Photographie/Personnalités/F/Jean-Marie Fadier

Un livre de Wikilivres.
Aller à : navigation, rechercher

PHOTOGRAPHIE

Un wikilivre pour ceux qui veulent apprendre la photographie de façon méthodique et approfondie.

Enrichissez-le en mettant votre propre savoir à la disposition de tous.

Si vous ne savez pas où intervenir, utilisez cette page.

Voyez aussi le « livre d'or ».


Aujourd'hui 29/05/2018, le Wikilivre de photographie comporte 6 367 articles
plan du chapitre en cours

Index des noms de personnes

Biographies, portfolios, publications, etc.

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Voir aussi les éditeurs de cartes postales

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Articles à créer



Quoi de neuf
Docteur ?


ajouter une rubrique

les 10 dernières mises à jour notables
  1. Paul Rudolph (26 mai)

  1. Giorgio Sommer (27 juillet)
  2. Sabine Weiss (1er juillet)
  3. Frédéric Boissonnas (10 février)
  4. Ariel Varges (8 février)
  5. Andreas Gursky (9 janvier)
  6. Antonio Esplugas Puig (8 janvier)
  7. Cosina CS-3 (7 janvier)
  8. Cosina CS-2 (7 janvier)
  9. Cosina CS-1 (7 janvier)




Jean-Marie Fadier est un photographe français né en 1958 à Paris.

Au milieu des années 1970, conjointement à la pratique de la musique, Jean-Marie Fadier débute celle de la photographie. Hautement formé aux techniques de l’argentique à l'École Nationale Supérieure Louis Lumière, il deviendra assistant du chef opérateur de cinéma Renato Berta sur des films de Paul Vechiali, André Téchiné ou Louis Malle, puis lui-même directeur de la photographie et réalisateur.

En 1995, sous l’emprise des outils numériques, il délaisse le cinéma. Il entreprend dès lors, par la pratique et la création, une analyse critique expérimentale des conventions codificatrices de la photographie : reproductibilité, présence d’un référent, automaticité, absence du geste.

Au début des années 2000, à la recherche d’une simplicité retrouvée, il abandonne radicalement tout appareil de prise de vue et met au point les procédés de création de ses « argentypes ». Exposant directement à la lumière solaire des papiers sensibles riches en sels d’argent, il projette sur ces surfaces de l’eau, du révélateur, du fixateur… Abandonnant toute velléité figurative, optant résolument pour l’abstraction et la dissolution des formes, il obtient une riche palette de couleurs et part ainsi à la recherche du médium, ce signifiant photographique que Roland Barthes avait, quant à lui, renoncé à traquer.


Liens externes[modifier | modifier le wikicode]