appelle à voter Nabil Karoui[232].
Saïd Aïdi
(58 ans)
Bani Watani
Pour oser
لنجرئ[233]
Ancien ministre sous les gouvernements Ghannouchi, Caïd Essebsi et Essid, Safi Saïd est élu comme député à l'Assemblée des représentants du peuple lors des élections législatives de 2014 sous la bannière du parti Nidaa Tounes. En mai 2017, il le quitte et annonce la création de son nouveau parti Bani Watani. Dès juillet 2019, il annonce vouloir présenter sa candidature à l'élection présidentielle[234], ce qu'il fait le 9 août[235], avant d'obtenir plus de dix mille parrainages de citoyens[236]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Safi Saïd
(65 ans)
Indépendant
Je... Vous entends
... أسمعكم[237]
Candidat indépendant à la présidentielle de 2014, Safi Saïd arrive à la huitième place. Il dépose à nouveau sa candidature le 8 août 2019 et obtient le parrainage de près de 20 mille citoyens[238]. Éliminé au 1er tour, il appelle à voter Kaïs Saïed[239].
Néji Jalloul
(61 ans)
Indépendant
La force de la volonté
قوّة الإرادة[240]
Ancien ministre de l'Éducation sous les gouvernements Essid et Chahed, Néji Jalloul est alors un membre actif de Nidaa Tounes et y occupe le poste de Secrétaire général du clan Caïd Essebsi lors de la scission. Bien qu'ayant exprimé son attachement au parti, il décide d'en démissionner le 24 juin 2019[241]. Il annonce sa volonté de se porter candidat dès juillet 2019[242], ce qu'il fait le 9 août avant d'obtenir un parrainage citoyen[221]. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Hatem Boulabiar
(48 ans)
Indépendant
La nouvelle Tunisie
تونس الجديدة[243]
Ancien membre du conseil de la Choura du parti Ennahdha, Hatem Boulabiar en démissionne en juillet 2019 et crée son mouvement Indépendants démocrates[244]. Il dépose sa candidature le 9 août[245]. Il a obtenu le parrainage de 11 députés[246]. Éliminé au 1er tour, il en conteste les résultats, exigeant son annulation, puis appelle à voter Nabil Karoui[247].
Abid Briki
(62 ans)
Tunisie en avant
Par ta voix demain est meilleur
بصوتك غدوة خير[248]
Membre fondateur du Parti unifié des patriotes démocrates, Abid Briki est ministre de la Fonction publique sous le gouvernement Chahed. Élu secrétaire général du parti Tunisie en avant en mars 2019, il annonce sa candidature dès juillet[249]. Il dépose sa candidature le 9 août. Éliminé au 1er tour, il ne donne aucune consigne de vote.
Seifeddine Makhlouf
(44 ans)
Coalition de la dignité[250]
Président de la République
رئيسا للجمهورية[251]
Fondateur de la Coalition de la dignité en janvier 2019, il en devient le porte-parole[252]. Il dépose sa candidature le 9 août. Il se distingue par un discours jugé populiste et francophobe. La Coalition de la dignité prône l'inscription de la charia dans la Constitution, est opposée à l'égalité homme-femme dans l'héritage, pour la peine de mort, et pour la poursuite de la criminalisation de l'homosexualité. Seifeddine Makhlouf se fait connaître pour ses propos jugés francophobes[253] et particulièrement virulents à l'égard de la France, dont il considère qu'elle « occupe » la Tunisie et « vole » ses richesses, et dont il exige des excuses pour les 70 ans de colonisation sous peine, s'il devait être élu, de rupture des accords franco-tunisiens[254]. Il s'oppose également à l'utilisation du français en Tunisie. Il est paradoxalement très populaire en France, où il finit par remporter la majorité des votes de la diaspora établie dans le pays[255]. Il ne s'oppose pas à un gouvernement de coalition avec Ennahdha, mais refuse tout accord avec Au cœur de la Tunisie[256],[257]. Éliminé au 1er tour, il appelle à voter Kaïs Saïed[258].

Campagne[modifier | modifier le code]

Thèmes[modifier | modifier le code]

Fragmentation, dégagisme et montée des anti-système[modifier | modifier le code]

La présidentielle est marquée par une importante fragmentation politique, dans le contexte d'un bouleversement du système politique existant. L'important désenchantement des électeurs face aux partis traditionnels amène en effet un désir de renouvellement des élites politiques, qui se manifeste au profit de plusieurs candidats jugés populistes ou anti-systèmes[259],[260]. Si près d'une trentaine de prétendants avait concouru pour la présidentielle de 2014, ceux-ci étaient pour leurs grande majorité des candidats mineurs, la campagne se structurant sur l'opposition entre les deux principaux courants du pays, avec d'un côté un candidat moderniste, Béji Caïd Essebsi du parti Nidaa Tounes, et de l'autre un candidat soutenu par les islamistes d'Ennahdha, Moncef Marzouki du Congrès pour la République[260].

Ce clivage autour de l'islam politique semble s'estomper en 2019 avec la multiplication de candidats jugés de force égale, et l'émergence d'indépendants auparavant en marge du système politique. Les préoccupations d'ordre économiques et sociales prennent nettement le pas sur la campagne, la pauvreté se mêlant à une volonté de changement du personnel politique existant, jugé sur son incapacité à y mettre fin[260],[261]. Ce « vent de dégagisme » de la part des électeurs se reflète dans les sondages d'opinions dès novembre 2018, avec l'apparition d'outsiders indépendants détrônant les principales personnalités politiques dans les prévisions d'accès au second tour[259]. Une dynamique qui se vérifie également dans les intentions de votes aux législatives, un éventuel parti du candidat Nabil Karoui recueillant alors plus de 30 % dans les sondages, avant même d'obtenir une existence légale[262],[263]. L'expression du « dégagisme » renvoie au slogan « Dégage ! » asséné au président Zine el-Abidine Ben Ali lors de la révolution de 2011[259].

Le parti présidentiel Nidaa Tounes est également l'objet de divisions ayant donné naissance au cours des années précédentes à des partis dissidents : Tahya Tounes formé autour de Youssef Chahed ou Machrouu Tounes autour de Mohsen Marzouk. Ces scissions amplifient l'éparpillement des voix au sein du camp moderniste. De son côté, la gauche s'éparpille tout autant avec les candidatures d'Hamma Hammami, Abid Briki et Mongi Rahoui. Même le mouvement islamiste Ennahdha, pourtant réputé très discipliné, voit se présenter contre son candidat Abdelfattah Mourou deux anciens de ses dirigeants : Hamadi Jebali et Hatem Boulabiar[264].

Ces différents facteurs amène à une élection présidentielle jugée très ouverte. L'issue du premier tour est en effet particulièrement incertaine, de nombreux candidats ayant des chance de s'y qualifier[261]. La diversité des candidatures en mesure de l'emporter par rapport au scrutin précédent est néanmoins perçue comme le signe de la vitalité de la démocratie tunisienne, encore en cours d'enracinement après des décennies de régime autoritaire[265].

Économie[modifier | modifier le code]

Malgré un capital sympathie à l'étranger en raison du processus de démocratisation, qui assure le soutien des Occidentaux et du Fonds monétaire international, la situation économique tunisienne reste difficile en 2019[11]. Le secteur touristique, qui constitue une part importante du PIB national, se relève seulement, après avoir été durement frappé par les incertitudes post-révolutionnaires et surtout l'attentat islamique de Sousse de 2015[264]. La hausse des prix est responsable de vives tensions sociales au cours des années précédentes, ce qui amène le gouvernement à mener une politique de lutte contre l'inflation, au détriment de la croissance[266]. Bien que l'inflation ait été contenue à 7 % en 2018 et début 2019, les moyens utilisés à cet effet ont causés un important resserrement du crédit. Les relèvements successifs des taux par la Banque centrale pèsent également sur la croissance, qui est de 2,5 %, alors que le pays est toujours en voie de développement et que le chômage reste élevé, autour de 15 %. La reprise récente du secteur touristique a cependant permis un relèvement du dinar, qui s'apprécie face à l'euro, après une dépréciation de 65 % de 2011 à 2018. La dette publique reste cependant à un niveau élevé, à 77 % du PIB, du fait de déficits budgétaires chroniques. L'incertitude liée à la présidentielle et aux législatives maintient par ailleurs les investisseurs dans l'attentisme[266].

Droits des homosexuels[modifier | modifier le code]

La légalisation de l'homosexualité est un thème secondaire récurrent de la politique tunisienne depuis plusieurs années. Les relations consenties entre adultes de sexe masculins sont soumises à l'interdiction de la sodomie, passible de trois ans de prison selon l'article 230 du code pénal[267]. Cette législation est utilisée par la police pour harceler les couples homosexuels, procéder à leurs arrestations et les soumettre par décision judiciaire à un « test anal », censé prouvé leur pratique de la sodomie[268],[269]. Plus d'une centaine d'homosexuels sont ainsi arrêtés en 2018, en forte augmentation depuis la révolution de 2011, tandis que les associations de protection des homosexuels sont harcelées ou interdites, ce qui n'empêche pas leur expansion[270].

Le ministre de la Justice Mohamed Salah Ben Aïssa appelle dès septembre 2015 à la dépénalisation de l'homosexualité, déclarant qu'« après l'adoption de la nouvelle Constitution, il n'est plus admis de violer les libertés individuelles, la vie privée et les choix personnels, même sexuels ». Il est cependant désavoué par le président Béji Caïd Essebsi, qui affirme que sa demande n'engage que lui, et non l'État[271]. Le ministre est limogé dans la foulée[272],[273],[274]. Selon un sondage d'opinion effectué en 2016, 64,5 % des Tunisiens estiment que l'homosexualité doit être punie, 11 % ayant une opinion contraire, et le reste s'abstenant de répondre[275].

