Tour de France 2012 : Thomas Voeckler en tête de la 10e étape

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de France 2012
Les cinq derniers articles


Interprojet
  • Wikimedia Commons
avant 2011
2013 après

11 juillet 2012. – C'est au terme d'une étape de montagne qui aura fait des ravages dans le peloton que le français Thomas Voeckler parvient à s'imposer sur la ligne d'arrivée, après de nombreux efforts en tête de la course qui lui ont également permis de s'emparer du maillot à pois rouges. Pas de changements au niveau du classement général, Peter Sagan conserve et consolide son maillot vert ; au niveau du maillot blanc, Tejay van Garderen a perdu quelques secondes sur ses concurrents. L'équipe RadioShack-Nissan reste à la tête du classement par équipe.

Profil de l'étape

Parcours[modifier]

Le Tour attaque aujourd'hui la première étape de montagne, sur 194,5 km entre Mâcon et Bellegarde-sur-Valserine à travers le sud du massif du Jura. Après plus de 80 km en plaine, le peloton aborde la côte de Corlier (762 m), classée en catégorie 2, suivie encore par une route montant jusqu'aux 915 m d'altitude du col de la Lèbe. Passé ce col, les coureurs redescendent dans la vallée pour passer au kilomètre 130,5 le sprint intermédiaire. Vient ensuite le col du Grand Colombier (1 501 m), inédit sur le Tour de France, premier col classé en hors-catégorie dans le massif du Jura. Le peloton redescend ensuite sur Lochieu, pour remonter sur le col de Richemont (1 051 m) de catégorie 3, et enfin la descente vers Bellegarde-sur-Valserine.

Déroulement[modifier]

L'étape partant de Mâcon est marquée par trois abandons : Matthew Lloyd, Rémy Di Grégorio et Tony Martin. Il aura fallu une cinquantaine de kilomètre pour voir l'échappée du jour se former progressivement, passant de 3 coureurs à l'origine à 25 au pied de la côte de Corlier. Dans ce groupe, on retrouve Peter Sagan, Luis Leon Sánchez, Thomas Voeckler, Sandy Casar, Matthew Goss ou encore Jens Voigt. L'écart maximal entre l'échappée et le peloton monte à plus de 7 min 30 sec, mais se stabilise vers 6 min 45 sec. A Béon, le sprint intermédiaire se dispute entre Matthew Goss (1er), Yauheni Hutarovich (2e) et Peter Sagan (3e).

Les premiers kilomètres de l'ascension du col du Grand Colombier explosent le groupe d'échappés et le peloton ; alors que l'échappée est réduite à une dizaine de coureurs, Luis Leon Sánchez attaque et est progressivement rattrapé par le trio formé par Thomas Voeckler, Michele Scarponi et Dries Devenyns, tandis qu'à l'arrière, un groupe de poursuivants mené par Jens Voigt tente de revenir sur les hommes de tête qui creusent l'écart. Emmené en premier par l'équipe Lotto-Belisol, puis par l'équipe Sky, le reste du peloton réduit l'écart à moins de 4 min avec la tête de la course. Thomas Voeckler passe en tête au sommet du col du Grand Colombier et tente dans la descente de distancer ses compagnons d'échappée sans y parvenir. Dans cette même descente, Vincenzo Nibali attaque et distance le peloton ; il trouve en coéquipier de circonstance Peter Sagan qui ne parvient pas à suivre longtemps le rythme de l'italien.

Dans la montée du col de Richemont, le peloton accélère l'allure et rattrape Nibali ; l'écart entre la tête de la course et le peloton n'est plus que de 2 min 45 s, mais ce dernier laisse filer les hommes de tête. Après plusieurs tentatives infructueuses dans l'ascension du col du Grand Colombier, Jurgen Van Den Broeck, accompagné par Pierre Rolland, s'extirpe enfin du peloton peu avant le sommet du col de Richemont, franchit en premier par Voeckler. Après la descente du col, Jens Voigt rattrape le quatuor de tête 9 km avant l'arrivée et tente d'attaquer, mais est contré par Voeckler. Dries Devenyns attaque à moins de 5 km de l'arrivée et distance le groupe de tête ; Voigt distance le trio Sánchez-Scarponi-Voeckler. À 1,5 km, Voigt et Devenyns sont rattrapés par le trio et Voeckler attaque pour finalement remporter l'étape.

Classements[modifier]

Étape[modifier]

1.  France Thomas Voeckler Europcar en 4 h 46 min 26 s
2.  Italie Michele Scarponi Lampre-ISD + 3 s
3.  Allemagne Jens Voigt RadioShack-Nissan 7 s
4.  Espagne Luis Leon Sánchez Rabobank 23 s
5.  Belgique Dries Devenyns Oméga Pharma-Quick Step 30 s
6.  France Sandy Casar FDJ-BigMat 2 min 44 s
7.  Espagne Egoi Martinez Euskatel-Euskadi m.t.
8.  France Pierre Rolland Europcar m.t.
9.  Belgique Jurgen Van Den Broeck Lotto-Belisol m.t.
10.  Kazakhstan Dmitriy Fofonov Astana 2 min 52 s

Général[modifier]

1.  Royaume-Uni Bradley Wiggins Sky en 43 h 59 min 2 s
2.  Australie Cadel Evans BMC Racing + 1 min 53 s
3.  Royaume-Uni Christopher Froome Sky 2 min 7 s
4.  Italie Vincenzo Nibali Liquigas Cannondale 2 min 23 s
5.  Russie Denis Menchov Katusha 3 min 2 s
6.  Espagne Haimar Zubeldia RadioShack-Nissan 3 min 19 s
7.  Belgique Maxime Monfort RadioShack-Nissan 4 min 23 s
8.  Belgique Jurgen Van Den Broeck Lotto-Belisol 4 min 48 s
9.  Irlande Nicolas Roche AG2R La Mondiale 5 min 29 s
10.  États-Unis Tejay van Garderen BMC Racing 5 min 31 s

Points[modifier]

1.  Slovaquie Peter Sagan Liquigas-Cannondale 232 pts
2.  Australie Matthew Goss Orica-GreenEDGE 205 pts
3.  Allemagne André Greipel Lotto-Belisol 172 pts

Montagne[modifier]

1.  France Thomas Voeckler Europcar 28 pts
2.  Suède Fredrik Kessiakoff Astana 21 pts
3.  Italie Michele Scarponi Lampre-ISD 21 pts

Jeune[modifier]

1.  États-Unis Tejay van Garderen BMC Racing en 44 h 4 min 33 s
2.  Estonie Rein Taaramäe Cofidis + 25 s
3.  France Thibaut Pinot FDJ-BigMat 3 min 22 s

Équipe[modifier]

1.  Luxembourg RadioShack-Nissan en 132 h 2 min 22 s
2.  Royaume-Uni Sky + 4 min 58 s
3.  États-Unis BMC Racing 22 min 6 s

Combativité[modifier]

Sources[modifier]


Cet article contient des éléments de journalisme de première main rédigé par un membre de Wikinews .
Ces articles peuvent être traduits en utilisant le Réseau de Traduction des Sources Primaires (WORTNET).



  • Pages
  • « Cyclisme »
  • « France »
  • de Wikinews.