Dans un rapport remis le au président, la Commission des libertés individuelles et de l'égalité recommande d'abolir l'article 230 du code pénal. Le sujet demeure un thème fréquemment évoqué par la frange moderniste de la société tunisienne, et la plupart des candidats à la présidentielle se voient demander leurs position sur ce sujet au cours d'entretiens avec les médias.

Mounir Baatour créé la sensation dans les médias occidentaux en déposant sa candidature à la présidentielle, ce qui aurait fait de lui le premier candidat homosexuel à un tel poste dans le monde arabe. Sa candidature est cependant jugée anecdotique dans le pays, tandis que plusieurs associations LGBT s'y opposent, la jugeant au contraire dangereuse pour la cause homosexuelle. Baatour avait été condamné à trois ans de prison en 2013 pour sodomie avec un lycéen mineur de 17 ans, des faits qu'il a toujours niés[276],[277]. Sa candidature est finalement rejetée, ce que Baatour conteste mais sans succès[278],[279].

Débats[modifier | modifier le code]

Candidats participants aux débats de l'ISIE[280]
Candidats

P Présent A Absent O Invité aux autres débats

7 septembre 8 septembre 9 septembre
Abbou P O O
Aïdi O O P
Boulabiar O P O
Briki P O O
Chahed O O P
Elloumi O O P
Fakhfakh O P O
Hamdi O P O
Hammami O O P
Jalloul P O O
Jebali O P O
Jomaa P O O
Karoui A O O
Makhlouf O O P
Mansour P O O
Marzouk O P O
Marzouki P O O
Mourou P O O
Moussi P O O
Mraihi O P O
Nouri O P O
Rahoui O P O
Riahi O O A
Safi Saïd O O P
Kaïs Saïed O O P
Zbidi O P O

Pour la première fois de l'histoire du Maghreb, des débats retransmis en direct à la télévision sont organisés entre les candidats avant le premier tour. Le premier de ces débats, échelonnés sur trois jours consécutifs, a lieu le [281],[282]

Les 26 candidats sont répartis à parts égales sur les trois soirées. Leurs temps de parole est chronométré afin d'assurer l'équité. Deux d'entre eux sont néanmoins absents : Nabil Karoui, en raison de son incarcération pour accusations de blanchiment d'argent, et Slim Riahi, en fuite en France après l'émission d'un mandat de dépôt dans le cadre d'une affaire de corruption. La participation des candidats à distance est un temps évoquée, mais n'est finalement pas mise en œuvre, faute de feu vert de la part de la justice tunisienne[281],[283]. En réaction, Karoui se déclare « privé de son droit constitutionnel » à s'exprimer et dénonçe l'« absence d'égalité des chances » des débats.

Les candidats répondent à des questions choisies au hasard en matière de diplomatie, sécurité, libertés individuelles ou économie, et sont interrompus ou relancés par les journalistes, mais ne débattent pas entre eux[281]. Malgré ce cadre restreignant, plusieurs candidats se démarquent par leurs aisance verbale, tels Abir Moussi ou Abdelfattah Mourou, tandis que Mohamed Abbou est remarqué pour ses approches non clivantes. Ces débats inédits et très suivis sont salués comme une avancée pour la démocratie tunisienne, les candidats s'étant montrés respectueux. L'absence de véritable échange est cependant critiqué, donnant lieu à un résultat jugé froid et sans frictions. La performance est retransmise sur onze chaines de télévisions et dans plusieurs pays à l'étranger, dont les voisins algériens et libyens[284].

Le second débat, bien qu'accueillant mois de personnalités jugées d'envergure nationale, est remarqué par l'introduction d'un « droit de réponse » permettant des moments de duels entre candidats, que les animateurs ont du mal à maitriser. Les questions économiques dominent, tandis que la position des candidats quant à l'islam, absente du premier débat, fait son apparition[285],[152].

Désinformation[modifier | modifier le code]

Au dernier jour de campagne du premier tour, le 13 septembre, des fausses infos font état de sondages fictifs destinés à décourager les électeurs, ainsi que faux désistements de candidats, dont ceux de Moncef Marzouki, Seifeddine Makhlouf ou encore Salma Elloumi Rekik, tous rapidement démentis par les équipes de campagne des intéressés[286],[287].

Désistements[modifier | modifier le code]

Le 13 septembre, les deux candidats Mohsen Marzouk et Slim Riahi annoncent leurs soutien au candidat Abdelkrim Zbidi. Les bulletins de vote unique ayant déjà été imprimés, leurs noms restent cependant présents sur ceux ci. Cette situation avait déjà eu lieu en 2014 avec cinq candidats dont Mustapha Kamel Nabli et Noureddine Hached, et avait menée les candidats désistés à recevoir malgré tout plusieurs milliers de voix[288],[289].

Entre-deux-tours[modifier | modifier le code]

Le 16 septembre, Moncef Marzouki, Abdelkrim Zbidi, Youssef Chahed et Mohamed Abbou reconnaissent leur défaite et visent les législatives pour se relancer[290],[291],[292],[293]. Le 18 septembre, Abdelfattah Mourou le fait à son tour[294].

Hechmi Hamdi et Moncef Marzouki[295] apportent son soutien à Kaïs Saïed pour le second tour[296]. Ils sont ensuite suivis par Lotfi Mraïhi, Seifeddine Makhlouf, Mohamed Abbou et le parti Ennahdha[297].

Interrogé par Le Point, Nabil Karoui affirme que Tahya Tounes et Ennahdha ont contribué à son arrestation pour lui barrer la route lors des législatives et de la présidentielle[298]. Le 1er octobre, la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (Haica) condamne Nessma (qui appartient à Karoui) à payer une amende de 80 000 dinars tunisiens pour une émission faisant passer Saïed pour le candidat des islamistes d'Ennahdha, et pour un spot pro-Karoui. Le 14 septembre, la chaîne avait déjà été condamnée à payer une amende de 40 000 dinars pour un spot pro-Karoui[299]. Le 8 octobre, la chaîne est condamnée à une amende supplémentaire de 320 000 dinars pour avoir de nouveau diffusé le spot litigieux[300].

Le 3 octobre, la justice américaine révèle l'existence d'un contrat de lobbying de Dickens & Madson Canada Inc. en faveur de Karoui, signé le 19 août pour un montant d’un million d’euros, une somme dépassant les dépenses de campagne autorisées[301].

Le 5 octobre, Kaïs Saïed annonce renoncer à prendre part à la campagne électorale, dans le but de respecter l'égalité des chances de son rival, qui reste emprisonné et fait campagne par l'intermédiaire de son épouse et de sa chaîne de télévision[302]. Celle-ci est cependant controversée pour avoir, en 2006, signé au nom de Microsoft dont elle était la représentante, un contrat avec le régime de Ben Ali[303].

Le 8 octobre, Karoui dépose un recours en justice pour demander le report du second tour tant qu'il n'aura pas été libéré pour faire campagne[304]. Il est finalement libéré le lendemain par la Cour de cassation[305]. Peu avant, ses soutiens ont lancé une marche qui doit arriver à Tunis le 11 octobre[306]. Alors qu'il reste deux jours aux deux candidats pour faire campagne, l'équipe de Karoui maintient sa demande de report, arguant que les délais sont trop courts[307]. Cette demande est rejetée le 11 octobre par le tribunal administratif[308].

Un débat entre les deux finalistes a lieu le 11 octobre[309].

Sondages[modifier | modifier le code]

Les sondages sont interdits de publication à partir du mois d'août dans les médias tunisiens, ce qui n'empêche cependant pas leur organisation par des instituts étrangers[352].

Résultats[modifier | modifier le code]

Les élections ont lieu de manière calme et transparente, ainsi que dans un très bon respect des procédures de vote, selon les observateurs de l'Union européenne[353]. D'après des sondages en sortie des urnes effectués le soir du scrutin, Kaïs Saïed et Nabil Karoui seraient qualifiés au second tour, avec derrière eux Abdelfattah Mourou, Abdelkrim Zbidi, Youssef Chahed et Safi Saïd. Les premiers résultats préliminaires sont attendus le 17 septembre[354]. L'Isie communique néanmoins dès la fin du scrutin un taux de participation de 45,02 %, en nette baisse par rapport aux élections de 2014, qui avaient vues près de 63 % des électeurs se rendre aux urnes au premier tour ; le corps électoral ayant cependant augmenté entre temps d'un million et demi d'inscrits[355].

Kaïs Saïed l'emporte au second tour avec plus de 70 % des voix[356].

Résultats de la présidentielle tunisienne de 2019[357],[358],[359],[360]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Kaïs Saïed Indépendant 620 711 18,40 2 777 931 72,71
Nabil Karoui Au cœur de la Tunisie 525 517 15,58 1 042 894 27,29
Abdelfattah Mourou Ennahdha 434 530 12,88
Abdelkrim Zbidi Indépendant[a] 361 864 10,73
Youssef Chahed Tahya Tounes 249 049 7,38
Safi Saïd Indépendant 239 951 7,11
Lotfi Mraïhi Union populaire républicaine 221 190 6,56
Seifeddine Makhlouf Coalition de la dignité 147 351 4,37
Abir Moussi Parti destourien libre 135 461 4,02
Mohamed Abbou Courant démocrate 122 287 3,63
Moncef Marzouki Hizb el-Harak 100 338 2,97
Mehdi Jomaa Al Badil Ettounsi 61 371 1,82
Mongi Rahoui Front populaire 27 355 0,81
Hechmi Hamdi Courant de l'amour 25 284 0,75
Hamma Hammami Indépendant[b] 23 252 0,69
Elyes Fakhfakh Ettakatol 11 532 0,34
Saïd Aïdi Bani Watani 10 198 0,30
Omar Mansour Indépendant 10 160 0,30
Mohsen Marzouk[c] Machrouu Tounes 7 376 0,22
Hamadi Jebali Indépendant 7 364 0,22
Néji Jalloul Indépendant 7 166 0,21
Abid Briki Tunisie en avant 5 799 0,17
Selma Elloumi Al Amal 5 093 0,15
Mohamed Seghaïer Nouri Indépendant 4 598 0,14
Slim Riahi[d] Nouvelle Union nationale 4 472 0,13
Hatem Boulabiar Indépendant 3 704 0,11
Votes valides 3 372 973 97,34 3 820 825 98,16
Votes blancs 23 867 0,69 15 912 0,41
Votes invalides 68 344 1,97 55 348 1,42
Total 3 465 184 100 3 892 085 100
Abstention 3 609 382 51,02 3 253 741 43,20
Inscrits / participation 7 074 566 48,98 7 074 566 56,80


Représentation des résultats du second tour :

Kaïs
Saïed
(72.71 %)
Nabil
Karoui
(27.29 %)
Majorité absolue

Analyses et conséquences[modifier | modifier le code]

Dans un geste symbolique, au lendemain du scrutin, des Tunisiens lancent des campagnes de nettoyage de leurs quartiers[361].

Selon Olfa Lamloum, directrice du bureau de Tunis de l'ONG International Alert, « cette victoire s'explique principalement par cette mobilisation extraordinaire des jeunes âgés entre 18 et 25 ans. [Saïed] a réussi à gagner la confiance de cette jeunesse dans les quartiers et les régions de l'intérieur, non pas à travers les promesses mais en apportant des réponses à l'échec de la démocratie représentative ». Pour le sociologue Mohamed Jouili, « les jeunes bricolent entre ces éléments, modernités, traditions, il n'y a plus ce clivage. [Il] a su ces dernières années établir une relation de confiance forte avec les jeunes en les rencontrant partout dans le pays, ce qui lui a permis de construire autour de lui une ceinture de jeunes ayant mené sa campagne »[362].

L'analyste Michaël Ayari, de l'International Crisis Group, indique : « Personne ne croyait vraiment à ce candidat hors norme, sans aucune expérience politique. Kaïs Saïed incarne la probité et la lutte contre la corruption, c’est un homme qui croit que tout se règle en appliquant les lois à la lettre. Kaïs Saïed incarne les espoirs déçus de 2011, il parle au nom des marginaux, veut rétablir la dignité et combattre les inégalités régionales »[363].

Nabil Karoui reconnaît sa défaite au lendemain du scrutin[364].

L'ISIE annonce les résultats préliminaires quelques heures plus tard[365]. Elle doit ensuite proclamer les résultats définitifs d'ici le 16 octobre, ou avant le 25 octobre dans le cas où des recours sont déposés[366]. Les résultats sont effectivement proclamés à l'identique le 17 octobre[367]. Kaïs Saïed doit ensuite être investi dans les dix jours suivant cette proclamation, devant le Parlement sortant[368]. La date limite est le 30 octobre[369]. Le bureau de l'Assemblée se réunit le 18 octobre[370] et fixe la date au 23 octobre[371]. Cette date correspond à la durée maximale de l'intérim présidentiel de 90 jours[372]. Le régime étant semi-présidentiel, Kaïs Saïed a une semaine après son investiture pour charger le parti arrivé en tête des législatives de former un gouvernement. Celui-ci aura ainsi un mois pour obtenir la confiance du Parlement[373].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Soutenu par Nidaa Tounes et Afek Tounes
  2. Membre et porte parole du Parti des travailleurs.
  3. Se désiste en faveur d'Abdelkrim Zbidi.
  4. Se désiste en faveur d'Abdelkrim Zbidi.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le président tunisien hospitalisé dans un "état critique", double attentat à Tunis », sur lepoint.fr, (consulté le 27 juin 2019).
  2. « Le président tunisien hospitalisé dans un état "très critique" », sur fr.reuters.com, (consulté le 27 juin 2019).
  3. « L'état de santé du président de la République Béji Caid Essebsi s'améliore », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 28 juin 2019).
  4. a et b « Tunisie : ce que prévoit la Constitution en cas de vacance du pouvoir », sur france24.com, (consulté le 28 juin 2019).
  5. « Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a quitté l'hôpital », sur lefigaro.fr, (consulté le 1er juillet 2019).
  6. Wided Nasraoui, « Tunisie : une campagne de la société civile s'inquiète de l'aptitude du président Caïd Essebsi à diriger le pays », sur jeuneafrique.com, (consulté le 2 juillet 2019).
  7. « Le président tunisien Béji Caïd Essebsi hospitalisé », sur lefigaro.fr, (consulté le 25 juillet 2019).
  8. « Béji Caïd Essebsi, cheville ouvrière de la démocratie tunisienne, est mort », sur france24.com, (consulté le 25 juillet 2019).
  9. Benoît Delmas, « Tunisie : Mohamed Ennaceur président par intérim », sur lepoint.fr, (consulté le 25 juillet 2019).
  10. a b c d e et f « Pouvoir exécutif », sur majles.marsad.tn (consulté le 2 novembre 2018).
  11. a b et c Benoît Delmas, « Tunisie - Présidentielle : le combat des ex », sur lepoint.fr, (consulté le 13 septembre 2019).
  12. Elections présidentielles en Tunisie : entre politique et spectacle
  13. « Tunisie - ISIE : les candidats à la présidentielle doivent déposer à la trésorerie générale une caution financière de dix mille dinars », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 31 juillet 2019).
  14. « En Tunisie, un code électoral "taillé sur mesure pour éliminer certains candidats" », sur france24.com, (consulté le 21 juin 2019).
  15. « Tunisie : recours contre une modification du code électoral », sur lorientlejour.com, (consulté le 26 juin 2019).
  16. Benoît Delmas, « Tunisie : « guérilla » au sommet de l'État », sur lepoint.fr, (consulté le 22 juillet 2019).
  17. Mohamed Haddad, « En Tunisie, grand flou sur la loi électorale à moins de trois mois des législatives », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 24 août 2019).
  18. Frida Dahmani, « Tunisie : Béji Caïd Essebsi n'a pas ratifié le Code électoral, le débat sur son incapacité relancé », sur jeuneafrique.com, (consulté le 22 juillet 2019).
  19. Frida Dahmani, « Tunisie : les dates des élections législatives et présidentielle fixées », sur jeuneafrique.com, (consulté le 7 mars 2019).
  20. « Tunisie. L'élection présidentielle repoussée d'une semaine pour cause de jour férié religieux », sur ouest-france.fr, (consulté le 15 avril 2019).
  21. Arianna Poletti et Camille Lafrance, « Tunisie : les scénarios possibles pour la promulgation du Code électoral », sur jeuneafrique.com, (consulté le 28 juin 2019).
  22. « Tunisie : inscription record sur les listes électorales », sur lefigaro.fr, (consulté le 5 juillet 2019).
  23. « Tunisie : Mohamed Ennaceur signe le décret appelant le corps électoral au vote à l'élection présidentielle », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 1er août 2019).
  24. « Tunisie : le calendrier de l'élection présidentielle anticipée arrêté et sera publié au JORT », sur espacemanager.com, (consulté le 30 juillet 2019).
  25. Mohammed Maher Ben Romdhane, « Tunisie / Présidentielle : ouverture des bureaux de vote pour les Tunisiens résidents à l'étranger », sur aa.com.tr, (consulté le 14 septembre 2019).
  26. « Présidentielle anticipée en Tunisie : un après-Essebsi "plein de surprises" », sur lepoint.fr, (consulté le 30 juillet 2019).
  27. « Présidentielle en Tunisie : l'UE déploie 28 observateurs pour suivre la campagne électorale », sur atlasinfo.fr, (consulté le 5 septembre 2019).
  28. « Présidentielle anticipée : 3 dates potentielles pour le deuxième tour », sur Kapitalis (consulté le 16 septembre 2019)
  29. presidentielle-anticipee-3-dates-potentielles-pour-le-deuxieme-tour
  30. Tunisie: Seifeddine Makhlouf interjette des recours contre les résultats de l’élection présidentielle
  31. Tunisie- Refus des six recours contre les résultats du premier tour de l’élection présidentielle
  32. « Le second tour de la présidentielle en Tunisie aura lieu le 13 octobre », sur France 24 (consulté le 27 septembre 2019)
  33. a b c d et e « Tunisie – Ennahdha n'a pas tranché pour son candidat aux présidentielles de 2019, qui pourra être Rached Ghannouchi, comme Souad Abderrahim », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er novembre 2018).
  34. « Présidentielle en Tunisie : Sihem Ben Sedrine, candidate d'Ennahdha en 2019 ? », sur jeuneafrique.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  35. « Présidentielle 2019 : La candidature de Rached Ghannouchi est possible », sur businessnews.com.tn, (consulté le 2 novembre 2018).
  36. a b c d et e Dorsaf Laameri, « Tunisie-L'oiseau rare d'Ennahdha pourrait être une femme », sur tunisienumerique.com, (consulté le 10 juin 2019).
  37. « En Tunisie, Ennahda désigne son vice-président comme candidat à la présidentielle », sur france24.com, (consulté le 7 août 2019).
  38. « Tunisie : élections présidentielles, le Front populaire tranche et désigne officiellement Hamma Hammami comme candidat », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er mai 2019).
  39. « Tunisie – Front national : Mongi Rahoui tient à sa candidature aux présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er mai 2019).
  40. « Tunisie – Abir Moussi : « Nous voulons instaurer un régime présidentiel » », sur jeuneafrique.com, (consulté le 1er août 2019).
  41. « En Tunisie, Chahed s'émancipe à un an de la présidentielle », sur la-croix.com, (consulté le 20 novembre 2018).
  42. « Tunisie : élections présidentielles de 2019, la candidature de Youssef Chahed pas encore discutée par Tahya Tounes », sur tunisienumerique.com, (consulté le 4 juin 2019).
  43. Dorsaf Laameri, « Tunisie - Mohamed Abbou est le candidat du Courant démocratique aux prochaines élections présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 14 janvier 2019).
  44. Nadia Dejoui, « Mehdi Jomaa se dit prêt pour les élections de 2019 », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  45. « Tunisie – Nabil Karoui déposera sa candidature aux présidentielles, demain vendredi », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er août 2019).
  46. « Marzouki et le Harak vous donnent rendez-vous aux élections de 2019 », sur kapitalis.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  47. Dorsaf Laameri, « Tunisie - Mustapha Ben Jaafar "pense à se présenter à la prochaine présidentielle" », sur tunisienumerique.com, (consulté le 19 juillet 2019).
  48. « Tunisie – Mohsen Marzouk va présenter sa candidature aux présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 4 juin 2019).
  49. « Tunisie – L'UPL proposera à Slim Riahi la candidature aux présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er mai 2019).
  50. « Saïd Aïdi annonce sa candidature à la présidentielle », sur businessnews.com.tn, (consulté le 16 juillet 2019).
  51. « Tunisie – Hachemi Hamdi candidat aux prochaines élections présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er mai 2019).
  52. « Tunisie : le premier parti politique Amazigh voit le jour », sur realites.com.tn, (consulté le 9 mai 2019).
  53. « Tunisie : Lotfi Mraihi annonce sa candidature à la présidentielle de 2019 », sur kapitalis.com, (consulté le 10 mai 2019).
  54. (ar) « Abid Briki est candidat à la présidence », sur shemsfm.net,‎ (consulté le 5 juillet 2019).
  55. Dorsaf Laameri, « Tunisie-une première, un candidat homosexuel pour la présidentielle », sur tunisienumerique.com, (consulté le 31 juillet 2019).
  56. « Tunisie – L'UGTT prépare son candidat aux élections présidentielles ?! », sur tunisienumerique.com, (consulté le 28 décembre 2018).
  57. « Tunisie – Ali Bannour vise la présidence, mais n'ose pas affronter BCE », sur tunisienumerique.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  58. « Tunisie : Sophien Bennaceur candidat aux présidentielles de 2019 », sur kapitalis.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  59. (ar) « Sofien Bennaceur, candidat à la présidentielle : les institutions des sondages en Tunisie n'ont aucune crédibilité », sur jawharafm.net,‎ (consulté le 26 mai 2019).
  60. Maher Chaabane, « Hamadi Jebali, candidat à la présidentielle de 2019 », sur webdo.tn, (consulté le 1er novembre 2018).
  61. « Tunisie : Kamel Morjane serait ravi d'être le candidat consensuel d'Ennahdha aux présidentielles », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  62. « Tunisie : Kais Saied n'écarte pas la possibilité de se présenter aux prochaines élections présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  63. Frida Dahmani, « Présidentielle en Tunisie – Kaïs Saïed : « Je ne serai candidat d'aucun parti » », sur jeuneafrique.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  64. « Tunisie : Kais Saïd, candidat à la présidentielle de 2019 », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 5 décembre 2018).
  65. Nadia Dejoui, « Nizar Chaâri candidat à la présidentielle », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 12 janvier 2019).
  66. « Tunisie – Akram Masmoudi se présente aux prochaines élections présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 30 janvier 2019).
  67. « Tunisie – VIDEO : Omar S'habou présente sa candidature aux présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er mai 2019).
  68. Dorsaf Laameri, « Exclusif : le président de l'Association tunisienne d'aide aux victimes des erreurs médicales, candidat aux élections présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 1er mai 2019).
  69. « Tunisie – Mohamed Al Awset Ayari annonce sa candidature aux présidentielles », sur tunisienumerique.com, (consulté le 3 mai 2019).
  70. « Un ancien conseiller de BCE se dirige vers la présidentielle », sur businessnews.com.tn, (consulté le 10 mai 2019).
  71. « Radwan Masmoudi se porterait candidat à la présidentielle », sur realites.com.tn, (consulté le 24 mai 2019).
  72. « Le député Fayçal Tebbini annonce sa candidature à la présidentielle et pense gagner dès le premier tour », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 30 mai 2019).
  73. « Neji Jalloul candidat à la présidentielle », sur realites.com.tn, (consulté le 4 juillet 2019).
  74. « Tunisie : campagne d'appels à être candidat à la présidentielle, réponse d'Abdelkrim Zbidi », sur tunisienumerique.com, (consulté le 31 juillet 2019).
  75. « Omar Mansour candidat à la présidentielle », sur mosaiquefm.net, (consulté le 31 juillet 2019).
  76. Safwene Grira, « En Tunisie, le parti présidentiel soutiendra Caïd Essebsi, 92 ans, s'il veut rempiler », sur fr.sputniknews.com, (consulté le 2 novembre 2018).
  77. « En Tunisie, le président Béji Caïd Essebsi annonce qu'il ne souhaite pas se représenter », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 15 avril 2019).
  78. « Béji Caid Essebsi vient de décéder : adieu Monsieur le Président... », sur mosaiquefm.net, (consulté le 26 juillet 2019).
  79. « Élection présidentielle : Nidaa Tounes soutiendra Abdelkrim Zbidi », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 7 août 2019).
  80. « Samia Abbou candidate aux présidentielles ? », sur tunisienumerique.com, (consulté le 4 juin 2019).
  81. « Tunisie : Wided Bouchamaoui n'est pas candidate à la présidentielle », sur webdo.tn, (consulté le 10 juin 2019).
  82. Dorsaf Laameri, « Tunisie - Khaled Terras : "La priorité du parti Afek Tounes est les élections législatives" », sur tunisienumerique.com, (consulté le 18 mai 2019).
  83. « Tunisie – Yassine Brahim pas concerné par les prochaines élections », sur tunisienumerique.com, (consulté le 23 juin 2019).
  84. a et b Mourad Sellami, « Présidentielle anticipée en Tunisie : 66 dossiers rejetés, 20 sous la loupe et 11 acceptés », sur elwatan.com, (consulté le 20 août 2019).
  85. « Élection présidentielle : Abir Moussi, Nabil Karoui, Mohamed Abbou et Mongi Rahoui déposent leurs candidatures », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 2 août 2019).
  86. « Élection présidentielle : Lotfi Mraïhi, Mounir Jemaï, Nidhal Kraïem, Fethi Krimi et Hamdi Alaïa déposent leurs candidatures », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 2 août 2019).
  87. « Fathi Ouerfelli dépose sa candidature à la présidentielle », sur businessnews.com.tn, (consulté le 4 août 2019).
  88. « ISIE : 15 candidats à la présidentielle jusqu'à maintenant », sur mosaiquefm.net, (consulté le 4 août 2019).
  89. « L'artiste Abdelhamid Ammar candidat à la présidentielle », sur mosaiquefm.net, (consulté le 7 août 2019).
  90. (ar) « Le candidat à la présidentielle Rached Achour : mon programme est unique », sur shemsfm.net,‎ (consulté le 7 août 2019).
  91. « Présidentielle : trois nouveaux candidats aux dossiers incomplets », sur shemsfm.net, (consulté le 7 août 2019).
  92. (ar) « Ridha El Abed présente sa candidature à l'élection présidentielle », sur mosaiquefm.net,‎ (consulté le 7 août 2019).
  93. « Présidentielle 2019 : Amara Abdellawi, le « très sérieux » candidat qui promet de marier les femmes célibataires », sur kapitalis.com, (consulté le 7 août 2019).
  94. (ar) « Mohammed Ali Atti présente sa candidature à l'élection présidentielle », sur shemsfm.net,‎ (consulté le 7 août 2019).
  95. « Présidentielle : 29 candidats enregistrés », sur mosaiquefm.net (consulté le 7 août 2019).
  96. « Présidentielles : onze nouvelles candidatures », sur webdo.tn, (consulté le 8 août 2019).
  97. « Élection présidentielle : après Chahed et Marzouk, Abdelfattah Mourou dépose sa candidature », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 9 août 2019).
  98. « Élection présidentielle : par le biais de son avocat, Slim Riahi dépose sa candidature », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 9 août 2019).
  99. « Tunisie – Élection présidentielle 2019 : 98 candidats à la clôture », sur webmanagercenter.com, (consulté le 10 août 2019).
  100. Anouar Chennoufi, « ISIE : liste nominative définitive des candidatures déposées pour les élections présidentielles », sur tunivisions.net, (consulté le 10 août 2019).
  101. « Élection présidentielle : la liste préliminaire des 26 candidats retenus par l'ISIE », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 14 août 2019).
  102. « Présidentielle : 12 recours contre la liste des candidatures », sur mosaiquefm.net, (consulté le 18 août 2019).
  103. Dorsaf Laameri, « Tunisie - Quatre candidats réintègrent la course présidentielle », sur tunisienumerique.com, (consulté le 23 août 2019).
  104. « Retour de 4 candidats à la course présidentielle : l'ISIE fera appel », sur mosaiquefm.net, (consulté le 23 août 2019).
  105. « Tunisie : liste définitive des candidats à la présidentielle du 15 septembre 2019 », sur kapitalis.com, (consulté le 1er septembre 2019).
  106. « L'Isie risque de bousiller le processus électoral », sur businessnews.com.tn, (consulté le 1er septembre 2019).
  107. « Kais Saied - قيس سعيد », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  108. a b c d e f g h i j k l m n o et p Benoît Delmas, « Tunisie : ces favoris de la présidentielle », sur lepoint.fr, (consulté le 20 août 2019).
  109. « Avec l’austère Kaïs Saïed, la Tunisie sur la corde raide », sur Libération.fr (consulté le 17 septembre 2019)
  110. « PRESIDENTIELLE - Biographie de Kaïs Saied, candidat du second tour », sur lepetitjournal.com (consulté le 29 septembre 2019)
  111. Mourad S, « Tunisie [Vidéo]: Kais Saied n'écarte pas la possibilité de se présenter aux prochaines élections présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 29 septembre 2019)
  112. « Kais Saied dépose sa candidature à la présidentielle », sur MosaiqueFM (consulté le 29 septembre 2019)
  113. « Présidentielle 2019 : Avec 30.274 parrainages de citoyens, Kaïs Saied dépose sa candidature », sur Kapitalis, (consulté le 29 septembre 2019)
  114. Frida Dahmani, « Présidentielle en Tunisie – Kaïs Saïed : "Je ne serai candidat d'aucun parti" », sur jeuneafrique.com, (consulté le 24 juin 2019).
  115. a et b « Kaïs Saïed : "Je me présenterai aux présidentielles en tant qu'indépendant" », sur webdo.tn, (consulté le 24 juin 2019).
  116. « Présidentielle : Kaïs Saied affirme qu'il ne votera même pas pour lui même ! », sur kapitalis.com, (consulté le 26 août 2019).
  117. Benoît Delmas, « Tunisie : Kaïs Saïed, un Robespierre en campagne », sur lepoint.fr, (consulté le 13 septembre 2019).
  118. Céline Lussato, « Présidentielle tunisienne : "Robocop", ultraconservateur… 10 choses à savoir sur Kaïs Saïed », sur nouvelobs.com, (consulté le 17 septembre 2019)
  119. a b c d et e « Le candidat à la présidentielle tunisienne, Kaïs Saied, un "islamiste intégriste" ? », sur Factuel (consulté le 20 septembre 2019)
  120. « Kaïs Saïed : j'éliminerai les élections législatives et je suis pour la peine de mort », sur businessnews.com.tn, (consulté le 12 juin 2019).
  121. Mawjoudin We Exist
  122. Kais Saïed, quelles positions sur les libertés, l’atteinte au sacré, l’amendement de la constitution?
  123. « Nabil Karoui - نبيل القروي », sur www.facebook.com (consulté le 9 septembre 2019)
  124. « Tunis : les salafistes en colère », sur lefigaro.fr, (consulté le 20 août 2019).
  125. Ulysse Gosset, « Nébil Karoui: "En Tunisie, je suis dans la peau de Salman Rushdie" », sur lexpress.fr, (consulté le 20 août 2019).
  126. a et b Benoît Delmas, « Tunisie : Nabil Karoui, un nabab qui dérange », sur lepoint.fr, (consulté le 20 août 2019).
  127. a b et c Mathieu Galtier, « Tunisie : le favori de la présidentielle arrêté à trois semaines du scrutin », sur liberation.fr, (consulté le 28 août 2019).
  128. « Présidentielle en Tunisie : «De droite, de gauche, le peuple a voté Kaïs Saïed» », sur Libération.fr (consulté le 14 octobre 2019)
  129. « Nabil Karoui inculpé en Tunisie », sur bbc.com, (consulté le 9 juillet 2019).
  130. « Présidentielle 2019 : Nabil Karoui ne respecte pas les délais de l'Isie pour démarrer sa campagne électorale ! », sur kapitalis.com, (consulté le 1er septembre 2019).
  131. « L'Isie décide de retirer les affiches de Nabil Karoui », sur businessnews.com.tn, (consulté le 1er septembre 2019).
  132. « En Tunisie, l'arrestation du candidat Nabil Karoui bouleverse la campagne présidentielle », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 24 août 2019).
  133. « Tunisie : le parti du candidat arrêté accuse le Premier ministre », sur lepoint.fr, (consulté le 24 août 2019).
  134. « Baffoun : rien n'empêche le maintien des candidatures de Nabil Karoui et Slim Riahi », sur businessnews.com.tn, (consulté le 1er septembre 2019).
  135. Mathieu Galtier, « Nabil Karoui, un magnat-candidat derrière les barreaux », sur liberation.fr, (consulté le 25 août 2019).
  136. « Abdelfattah Mourou عبد الفتاح مورو », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  137. « Présidentielle en Tunisie : le parti Ennahdha présente un candidat, une première », sur lepoint.fr, (consulté le 20 août 2019).
  138. a b et c Benoît Delmas, « Tunisie : la stupéfiante stratégie des islamistes », sur lepoint.fr, (consulté le 20 août 2019).
  139. « En Tunisie, Ennahda désigne son vice-président comme candidat à la présidentielle », sur France 24, (consulté le 29 septembre 2019)
  140. « Présidentielle: Abdelfattah Mourou dépose sa candidature ce vendredi », sur MosaiqueFM (consulté le 29 septembre 2019)
  141. a b c et d « Présidentielle - Parrainages parlementaires : Ennahdha a soutenu 5 candidats », sur Webdo, (consulté le 29 septembre 2019)
  142. « Abdelfattah Mourou dépose sa candidature à la Présidentielle », sur JawharaFM (consulté le 29 septembre 2019)
  143. « Mourou s'engage à se remettre au costume-cravate en cas de victoire à la présidentielle », sur news.gnet.tn, (consulté le 24 août 2019).
  144. Walid Khefifi, « Comment Ennahdha a noyauté l'administration », sur letemps.com.tn, (consulté le 20 août 2019).
  145. « عبد الكريم الزبيدي - Abdelkarim Zbidi », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  146. « Présidentielle anticipée : Afek Tounes soutiendra Abdelkrim Zbidi, s'il est candidat », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 6 août 2019).
  147. « Présidentielle : Nidaa Tounes mise sur la candidature de Zbidi », sur webdo.tn, (consulté le 6 août 2019).
  148. « Présidentielle-liste des parrainages parlementaires: Ennahdha a soutenu plus d'un candidat », sur La Presse de Tunisie, (consulté le 28 septembre 2019)
  149. « Élection présidentielle : le ministre de la Défense Abdelkrim Zbidi dépose sa candidature à l'ISIE et annonce sa démission », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 7 août 2019).
  150. « Abdelkrim Zbidi révèle pourquoi il a décidé de briguer la magistrature suprême », sur webdo.tn, (consulté le 7 août 2019).
  151. Benoît Delmas, « Tunisie : Abdelkarim Zbidi, l'homme qui ne voulait pas être candidat », sur lepoint.fr, (consulté le 4 septembre 2019).
  152. a et b « Le 2e débat télévisé des candidats à la présidence : l'économique comme enjeu électoral crucial », sur kapitalis.com, (consulté le 13 septembre 2019).
  153. « يوسف الشاهد Youssef Chahed », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  154. Benoît Delmas, « Tunisie : Youssef Chahed, les risques d'une candidature », sur lepoint.fr, (consulté le 20 août 2019).
  155. « Confiance au gouvernement Chahed : la séance peut s'étaler sur 2 jours », sur mosaiquefm.net, (consulté le 20 août 2019).
  156. Benoît Delmas, « Tunisie : le chef du gouvernement congédié par son parti », sur Le Point, (consulté le 29 septembre 2019)
  157. « Tahya Tounes : Youssef Chahed élu président du parti (Vidéo) | Réalités Online », sur Toutes les dernières News en Tunisie et dans le monde, (consulté le 29 septembre 2019)
  158. « Le taux de chômage en Tunisie a atteint 15,5 % au quatrième trimestre 2018 », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 20 août 2019).
  159. « Tunisie : stagnation du taux de chômage au deuxième trimestre de 2019 », sur french.china.org.cn, (consulté le 20 août 2019).
  160. « Présidentielle : Youssef Chahed annonce sa candidature », sur MosaiqueFM (consulté le 29 septembre 2019)
  161. « Élection présidentielle: Youssef Chahed et Mohsen Marzouk déposent leurs candidatures à l'ISIE », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 29 septembre 2019)
  162. « Présidentielle tunisienne : le Premier ministre délègue ses pouvoirs pour faire campagne », sur france24.com, (consulté le 24 août 2019).
  163. « Mohamed Abbou - محمد عبو », sur www.facebook.com (consulté le 9 septembre 2019)
  164. « Mohamed Abbou »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), sur categorynet.com.
  165. « Présidentielle: Les détails des parrainages des candidats », sur MosaiqueFM (consulté le 9 septembre 2019)
  166. « 2ème tour présidentielle: Attayar soutient Saied », sur MosaiqueFM (consulté le 25 septembre 2019)
  167. « Abir Moussi عبير موسي », sur www.facebook.com (consulté le 9 septembre 2019)
  168. Khalil Aidani, « La nouvelle extrême-droite tunisienne », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 20 août 2019).
  169. « Tunisie : Hamed Karoui lance une initiative pour rassembler les destouriens », sur news.gnet.tn, (consulté le 1er juillet 2019).
  170. « Le Mouvement destourien rebaptisé le Parti destourien libre », sur shemsfm.net, (consulté le 26 mai 2018).
  171. a et b Frida Dahmani, « Tunisie – Abir Moussi : « Nous voulons instaurer un régime présidentiel » », sur jeuneafrique.com, (consulté le 23 août 2019).
  172. « L'ONG ADHEOS appelle l'État français à interdire l'espace Schengen à l'extrémiste tunisienne Abir Moussi », sur adheos.org, (consulté le 23 mai 2019).
  173. Ayda Labassi, « L'ADHEOS appelle à interdire l'espace Schengen à Abir Moussi », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 23 mai 2019).
  174. « Abir Moussi : le principe de l'égalité successorale légitimera les enfants nés hors-mariage », sur businessnews.com.tn, (consulté le 7 septembre 2019).
  175. « Selon le PDL, l'égalité dans l'héritage entre l'enfant légitime et l'enfant naturel est une menace à l'institution de la famille », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 7 septembre 2019).
  176. Rihab Boukhayatia, « Présidentielles : l'égalité à l'héritage, ligne de clivage symptomatique », sur nawaat.org, (consulté le 7 septembre 2019).
  177. « Le PDL tranche : ne votez pas Kaïs Saïed ! », sur businessnews.com.tn (consulté le 21 octobre 2019)
  178. « Mongi Rahoui - 2019 », sur mongirahoui.tn (consulté le 30 août 2019)
  179. Mourad S, « Tunisie: Mongi Rahoui proposé par le Watad candidat au Front populaire pour les élections présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 30 août 2019)
  180. Mourad S, « Tunisie: Polémique autour de la candidature de Mongi Rahoui pour la Front populaire, réaction du Watad », sur Tunisie Numerique, (consulté le 30 août 2019)
  181. LM, « Tunisie – Front National : Mongi Rahoui tient à sa candidature aux présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 30 août 2019)
  182. Mourad S, « Tunisie: Elections présidentielles, le Front populaire tranche et désigne officiellement Hamma Hammami comme candidat », sur Tunisie Numerique, (consulté le 30 août 2019)
  183. a et b LM, « Tunisie – Mongi Rahoui veut lancer un sondage en ligne pour trancher en faveur du candidat du front populaire aux présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 30 août 2019)
  184. a et b Mourad S, « Tunisie: Les 9 députés du Front populaire confirment et justifient leur démission », sur Tunisie Numerique, (consulté le 30 août 2019)
  185. « Tunisie: Naissance d’un nouveau parti politique baptisé “Front populaire”, Hamma Hammami s’indigne », sur tunisienumerique.com, (consulté le 30 août 2019)
  186. « Mongi Rahoui dépose sa candidature à la présidentielle », sur buisinessnews.com.tn, (consulté le 30 août 2019)
  187. « Présidentielle : la liste de parrainage des députés », sur businessnews.com.tn, (consulté le 30 août 2019)
  188. « Présidentielle : Lotfi Mraïhi, «la voix de la raison» ou vraie menace pour les droits de l'homme », sur Kapitalis, (consulté le 9 septembre 2019)
  189. « Tunisie: Lotfi Mraihi annonce sa candidature à la présidentielle de 2019 », sur Kapitalis, (consulté le 15 septembre 2019)
  190. « Présidentielle : Lotfi Mraïhi annonce officiellement son soutien à Kaïs Saïed », sur Kapitalis, (consulté le 25 septembre 2019)
  191. « مهدي جمعة - Mehdi Jomaa », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  192. LM, « Tunisie – Mehdi Jomaâ dépose sa candidature aux présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 15 septembre 2019)
  193. « Hamadi Jebali حمادي الجبالي », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  194. Mourad S, « Tunisie: Hamadi Jebali se déclare candidat aux prochaines élections présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 15 septembre 2019)
  195. Laameri Dorsaf, « Tunisie- Hamadi Jebali affirme qu'il n'est pas l'oiseau rare d'Ennahdha parce qu'il peut "bouleverser le jeu" », sur Tunisie Numerique, (consulté le 15 septembre 2019)
  196. « Présidentielle 2019 : Hamadi Jebali dépose sa candidature, le parrainage semble cependant poser problème (vidéo) », sur Kapitalis, (consulté le 15 septembre 2019)
  197. « La liste des députés ayant parrainé les candidats à la présidentielle | Réalités Online », sur Toutes les dernières News en Tunisie et dans le monde, (consulté le 15 septembre 2019)
  198. « Hamadi Jebali soutiendra Kais Saied au second tour », sur MosaiqueFM (consulté le 25 septembre 2019)
  199. « حمه الهمامي Hamma Hammami », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  200. Mourad S, « Tunisie: Elections présidentielles, le Front populaire tranche et désigne officiellement Hamma Hammami comme candidat », sur Tunisie Numerique, (consulté le 16 septembre 2019)
  201. walid, « Tunisie - Election présidentielle: liste préliminaire des candidats retenus », sur Directinfo (consulté le 16 septembre 2019)
  202. « منصف المرزوقي - Moncef Marzouki », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  203. aroua, « Moncef Marzouki annonce sa candidature aux présidentielles de 2019 », sur Directinfo (consulté le 25 septembre 2019)
  204. « Élection présidentielle: Moncef Marzouki et Hamma Hammami déposent leurs candidatures », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 25 septembre 2019)
  205. Laameri Dorsaf, « Tunisie-[photo] Moncef Marzouki soutient Kaïs Saïed au second tour », sur Tunisie Numerique, (consulté le 25 septembre 2019)
  206. « Mohsen Marzouk - Officiel محسن مرزوق », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  207. LM, « Tunisie – Mohsen Marzouk va présenter sa candidature aux présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 28 septembre 2019)
  208. « Élection présidentielle: Youssef Chahed et Mohsen Marzouk déposent leurs candidatures à l'ISIE », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 28 septembre 2019)
  209. LM, « Tunisie – OFFICIEL : Mohsen Marzouk retire sa candidature et déclare son soutien à Zbidi », sur Tunisie Numerique, (consulté le 28 septembre 2019)
  210. « الدكتور و المهندس / محمد الصغير نوري- Mohamed Sghaier NOURY », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  211. « Biographie de Mohamed Sghaier Nouri », sur TAP (consulté le 28 septembre 2019)
  212. a et b « Biographie de Mohamed Sghaier Nouri, candidat à la présidentielle », sur Kapitalis, (consulté le 28 septembre 2019)
  213. L'Economiste Maghrébin avec TAP, « Présidentielle anticipée - Tunisie : 26 candidats retenus », sur L'Economiste Maghrébin, (consulté le 28 septembre 2019)
  214. « Dr. Mohamed Elhachmi Hamdi د. محمد الهاشمي الحامدي », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  215. LM, « Tunisie – Hachemi Hamdi candidat aux prochaines élections présidentielles », sur Tunisie Numerique, (consulté le 28 septembre 2019)
  216. « Hachemi Hamdi se présente pour la présidentielle avec 17.000 parrainages » (consulté le 21 octobre 2019)
  217. « Hechmi Hamdi votera Kaïs Saïed au 2ème tour de la présidentielle » (consulté le 21 octobre 2019)
  218. « Amor Mansour -عمر منصور », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  219. « Omar Mansour candidat à la Présidentielle », sur MosaiqueFM (consulté le 29 septembre 2019)
  220. « Omar Mansour dépose sa candidature à la présidentielle », sur MosaiqueFM (consulté le 29 septembre 2019)
  221. a et b « Omar Mansour candidat à la Présidentielle », sur Webdo, (consulté le 29 septembre 2019)
  222. « Elyes Fakhfakh - الياس الفخفاخ », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  223. Raja, « Elections Présidentielle 2019 : Biographie de Elyes Fakhfakh », sur Directinfo (consulté le 29 septembre 2019)
  224. « Élection présidentielle: Kais Saïed, Elyes Fakhfakh et Mohamed Awsat Ayari déposent leurs candidatures à l'ISIE », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 29 septembre 2019)
  225. Jarodborga 19 Septembre 2019 at 21 H. 53 Min, « Ettakatol appelle les Tunisiens à ne pas voter pour Karoui au 2e tour de la présidentielle », sur Kapitalis, (consulté le 29 septembre 2019)
  226. « Slim Riahi سليم الرياحي », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  227. « Slim Riahi candidat à la présidentielle », sur MosaiqueFM (consulté le 29 septembre 2019)
  228. « Slim Riahi se retire de la course vers Carthage pour Zbidi », sur MosaiqueFM (consulté le 29 septembre 2019)
  229. « Salma Elloumi Rekik سلمى اللومي الرقيق », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  230. « Salma Elloumi lance son 3ème parti politique en quelques semaines. », sur Espace Manager (consulté le 30 septembre 2019)
  231. webmanagercenter.com et amine, « Tunisie – Election présidentielle 2019 : Salma Elloumi, porte-drapeau des femmes tunisiennes », sur Webmanagercenter, (consulté le 30 septembre 2019)
  232. « Le parti de Selma Elloumi 'Amal Tounes' appelle à voter Nabil Karoui au second tour », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 14 octobre 2019)
  233. « Saïd Aïdi سعيد العائدي », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  234. (en-US) « Said Aidi annonce sa candidature à la Présidentielle », sur tuniscope.com, (consulté le 30 septembre 2019)
  235. « Said Aidi dépose sa candidature à la Présidentielle », sur MosaiqueFM (consulté le 30 septembre 2019)
  236. Laameri Dorsaf, « Tunisie- Saïd El Aïdi dévoile les sources de ses financements », sur Tunisie Numerique, (consulté le 30 septembre 2019)
  237. « الصافي سعيد - الصفحة الرسمية », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  238. « Présidentielle-2019 : Safi Saïd dépose sa candidature », sur Espace Manager (consulté le 2 octobre 2019)
  239. Laameri Dorsaf, « Tunisie- Safi Saïd exprime son soutien à Kais Saïed et lui fournit quelques conseils », sur Tunisie Numerique, (consulté le 2 octobre 2019)
  240. « ناجي جلول Neji Jalloul », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  241. « Néji Jalloul annonce sa démission du secrétariat général de Nidaa Tounes », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le 2 octobre 2019)
  242. « Neji Jalloul candidat à la présidentielle | Réalités Online », sur Toutes les dernières News en Tunisie et dans le monde, (consulté le 2 octobre 2019)
  243. « حاتم بولبيار Hatem Boulabiar », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  244. « Biographie de Hatem Boulabiar, candidat à la présidentielle anticipée de 2019 », sur Kapitalis, (consulté le 9 octobre 2019)
  245. webmanagercenter.com et amine, « Tunisie – Election présidentielle 2019 : 98 candidats à la clôture », sur Webmanagercenter, (consulté le 9 octobre 2019)
  246. « Présidentielle - Parrainages parlementaires : Ennahdha a soutenu 5 candidats », sur Webdo, (consulté le 9 octobre 2019)
  247. « Hatem Boulabiar persiste et signe : il faut annuler les résultats du 1er tour de la présidentielle | Réalités Online », sur Toutes les dernières News en Tunisie et dans le monde, (consulté le 9 octobre 2019)
  248. « Abid Briki - عبيد البريكي الصفحة الرسمية », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  249. (ar) « عبيد البريكي يترشح لرئاسة الجمهورية », sur Radio SHEMS FM (consulté le 9 octobre 2019)
  250. walid, « Présidentielle 2019 : Biographie de Seifeddine Makhlouf », sur Directinfo (consulté le 9 septembre 2019)
  251. « الأستاذ سيف الدين مخلوف Seif Eddine Makhlouf », sur www.facebook.com (consulté le 12 septembre 2019)
  252. « Biographie de Seif Eddine Makhlouf, candidat à la présidentielle anticipée de 2019 », sur Kapitalis, (consulté le 9 octobre 2019)
  253. « Quand Yadh Ben Achour contemple son petit nombril...!! », sur tunisiefocus.com, (consulté le 8 octobre 2019).
  254. Benoît Delmas, « Tunisie : le spectre d'un Parlement ingouvernable », sur lepoint.fr, (consulté le 8 octobre 2019).
  255. « Pourquoi les Tunisiens de France ont voté pour Ennahdha et Makhlouf ? », sur espacemanager.com, (consulté le 8 octobre 2019)
  256. « Législatives 2019 : Seifedine Makhlouf met en garde Mohamed Abbou », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 8 octobre 2019).
  257. « Seifeddine Makhlouf, porte-parole d'Al Karama : "Nous allier à Ennahdha n'est pas un problème pour nous" », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 8 octobre 2019).
  258. LM, « Tunisie – Seifeddine Makhlouf soutient Kaïs Saïed et promet de lui fournir un soutien parlementaire », sur Tunisie Numerique, (consulté le 9 octobre 2019)
  259. a b et c Frida Dahmani, « Présidentielle en Tunisie : Nabil Karoui et Kaïs Saïed largement en tête d'un sondage Sigma Conseil », sur jeuneafrique.com, (consulté le 5 septembre 2019).
  260. a b et c Frédéric Bobin, « La Tunisie face au risque de la fragmentation politique », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 5 septembre 2019).
  261. a et b « Présidentielle, et législatives, en Tunisie : "le grand chambardement" », sur francetvinfo.fr, (consulté le 5 septembre 2019).
  262. « En Tunisie, les sondages prédisent une vague de "dégagisme" aux élections », sur francetvinfo.fr, (consulté le 5 septembre 2019).
  263. Michaël Darmon, « Tunisie. Nabil Karoui, le candidat du dégagisme… », sur vsd.fr, (consulté le 5 septembre 2019).
  264. a et b Marouen Achouri, « Entre 2014 et 2019 : trois différences fondamentales », sur businessnews.com.tn, (consulté le 13 septembre 2019).
  265. Lilia Blaise, « En Tunisie, début d'une élection présidentielle cruciale pour l'enracinement de la démocratie », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 5 septembre 2019).
  266. a et b Frédéric Bobin, « En Tunisie préélectorale, une économie frappée de langueur », Le Monde,‎ (ISSN 0395-2037, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2019).
  267. « Code pénal », sur jurisitetunisie.com (consulté le 20 août 2019).
  268. Timothée Vinchon, « L'enfer du « test anal » en Tunisie », sur vice.com, (consulté le 20 août 2019).
  269. Maher Chaabane, « Tunisie : les tribunaux continuent à ordonner les tests anaux, dénonce un collectif », sur webdo.tn, (consulté le 20 août 2019).
  270. (en) Saeed Kamali Dehghan, « Tunisia invokes sharia law in bid to shut down LGBT rights group », sur theguardian.com, (consulté le 20 août 2019).
  271. Sarah Leduc, « En Tunisie, le président Caïd Essebsi s'oppose à la dépénalisation de la sodomie en Tunisie », sur france24.com, (consulté le 20 août 2019).
  272. « Tunisie : le limogeage du ministre de la Justice causé par des propos peu « sérieux » », sur jeuneafrique.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  273. « Habib Essid limoge Mohamed Salah Ben Aïssa », sur businessnews.com.tn, (consulté le 20 octobre 2015).
  274. Frida Dahmani, « Mohamed Salah Ben Aïssa : « Pourquoi j'ai été limogé » », sur jeuneafrique.com, (consulté le 30 juillet 2017).
  275. (ar) « La Tunisie interdit les films homosexuels italiens : s'agit-il d'une protection de la moralité ou d'une censure ? », sur kapitalis.com,‎ (consulté le 20 août 2019).
  276. « Tunisie : un candidat ouvertement homosexuel candidat à la présidentielle, une première », sur leparisien.fr, (consulté le 20 août 2019).
  277. « Tunisie : un homosexuel candidat à la présidentielle, une première pour un pays arabe », sur lexpress.fr, (consulté le 20 août 2019).
  278. « En Tunisie, le candidat gay Mounir Baatour recalé pour la présidentielle », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 20 août 2019).
  279. Romain Burrel, « Tunisie : Mounir Baatour, candidat gay, va contester une décision l'écartant de la présidentielle », sur tetu.com, (consulté le 20 août 2019).
  280. « Élection présidentielle : le tirage au sort des débats du premier tour », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 3 septembre 2019).
  281. a b et c « Grand débat télévisé pour la présidentielle en Tunisie, une première », sur fr.africanews.com, (consulté le 7 septembre 2019).
  282. « L'essentiel du débat présidentiel », sur businessnews.com.tn, (consulté le 8 septembre 2019).
  283. « Présidentielle : Slim Riahi ne participera pas au débat télévisé de ce soir, il fait appel à la justice », sur kapitalis.com, (consulté le 13 septembre 2019).
  284. « Présidentielle : la Tunisie au rythme de soirées inédites de débats télévisés », sur lepoint.fr, (consulté le 13 septembre 2019).
  285. Amine Snoussi, « Conseil de classe : notons le deuxième débat présidentiel de l'histoire de la Tunisie ! », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 13 septembre 2019).
  286. « Tunisie : fin de campagne tumultueuse avant la présidentielle de dimanche », sur lepoint.fr, (consulté le 14 septembre 2019).
  287. Marzouki et Seifeddine Makhlouf en dehors de la course à la présidentielle : précisions
  288. Tunisie – OFFICIEL : Mohsen Marzouk retire sa candidature et déclare son soutien à Zbidi, Tunisie Numérique, 13 septembre 2019.
  289. Présidentielle 2019 : Slim Riahi se retire et appelle à voter Abdelkarim Zbidi (vidéo), Kapitalis, 13 septembre 2019.
  290. « Élection présidentielle: Le directeur de campagne de Abdelkrim Zbidi évoque un "vote de refus" de la classe politique actuelle », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 16 septembre 2019)
  291. « Marzouki reconnaît sa défaite et qualifie les résultats de "décevants" », sur Espace Manager (consulté le 16 septembre 2019)
  292. « Présidentielle : Youssef Chahed reconnait sa défaite », sur L'Economiste Maghrébin (consulté le 16 septembre 2019)
  293. « Présidentielle : Le directeur de la campagne de Mohamed Abbou espère un Etat fort via la Kasbah et le Bardo - Kapitalis », sur Kapitalis (consulté le 16 septembre 2019)
  294. « Présidentielle en Tunisie : Ennahdha reconnaît sa défaite et le « carton jaune » adressé par les électeurs – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le 19 septembre 2019)
  295. « Tunisie-[photo] Moncef Marzouki soutient Kaïs Saïed au second tour », sur Tunisie Numerique (consulté le 17 septembre 2019)
  296. « Présidentielle anticipée : Hechmi Hamdi annonce son soutien à Kaïs Saïed pour le deuxième tour », sur Kapitalis (consulté le 16 septembre 2019)
  297. Le Point, magazine, « Tunisie: le parti islamiste Ennahdha va soutenir Kais Saied à la présidentielle », sur Le Point (consulté le 20 septembre 2019)
  298. Benoît Delmas, « EXCLUSIF. Tunisie – Nabil Karoui : « Si je ne suis pas libéré, quel sens auraient ces élections ? » », sur Le Point (consulté le 19 septembre 2019)
  299. « Tunisie: La HAICA inflige une amende de 80 mille dinars à Nessma TV », sur Directinfo (consulté le 1er octobre 2019)
  300. « Une amende de 320 mille dinars infligée à Nessma TV par la HAICA », sur La Presse de Tunisie (consulté le 8 octobre 2019)
  301. « Tunisie: polémique autour d'un contrat de lobbying au profit de Nabil Karoui - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 3 octobre 2019)
  302. « Présidentielle tunisienne: Kaïs Saïed ne fera pas campagne pour le second tour - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 5 octobre 2019)
  303. « Présidentielle en Tunisie : Nabil Karoui détenu, son épouse en première ligne », sur TV5MONDE (consulté le 8 octobre 2019)
  304. « Tunisie : le candidat Nabil Karoui demande le report de la présidentielle », sur Le Monde.fr (consulté le 8 octobre 2019)
  305. « Tunisie: libération imminente de Nabil Karoui, candidat à la présidentielle », sur Le Figaro.fr (consulté le 9 octobre 2019)
  306. « L'équipe de campagne de Nabil Karoui organise une marche de contestation à travers le pays », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 9 octobre 2019)
  307. « "Deux jours ne suffiront pas pour faire campagne": Le comité de défense de Nabil Karoui maintient sa demande de reporter la date du second tour », sur Al HuffPost Maghreb (consulté le 9 octobre 2019)
  308. « Le Tribunal administratif rejette la demande de report du 2e tour de la présidentielle - Tunisie Tribune », sur Tunisie Tribune (consulté le 11 octobre 2019)
  309. « Présidentielle en Tunisie: fin de campagne débridée après la libération de Karoui », sur L'Orient-Le Jour (consulté le 10 octobre 2019)
  310. « Emrhod Consulting », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  311. a et b « Emrhod Consulting », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  312. « Emrhod Consulting », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  313. a b et c « Emrhod Consulting », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  314. « Bilan médias 2016 et perspectives du marché 2017 en Tunisie », sur fr.slideshare.net (consulté le 29 décembre 2018).
  315. « Emrhod Consulting », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  316. (ar) « Lecture des résultats du baromètre politique du mois d'avril 2017 », sur nessma.tv,‎ (consulté le 14 novembre 2018).
  317. (en) « Emrhod : baromètre politique mai 2017 », sur slideshare.net (consulté le 14 novembre 2018).
  318. « La lutte contre la corruption dope le taux de satisfaction du travail de Youssef Chahed (+14,8 points) », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 14 novembre 2018).
  319. (ar) « Sigma Conseil » [PDF], sur sigma.tn (consulté le 29 décembre 2018).
  320. a et b « Baromètre politique d'Emrhod Consulting (novembre 2017) », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  321. (ar) « Pour qui voteront les Tunisiens aux prochaines élections ? », sur africa-press.com,‎ (consulté le 15 décembre 2018).
  322. (ar) « Tunisie - Sondage Sigma Conseil : montée de Marzouki », sur ar.lemaghreb.tn,‎ (consulté le 15 décembre 2018).
  323. « Le baromètre politique d'Emrhod Consulting pour le mois de janvier 2018 », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  324. a et b « Baromètre politique d'Emrhod Consulting », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  325. « Emrhod Consulting : le baromètre politique », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  326. « Baromètre politique d'Emrhod Consulting - Juillet 2018 », sur facebook.com, (consulté le 14 novembre 2018).
  327. « Sondage : Chahed est la meilleure personnalité apte à diriger la Tunisie », sur kapitalis.com, (consulté le 21 novembre 2018).
  328. Nadia Dejoui, « 68 % des Tunisiens ne savent pas pour qui voter aux prochaines élections », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 21 novembre 2018).
  329. « Tunisie - Sondage : Youssef Chahed serait en tête lors de la présidentielle de 2019 », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 1er décembre 2018).
  330. « Sigma Conseil : Youssef Chahed devance BCE aux intentions de vote », sur mosaiquefm.net (consulté le 7 décembre 2018).
  331. « Tunisie - Intentions de vote : Chahed devance Essebsi (Sigma Conseil) », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 7 décembre 2018).
  332. « Présidentielles 2019 : Chahed devance Caïd Essebsi (sondage) », sur kapitalis.com, (consulté le 7 décembre 2018).
  333. « Sondage : baisse de la popularité de Youssef Chahed et Béji Caïd Essebsi », sur kapitalis.com, (consulté le 3 janvier 2019).
  334. a et b « Le baromètre politique d'Emrhod Consulting pour le mois de février 2019 », sur facebook.com (consulté le 12 juin 2019).
  335. « Tunisie : en cas de présidentielles, le chef du gouvernement Youssef Chahed le mieux placé (sondage) », sur french.china.org.cn, (consulté le 12 janvier 2019).
  336. « Présidentielle 2019 : Chahed favori selon Sigma Conseil », sur mosaiquefm.net, (consulté le 12 juin 2019).
  337. Nadia Dejoui, « Sigma Conseil : Ennahdha favori des intentions de vote », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 12 juin 2019).
  338. a et b « Le baromètre politique d'Emrhod Consulting pour le mois d'avril 2019 », sur facebook.com (consulté le 12 juin 2019).
  339. « Sondage - Présidentielles : Youssef Chahed et Kaïs Saïd, la course en tête », sur webdo.tn, (consulté le 12 juin 2019).
  340. « Sondage - Présidentielles : Nabil Karoui et Nizar Chaâri crédités de 1 % », sur webdo.tn, (consulté le 12 juin 2019).
  341. « Tunisie : le duo Youssef Chahed - Kais Saied, reste le favori des sondages », sur webdo.tn, (consulté le 12 juin 2019).
  342. Nadia Dejoui, « Élections législatives et présidentielle : Youssef Chahed et Ennahdha en tête des intentions de vote », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 12 juin 2019).
  343. « Emrhod : Nabil Karoui talonne Youssef Chahed pour la présidentielle », sur buisinessnews.com.tn, (consulté le 12 juin 2019).
  344. « La valse des sondages se poursuit : Kais Saied en tête dans les intentions de vote ! », sur webdo.tn, (consulté le 12 juin 2019).
  345. « À télécharger : le baromètre politique de Sigma Conseil juin 2019 », sur businessnews.com.tn, (consulté le 12 juin 2019).
  346. « Benchmark Consulting », sur facebook.com, (consulté le 14 juin 2019).
  347. « Alpha Consulting », sur facebook.com (consulté le 6 juillet 2019).
  348. a et b « Emrhod Consulting », sur facebook.com (consulté le 15 juillet 2019).
  349. « Sigma Conseil : Nabil Karoui en tête des intentions de vote pour la présidentielle », sur nessma.tv, (consulté le 11 juillet 2019).
  350. « Alpha Consulting », sur facebook.com (consulté le 12 juillet 2019).
  351. « Benchmark Consulting », sur facebook.com (consulté le 15 juillet 2019).
  352. Benoît Delmas, « Tunisie - Présidentielle : le combat des ex », sur lepoint.fr, (consulté le 20 août 2019).
  353. Présidentielle en Tunisie : Kaïs Saïed et Nabil Karoui seraient au second tour, selon Sigma Conseil
  354. « Kais Saied, candidat anti-système dit être en tête de la présidentielle en Tunisie », sur RTL.fr (consulté le 15 septembre 2019)
  355. La-Croix.com, « Présidentielle en Tunisie: participation de 45% au premier tour », sur La Croix (consulté le 15 septembre 2019)
  356. Le Figaro avec Reuters, « Présidentielle en Tunisie : Kaïs Saïed donné large vainqueur », sur Le Figaro.fr (consulté le 13 octobre 2019)
  357. Isie
  358. Présidentielle 2019: Kais Said et Nabil Karoui au deuxième tour de la présidentielle
  359. « Les résultats préliminaires de l'élection présidentielle 2019 – Instance Supérieure Indépendante pour les Élections », sur Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (consulté le 5 octobre 2019)
  360. Résultats préliminaires du second tour ISIE
  361. « Un «effet Kaïs Saïed» en Tunisie? Des habitants nettoient leurs quartiers - RFI », sur RFI Afrique (consulté le 21 octobre 2019)
  362. « Tunisie: Kais Saied, un président élu par les jeunes », sur TV5MONDE (consulté le 17 octobre 2019)
  363. « Kaïs Saïed, le président tunisien inattendu », sur La Presse (consulté le 17 octobre 2019)
  364. « Tunisie- Saïed élu président, Karoui concède sa défaite », sur Boursorama (consulté le 14 octobre 2019)
  365. © Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
    http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html